Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 07/08/2017 à 12:00 par Philippe Schwoerer - Lu 2687 fois - 8 commentaires


1997 : Les lecteurs d’Auto Plus parlent de voitures électriques


En 1997, il ne roule guère beaucoup de voitures électriques en France, alimentées par des batteries au nickel et au cadmium, et parfois même au plomb. Quelques Renault Clio et Express, des Citroën AX et une toute nouvelle venue : la Saxo. Le Berlingo n’arrivera que l’année suivante. Chez Peugeot, la 106 est discrètement proposée depuis 1995. C’est dire si le marché est des plus étroit. Pourtant, cette année-là, le magazine Auto Plus en parle dans 3 numéros de janvier 1997. D’abord dans le 435, avec un article intitulé « J’ai roulé une semaine en voiture électrique ». Dans le suivant, la rédaction publie les réactions des lecteurs. Deux livraisons plus tard, dans le numéro 438, elle est évoquée dans un sujet traitant de la pollution.

20 ans plus tôt

Selon le principe de sa rubrique « Les pour/contre » qui affiche les réactions les plus couramment reçues à la rédaction après un article majeur, Auto Plus a classé les retours des lecteurs immédiatement envoyés pour suite à celui publié autour de cette expérience d’une semaine d’utilisation d’une voiture électrique. On s’aperçoit, 20 ans après, que, même si l’autonomie a augmenté, passant de 70 à plus de 200, voire 300 kilomètres et plus, et que des bornes de recharge ont fleuri un peu partout, les craintes et attentes des automobilistes n’ont pas tellement variées au sujet de l’électromobilité. « Non seulement les voitures électriques manquent d’autonomie mais, en plus, les bornes de recharge sont rarissimes dans les villes françaises. Cela suffit à me dissuader d’acheter un tel véhicule ! », réagit MC du 69. Un autre lecteur trouve « l’utilisation d’une voiture électrique décevante », étant très attaché au « plaisir de conduire une voiture équipée d’un moteur à explosion ». Egalement dans « Les contre », un habitant du Havre qui se dit « prêt à rouler en voiture électrique… si celles-ci ne coûtaient pas aussi cher à l’achat ». Il évoque des aides de l’Etat qui laissent tout de même « les voitures électriques deux fois plus coûteuses que leurs homologues fonctionnant à l’essence ».

Avis positifs

Pour faire balance, autant d’avis positifs sur la voiture électrique ont été également publiés. L’un a été envoyé de Grenoble : « Pour moi, la voiture électrique c’est l’automobile enfin devenue adulte… Oubliés les ‘vroom-vroom’, terminés les ‘départs de Grand Prix’ à chaque feu vert ! La voiture électrique incite à une conduite apaisée, sereine et discrète ». Dans la même idée, la contribution de JM du Loir-et-Cher : « Enfin une voiture vraiment silencieuse… Ce qui me plaît dans les voitures électriques, c’est l’extraordinaire discrétion du moteur. Cela rend ces véhicules vraiment très confortables et peu fatigants à conduire, d’autant qu’ils sont équipés d’une boîte automatique ». Sans doute plus visionnaire ce lecteur bordelais qui écrit : « J’en suis sûr, l’électricité est l’avenir de l’automobile ! Le moteur électrique nous permettra de concilier liberté de circulation et réduction de pollution… ».

La grande hypocrisie

Dans son numéro 438 de fin janvier 1997, Auto Plus titre « Pollution automobile : la grande hypocrisie » son premier article, avec un paragraphe qui explique pourquoi rouler au gazole en ville est un non sens. Déjà parce qu’il « émet des particules de suie, et davantage d’oxyde d’azote qu’un moteur à essence ». Et surtout, le magazine veut démystifier une idée couramment soutenue, celle qui affirme que le moteur diesel est globalement peu polluant. Auto Plus reconnaissait en 1997 que ça pouvait être le cas, mais « à régime constant ». Le média souligne au contraire qu’il est particulièrement polluant « en accélération et décélération », à l’époque. Une alternance fréquente de rythmes qu’on trouve justement « en conduite urbaine ». CQFD !

Loi sur l’air

Le texte de l’article invite la loi sur l’air dans son débat pour lutter contre la pollution. Laure (Loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie) est alors toute récente, puisque édictée le 30 décembre 1996, soit environ 1 mois avant la mise en kiosque du numéro 438 d’Auto Plus. On y lit : « La loi prévoit d’interdire la circulation pour les véhicules les plus polluants les jours des pics de pollution ». Dans le paragraphe suivant, le magazine souligne la relative rareté, il y a 20 ans, de « l’alerte 3 », qui réduirait la circulation aux seuls véhicules électriques, au GPL ou catalysés : « Trois cas à Paris en 5 ans ! ». En 2017, ce niveau d’alerte est désormais observable dans de nombreux départements français. Impensable en 1997 ! Auto Plus appelait l’Etat, en janvier de cette année-là, à donner l’exemple « en augmentant les incitations fiscales en faveur du GPL et des voitures électriques », en réduisant « la préférence fiscale dont bénéficie le diesel », et en « faisant rouler ses propres flottes au GPL ou à l’électricité » ainsi que celles des taxis. La rédaction titrait un paragraphe « Le lobby du diesel existe », laissant le soin à Corinne Lepage, alors ministre de l’Environnement, de le justifier : « Le lobby automobile s’est exprimé pour que la loi sur l’air ne dérange pas ses intérêts ».

Crit’Air

En 1997, Auto Plus affirmait en bilan de son article intitulé « Pollution automobile : la grande hypocrisie » : « La loi sur l’air, une bombe à retardement », plaidant pour que soit associés au texte législatif des moyens de lutter efficacement contre le fléau. Vingt ans après, les interdictions partielles de circulation sont désormais épaulées par le dispositif Crit’Air, et les flottes des collectivités publiques et assimilées, celles des véhicules de transport en commun et des taxis, sont soumises à des pourcentages de remplacement en modèles plus vertueux. On remarquera que le GNV, mais aussi l’hydrogène ou l’éthanol ne sont pas cités à la fin du siècle dernier, comme carburants de substitution. « Trop jeunes » pour les 2 premiers, déjà sujet à caution pour le dernier.


Mots clés : véhicule électrique | voiture électrique | Auto Plus | autonomie | borne de recharge | 1997 | pollution
Catégories : Voiture électrique | Borne de recharge | Pollution & qualité de l'air |

Commentaires

Posté le 08-08-2017 à 07:38:45 par ZoeT

Pas très surprenant que le discours n’évolue pas : Quand on ne veut pas in cherche des excuses, quand on veut on cherche des moyens.

Posté le 08-08-2017 à 12:06:08 par Magnifique rappel...

... Juste incroyable, bravo à vous d’avoir déniché cette pépite...

En ce qui concerne le "diesel propre", c’est mort, le mensonge de l’industrie notamment allemande et française n’est plus soutenable.

L’ICCT de Washington a déjà prévenu le gouvernement allemand qu’ils étaient parfaitement informés du fait que le SCR + AdBlue des diesel Euro 6 produisait dix fois plus de NOx en Real Life que les essences de même génération.

Les NOx étant les précurseurs des particules fines et ultrafines SECONDAIRES - les plus dangereuses - qui se forment hors du véhicule, la messe est dite pour le diesel urbain, y compris et surtout les Euro 6...

Pour bien tout comprendre sur le sujet, dans ce même et excellent site AVEM, taper dans RECHERCHE "Innovation Day", aller directement au dernier commentaire, et remonter progressivement. Tout y est. C’est terminé...

Posté le 08-08-2017 à 12:16:30 par Le lien le plus rapide...

... consiste à repasser sur Google Search, et taper AVEM puis "INNOVATION DAY", sans oublier les guillemets.

Ou de copier-coller :

http://www.avem.fr/actualite-innovation-day-le-groupe-psa-precise-sa-strategie-dans-l-electrique-6062.html


Posté le 09-08-2017 à 16:19:21 par Tilmann

Edifiant ! Je ne pensais pas que c’était à ce point. Vraiment une très bonne idée de ressortir ces vieux articles qui nous montrent combien il est difficile de faire changer les mentalités en France, même au niveau des collectivités et des pouvoirs publics.

Posté le 10-08-2017 à 14:32:08 par Gorenzo

« Le lobby automobile s’est exprimé pour que la loi sur l’air ne dérange pas ses intérêts » : c’était pas un peu parano ?

Posté le 11-08-2017 à 09:19:31 par Christophe

Et pendant ce temps : http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/c-est-comment-ailleurs/c-est-comment-ailleurs-le-diesel-au-japon_2035987.html

« Le Japon et la France ont des trajectoires inverses en matière de Diesel. La lutte contre le gasoil a été tenace au Japon depuis environ 25 ans. Et aujourd’hui, on voit réapparaitre des bonus fiscaux pour encourager les dernières générations de voitures diesel. »

Les mangeurs de sushis sont-ils plus clairvoyants que les mangeurs de hamburgers ? Sur le plan alimentaire, cela ne fait aucun doute.

Posté le 12-08-2017 à 13:22:18 par Pascal Deniel

Que peut-il y avoir derrière cette décision ?

Posté le 15-08-2017 à 07:54:36 par @Pascal

Laissez tomber, c’est encore "la main de Carlos". Qui réalise que ça commence à sentir sacrément mauvais en Europe pour le diesel, et notamment en Allemagne et en France pour leurs constructeurs nationaux qui ont éhontément menti pendant des décennies. Et qui essaie par un lobby dont il a le secret de donner quelques années de plus au diesel en "convertissant" les Japonais, à contre-courant de l’évolution mondiale...

Ghosn va discrètement obtenir le retrait de l’Etat du capital de Renault. Puis créera le #1 mondial au Japon, en intégrant Nissan et Mitsubishi... dont le siège sera à Tokyo, hors de portée des Class Actions en préparation en Europe.

Astucieux mais pathétique. Carlos perdra aussi des proches...



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Allemagne : Les acquéreurs de Model S ne recevront pas de subvention
Accusée de concurrence déloyale, Tesla a vu l’office fédéral des affaires économiques et des contrôles à l’exportation allemand (BAFA) annoncer le retrait du Model S de...
Tesla Model 3 - Jusqu’à 499 km d’autonomie selon l’EPA
La dernière née du constructeur californien est passée sur les bancs d’essais de l’agence américaine de protection de l’environnement. Selon la norme du cycle EPA, la...
Nouveau Roadster : Le futur monstre électrique de Tesla
Si l’arrivée d’une nouvelle version du Roadster avait déjà été évoquée par le passé, la présentation d’un premier prototype en marge de la présentation du Tesla Semi a...
Retour sur les Workshops des Journées AVEM de l’électro-mobilité
Durant les Journées AVEM de l’électro-mobilité des 28 et 29 septembre, les adhérents de l’association ont pu se retrouver en petits comités durant une demi-journée pour...
Renault Zoé : Rétrofit de la batterie possible très bientôt en France
Le rétrofit de la batterie, c’est l’opération par laquelle pour pouvez quasiment bénéficier de l’autonomie d’une Zoé 40 avec un modèle à pack 22 kWh. Cette amélioration...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact