Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 20/11/2018 à 09:00 par Philippe Schwoerer - Lu 1617 fois - Poster un commentaire


7 mesures de la ville de Paris pour encadrer la mobilité free floating


Pour les élus et les opérateurs concernés, le développement des nouvelles mobilités en location free floating relève du casse-tête. Où faire circuler les engins ? Quelles règles les utilisateurs doivent-ils respecter ? Quelles obligations pour les prestataires ? C’est à ce genre de questions que la mairie de Paris a décidé de répondre par 7 mesures communiquées il y a quelques jours.

Mobilité douce

On ne pourra guère reprocher à la mairie de Paris de ne pas jouer le jeu de la mobilité durable. Bien au contraire. Qu’on se rappelle l’histoire du service Vélib’ ! Ce n’est donc pas avec l’idée d’empêcher le déploiement des trottinettes électriques que la collectivité s’active, mais bien au contraire à chercher comment les rendre au mieux utilisables sur le terrain, sans gêne majeure pour les autres usagers des chaussées et des trottoirs. « Depuis un an, des opérateurs de free floating, - vélos, scooters, trottinettes, gyropodes, monocycles, etc -, développent de nouveaux services, qui concourent aux objectifs municipaux de mobilité durable », confirme la mairie de Paris. Le gouvernement a maintes fois été interpellé sur la situation, promettant de faire évoluer la législation.

Pas simple

Pas simple cependant d’intégrer dans les rues un phénomène qui va en se développant de façon exponentielle, quand il répond pleinement aux enjeux de la mobilité durable, tout en étant pointé pour des désordres qui n’ont rien d’anecdotiques. « Face à un cadre juridique encore inadapté, la ville de Paris souhaite favoriser ces mobilités douces et innovantes, tout en les régulant afin d’assurer la sécurité des Parisiens et des Parisiennes et d’éviter une occupation chaotique des rues et des trottoirs », justifient les autorités directement en charge, sur le territoire, de la qualité de l’air et de la mobilité.

Aller plus loin

La mairie n’en est pas à sa première démarche pour tenter d’intégrer au mieux dans Paris le développement des engins personnels de déplacement, en particulier les modèles électriques qui filent parfois à plus de 40 km/h. Elle a déjà engagé le dialogue avec des opérateurs comme Lime, Bird et Bolt « en les enjoignant à signer une première charte de bonnes pratiques ». La nouvelle action se veut complémentaire, en mettant en place 7 mesures.

1 - Campagne de communication

Une première mesure consiste pour la mairie de Paris à diffuser une campagne de communication qui appelle les utilisateurs de ces petits véhicules à respecter la sécurité des piétons, mais aussi la leur. La collectivité compte faire passer différents messages, plusieurs préconisations, et rappeler quelques obligations. Ainsi elle conseille le port du casque, recommande la plus grande prudence, et demande le respect complet du code de la route. En outre, « elle attire l’attention des usagers de trottinettes sur l’importance de faire spécifiquement attention aux piétons et notamment aux personnes les plus fragiles : personnes âgées, personnes avec des poussettes, enfants, personnes en situation de handicap ».

2 et 3 - Verbalisation

La mairie de Paris agite le spectre de l’agent verbalisateur. Et ce, à 2 niveaux. Tout d’abord à l’encontre des utilisateurs qui se comportent de façon dangereuse sur les trottoirs et perturbent la circulation des piétons. « L’espace public doit rester sécurisé pour tous et les différents modes de transport doivent cohabiter pacifiquement », avertit l’autorité parisienne. Les opérateurs des services free floating sont aussi visés, en particulier quand des trottinettes laissées sur les trottoirs gêneront « ostensiblement la libre circulation des piétons ». En parallèle, la collectivité va proposer « des solutions spécifiques de stationnement » dans les semaines à venir. Une tolérance sera appliquée d’ici là, sauf situations les plus périlleuses, où une mise en fourrière pourra être effectuée en plus de la verbalisation.

4 - Places réservées

« La mairie de Paris va établir un maillage dense d’espaces réservés au stationnement des trottinettes et vélos en free floating, qui prendra la forme de places identifiées et marquées au sol, comme cela est actuellement expérimenté dans les 2e et 4e arrondissements », explique la collectivité qui espère créer ces espaces en collaboration avec les opérateurs eux-mêmes, « afin de déterminer les emplacements les plus pertinents », et de faciliter « la cohabitation entre les différents usages ».

5 et 6 - Charte spécifique

« Tout nouveau déploiement de solution de mobilité devra faire l’objet d’une signature préalable d’une charte avec la ville », prévient la mairie, qui compte en particulier appliquer aux opérateurs de libre-service de location free floating de trottinettes un texte similaire à celui déjà en place pour les acteurs des services équivalents avec des vélos. La charte exigera que les données collectées par les prestataires soient partagées afin d’envisager les « solutions d’organisation les plus pertinentes ».

7 - Redevance

La question de la redevance à l’exploitation des services de location free floating d’EPD est épineuse, et au cœur de leur développement. A Paris, comme ailleurs, et notamment à Bordeaux et Toulouse ou Lime a dû interrompre son implantation, en particulier à cause de ce point qui avait été négligé par l’opérateur. La mairie de Paris explique : « Ces nouveaux services utilisent l’espace public dans un but d’exploitation commerciale. C’est pourquoi la ville de Paris souhaite ouvrir le débat de la redevance, lors du projet de loi d’orientation des mobilités, sur toute exploitation commerciale de l’espace public, à fortiori si cet usage entraîne des nuisances et des dépenses pour la collectivité (réalisation d’aires de stationnement, enlèvement de véhicules etc.) ».


Mots clés : Paris | trottinette | ville | mairie | cadre | mesure | mobilité | location | free floating
Catégories : Vélo électrique | Scooter électrique |

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
A lire également / sur le même thème PSA lance à Paris son service d’autopartage Free2Move
L’arrêt définitif d’Autolib’ le 31 juillet dernier n’a pas laissé trop longtemps les parisiens sans services d’autopartage de véhicules électriques. Après Renault qui a...
Tesla Model 3 : Visite du showroom de La Madeleine (Paris)
La Tesla Model 3 est depuis quelques jours présentée en différents points de France. L’Avem a pu apprécier l’exemplaire exposé à Paris, au 3-5 Boulevard Malesherbes,...
7% de la prime à la conversion pour les véhicules électriques ?
Alors que le quotidien La Croix (voir l’article) s’appuie sur une étude de L’Obsoco (L’Observatoire société et consommation) pour communiquer sur le part des différentes...
Plus de 1.000 stations Vélib’ Métropole ouvertes
Au 15 novembre 2018, le réseau de location libre-service Vélib’, aujourd’hui opéré par Smovengo, comptait plus de 1.000 stations (809 à Paris + 191 à l’extérieur du...
Jusqu’à 20.000 vélos à assistance électrique Véligo en Ile-de-France
Dans un communiqué de presse émis en date du 8 novembre 2018, l’organisme en charge des transports franciliens présidé par Valérie Pécresse, - Ile-de-France Mobilités -,...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact