Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 05/07/2017 à 12:00 par Philippe Schwoerer - Lu 2221 fois - 6 commentaires


ABB et Hess vont équiper Nantes en e-busways à recharge flash Tosa


Il y a tout juste 1 an, le constructeur suisse de véhicules de transport en commun Hess et le fabricant de bornes ABB s’étaient déjà unis pour équiper de 12 bus électriques à recharge flash la ligne 23 gérée par les Transports publics genevois et reliant l’aéroport à la périphérie de la ville de Genève. Une association qui se renouvelle cette fois-ci en France, avec la fourniture d’une flotte de 20 e-busways d’une longueur de 24 mètres à la Semitan, la société d’économie mixte créée pour la gestion des transports en commun de l’agglomération nantaise.

En France depuis 2016

C’est la collectivité elle-même qui a indiqué sur son site que « le constructeur suisse Hess a été choisi par Nantes Métropole pour doter la Semitan d’une flotte de busways 100% électriques dès l’automne 2018 ». Elle justifie ainsi cette opération : « Nantes a toujours eu une longueur d’avance en matière de transports publics : la collectivité compte bien continuer à la conserver ». Les véhicules de 24 mètres de longueur, bi-articulés, accueilleront à bord jusqu’à 150 voyageurs, soit une capacité supérieure de 35% à celle des anciens bus de 18 mètres. Ces 20 bus électriques complètent une commande de 80 autres alimentés au GNV.

Première mondiale ?

Selon la communication Web de la collectivité, le premier des 20 e-busways de 24 mètres attendus par la Semitan sera livré à l’automne 2018 et ferait « de Nantes la première ville d’Europe à l’utiliser ». Un programme à échéance de septembre 2019 qui, dans sa globalité, bénéficie d’une enveloppe de « 43,2 millions d’euros » pour financer les travaux, les véhicules, et les infrastructures de recharge flash, chiffre Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole et maire de Nantes. Le projet bénéficie d’un soutien financier de l’Etat dans le cadre du programme d’investissements d’avenir, et de celui de recherche et d’innovation « Horizon 2020 » de l’Union européenne. Ce qui constitue une première mondiale, ici, c’est qu’un « bus électrique de cette capacité se recharge grâce à des stations rapides Tosa de ABB », souligne le site de la collectivité.

Recharge flash

Quinze secondes, c’est le temps qu’il faut pour ravitailler les batteries des bus électriques Hess avec le système de recharge flash développé par notre adhérent ABB en Suisse. L’avantage du scénario Tosa est de ne pas alourdir les bus électriques avec de grosses batteries ni de réduire l’espace intérieur réservé aux passagers. Comment ? En plaçant un petit pack dans un coin non exploité de l’engin, par exemple sur le toit, que l’on recharge très régulièrement et rapidement, tout au long du parcours. Seulement 15 à 20 secondes sont nécessaires à l’opération, - soit à peine plus du temps pour l’échange des passagers à bord -, afin d’emmagasiner l’énergie suffisante qui permettra de desservir les 3 ou 4 arrêts suivants. Aux terminus, il ne faudra pas plus d’une poignée de minutes pour régénérer complètement les batteries.



Pour plus d'information

ABB France
Nicolas Chauveau
465, av des Pré-Seigneurs
La Boisse
01124 MONTLUEL

Tel : 04 37 40 44 82
Mail : nicolas.chauveau@fr.abb.com
Site : http://www.abb.fr

ABB France est adhérent de l'AVEM et soutient nos actions.
Accéder à la fiche adhérent de ABB France


Mots clés : Bus électrique | Nantes | ABB | Hess | Tosa | busways | e-busways | Nantes Métropole | recharge flash | Semitan
Catégories : Bus électrique et hybride | Batterie |

Commentaires

Posté le 05-07-2017 à 17:56:32 par David72

Je me réjouis de voir bientôt ces bus à Nantes.

Posté le 05-07-2017 à 19:59:18 par Christophe

J’ai aussi hâte de les voir.
J’espère que cela va permettre de résoudre les problèmes de saturation de la ligne 4 (BHNS appelé busway à Nantes).
De plus en faisant appel à HESS (spécialiste des trolleybus), Nantes peut envisager à terme une modification de ces bus si installation d’une ligne de contact (même partielle).

Posté le 06-07-2017 à 07:50:40 par ZoeT

Juste par curiosité, pour voir ce que ça fait, je ferai bien un tour dedans

Posté le 06-07-2017 à 09:08:46 par Christophe

Ce bus est déjà en service en Suisse en version trolley : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hess_lighTram
Avant les bus articulés ou bi-articulés, les suisses ont testé les remorques : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trolleybus_de_Lausanne#/media/File:Lausanne_trolleybustrailer906.jpg
Il y en a encore en service par exemple à Lausanne (qui pratique la gratuité pour les touristes logeant dans un hôtel de la ville).

Posté le 08-07-2017 à 19:19:17 par PDebano

Nantes vient de décider de retenir le système TOSA de bus électrique avec biberonnage de Hess et ABB.

Elle a ainsi choisi de retenir un système dit « propriétaire » et bien évidemment, on lui souhaite que cela fonctionne parfaitement.

On ne dit pas quels sont les autres systèmes de bus électriques qui étaient en concurrence, et cela aurait été quand même très intéressant.


On nous annonce une enveloppe de « 43,2 millions d’euros » pour financer les travaux, les véhicules, et les infrastructures de recharge flash, chiffre Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole »

Pour cette ligne de 7 km, le trolleybus classique avec autonomie IMC (les batteries assurant l’autonomie se rechargeant lorsque le véhicule circule sous les fils) aurait très certainement pu convenir. Une technique éprouvée (ce n’est pas encore les cas du biberonnage TOSA), une concurrence qui peut jouer à plein pour faire baisser les prix (attention, des trolleybus chers comme les trolleybus Hess ne sont peut être pas les plus chers sur la durée de vie) auraient été les atouts du trolleybus s’il avait été envisagé, mais ce qui ne semble pas avoir été les cas. Le trolleybus serait sans doute sorti gagnant et là, difficile de se pousser du col avec la « longueur d’avance en matière de transports publics ». Mais, réintroduire le trolleybus en France dans une ville qui n’en a pas, n’est-ce pas faire œuvre de pionnier (Voir le tram par Nantes) ?.

Bien évidemment pour le trolleybus, il y a la présence de la ligne aérienne, mais était-ce vraiment un problème pour cette ligne, alors que pour le tram, il y a (à juste raison) du fil partout à Nantes ?.

Un calcul à la louche pour cette ligne de 7 km donnerait pour du trolleybus :
- 20 trolleybus à 1,4 mio euros (prix de la qualité suisse, mais on peut sans doute avoir moins cher tout en étant de qualité (Van Hool, Solaris, ???) : 28 mio euros,
- 7 km de ligne aérienne et sous-stations à 1,3 mio d’euros du km en comptant large : 9 mio d’euros,
- Total : 37 mio d’euros au grand maximum, car la concurrence peut jouer à plein pour les véhicules et les équipements.

Mais peut être qu’à Nantes, les contribuables ne sont pas à 6 millions d’euros près et à une prise de risque, même si les entreprises retenues sont réputées. Mais pour le tram sur pneu de Nancy et de Caen, Bombardier était, et est, une entreprise réputée…

Posté le 08-07-2017 à 20:31:38 par Paul54

@PDebano

Le tram sur pneus de Nancy, ça n’a pas été un projet très facile. Entre les déraillements, les pannes,1, 2 ou peut-être plus départs de feux, quelques accrochages, fiabilité du matériel, des retards qui se sont cumulés. Un an de retard au final. Et avec quelle influence sur le budget ? Il avait même été question de l’abandonner. Le Maire, André Rossinot a été bien critiqué à l’époque.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Mise en service des bus électriques Volvo au Luxembourg
Depuis 2015, Volvo mène au Luxembourg des expérimentations autour des bus branchés, sur des lignes opérées par son partenaire historique Sales-Lentz, pionnier dans le...
Lidl poursuit avec ABB l’équipement de ses magasins en bornes de recharge rapides
Le grand distributeur Lidl fait confiance à ABB pour équiper à travers l’Europe ses magasins en bornes de recharge rapides. Ainsi en Pologne, où le modèle Terra 53 CJG a...
Transdev roule branché à Auxerre
Depuis le début de la semaine, Transdev Auxerrois Mobilités et la communauté d’agglomération testent 2 véhicules électriques de transport en commun et leurs bornes de...
Sacramento met en service 29 bus scolaires électriques
Aux Etats-Unis, les efforts pour lutter contre la pollution de l’air et le dérèglement climatique passe aussi par l’adaptation de véhicules lourds à la traction...
Les véhicules branchés à l’essai à Montmorillon (86) les 9 et 10 juin 2017
Le Nouvelle Aquitaine mobilité électrique (Name) se veut l’un des plus grands terrains d’essais de véhicules électriques et hybrides rechargeables organisés en France...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact