Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 10/09/2018 à 12:27 par Philippe Schwoerer - Lu 1412 fois - 14 commentaires


Air Liquide ouvre un site pilote de production d’hydrogène décarboné


C’est à Hobro, au Danemark, dans le cadre du projet HyBalance, et en sa qualité de cogérant du site, qu’Air Liquide a inauguré lundi dernier, 3 septembre 2018, une usine pilote de production d’hydrogène décarboné. Le gaz est obtenu par électrolyse, l’opération exploitant l’énergie éolienne en surplus tout en permettant d’équilibrer le réseau électrique. Globalement, cette architecture a pour avantage de bénéficier d’hydrogène de source renouvelable à un tarif réduit, qui sera utilisé pour l’industrie et les transports.

Depuis 2016

Le projet HyBalance, piloté par Air Liquide, et démarré en 2016, bénéficie d’un financement du partenariat public-privé européen Fuel Cells and Hydrogen Joint Undertaking (FCH JU) et du soutien du programme danois EUDP (Energy Technology Development and Demonstration Programme). « Dans le cadre de ce projet, Air Liquide a développé, construit et exploite l’unité de production d’hydrogène par électrolyse de l’eau, ainsi que le centre de remplissage pour ses clients industriels livrés par camion », indique Air Liquide dans un communiqué de presse mis en ligne sur son site le 3 septembre dernier. Selon le planning révélé il y a 2 ans, l’exploitation de l’usine fraîchement inaugurée devait être lancé plus tôt, fin 2017.

1,2 MW de capacité pour 5 stations H2

Au cœur de l’unité de production, un électrolyseur d’une capacité de 1,2 MW capable de produire environ 500 kilos d’hydrogène par jour, sans émissions de CO2. Une partie du gaz sera livrée à des clients industriels, l’autre alimentera un réseau de cinq stations H2 déjà existantes et opérées par le Copenhagen Hydrogen Network (CHN), une filiale d’Air Liquide au Danemark. Le choix de ce pays ne relève en rien du hasard. Le territoire fait figure de précurseur comme intégrateur des énergies renouvelables dans le mix énergétique national. Environ 40 % de l’électricité produite au Danemark provient des éoliennes. Le projet HyBalance fait partie de ces démonstrateurs mis en place afin de militer pour le recours à une production d’hydrogène avec l’objectif de pallier l’intermittence des énergies renouvelables. L’architecture retenue pour ce programme constitue une solution de stockage du surplus d’électricité qui répond à l’un des défis posés par la transition énergétique.

Commentaire

Directeur de l’entreprise, et membre du comité exécutif d’Air Liquide, François Darchis a ainsi commenté l’inauguration de l’usine implantée à Hobro : « L’hydrogène est une énergie qui a un potentiel de développement considérable au service de la transition énergétique. HyBalance est un projet auquel Air Liquide est fier de contribuer. Il participe également à l’engagement du Groupe en faveur de solutions technologiques contribuant à réduire les émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le changement climatique ».


Mots clés : Air Liquide | H2 | hydrogène | éolienne | HyBalance | Hobro | Danemark | usine
Catégories : Voiture électrique |

Commentaires

Posté le 10-09-2018 à 12:53:22 par Vérité

Et il y en a qui sont capables de dire qu’il n’y a pas de surplus d’énergie renouvelable.
Le Danemark est l’exemple qui démontre bien que tendre vers 100 % de renouvelable implique des puissances installées importantes et des productions non utilisables par moment sauf pour ce type d’installation.

Posté le 10-09-2018 à 13:08:32 par H2

Peut-être que les antis Hydrogène vont enfin comprendre l’intérêt de la filière pour le développement durable.

Posté le 10-09-2018 à 13:32:31 par Anti-H2

Non, ça ne changera rien de ce que je pense : produire de l’hydrogène, et surtout à des fins de stockage, est une hérésie. La première explosion d’n usine de production mettra fin au débat.

Posté le 10-09-2018 à 15:11:21 par HMDis

@H2
Le commentaire en dessous du vôtre (Anti-H2) montre que ce n’est pas gagné !

Posté le 10-09-2018 à 17:01:22 par Toomy75

Admettons que l’usine puisse stocker une grosse quantité de H2 sans danger, maintenant quel est le rendement du cycle "convertir le surplus d’électricité éolienne en H2 puis cet H2 en électricité plus yard lorsque l’on en a besoin" ?

Posté le 10-09-2018 à 17:38:21 par H2

Pourquoi reconvertir en électricité : ce n’est pas dans l’objectif du projet HyBalance.

Posté le 10-09-2018 à 17:43:17 par electronlibre

« Dans le cadre de ce projet, Air Liquide a développé, construit et exploite l’unité de production d’hydrogène par électrolyse de l’eau, ainsi que le centre de remplissage pour ses clients industriels livrés par camion »
Ces camions roulent-ils à l’H2?

Environ 40 % de l’électricité produite au Danemark provient des éoliennes.
D’où provient les quelques 60% restant?

@H2
Quel est le but du projet?
...une production d’hydrogène avec l’objectif de pallier l’intermittence des énergies renouvelables.
Je comprend que si on veut pallier l’intermittence, on doit injecter l’électricité dans le réseau dans les moments de production nulle, donc produire de l’électricité avec l’H2 stocké...

Posté le 11-09-2018 à 09:54:13 par PSyl

Quelque soit sont mode de fabrication, du puits à la roue, le rendement de l’hydrogène reste très mauvais.

Car n’oubliez pas que sans parler de sa fabrication, il faut compresser et transporter l’hydrogène.

Posté le 11-09-2018 à 10:01:44 par Christophe

C’est dommage vous n’avez jamais répondu à une question sur ce fil : http://www.avem.fr/actualite-les-echos-publient-une-tribune-sur-l-enjeu-des-bornes-de-recharge-7151.html
Je remets donc la question : "@Psyl : Cela m’intéresse que vous indiquiez le rendement des deux solutions : hydrogène et électricité pure".

Et donc je remets mon analyse : "Pour votre gouverne, pour produire 1 kWh à la prise d’électricité du réseau il faut 3,23 kWh d’énergie (dite primaire), soit pour ce cas un rendement d’au plus 31 % à la prise donc à la roue on est de l’ordre de 20 % sans compter qu’en fonction de la masse de la batterie on a une dépense énergétique plus ou moins importante.
Alors même avec un rendement global de 10 % avec une solution hydrogène produit avec les surplus d’énergie renouvelable, on a l’énorme avantage d’avoir une dissociation production consommation.

Mais le rendement importe peu, ce qui importe c’est la production de gaz à effet de serre et pour des utilisations en ville la production de polluants."

Posté le 11-09-2018 à 12:32:27 par soub56

Le rendement a relativement peu d’importance pour une hydrolyse faite à l’aide d’éolienne, énergie gratuite et inépuisable. Ce qui est important, c’est le coût final du kg d’hydrogène produit.
Cela serait la même chose pour une hydrolyse faite à partir d’électricité photovoltaïque.
Je partage tout de même l’avis d’anti-H2 : au premier incident dans une usine de production H2 ou avec une voiture H2, cela sera un bon coup de frein à cette filière. Rappelez vous les voitures GPL : alors que des dizaines de voitures essence ou gas-oil brûlent par jour ( on n’en parle pas), la première GPL qui a brûlé dans un parking a fait la une des journaux et a donné un coup de frein au développement du GPL. J’ai fait 200 000 km au GPL entre 1996 et 1999 : aucun problème. C’était plus simple et plus fiable de faire le plein de gaz à cette époque que de recharger aujourd’hui son VE!

Posté le 11-09-2018 à 18:09:56 par Mimio89

@soub56
Le GPL existe toujours. On parle même de bioGPL.

Posté le 12-09-2018 à 13:45:59 par Psyl

Hop :
https://blogs.mediapart.fr/francois-straussenberg/blog/031017/pour-quelle-raison-lefficacite-des-equipements-qui-participent-la-chaine-du-stocka

Et quand à dire que le rendement de l’hydrolyse à peu d’importance, que nenni. Car au lieu de faire de l’hydrolyse, il aurait pu intégrer une batterie.

Posté le 12-09-2018 à 15:23:13 par Christophe

@Psyl
En tout état de cause le métier de Air Liquide c’est de vendre des gaz dont de l’hydrogène.
Vaut-il mieux en produire par électrolyse de l’eau ou par vaporeformage du méthane ?
Il est indéniable qu’il vaut mieux le produire par électrolyse de l’eau qui plus est en utilisant des surplus d’EnR en équilibrant le réseau. Hydrogène qui peut être proposé pour des engins de mobilité.

Pour ces mêmes engins de mobilité et si ils sont à batterie, est-il possible qu’il participe à consommer le surplus d’EnR et à équilibrer le réseau ? Je n’arrive pas à recharger à 100 % la batterie du VAE qu’utilise ma compagne à partir de l’électricité produite par mes panneaux solaires alors je ne vois pas comment un engin non à demeure sur une prise pourrait répondre à la demande formulée.

Posté le 13-09-2018 à 09:46:26 par Christophe

https://www.gazenergiedespossibles.fr/reportages/episode-09-recuperer-les-surplus-delectricite-en-energie-renouvelable

Pour mémoire un véhicule thermique à allumage commandé sur lequel on installe un kit peut fonctionner à l’hydrogène et au méthane.
Et je reste persuadé qu’un VT léger alimenté en H2 en ville polluera bien moins qu’un VE qui sera forcèment plus lourd.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Yutong livre les premiers bus à PAC hydrogène pour les JO d’hiver
La 24e édition des Jeux olympiques d’hiver est programmée en Chine du 4 au 20 février 2022. Ce sont 109 épreuves qui se déroulement dans 3 villes : Pékin, Yanqing et...
Les piles à combustible moins puissantes ni durables avec la pollution
Les routes vers la mobilité durable sont décidément parsemées d’embûches et de surprises ! Selon un article publié dans Journal of Power Sources, une équipe de...
Des voitures à Pac hydrogène en libre-service
Première en France : les habitants de Tupigny, - une commune de l’Aisne qui compte quelque 350 âmes -, auront accès dès 2020 à 2 voitures électriques à pile hydrogène...
50 Kangoo électriques à prolongateur hydrogène + 1 station pour Engie
Engie a reçu début juin une flotte de 50 Kangoo électriques équipés par Symbio d’un prolongateur d’autonomie à pile hydrogène. Pour faire le plein en gaz, une borne...
Nicolas Hulot booste l’utilisation de l’hydrogène dans les transports
En présence des principaux acteurs de la filière, Nicolas Hulot a dévoilé vendredi un plan, doté de 100 millions d’euros, pour favoriser le déploiement en France de...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact