Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 24/10/2020 à 06:00 par EMMANUEL MAUMON - Lu 1770 fois - 11 commentaires


Avec Hynomed, le Var affiche ses ambitions dans l’hydrogène


La société Hynomed a été officiellement créée le 21 octobre à Toulon. Avec des actionnaires solides : Engie Solutions (51%), la CCI du Var (24,5%) et la Banque des Territoires (24,5%), l’ambition de cette nouvelle société de production et de distribution d’hydrogène vert est de déployer un écosystème autour de l’hydrogène et d’accélérer la transition énergétique de la mobilité terrestre et maritime en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le lancement de ce projet structurant confirme la volonté du département du Var de jouer un rôle majeur dans le domaine de l’hydrogène.
La création d’Hynomed constitue en effet une nouvelle avancée du projet Hynovar qui œuvre pour le développement de différentes briques technologiques de la filière hydrogène, associant une production locale d’hydrogène vert en valorisant la production d’énergies renouvelables et plusieurs applications innovantes multi-secteurs sur le territoire varois. Un projet soutenu par l’ADEME qui compte également accompagner Hynomed dans l’implantation de stations-électrolyseurs (1,65 millions d’euros) et le développement de la mobilité terrestre (2,55 millions d’euros).



Deux premières stations de production et de distribution d’hydrogène

La société Hynomed a d’ores et déjà prévu d’investir 7,5 millions d’euros pour réaliser, à partir de l’été 2021, deux stations de production et de distribution d’hydrogène vert. La première station devrait être située sur le site portuaire de Brégaillon à l’Ouest de la métropole toulonnaise. Un site abritant un important hub de transport maritime, terrestre et ferroviaire. Flexible et adaptable, cette première station devrait être opérationnelle fin 2022. A cette date, elle permettra l’avitaillement de 7 à 10 bus hydrogène de la Métropole, d’une cinquantaine de véhicules utilitaires légers et d’une navette maritime full hydrogène d’une capacité de 250 passagers, conçue par la startup régionale Hyseas.
Concernant principalement les véhicules, la seconde station de production et de distribution d’hydrogène devrait être implantée à Signes. Une ville située à proximité du Circuit automobile Paul Ricard qui, depuis juin 2018, possède déjà une borne d’avitaillement en hydrogène. Le potentiel de développement des stations de production d’hydrogène est important avec, à moyen terme, l’alimentation d’autres usages comme les engins de manutention portuaires et la conversion d’un grand nombre de flottes industrielles. A terme, d’autres véhicules terrestres ainsi qu’une desserte ferroviaire pourront également envisager de se tourner vers l’hydrogène pour s’ancrer dans la transition énergétique.



Un département pionnier dans l’hydrogène vert

L’hydrogène constitue l’un des axes fort du plan de relance du gouvernement et le département du Var compte bien tirer parti d’avoir été l’un des précurseurs dans l’utilisation de cette énergie. Avec le déploiement d’Hynomed, le Var va non seulement bénéficier de cette énergie propre pour révolutionner les mobilités terrestres et maritimes mais aussi la produire, ce qui en fait un véritable territoire hydrogène. Pour le Président de la CCI du Var Jacques Bianchi : « Hynomed est la première pierre du vaste projet Hynovar développé depuis 2016 pour amorcer une filière nouvelle vertueuse, prometteuse et pourvoyeuse d’emplois non délocalisables. »
La création d’Hynomed est porteuse de dynamisme économique, mais aussi annonciatrice de futurs projets à venir. C’est un projet de territoire ambitieux, innovant et écoresponsable. En contribuant à développer une filière hydrogène vert pérenne adaptée aux nouvelles mobilités, il entend en effet conjuguer les bénéfices environnementaux et la santé publique. Ceci grâce à la suppression des émissions de CO2 et de particules fines, ce qui améliorera la qualité de l’air puisque les moteurs à hydrogène ne rejettent que des gouttelettes d’eau.



Mots clés : Mobilité électrique | Hydrogène | Var | Hynomed | Hynovar | Engie Solutions



Commentaires

Posté le 24-10-2020 à 09:57:29 par Phenix83

Hydrogène vert ? Belle déclaration mais qui ne repose mème pas sur du vent puisque le territoire du Var ne possède pas de barrages hydro électriques,pas d’éoliennes et seulement quelques hectares de panneaux solaires.En plus l’électricité du var est produite hors du Var ,principalement par les centrales nucléaires de la vallée du Rhone. Parfois les lignes de transport électriques sont aux limites et la majorité de l’eau vient de la Durance . Que les fabricants d’hydrogène veuillent faire des affaires en implantant des hydrolyseurs ,on le comprend mais ne parlons pas encore de production d’hydrogène à partir d’énergie renouvelables dans le Var ,c’est du baratin.


Posté le 24-10-2020 à 11:09:05 par Vérité

@Phenix83
"le territoire du Var ne possède pas de barrages hydro électriques"
Faux.
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Barrage_de_Saint-Cassien
"Le barrage de Saint-Cassien est un barrage en remblais, à l’extrémité nord-est du lac de Saint-Cassien, dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d’Azur."
"Selon le comité syndical des Gorges de la Siagne, « l’usine électrique de Saint-Cassien, bâtie sur la commune de Tanneron, a une puissance de 20 mégawatts qui assure une production énergétique de 44 millions de kWh par an".
Dans le département du VAR on a une centrale hydroélectrique. Mais la référence territoire du Var peut faire référence au fleuve le Var dont les multiples affluents sont équipés, par exemple la maintenant célèbre Roya.

Posté le 24-10-2020 à 11:23:36 par Vérité

Mais le pire des mensonges c’est celui de l’auteur de l’article : "Ceci grâce à la suppression des émissions de CO2 et de particules fines, ce qui améliorera la qualité de l’air puisque les moteurs à hydrogène ne rejettent que des gouttelettes d’eau."
Le émissions de CO2 ne sont aucunement supprimées, elles sont déplacées à la fabrication de l’engin et du vecteur énergétique qu’est l’H2.
Les émissions de particules ne sont pas non plus supprimées, il reste celles d’abrasion qui sont plus importantes si le véhicule est plus lourd. Donc rien ne permet d’affirmer que la qualité de l’air sera améliorée en remplaçant des véhicules thermiques par des véhicules à PAC H2. Pour vous en convaincre chercher la masse de la voiture de la photo : 1850 kg pour une familiale (290 kg plus lourde que l’Avensis la plus lourde et 475 kg de plus que la plus légère).

Posté le 25-10-2020 à 05:41:08 par Positron

L’hydrogène a peut-être un rôle à jouer dans la transition energetique mais pas pour déplacer des voitures. Si on s’engage dans cette voie, on est a peu près sûr de rater la transition. Un véhicule H2 consomme 50% d’énergie en plus qu’un véhicule essence (à kilométrage équivalent), alors qu’un véhicule à batterie consomme 3 à 4 fois moins d’énergie. Or pour réussir cette transition, nous devons diviser au moins par 3 notre consommation globale et doubler la production décarbonée d’ici 2040. La voiture H2 va dans la mauvaise direction !

Posté le 25-10-2020 à 07:18:24 par Vérité

@Positron
C’est faux de dire :"alors qu’un véhicule à batterie consomme 3 à 4 fois moins d’énergie"
ZOE sur autoroute à 130 km/h > 22 kWh/100 km
Clio diesel même exercice 4,4 à 4,5 l/100 km
Du puits à la roue, cela devient respectivement 82 kWh et 66 à 69 soit 20 % de plus pour l’électrique.
Sur route même topo. On oublie la ville puisque pour réduire la pollution il faut réduire drastiquement l’usage de la voiture (et d’autant plus si électrique beaucoup plus lourde).
Donc avec l’électrique on est aussi sûr de rater la transition énergétique en augmentation la consommation en plus d’être sûr de rater les transitions pour la qualité de l’air et climatique.

Posté le 25-10-2020 à 09:39:08 par Phenix83

@Vérité .C’est vrai le barrage de St Cassien est en limite du Var et des Alpes Maritimes ,il a la puissance pour alimenter une ville de 15 à 20000 habitants .Le département du Var a une population de 1,5 millions de personnes.

Posté le 25-10-2020 à 09:48:15 par Phenix83

@Positron ,c’est vrai que la voiture électrique à batterie consomme en roulant environ 4 fois moins d’énergie que la mème voiture qui serait équipée d’une pile à combustible hydrogène .Il faut de l’ordre de 60 kWh pour fabriquer 1 kg d’hydrogène à 700 bars et avec ce kilo de H2 vous arrivez à parcourir 100 km (Mirai Toyota) .En comparaison la voiture ZOE de Renault (ou équivalent batterie) consomme de l’ordre de 15 kWh au 100 km.Ces chiffres sont des énergies nécessaires au mouvement des véhicules ,ils ne tiennent pas compte de l’énergie qui aura été nécessaire pour fabriquer les composants de ces voitures.

Posté le 25-10-2020 à 13:19:24 par Vérité

@Phenix83
Il faut corriger vos dires, sinon c’est un mensonge par omission : "La voiture ZOE de Renault (ou équivalent batterie) consomme de l’ordre de 15 kWh au 100 km.Ces chiffres sont des énergies nécessaires au mouvement des véhicules,ils ne tiennent pas compte de l’énergie" nécessaire à produire l’électricité pour alimenter la batterie.
Soyez honnête et intégrez l’ensemble de la filière.
A ce titre combien le barrage de St Cassien serait-il capable de produire sur une année type ? Actuellement il est utilisé principalement en pointé.

Posté le 25-10-2020 à 20:16:38 par nouh

#Vérité; A part critiqué, écrire c’est faux, vous proposez quoi????
Vous me faites penser à ces spécialistes(dans tous les domaines) qui critiquent tout mais n’ont aucune solution viable à court ou moyen terme......
Il n’y a pas LA solution, mais DES solutions et l’hydrogène en fait parti notamment pour les véhicules qui ont un poids total en charge élevé sur route mais aussi sur les rails.....
PS: vous oubliez toujours le recyclage des batteries dans votre consommation.

Posté le 26-10-2020 à 09:23:17 par Vérité

@nouh
C’est bien parce que je suis conscient que l’H2 est une brique de la solution que je relève les mensonges des activistes de la bagnole électrique qui en s’attaquant au diesel ou à l’hydrogène font diversion pour ne pas se remettre en question.
Pour le recyclage des batteries vous avez tout à fait raison de souligner la grosse consommation énergétique pour séparer les composants, tout comme à la fabrication. Consommations d’énergie toujours passées sous silence par les activistes de la bagnole électrique tout comme celle nécessaire à produire l’électricité ou la pollution aux particules par abrasion.

Posté le 26-10-2020 à 11:34:38 par Phenix83

pour revenir au thème de l’article,l’auteur pourrait il indiquer si le plan d’implantation des hydrolyseurs à Toulon est accompagné d’un plan de développement d’énergies renouvelables ,éolien ,photovoltaique à panneaux ,photovoltaique à concentration,biomasse ou autre ,auquel cas cette opération pourrait avoir du sens. Sinon on ne voit pas l’intérèt économique de passer par un stage intermédiaire qui dégrade autant l’énergie.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Gaussin noue des partenariats pour des poids lourds routiers électriques
Fin novembre 2020, Gaussin a signé 2 accords stratégiques pour son développement. Celui qui le lie à Magna International porte sur une licence exclusive qui lui est...
Vers une extension des Zones à Faibles Émissions
Lors de la dernière réunion du Conseil National de l’Air organisée le 18 novembre, la Ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a confirmé la volonté du...
Renault va convertir son usine de Flins à l’économie circulaire
Située dans les Yvelines, l’usine de Flins est l’un des sites emblématiques de Renault. Il est notamment le site de production unique du best-seller de la mobilité...
Les utilisateurs témoignent en vidéo sur la chaîne YouTube de l’AVEM
Chers lectrices et lecteurs de l’AVEM, Aujourd’hui, nous inaugurons la rubrique « les utilisateurs témoignent » de notre chaîne YouTube. A travers cette nouvelle...
Fastned sur le point d’arriver sur les autoroutes françaises avec ses bornes de recharge rapide
Depuis l’arrêt de pratiquement toutes les bornes de recharge du réseau Corri-Door, les autoroutes françaises manquent cruellement de bornes de recharge rapide pour...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact