Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 23/03/2018 à 07:35 par Philippe Schwoerer - Lu 3159 fois - 15 commentaires


Bolloré et Heuliez retenus pour fournir des bus électriques à la RATP


Depuis fin 2015, la RATP teste des modèles de bus électriques aux catalogues de différents constructeurs dont BYD, Yutong associé à Dietrich Carebus, Solaris, Irizar, Bolloré et Heuliez Bus. Ces 2 derniers ont été choisis pour fournir sur 2 ans des bus électriques selon une enveloppe comprise pour chacun entre 5 et 20 millions d’euros. A environ 500.000 euros l’unité, chacun des constructeurs délivrait donc entre 10 et 40 exemplaires de leurs Bluebus et GX 337 Elec respectifs, des modèles tous les 2 labélisés « Origine France garantie ». « Avec ce nouveau lot, Heuliez Bus remporte sa plus grosse commande de bus 100% électriques et conforte son leadership dans le développement de bus zéro émission », commente le constructeur installé à Rorthais (79).

AAP de février 2017

Les bus électriques qui vont être progressivement livrés d’ici au début de l’année 2020 ne font pas partie du massif appel d’offres lancé par la RATP en janvier dernier (voir notre article), mais d’une opération plus ancienne remontant à février 2017. Dans cette dernière, la RATP et le STIF (aujourd’hui Ile-de-France Mobilités) attendaient des constructeurs « qu’ils proposent des bus électriques standards 12 mètres mais aussi, et pour la première fois, en option, des bus articulés 18 mètres et/ou en configuration bus à haut niveau de service (BHNS) ». A ce stade, il s’agit encore pour les organismes franciliens « d’expérimenter de nouvelles technologies en matière de confort climatique (le chauffage sera électrique et ne devra pas consommer trop d’énergie), de mesurer la performance des dernières générations de batteries, et l’interopérabilité entre les bus et les bornes de charge ». Outre la durée du marché (2 ans), et l’enveloppe globale (un montant minimum de 10 millions d’euros et maximum de 40 millions, l’AAP mentionne que l’opération porte sur « deux lots identiques et chaque lot sera attribué à un titulaire différent ». Depuis quelques jours, on connaît le nom des titulaires : Bolloré et Heuliez Bus. A noter que le communiqué de presse émis par ce dernier en date du mardi 20 mars 2018 réduit l’enveloppe maximum à 10 millions d’euros par constructeur choisi. Erreur ou réajustement ?



Bus 2025

Dans le cadre du plan Bus 2025, il s’agit de remplacer intégralement la flotte des 4.700 et quelques bus de la RATP par des modèles plus vertueux, distribués par plusieurs constructeurs. Cette flotte sera composée pour le tiers de bus au biogaz, et pour le reste, -soit plus de 3.100 unités -, de bus électriques. Les quelques dizaines d’exemplaires qui font l’objet des 2 tout récents contrats arriveront donc encore dans une des premières phases de déploiement du vaste programme. A ce jour, la RATP compte 74 bus électriques dans son parc, 140 fonctionnant au bioGNV, et 800 modèles hybrides dont une bonne part a été livrée par Heuliez Bus. L’étape 2020 de la feuille de route prévoit que la flotte aura déjà été renouvelée à hauteur de 50% par des « bus propres ». Fin décembre 2017, la RATP rappelait que les 23 bus en circulation sur la ligne 341 (Charles de Gaulle - Etoile / Porte de Clignancourt) étaient déjà tous passés à la propulsion électrique. Dès les premiers mois de la présente année 2018, c’est au tour des lignes 115 (Porte des Lilas / Château de Vincennes), et 126 (Parc de St-Cloud / Porte d’Orléans) de recevoir chacune 10 bus électriques. Pour la première, Ile-de-France Mobilités précise que ce sont les Bluebus qui ont été retenus. Pour la ligne 126, il est question de bus « équipés d’un système de recharge partielle en terminus par pantographe inversé ».

GX 337 Elec

Dans son communiqué, Heuliez Bus présente rapidement son modèle GX 337 Elec qui embarque une chaîne de propulsion commune à tous les modèles électriques de la gamme. « Les GX Elec sont équipés d’un moteur électrique de 120/195 kW et de batteries Lithium-ion NMC de 360 kWh qui se répartissent en huit packs, six installés sur le toit et deux dans le compartiment arrière. Pour le stockage d’énergie, Heuliez Bus a choisi des batteries de la marque Forsee Power, société française implantée à Moissy-Cramayel en Région Ile-de-France, leader et spécialiste des systèmes de batteries intelligentes ». Heuliez Bus indique que son GX 337 Elec bénéficie « de l’autonomie nécessaire afin d’assurer une journée d’exploitation et se recharge de nuit au dépôt en quelques heures ». L’opération se déroule via « une prise Combo 2 située à l’arrière des véhicules pour optimiser l’espace de recharge dans le centre bus ». Pour rappel et comparaison, les Bluebus, construits à Ergué-Gaberic près de Quimper, dans le Finistère, reçoivent des batteries exploitées seulement par Bolloré pour tous ses différents véhicules, depuis la Bluecar, et, en partenariat avec le groupe breton, par Citroën dans la E-Méhari. Si le fait de devoir conserver à une température d’environ 60° C les accumulateurs freine considérablement les ventes des citadines branchées de Bolloré aux particuliers, le scénario est beaucoup plus transparent dans les bus.



90 passagers

« Conçue sur le modèle de l’architecture traditionnelle des bus GX, la configuration de l’espace passagers reste comparable aux modèles conventionnels de la marque, soit le meilleur rapport habitabilité/énergie embarquée/autonomie sur le marché des bus électriques », assure Heuliez Bus. Equipés de 2 portes électriques, d’une vaste plateforme centrale, les GX 337 Elec peuvent accueillir plus de 90 passagers dans d’excellentes conditions de confort. Ils sont parfaitement accessibles aux personnes à mobilité réduite puisqu’ils disposent d’une rampe d’accès, de 2 emplacements pour les usagers en fauteuil roulant et de 4 sièges PMR », détaille le communiqué. Ce dernier n’oublie pas le chauffeur : « Le poste de conduite surélevé offre une excellente visibilité sur le trafic routier et une position appropriée pour accueillir les passagers à bord. Outre l’affichage couleur de l’autonomie restante au tableau de bord, ces bus sont également équipés d’un système de conduite rationnelle pour améliorer encore le confort du conducteur ».


Mots clés : Bolloré | Heuliez | bus | électrique | RATP | Bluebus | GX 337 Elec
Catégories : Bus électrique et hybride |

Commentaires

Posté le 23-03-2018 à 08:11:59 par ZoéT

Entre 10 et 40 bus pour la plus grosse commande Heuliez Bus ? Pour de si petits nombres ?

Posté le 23-03-2018 à 09:17:25 par Psyl

@ZoéT : Il faut bien lire. C’est plus grosse commande Heuliez Bus de bus >électriques<.

Sinon encore des zebras chez Bolloré, c’est pénible. D’ailleurs si on lit bien, on s’aperçoit que contrairement aux Heuliez bus, les bus bolloré ne tiennent pas une journée puisqu’elles ont besoin d’une recharge partielle en terminus !

Posté le 23-03-2018 à 09:28:11 par pdebano

"les GX 337 Elec peuvent accueillir plus de 90 passagers dans d’excellentes conditions de confort" tout se laisse écrire mais je doute que l’écriture de cette phrase se soit faite dans le bus avec plus de 90 voyageurs. Au fait, plus c’est 91, 100, 110?

Posté le 23-03-2018 à 09:41:55 par ZoéT

@Psyl
J’avais bien compris et je voulais dire que ça me paraissait peu pour une plus grosse commande, même en bus électriques. Même si ce sont des batteries chaudes, les LMP et Zebra, je crois pas que ce sont les mêmes technologies.

Posté le 24-03-2018 à 15:02:05 par MaglioZE

Pareil pour moi. On parle que quantités très importantes de bus électriques à venir à Paris et de grosses commandes en Chine. Du coup, 10 ou 40 bus électriques, ça ne parait pas beaucoup.

Posté le 26-03-2018 à 02:04:22 par Nicoptimiste

Meanwhile, Shenzen : 16000 bus électriques en 3 ans. Et probablement pas avec une technologie aberrante et dépassée comme des batteries perdant la charge si T° inférieure à 60°C...

Posté le 26-03-2018 à 09:41:17 par ZoéT

Voilà, 40 bus électriques, à côté, ça fait pas lourd !

Posté le 27-03-2018 à 10:05:48 par PMC

Il faut bien un début ! Les grosses commandes vont progressivement arriver.

Posté le 27-03-2018 à 16:54:54 par Tickist

C’est une erreur de communication de la part d’Heuliez Bus de faire s’arrêter sur ce chiffre de 40 bus électriques comme étant sa meilleure commande dans le domaine. Ca place l’entreprise en comparaison avec les autres constructeurs de ces bus, dont les chinois. La différence des ordres de grandeur sautent alors immanquablement aux yeux. Mais il ne faut pas s’y arrêter. Comme le dit PMC, les grosses commandes vont arriver. C’est en tout cas à espérer.

Posté le 27-03-2018 à 20:23:53 par nouh

Les grosse commandes ne pourront arriver,.... peut-être,surement, mais pas tout de suite.
Commander des bus, c’est facile, mais réaliser la mutation technique des centre bus beaucoup moins.
On ne passe pas facilement à 10MW par centre bus(soit environ 10 fois plus qu’aujourd’hui) en tapant dans les mains. La puissance installée est importante, contraignante tant en distribution qu’en sécurité. Il faut ensuite distribuer pour 80 à 120 bus et plus suivant les centre bus, les prises de charge, alors qu’au paravent le poste charge était unique, etc...et toute cette puissance installée ne servira à personne dans la journée...dommage.
Les bus électriques arriveront progressivement en fonction de ces aménagement couteux, dont on ne parle pas assez et qui comme pour la voiture électrique démontre encore une fois que l’achat d’un véhicule électrique dépend de sa facilité d’utilisation... malheureusement une batterie n’a pas la puissance à poids égale d’un litre de gasoil et ne se rechargera toujours pas aussi rapidement et sa durée de vie est limitée.
Le bus à gaz est fiable, pas plus polluant que l’électrique(pas sur que nos centrales fournissent demain(2025/2030) assez de puissance à tout le petit monde de l’électrique!!!) et avec une souplesse d’utilisation que n’offre pas le bus électrique, mais les politiques préfèrent s’attaquer aux bus plutôt qu’aux camions, aux cheminées, aux chaudières et à l’isolation des maisons chauffées à l’électricité. Cherchez l’erreur.

Pour les achats, je m’étonne que l’on puisse encore acheter des bus Bolloré avec leurs contraintes de charge et de maintient en température!!! Mais, là encore, nos politiques imposent à la RATP de faire plaisir à M. B..
Je crois savoir que les achats étaient séparés, et pour cause car jamais un bus Bolloré ne peut répondre à un cahier des charges identique à celui des bus Heuliez ou autres.
Mais cela aussi, on en parle pas, sauf peut-être dans 5 ans à "cash investigation" comme pour Véolia!!!

Posté le 28-03-2018 à 10:31:20 par TEC89

@nouh
Vous avez tout à fait raison de rappeler les contraintes de la recharge des bus électriques. C’est un point majeur trop souvent oublié. Le GNV est sans doute la meilleure alternative aux bus diesel.

Posté le 28-03-2018 à 13:57:25 par Christophe

http://www.journaldelenvironnement.net/article/gaz-naturel-une-etude-sur-les-particules-emises-lors-de-la-combustion,15503
"Si des particules de taille comprise entre 1 et 10 nanomètres (nm) de diamètre se forment lors d’une combustion de gaz d’une chaudière à condensation, leur concentration est faible, de l’ordre de 0,1 milligramme par normo-mètre cube (mg/Nm3) du fait de leur oxydation dans la zone de la flamme.
En revanche, la combustion de gaz résultant d’un brûleur de gazinière engendre des concentrations plus importantes de particules, de 5 mg/Nm3; ainsi qu’une «quantité signifiante» d’hydrocarbures aromatiques polycycliques, solubles dans l’eau.
Les chercheurs ont constaté l’absence de particules de suie, d’une taille comprise entre 10 et 100 nm."

J’aimerai avoir une comparaison en terme de pollution (y compris d’usure) et de GES entre les bus suivants :
- bioGNV,
- ED95,
- électrique.

Posté le 29-03-2018 à 08:47:44 par Christophe

Article intéressant : http://www.gaz-mobilite.fr/actus/autocars-emissions-reelles-diesel-gnv-ethanol-etude-ademe-scania-crmt-1909.html
La publication de l’Ademe est disponible ici : https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/norme-euro-6-ademe-scania.pdf
On y voit que pour les polluants (hors particules dont l’Ademe ne fait même pas mention), on obtient des émissions bien inférieures à la norme Euro6 pour les 3 versions (ED95, GNV et diesel).
On note une consommation de gazole de 30,8 l / 100 km en urbain en concordance avec les 28 à 38 que j’ai indiqués sur un autre fil.
On note aussi que le bus à l’ED95 émet 11,7 kgCO2eq/100 km en urbain du puits à la roue.
A comparer aux 8,2 kgCO2eq/100 km estimés sur un autre fil pour un bus électrique.
Du coup les 58 t CO2eq pour la fabrication de la batterie, annulés en moins d’1 an d’exploitation par rapport à la version au gazole, ne sont jamais annulés sur la durée d’exploitation d’un bus par rapport à un bus à l’ED95.

Concernant les particules il est intéressant de noter les propos suivants : "Les particules n’ont pas été mesurées parce qu’il n’y a pas de système suffisament sensible pour mesurer le peu de masses de particules lorsque les véhicules sont en exploitation" note Gilles Baustert, Directeur Marketing/Communication de Scania.
On peut donc noter que la masse des particules est faible en exploitation pour les 3 types, mais on le savait déjà.

Donc au final, pour des agglomérations de province, n’est-il pas préférable de transformer les bus Euro 5 et Euro 6 pour les faire fonctionner à l’ED95 (éthanol à 95 % + 5 % d’additifs permettant de l’utiliser dans un moteur diesel) ? Ce sera encore plus efficace pour réduire les émissions de GES que de remplacer quelques bus par des électriques.

Le plus gros producteur d’ED95 en France est Raisinor en Gironde et l’éthanol est produit à partir des résidus de vinification. Quand on sait que la France est un gros exportateur d’éthanol (de type renouvelable), ne serait-il pas préférable d’orienter toute cette production vers les bus urbains ?

Posté le 05-04-2018 à 23:10:31 par Nicoptimiste

N’importe quoi, peu m’importe, mais plus de bus diesels. Affreux en ville.

Posté le 06-04-2018 à 07:03:04 par Christophe

@Nicoptimiste
"Affreux en ville" que voulez-vous dire ?



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 20/09/2018 au 22/09/2017 - Cagnes-sur-Mer

Du 20 au 22 septembre 2017 auront lieu la seconde édition des Journées AVEM de l'électro-mobilité. Lors des deux premières journées, les 20 et 21 septembre, des...
A lire également / sur le même thème Un pas vers la conversion des voitures thermiques en électriques
L’ElectroCox, convertie d’une Volkswagen Coccinelle de 1971 par Brouzils Auto, témoigne du meilleur de ce qu’il est possible d’obtenir d’une conversion de voiture...
Switch Mobility : Mobilité à deux-roues électriques aux Antilles
Dans ce contexte d’embouteillages chroniques à la Martinique et à la Guadeloupe, Anthony Mason et son équipe de Switch Mobility proposent diverses solutions qui visent...
Le concept de sportive électrique Renault DeZir au Vendée énergie Tour
Ce n’est qu’en mars 2013 que la Renault Zoé a été commercialisée en France. Elle avait été cependant présentée au salon de Francfort en 2009, puis au Mondial de...
Electriques et hybrides rechargeables : Progressions en mai 2018
Voitures particulières électriques et hybrides rechargeables, utilitaires branchés : ces 3 marchés affichent à nouveau des chiffres à la hausse en mai 2018. Sans grand...
Vendée énergie Tour : Rallye des ambassadeurs en voitures électriques
Samedi dernier, 9 juin 2018, se déroulait le classique Rallye des ambassadeurs en voitures à énergie alternative, un événement qui, au sein du Vendée énergie Tour,...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact