Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 12/04/2018 à 10:46 par Philippe Schwoerer - Lu 2418 fois - 12 commentaires


C’est aujourd’hui que démarre le Paris-Amiens par FlixBus / B.E. green


Le 14 mars dernier, nous avons publié un article sur la première ligne longue distance (150 kilomètres) en car électrique, devenue réalité grâce à un partenariat entre FlixBus et notre adhérent B.E. green. Inauguré hier, le service a démarré ce jeudi 12 avril à 8h30 dans le sens Amiens vers Paris-La Défense, via Ermont et Eaubonne (95). Les 2 partenaires collaborent depuis plus d’un an afin de proposer 2 véhicules branchés identiques qui intégrent les standards en matière de transport à longue distance, en dépit des contraintes imposées par les 12 batteries de traction nécessaires à son fonctionnement. Chacun des engins qui a désormais revêtu son flocage définitif offre 49 places équipées du WiFi gratuit et de prises USB. Une soute est disponible pour embarquer les bagages des voyageurs. Par rapport à un équivalent diesel, l’emploi des cars Yutong ICe 12 électrique fera économiser près de 140 tonnes de CO2 par an. Les tarifs et horaires nous ont été transmis.

Un aller-retour minimum 7/7

Du lundi au jeudi, un car Yutong ICe 12 électrique, - préparé en France par Dietrich Carebus -, s’élancera à 8h30 depuis la gare SNCF d’Amiens pour arriver à Paris-La Défense à 10h45, soit 2h15 plus tard. Il repartira vers la Somme à 15h30 et déposera ses passagers à son terminus à 17h45. Les vendredis et dimanches, un trajet supplémentaire Amiens-Paris est programmé, avec un départ à 20h15 pour une arrivée à 22h30. Idem les samedis, mais avec des horaires différents : départ à 15h00 avec une arrivée à 17h15. Ce doublement de la navette est également proposé dans le sens Paris-Amiens. Départ à 13h00 avec une arrivée à 15h15 les vendredis et dimanches ; et un service les samedis : 8h00-10h15. Selon les partenaires, « cette ligne, d’une distance d’environ 150 km, a été conçue pour combiner trois impératifs : permettre d’effectuer un A/R dans la journée entre Amiens et Paris-La Défense ; doubler les dessertes les week-end et jours fériés afin d’être au plus près de la demande grâce à un 2e car ; respecter l’autonomie des batteries du car (200 km) tout en intégrant le temps de charge entre les trajets ».



6,99 euros

Avec cette ouverture de la ligne branchée Flixbus Amiens-Paris et retour, c’est une nouvelle étape de la mobilité collective à longue distance qui est posée aujourd’hui. Ce palier est franchi en France moins de 3 ans après la libéralisation des liaisons commerciales de transport en commun. Très symboliquement, cette navette s’affiche comme « la plus écologique du marché ». Dans un communiqué de presse commun émis hier, mercredi 11 avril 2018, FlixBus et B.E. green indiquent démontrer « qu’il est possible de concilier accessibilité et écologie à grande échelle avec cette nouvelle ligne régulière dont le prix de départ est de 6,99 euros pour relier Amiens à Paris-La Défense ». Directeur général de FlixBus France, Yvan Lefranc-Morin commente : « Avec ce lancement inédit nous confirmons notre rôle de pionnier d’une mobilité accessible à tous, en France comme en Europe ». De son côté, pour B.E. green, son président Patrick Mignucci, répond, fort de ses choix qui privilégient l’environnement : « En tant qu’acteur de la transition énergétique, nous sommes fiers de contribuer au développement et à l’accessibilité du transport collectif propre en France ».


Lien

CP B.E. green - Flixbus





Pour plus d'information

B.E. green

55, rue Tabuteau
78530 BUC

Tel : 01.39.07.14.75
Mail : contact@b-e-green.com
Site : http://www.b-e-green.com

B.E. green est adhérent de l'AVEM et soutient nos actions.
Accéder à la fiche adhérent de B.E. green


Mots clés : car | autocar | électrique | Paris | Amiens | FlixBus | B.E. green | Yutong
Catégories : Bus électrique et hybride |

Commentaires

Posté le 12-04-2018 à 11:24:34 par soub56

Cette liaison par bus électrique montre à l’évidence que les transports locaux de proximité peuvent être assurés autrement que par des lignes SNCF non rentables. Pourquoi entretenir une ligne secondaire SNCF de 100 km pour un ou deux trains par jour, quasiment vides, avec un conducteur, un contrôleur et du personnel en gare? Le service au profit du public peut assuré différemment que par des "nantis grévistes" défendant leurs prérogatives au prétexte de service public. Le public a besoin de transport : que ce soit des trains là où c’est rentable, oui bien sûr, quand ce n’est pas rentable, des bus. Le service public sera assuré et nos impôts utilisés à meilleur escient.

Posté le 12-04-2018 à 12:00:06 par Christophe

@soub56
A propos de nos impôts et de leur utilisation à bon escient, savez-vous que les collectivités locales dépensent 9 fois plus pour les voitures que pour les transports en commun ?
Est-ce de l’argent utilisé à bon escient ?
J’en doute quand je calcule les externalités liées à la voiture.
Les nantis ne sont finalement peut-être pas ceux que vous pointez du doigt.

Pour votre information : http://www.hautsdefrance.fr/trains-intercites/
https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/10-nouvelles-rames-intercites-paris-amiens-boulogne-septembre-2018-1227489.html
Le Bombardier Regio2N c’est 350 places assises mini., manifestement on est très loin de la ligne non rentable dont le service est plutôt assuré avec des trains de 80 places assises.

Posté le 12-04-2018 à 16:10:19 par Jojotelemark

Faire 300 km par jour avec un car, est-ce vraiment rentable? Un bus RATP dans Paris fait 200 km par jour.

Posté le 13-04-2018 à 09:25:46 par MaglioZE

Par curiosité, je le prendrais bien une fois ce car. Trop loin de chez moi, mais j’imagine Flixbus en utiliser pour d’autres lignes.

Posté le 15-04-2018 à 10:19:00 par Un témoignage...

Ce serait sympa d’avoir le témoignage d’un des premiers voyageurs...

Posté le 15-04-2018 à 20:06:40 par Tickist

Quelle probabilité pour qu’un voyageur lambda de cette ligne passe par ce site ?

Posté le 16-04-2018 à 16:37:57 par Citro

La rentabilité de la SNCF a été sacrifiée par ses dirigeants depuis fort longtemps, quand transporter des marchandises est devenu meilleur marché par camion que par train. Cela a été planifié...
Les bus, électriques ou non circulent sur les mêmes infrastructures que les automobiles. Les embouteillages quotidiens nous renseignent sur l’état de saturation du réseau... Les bus électriques sont une partie des solutions alternatives à la voiture. Le train reste une excellente solution pour se déplacer rapidement (l’avantage incontestable du transport en site propre), à condition que les instances dirigeantes de la SNCF travaillent en ce sens... ce qui n’est pas le cas depuis quelques décennies...

Posté le 16-04-2018 à 17:11:59 par Christophe

@Citro
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030824347 fastPos=1 fastReqId=805986665 categorieLien=id oldAction=rechTexte
"Arrêté du 30 juin 2015 fixant le montant d’un dividende dû à l’Etat par SNCF Mobilités"
"Un dividende fixé à 62 700 000 € est versé à l’Etat par SNCF Mobilités. Le versement du dividende est exigible dès publication de cet arrêté."
Selon wiki "SNCF Mobilités est chargé de l’exploitation des trains de voyageurs et de marchandises en France."
Etonnant qu’une entreprise non rentable verse un dividende à son unique actionnaire ?

Depuis 2016, le dividende sert à réduire la dette, dont plus de 50 % est due à la construction du réseau (dont LGV) et 25 % aux lignes déficitaires (pour lesquelles dans le cadre de l’ouverture à la concurrence l’Etat devra verser une compensation d’exploitation - c’est pour cela qu’un certain nombre de Train d’Equilibre du Territoire ont été abandonnés par l’Etat). Pendant très longtemps c’est bien l’activité TGV et l’activité IC rentable (par exemple Toulouse - Marseille) qui finançaient les activités non rentables.

Si le fret a été réduit, c’est parce qu’à l’ouverture à la concurrence, il n’a pas été imposé aux entrants de faire du wagon isolé. Ils sont allés uniquement vers le train massif beaucoup plus rentable et le wagon isolé a été abandonné par Fret SNCF faute de rentabilité, mettant des camions sur la route.

Posté le 16-04-2018 à 18:04:57 par soub56

@christophe
Les collectivités locales dépensent 9 fois plus pour les voitures que pour les transports collectifs?
1) Quand vous dites voitures, vous pensez infrastructures routières je suppose? Ces infrastructures routières ne servent-elles pas également aux transports collectifs ( bus) et au transport de fret ( camions)?
2) Combien de personnes transportées par les transports collectifs? Combien de personnes en transport individuel? Je n’ai pas la réponse précise, mais il suffit de se mettre au bord de la route et de compter les voitures et le nombre de passagers, les bus et le nombre de passagers, pour en avoir une première estimation. Sur la route principale près de chez moi, 2 bus de ramassage scolaire ( bien remplis) et 2 bus de transport de passagers ( presque vides...), soit environ 300 personnes transportées, à comparer aux 5 000 à 10 000 voitures par jour, soit environ 10 000 personnes, soit un rapport de 1 à 30, à comparer à votre rapport de 1 à 9 pour les dépenses des collectivités locales.
Alors, pour qui les collectivités locales dépensent-elles le plus? Le transport collectif ou le transport individuel?
3) Parlons de la dette de la SNCF, en partie due aux investissements TGV ( 30 G€ ?), en partie due à une mauvaise gestion ou organisation ( 20 G€ ?). Si, ou plutôt quand l’état la remboursera, c’est tout de même inéluctable,cela fera environ 1 000 € par français. Vous êtes prêts à donner 1 000€ à des individus qui sabotent l’économie française et qui compliquent la vie de travailleurs moins bien lotis qu’eux, contraints d’aller gagner leur croûte dans des wagons surchargés?

Posté le 16-04-2018 à 18:44:05 par Christophe

@soub56
Dans ma ville il a été construit un parking souterrain en hyper-centre que je n’utilise pas du fait que je suis à moins de 10 minutes à pied de l’hyper-centre.
Comme l’automobiliste moyen ne veut pas payer son stationnement, il était sous utilisé et donc pour le remplir il a été décrété 1 h gratuite. Ce parking n’est pas utilisable ni par des camions ni par des bus. A votre avis qui paye pour ce parking ?
Bien évidemment le contribuable de la ville via ses impôts locaux.
Je préférerai largement que ma contribution pour ce parking aille aux TC ce qui réduirait les nuisances liées à la voiture.
Et ce parking est loin d’être un cas isolé, il en est de tous les parking de la ville et d’une grande partie des voiries de la ville payés par les habitants pour subir les nuisances de ceux qui sont allés habiter à l’extérieur pour des raisons économiques ou pire pour ne pas subir les nuisances des automobiles !

Concernant la SNCF, vous reconnaissez donc 30 G€ sont liées à la construction des infrastructures. Quel est le montant lié à la construction de routes dans la dette de la France ? C’est être vraiment de mauvaise foi que de dire que rembourser les emprunts liés à la construction de ces infrastructures c’est donner de l’argent "à des individus qui sabotent l’économie française". Je pourrai donc dire que construire des routes, c’est donner de l’argent à ceux qui les empruntent et bien que les externalités liés à leur choix sont énormes. Et pourtant combien ont fait le choix d’aller résider en dehors de la ville où ils travaillent pour des questions économiques, soit disant parce que le logement et les impôts locaux sont moins chers ? Sans prendre en compte les coûts qu’ils ne supportent pas de leurs choix.
Manifestement selon vous maintenir une ligne en milieu rural, cela relève de la mauvaise gestion. C’est être vraiment de mauvaise foi que de dire que financer ces lignes c’est donner de l’argent "à des individus qui sabotent l’économie française".
Donc quelle est la part réelle de la dette du réseau ferré français réellement imputable au statut des cheminots ("individus qui sabotent l’économie française et qui compliquent la vie de travailleurs moins bien lotis qu’eux") ?

Posté le 16-04-2018 à 19:19:32 par Christophe

https://jancovici.com/transition-energetique/pourquoi-ne-pas-privatiser-la-totalite-du-reseau-routier/
Excellente analyse que je partage.
Moi aussi je suis dans l’attente du coût réel d’un kilomètre parcouru en voiture et donc de la part de ce coût (à mon avis très importante) payée par le contribuable et non par l’utilisateur.

Posté le 16-04-2018 à 19:22:38 par Christophe

Pour mémoire, sur le fil Innovation Day, j’ai déjà évalué les externalités :
- pollution 48 000 morts/an soit 101,3 milliards €/an
- bruit : 20,6 milliards d’euros par an, en ne prenant en compte que l’exposition des personnes à leur domicile,
- encombrements : 17 milliards d’euros / an,
- sédentarité : 10,5 milliards €/an circule si 5 % des 37 millions de sédentaires changeaient leur mode de vie.
On est déjà à 170 milliards/an soit 2 552 €/an.habitant. Qui paye ces gaspillages, essentiellement la sécurité sociale donc les cotisants.

2 552 €/an.habitant à mettre en relation avec "1 000 € par français". Un bon gestionnaire préfère dépenser 1000 € une seule fois que 2552 €/an.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 20/09/2018 au 22/09/2017 - Cagnes-sur-Mer

Du 20 au 22 septembre 2017 auront lieu la seconde édition des Journées AVEM de l'électro-mobilité. Lors des deux premières journées, les 20 et 21 septembre, des...
A lire également / sur le même thème Résiliation du contrat Bolloré-Autolib’ : Ils réagissent !
A la suite d’un courrier daté du 25 mai, adressé par le groupe Bolloré au syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole, la concession accordée à l’industriel breton devrait...
Loin en Citroën C-Zero : Le feeling et les astuces de Jérôme Fresnay
Qui ne connaît pas Jérôme Fresnay qui s’est illustré, dans différents rallyes en véhicules électriques, par son éco-conduite ? Cette notoriété lui a valu d’être invité...
Un pas vers la conversion des voitures thermiques en électriques
L’ElectroCox, convertie d’une Volkswagen Coccinelle de 1971 par Brouzils Auto, témoigne du meilleur de ce qu’il est possible d’obtenir d’une conversion de voiture...
Switch Mobility : Mobilité à deux-roues électriques aux Antilles
Dans ce contexte d’embouteillages chroniques à la Martinique et à la Guadeloupe, Anthony Mason et son équipe de Switch Mobility proposent diverses solutions qui visent...
Le concept de sportive électrique Renault DeZir au Vendée énergie Tour
Ce n’est qu’en mars 2013 que la Renault Zoé a été commercialisée en France. Elle avait été cependant présentée au salon de Francfort en 2009, puis au Mondial de...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact