Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 07/08/2018 à 11:45 par Philippe Schwoerer - Lu 2274 fois - 3 commentaires


Daimler s’assure une chaîne d’approvisionnement plus vertueuse


Il est révolu le temps où les industriels pouvaient en total impunité et de façon secrète profiter des faiblesses humaines, politiques et des réseaux d’approvisionnement en matières premières. Depuis des années, les ONG guettent et médiatisent tout ce qui peut poser problème pour l’environnement, la santé publique et la dignité des hommes, dont celle des enfants. « Presque deux ans après la première enquête d’Amnesty International, de nombreuses entreprises n’ont toujours pas démontré qu’elles prenaient les mesures appropriées afin de garantir que leurs produits ne comportent pas de cobalt extrait par des enfants et des adultes dans des conditions de travail dangereuses », s’indignait en novembre dernier l’ONG dans son rapport intitulé « Time to recharge » (). Et justement, l’origine du cobalt est au cœur de son programme « pour une chaîne d’approvisionnement en matières premières durable », rejoignant dans plusieurs initiatives diverses organisations, associations et quelques concurrents. « Nous sommes conscients de notre responsabilité dans l’approvisionnement en matières premières et nous mettons en commun nos forces grâce à la coopération avec d’autres entreprises », confirme dans un communiqué de presse daté du 2 août dernier Sabine Angermann, responsable des achats et de la qualité des fournisseurs de matières premières chez Mercedes-Benz Cars.

RSE

Pour une société, prendre en compte volontairement dans son activité les enjeux sociaux, éthiques et environnementaux relève en France de ce que l’on nomme la responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Et c’est exactement dans ce cadre que le groupe Daimler a pris des engagements. « Les objectifs communs sont clairs : normes certifiables, origines sûres et transparence dans l’approvisionnement en matières premières à haut risque et amélioration tangible des conditions de travail et de la vie des populations locales. En s’associant, Daimler AG renforce son engagement envers les initiatives et promeut activement une plus grande transparence dans les chaînes d’approvisionnement mondiales en matières premières. L’entreprise franchit ainsi un autre pas important vers la formation de la mobilité durable », plaide son service de communication. Si Daimler n’a pas attendu juillet 2018 pour s’activer en interne, - parfois, et sans doute même souvent sous la pression extérieure, dont celle de l’Europe -, les initiatives sur lesquelles le groupe communique actuellement se concentrent sur l’achat de cobalt, d’acier et d’aluminium, parmi les 50 matières premières potentiellement à haut risque identifiés par le groupe. « A chaque initiative, nous poursuivons des objectifs concrets et sommes déterminés à les mettre en œuvre. Nous nous sommes engagés à appliquer des normes certifiables pour créer et mettre en œuvre une compréhension commune du développement durable tout au long de la chaîne logistique », met en avant Sabine Angermann.

Mobilité électrique

Avec un ambitieux programme de développement à venir de véhicules électriques et hybrides rechargeables, Daimler ne pouvait que se positionner de façon claire sur l’approvisionnement durable en matières premières entrant dans la fabrication des batteries de traction, dont le cobalt, le lithium, le nickel, le cuivre et le manganèse. « L’expansion de l’électro-mobilité impose de nouvelles exigences à l’industrie automobile et en particulier aux achats », souligne Sabine Angermann. Avec les technologies actuelles communément employées pour la fabrication des batteries de traction lithium-ion, le cobalt apparaît comme un matériau rare et stratégique, extrait dans des pays aux politiques environnementales, humaines, et sanitaires absentes ou peu exigeantes. « Les entreprises qui travaillent avec le cobalt en tant que matière première risquent de ne pas pouvoir exclure complètement la violation des droits de l’homme lors de l’extraction de ce minerai », explique Daimler AG qui a choisi de s’entourer d’un maximum de garanties en rejoignant l’initiative Responsible Cobalt. Par cet intermédiaire, et en collaboration avec d’autres entreprises et des ONG, mais aussi des représentants gouvernementaux et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le groupe d’origine allemande participe à l’élaboration « de mesures visant à lutter contre les risques sociaux et écologiques tout au long de la chaîne d’approvisionnement en cobalt ». Avec quel objectif premier ? « Exclure le risque du travail des enfants et accroître la transparence et la gouvernance », assure Daimler AG.

L’aluminium et l’acier aussi

L’aluminium joue un rôle de plus en plus important dans la construction des voitures électriques, car il est beaucoup plus léger que l’acier. C’est pourquoi Daimler a également rejoint l’Aluminium Stewardship Initiative qui soutient la mise en place d’un système de certification indépendant pour l’ensemble de la chaîne de valeur de ce matériau. « L’objectif est d’intensifier le dialogue avec toutes les parties prenantes de la chaîne d’approvisionnement de l’aluminium afin d’obtenir des améliorations continuellement mesurables dans les domaines des affaires sociales, de l’environnement et de la gestion responsable des entreprises, depuis la production jusqu’au recyclage », est-il expliqué dans le communiqué de presse. L’acier restant le matériau le plus utilisé pour fabriquer des voitures, avec un impact carbone important lors de sa production qui consomme beaucoup d’énergie, Daimler AG a donc également intégré la Responsible Steel Initiative. En plus de la transparence sur l’approvisionnement en acier, ce regroupement préconise la réduction des niveaux de CO2 dans son industrie.


Mots clés : Daimler | Mercedes | batterie | cobalt | lithium | approvisionnement | acier | aluminium
Catégories : Voiture électrique | Batterie |

Commentaires

Posté le 07-08-2018 à 11:56:02 par ZoéT

C’est pas un peu contre productif comme communication de Daimler de s’intéresser que maintenant à l’extraction de ces matériaux ?

Posté le 07-08-2018 à 16:39:18 par HMDis

@ZoéT
C’est un niveau supérieur dans l’engagement, pas une nouveauté.

Posté le 08-08-2018 à 08:42:06 par Tickist

C’est important que les constructeurs communiquent sur un tel sujet. Que de temps perdu souvent sur des sujets sensibles et prioritaires !



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 20/09/2018 au 22/09/2017 - Cagnes-sur-Mer

Du 20 au 22 septembre 2017 auront lieu la seconde édition des Journées AVEM de l'électro-mobilité. Lors des deux premières journées, les 20 et 21 septembre, des...
A lire également / sur le même thème Avec l’EQC Mercedes affirme ses ambitions dans l’électrique
Avant sa présentation au prochain Mondial, Mercedes a dévoilé, le 4 septembre à Stockholm, son SUV 100% électrique : l’EQC qui sera le premier modèle que la marque à...
BYmyCAR se tourne vers la mobilité électrique
Leader des opérateurs indépendants français de distribution automobile, avec plus de 65 000 véhicules vendus par an, le groupe BYmyCAR compte aujourd’hui près de 80...
Les piles à combustible moins puissantes ni durables avec la pollution
Les routes vers la mobilité durable sont décidément parsemées d’embûches et de surprises ! Selon un article publié dans Journal of Power Sources, une équipe de...
L’électrique va de pair avec l’élégance à Pebble Beach
Le plus célèbre concours d’élégance automobile, qui attire des amateurs de voitures anciennes et des collectionneurs du monde entier, s’est déroulé le week-end dernier...
Des bus électriques Solaris et Mercedes pour Berlin (Allemagne)
Comme la RATP pour Paris, la Berliner Verkehrsbetriebe (BVG), - l’organisme en charge des transports publics à Berlin, en Allemagne -, est engagé dans une démarche pour...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact