Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 09/04/2020 à 06:00 par Philippe Schwoerer - Lu 3120 fois - 18 commentaires


Des triporteurs électriques à pile hydrogène pour Issy-les-Moulineaux


C’est dans le cadre du projet européen FCCP (Fuel Cell Cargo Pedelecs = Vélos cargos à pile combustible) que cette ville des Hauts-de-Seine exploitera de tels engins à partir de l’automne prochain et pendant toute l’année 2021. Au total, une flotte de 50 triporteurs électriques à PAC H2 se répartira dans les différentes villes sélectionnées pour ce projet. A côté de la commune française sont embarquées différents acteurs en Ecosse, Belgique, Allemagne, aux Pays-Bas, et au Luxembourg.

Jusqu’à 150 km d’autonomie

Avec jusqu’à 3 réservoirs pouvant contenir chacun 300 grammes d’hydrogène, les triporteurs du projet FCCP peuvent fonctionner pendant 10 heures en continu. Sur le terrain, l’autonomie disponible est d’environ 150 kilomètres. Les acteurs de ce programme estiment que, par rapport aux véhicules thermiques qu’ils vont remplacer, chaque vélo cargo permettra d’éviter de relâcher dans l’atmosphère par an 5,5 tonnes de CO2.

Expansion du commerce électronique

Cette expérimentation vise à recueillir un maximum de données qui seront exploitées afin de trouver une solution pour limiter les émissions de gaz à effet de serre issues du développement du commerce électronique. Les colis à livrer sont le plus souvent de tailles modestes compatibles avec l’usage de vélos cargos pour les acheminer sur les derniers kilomètres jusqu’à leurs destinataires.

PAC plutôt que pack

Des triporteurs électriques à batterie pourraient être utilisés, mais ils sont confrontés à des limites que les modèles à PAC H2 permettent de dépasser. Ainsi, avec les vélos cargos à hydrogène, le service est possible jusqu’à des températures de -20°C, avec une autonomie bien supérieure pour un équipement de mêmes dimensions plus léger, un délai très raccourci de l’ordre de quelques dizaines de secondes pour faire le plein en énergie, et une durée de vie de la pile H2 multipliée par 2 par rapport à une batterie lithium pour un investissement comparable.

Moins de retards de livraison

En remplaçant des utilitaires classiques, les triporteurs électriques permettront également de réduire les retards de livraison dus aux embouteillages. Sur une enveloppe totale de 8,49 millions d’euros consacrée au projet FCCP, l’Europe contribue à hauteur de 4,76 millions d’euros. L’expérimentation devrait déboucher sur une exploitation pérenne de ces engins et organisée dans un nombre croissant de villes en Europe.


Mots clés : triporteur | électrique | vélo | cargo | hydrogène | Issy-les-Moulineaux | FCCP
Catégories : Vélo électrique |

Commentaires

Posté le 09-04-2020 à 15:15:49 par H2

C’est une excellente initiative qui permet de dégager les plus de l’hydrogène : autonomie, ratios poids/autonomie et encombrement autonomie, et moindre sensibilité aux températures qu’avec des batteries lithium.

Posté le 09-04-2020 à 19:51:50 par pierre west

Ce sont des quadricycles suedois de marque velove.Ils peuvent porter jusqu’á 2 caisses comme sur la photo et avoir 300 km d’autonome en version hydrogène.

Posté le 09-04-2020 à 19:42:37 par chl17

Voila une aberration énergétique !
Les 3/4 de l’énergie électrique mise en jeu au départ pour la production du H2 sera perdue in finé en sortie de la pile à combustible. seulement 1/4 sera utilisé pour faire avancer ce triporteur !
En utilisant la filière électrique on aurait pu disposer de 75 à 80% de cette énergie ...
Ce triporteur va être contraint de faire de larges détours pour aller ce charger sur une des 3 stations hydrogène en région parisienne alors qu’un pack correctement dimensionné permettrait un usage pour la journée entière voir avec une charge rapide (20’) pendant la pause du déjeuner.
Un VE ne demande que très très peu de maintenance, ce n’est pas le cas d’un véhicule disposant d’une PAC, de tuyaux pour l’H2 sous haute pression et d’une pile à combustible.

Posté le 10-04-2020 à 08:23:29 par Christophe

@chl17
Selon vous quelle capacité de batterie, il faut sur un triporteur pour avoir une autonomie de 150 km et un fonctionnement en continu de 10 heures ?
Dans le dimensionnement de la batterie, vous n’oublierez pas de prendre en compte le fait que par température basse, la puissance délivrée par la batterie diminue beaucoup et réduit donc les capacités de l’engin en accélération et vitesse de pointe, les utilisateurs de VAE et de trottinettes le savent bien.
Comme cela vous pourrez comparer votre solution avec celle de l’article avec une recharge par énergie renouvelable produite au dépôt.
Là je vous parle d’une optimisation masse / puissance / ressources, pas de l’aberration écologique de voiture électrique embarquant des centaines de kilogrammes de batteries et pesant plus de 1500 kg pour balader 75 kg de barbaque.

Posté le 10-04-2020 à 08:38:16 par Christophe

Il devient nécessaire, à ce stade, d’indiquer la trajectoire proposée par la Stratégie Nationale Bas Carbone pour atteindre la neutralité carbone :
– transport : 30 % (qui intègre le transport de personnes) soit 149 Mt en valeur absolue – à atteindre 4 soit une division par 40 environ,
– agriculture : 19 % soit 94 Mt en valeur absolue – à atteindre 47 soit une division par 2 environ,
– bâtiment : 19 % soit 94 Mt en valeur absolue – à atteindre 0,
– industrie (hors énergie) : 18 % soit 89 Mt en valeur absolue – à atteindre 33 soit une division par 3 environ,,
– énergie : 10 % soit 46 Mt en valeur absolue – à atteindre 5 soit une division par 10 environ,
– déchets : 4 % soit 20 Mt en valeur absolue – à atteindre 10 soit une division par 2 environ,
– importations 421 Mt en valeur absolue – à atteindre 0.
Donc déjà la voiture individuelle, il va falloir oublier, la règle CAFE de l’UE c’est juste de la rigolade.
D’autre part il va falloir rénover thermiquement les logements mais en intégrant que faute de voiture, rénover ceux qui ne sont pas desservis par des TC est une aberration. Ensuite il faut orienter l’agriculture, les déchets et l’industrie vers le bas carbone. Pour finir, il faut développer la séquestration de carbone en premier lieu par la végétation, cela tombe bien dans les villes cela permet de gérer les îlots de chaleur et surtout comme on a réduit drastiquement la place de la voiture, il y a maintenant de la place pour mettre en place de la végétation.
Sans voiture et avec des logements peu émetteurs on aura sacrément réduit la consommation énergétique, ce qui est un grand pas vers la division par 10 du poste énergie.

Autant dire qu’avec tout cela on densifie les zones d’habitation et on restitue beaucoup d’espace à la nature, réduisant d’autant le risque de transmission de maladies d’origine animale (zoonose). Au passage on remarquera que cela rend pertinent le type d’engin de cet article.

Toute action doit maintenant être faite en questionnant sa pertinence avec cette trajectoire.

Posté le 10-04-2020 à 15:39:36 par Christophe

Pour ceux qui voudraient répondre à la question précédente, voici le produit de base : https://www.velove.se/product-details
C’est en fait un triporteur à assistance électrique.
De base, il a un moteur de 250 W (AE oblige) et une batterie de 600 Wh, on est donc bien dans l’esprit d’un VAE avec de grosses limites sur la capacité de la batterie à délivrer 250 W par température basse.
De base l’engin fait 67 kg (sans container). L’option containeur accepte une palette Euro avec une charge maxi. de 150 kg.
Il peut recevoir en option un rack avec 6 batteries mais non reliées, donc 1 seule alimente à la fois le moteur (donc même avec des batteries en option on a bien cette limite de puissance délivrée par température basse) - "The extra batteries can also be mounted on the frame with an optional battery mount. The extra battery mounts are not connected to the electric system, so you only use one battery at a time. The Armadillo can hold up to 6 batteries."
Avec les 7 batteries on doit pouvoir envisager de faire les 150 km par jour. Les batteries autant les laisser au dépôt et organiser sa journée avec des retours au dépôt (mais ce qui nécessite que celui-ci ne soit pas excentré).

Posté le 10-04-2020 à 17:20:55 par nouh

@Christophe,
La pandémie a mis en évidence les méfaits des villes denses, la difficulté, voir l’impossibilité d’avoir des transports en commun souterrains sains et non pollués mais aussi délicat pour l’aérien.
La densification des zones d’habitation ne pourra pas se faire sans tenir compte des conséquences de cette pandémie qui ne sera pas la seule et qui démontre que l’habitat doit être repensé pour offrir une surface suffisante pour vivre et ainsi mieux supporter le confinement d’une pandémie mais très bientôt contraint par des canicules rendant impossible la vie dehors mais aussi dedans pour un très grands nombres vivant dans des cités dortoirs ou des immeubles insalubres qui comme par hasard son les plus énergivore en hiver et les plus chaud en été et dont les occupants, pour certains, possèdent le parc automobile le plus ancien et surtout, pour une majorité, utilisent le plus les transports en commun....

Posté le 11-04-2020 à 01:52:32 par chl17

@christophe
Un pack de 9kwh serait largement suffisant pour alimenter un tel triporteur sur plus de 150km, et encore avec une marge de sécurité. J’ai pris une consommation moyenne élevée de 50Wh/km pour un tel engin qui ne dépasse pas les 50km/h ( pour info une moto électrique Zero S de 200kg équipée d’un pack de 14kWh a une consommation moyenne de 70Wh/km à 90km/h).
Donc notre pack de 9kWh pèserait environ 36kg (250Wh/kg aujourd’hui très couramment) et ne grèverait qu’à la marge la charge marchande de l’engin, en tout cas pas beaucoup plus qu’avec "l’usine à gaz" que doit emporter le même triporteur H2 avec son réservoir haute pression, ses raccordements sécurisés, sa PAC et sa batterie (car il en faut une également).
L’aberration écologique est bien dans l’efficience catastrophique de la filière H2 par électrolyse notamment sur un si petit véhicule (20%) comparée à celle de la filière full électrique à batterie .
Je ne parle pas de la production H2 (la plus répandue aujourd’hui) à base de produit pétrolier - craquage du méthane, qui produit de grande quantité de CO2 et qui n’est pas meilleure coté efficience.Il n’y a pas de secret, l’H2 n’est pas disponible sur terre, il faut le produire et casser une liaison atomique est très couteux energétiquelment.
Utiliser l’hydrogène comme vecteur énergétique se conçoit en stockage ou sur de grosses unités, là ou l’usage des batteries est impossible (poids, volume) mais pas sur les véhicules individuels, c’est un non sens !

Posté le 12-04-2020 à 16:08:35 par Christophe

@nouh
Oui les villes denses ont favorisé la dissémination du virus.
Par contre, c’est bien la rencontre improbable de deux animaux sauvages qui est à l’origine de sa création.
L’expansion de l’homme va multiplier ce risque et risque donc bien d’amener d’autres cas.
C’est bien pour cela qu’il est plus que nécessaire de réduire l’étalement humain et donc de densifier les villes. Mais évidemment il faut le faire intelligemment comme vous le dites.

Posté le 12-04-2020 à 16:17:39 par Christophe

@chl17
Et l’énergie grise pour fabriquer tous les équipements nécessaires à la chaîne : des centrales de production électrique aux batteries ? A ce titre une batterie de 9 kWh qui pèse 36 kg (250Wh/kg) nécessite-t-elle plus d’énergie grise qu’une batterie de même capacité qui pèse 90 kg (100Wh/kg) pour sa production et son recyclage ?
Comme il est possible d’avoir un groupe électrogène qui alimente directement un moteur, il est possible d’avoir une PAC qui alimente directement un moteur. La courbe d’appel de puissance d’un VAE le justifie d’autant plus.
Votre jugement étant basé sur une analyse incomplète ne peut être que faussé.

Posté le 13-04-2020 à 01:12:49 par CHL17

@christophe
Parce qu’il ne faut pas d’énergie grise pour pour une unité de production H2, sa compression, son stockage, son transport, sa distribution sous pression et la production de la Pile à Combustible ?

Posté le 13-04-2020 à 07:47:45 par Christophe

@chl17
J’ai dit le contraire ?
Non, moi je suis conscient qu’il faut faire une analyse globale intégrant l’énergie grise, ce que vous ne faites pas en vous contenant de regarder ce qui vous arrange pour arriver à la conclusion où vous voulez arriver.

Posté le 13-04-2020 à 15:29:35 par electronlibre

@Christophe
Cette épidémie n’est ni plus ni moins grave que certaines grippes:
http://www.leparisien.fr/archives/une-grippe-meurtriere-13-01-2017-6561396.php
http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2020/03/sur-france-2-le-dr-mascret-rappelle-que-la-grippe-saisonniere-tue-entre-200.000-et-500.000-personnes-par-an-dans-le-monde-le-coronav
Les zones à grande densité sont très atteintes par les virus infectieux...

"Par contre, c’est bien la rencontre improbable de deux animaux sauvages qui est à l’origine de sa création."
Légende urbaine (les zoonoses sont extrêmement rares), l’ADN de ce coronavirus révèle une origine non naturel:
https://peterdobias.com/blogs/blog/what-seems-unnatural-about-covid-19-sars-cov-2
version traduite:https://fr.sott.net/article/35143-Quelque-chose-de-pas-naturel-dans-le-COVID-19-SARS-CoV-2

Ce n’est pas en densifiant encore plus les zones denses que l’on trouvera solution aux problèmes. Les maladies infectieuses épidémiques sont le moyen pour la nature de réguler les espèces animales, y compris l’humanité. Le confinement ralenti certes la propagation, mais empêche aussi de "faire" la maladie et donc de s’immuniser et mettre fin à l’épidémie...

Posté le 13-04-2020 à 19:01:26 par Christophe

@electronlibre
https://www.france24.com/fr/20200411-le-covid-19-%C3%A9ni%C3%A8me-zoonose-caus%C3%A9e-par-l-interf%C3%A9rence-de-l-homme-sur-la-biodiversit%C3%A9
"Les zoonoses sont les maladies ou infections qui se transmettent de l’animal à l’humain. Celles-ci n’ont rien de nouveau : tuberculose, rage, toxoplasmose, paludisme... Selon le programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), 60 % des maladies infectieuses humaines ont cette origine. Un chiffre qui grimpe à 75 % pour les maladies "émergentes" telle que Ebola, le Sida, les grippes aviaires et autres SRAS ou Zika."
Même certaines souches de la grippe sont d’origine animale.

Même constat : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11516376
"Out of the emerging pathogens, 132 (75%) are zoonotic, and overall, zoonotic pathogens are twice as likely to be associated with emerging diseases than non-zoonotic pathogens" ce qui se traduit par "Parmi les agents pathogènes émergents, 132 (75%) sont zoonotiques et, dans l’ensemble, les agents pathogènes zoonotiques sont deux fois plus susceptibles d’être associés à des maladies émergentes que les agents pathogènes non zoonotiques".

Ce n’est pas en étalant les activités humaines que l’on réduira ce type de pandémie qui va se multiplier. Oui la densification augmente le risque de prolifération rapide, cependant en réduisant les risques de rencontre avec la faune sauvage au final, cela réduit bien le risque.
Cet article le précise bien : https://theconversation.com/comment-les-changements-environnementaux-font-emerger-de-nouvelles-maladies-130967 "Or il n’en est rien : ces dernières années, les études montrent de façon concordante que les pertes de biodiversité ont tendance à augmenter la transmission des agents pathogènes, et la fréquence des maladies associées."

Posté le 13-04-2020 à 21:07:30 par electronlibre

@Christophe
Les maladies infectieuses des 40 dernières années sont majoritairement issues de manipulations dans le cadre de recherches pour la guerre biologique; il est facile pour les laboratoires P4 d’inclure des morceaux d’ADN de virus animal, cela permet de cibler certaines caractéristiques transmis au virus, comme une mutation naturelle. Cette mutation manipulée dans le cas du Covid-19 a toutefois été détectée par plusieurs spécialistes dans le monde.
Son origine n’est pas localisé dans un marché aux animaux de Wuhan(le patient zéro de Wuhan n’a jamais fréquenté ce marché), mais sans doute dans l’un des laboratoires militaire des USA(des américains que l’on croyait morts de la grippe étaient infectés par le nouveau coronavirus).
Les zoonoses se retrouvent dans certaines zones du globes mais très rarement dans les pays occidentaux(l’Italie a fait face à d’étranges cas de pneumonie dès novembre 2019).
Il y a chaque hiver des dizaines de virus(corona compris) qui provoquent des épidémies, pourquoi celui-ci fait-il si peur au point de confiner des milliards de personnes, situation inédite et quelque peu excessive?

Posté le 15-04-2020 à 15:04:20 par DVEG

Sait-on si ces petits véhicules seront commercialisés auprès des petites entreprises ? Et quelles pour faire le plein en hydrogène ?

Posté le 16-04-2020 à 10:13:57 par H2

@DVEG
Si l’expérience est concluante, et elle le sera j’en suis persuadé, ces tricycles seront commercialisés de façon plus évidente. Pour le plein, des petites stations solaires qui ne prendront pas beaucoup plus de place que des bornes de recharge.

Posté le 17-04-2020 à 09:44:02 par TDumas

@H2
Ce ne serait pas la première fois que des véhicules électriques intéressants et développés et testés pour un programme national ou européen ne connaîtraient pas de suite. Je serais moi moins optimiste que vous.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du /09/2021 au 09/2021 - Cagnes-sur-Mer

L’AVEM organise sa quatrième édition des Journées AVEM de l’électro-mobilité, qui aura lieu à Cagnes-sur-Mer en septembre 2021. Cet événement permettra aux acteurs...
A lire également / sur le même thème Gaussin noue des partenariats pour des poids lourds routiers électriques
Fin novembre 2020, Gaussin a signé 2 accords stratégiques pour son développement. Celui qui le lie à Magna International porte sur une licence exclusive qui lui est...
Pour Noël Norev sort l’ID.3, l’Ami, l’ë-C4 et une station de recharge 1/43
Pour les passionnés de modèles réduits, il est encore difficile de se constituer une collection intéressante de voitures électriques, quelle qu’en soit l’échelle. Quatre...
STR, le robot électrique de manutention « BMW i3 inside »
En créant sa nouvelle structure munichoise baptisée « IDEALworks » (Industry Driven Engineering for Autonomous Logistics), BMW cherche à « développer et distribuer des...
Et si les Smart électriques cédaient la place à des 4x4 à hydrogène ?
La reprise par Ineos de l’usine Smart d’Hambach, en Moselle, devrait être prochainement validée officiellement. Nombre de salariés ont exprimé leur déception de passer...
Cibler la recharge en copropriétés pour rouler électrique à Paris
La ville de Paris veut réduire en son sein les nuisances de la mobilité individuelle. Déjà en supprimant la moitié des places de stationnement en voirie, mais aussi en...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact