Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 24/07/2018 à 09:17 par Philippe Schwoerer - Lu 3347 fois - 9 commentaires


Europe : Nouvelle taxe sur les vélos électriques chinois


Ce n’est pas la première fois que l’Union européenne prend des dispositions à l’encontre des fabricants chinois de vélosassistance) électrique(s) afin de protéger son industrie du cycle. Le scénario est régulièrement retouché depuis 1993. La communauté répond ainsi aux différentes plaintes déposées par la fédération européenne des fabricants de bicyclettes (EBMA). Adoptée pour une durée limitée généralement à 5 ans, et établie après enquête, la taxe sur les vélos électriques importés de Chine s’élevait depuis 2011 à 48,5% du « prix net franco frontière de l’Union européenne avant dédouanement », à comparé aux 34,4% de la période précédente. Le problème à résoudre est délicat, car les fabricants chinois sont suspectés depuis longtemps de contourner le versement de la taxe antidumping en faisant transiter leurs productions via des pays qui n’y sont pas soumis. Une enquête est encore en cours à ce sujet, ouverte le 20 octobre 2017. Mais devant l’évidence des premières conclusions, un droit provisoire est applicable depuis le 18 juillet dernier, selon les dispositions du règlement d’exécution 2018/1012 publié le 17 juillet au Journal officiel. Le montant de cette taxe varie de 21,8 à 83,6%. Du côté du gouvernement chinois, on estime depuis des années déjà que ce protectionnisme n’est pas compatible avec les intérêts des consommateurs européens et des efforts effectués par l’UE pour lutter contre le dérèglement climatique.

Dumping

Du verbe anglais « to dump » (« se débarrasser »), le terme dumping est ici utilisé pour qualifier la pratique commerciale agressive par laquelle une entreprise, un groupe, une filière ou un territoire vend moins cher à l’international sa production par rapport aux prix appliqués sur le marché intérieur. Ce scénario, qui équivaut à se positionner dans une situation de concurrence déloyale, est sanctionné par l’Union européenne. Adopté de façon prolongée, il a pour conséquence la disparition de la multiplicité de l’offre par l’élimination progressive des entreprises les plus fragiles du même secteur et présentes dans les pays visés. L’enquête antidumping actuellement en cours, lancée le 20 octobre dernier à la suite d’une nouvelle plainte déposée par l’EBMA le 8 septembre 2017, cherche à évaluer la part de dumping à retenir à l’encontre de chacun des exportateurs chinois de vélos électriques et le préjudice supporté par les fabricants européens. Son planning d’une durée maximal de 15 mois prévoyait la mise en place d’une taxe provisoire avant la remise de ses conclusions. En parallèle, une seconde enquête, - antisubventions -, a été ouverte le 21 décembre 2017.

Dossier recevable

« La plainte contenait suffisamment d’éléments de preuve de l’existence de pratiques de dumping et d’un préjudice important en résultant pour justifier l’ouverture d’une enquête », est-il expliqué en introduction du texte officiel. Dans son dossier, la fédération européenne des fabricants de bicyclettes a notamment insisté sur le cas de vélos électriques dont les différents éléments sont fabriqués en Chine mais assemblés ailleurs, par exemple au Cambodge ou au Bangladesh. Un artifice qui permet d’échapper à la taxe de 48,5% qui était jusque-là appliquée aux frontières de la communauté. L’enquête antidumping s’intéresse à la période comprise entre le 1er octobre 2016 et le 30 septembre 2017, observant également les tendances d’évolution depuis le 1er janvier 2014. La Commission européenne a déjà pointé un mouvement important : les exportations chinoises de vélos électriques en Europe ont plus que triplé sur cet intervalle. Avec une part de marché qui a atteint les 35%, l’influence constatée se résume en une baisse d’environ 11% sur le prix de vente moyen calculé en Europe pour ces engins.

de 21,8 à 83,6%

Finie la taxe antidumping à taux unique : la nouvelle mouture, qui s’applique à tous les vélos équipés d’un moteur auxiliaire électrique (VAE mais aussi les speedbikes), tient compte de la marge de dumping évaluée pour dégager un niveau d’élimination du préjudice qui, pour le droit provisoire, lui est équivalent. Ce sont 6 cas qui ont été dégagés, applicables parfois à un seul groupe ou une unique entreprise. Le droit antidumping provisoire le plus faible, - 21,8% (marge de dumping estimée à 42,8 %) -, est associé aux vélos électriques produits par Jinhua Vision Industry par et Yongkang Hulong Electric Vehicle. Le taux de 27,5% (marge de dumping = 34,6%) concerne les productions de Giant Electric Vehicle (Kunshan). Avec une marge de dumping à 90,6%, Bodo Vehicle Group est contraint à une taxe portée à 77,6%. Les producteurs-exportateurs qui ont coopéré à l’enquête et qui n’ont pas été retenus dans l’échantillon (une centaine d’entrées dans l’annexe au document) bénéficient d’une taxe à 37%. (MDD = 51%). Enfin, toutes les autres sociétés devront supporter le plus haut niveau de droit fixé à 83,6%, pour une marge de dumping à 106,4%.

Les droits définitifs en 2019

En tout, le règlement d’exécution s’étale sur 32 pages, la commission justifiant par 273 points les éléments retenus et écartés avant d’instaurer la taxe provisoire. Les entreprises chinoises dans le collimateur de l’UE étaient invitées à participer aux investigations. Le terme de l’enquête antidumping est prévu pour janvier 2019. L’actuel mécanisme provisoire des taxes sera alors remplacé par une grille vraisemblablement valable pendant 5 ans. Globalement, l’EMBA est satisfaite des suites apportées à sa énième plainte, se réjouissant que les fabricants européens de vélosassistance) électrique(s) puissent rebondir une nouvelle fois sur la situation en voyant leur manque à gagner quelque peu gommé.


Liens supplémentaires pour nos membres



Mots clés : vélo | électrique | assistance | VAE | taxe | droit | Europe | Chine | chinois | dumping | antidumping | enquête | EBMA | UE | Union européenne | fabricant | provisoire
Catégories : Aides financières | Vélo électrique | Etudes, rapports & analyses |

Commentaires

Posté le 24-07-2018 à 10:05:12 par Cinos

Quelle tristesse ! Il y a de la demande et l’offre est tuée dans l’œuf avec cette nouvelle taxe.
On a le choix entre un vaé déjà trop cher en étant Chinois ou un autre européen à 5 fois le prix du précédent.

Je peux concevoir qu’une batterie coûte cher mais pas au point qu’une bicyclette qu’on sait produire depuis plus d’un siècle assistée électriquement soit au prix d’un scooter électrique comme ceux de NIU.

Le marché va s’effondrer sans concurrence.

Posté le 24-07-2018 à 12:17:04 par Annie B.

Encourager la production française c’est aider à maintenir des emplois pour nos familles et nos amis. En cherchant toujours les meilleurs plans pour le porte-monnaie, on met en difficulté nos proches, leur retraite et leur assurance santé. La décision de l’UE est de bon sens.

Posté le 24-07-2018 à 17:20:59 par electronlibre

A quoi servira l’argent de cette taxe? Subventionner l’achat d’un VAE?
On ne sait jamais vraiment où va l’argent des taxes...

@Annie B.
Très bien mais il ne faut pas que cela soit à sens unique: l’UE fait la tronche parce Trump met une taxe sur l’importation des métaux, mais il ne fait qu’appliquer votre commentaire pour son pays.
L’arroseur pleure parce qu’il vient d’être arrosé...

Posté le 25-07-2018 à 09:30:17 par VWAccro

c est quoi ce velo en photo ca existe ?

Posté le 26-07-2018 à 10:04:07 par ZoéT

Faut croire, mais jamais vu.

Posté le 26-07-2018 à 16:02:42 par Toomy75

@electronlibre,
Il s’agit d’un taxe pour limiter le dumping des Chinois qui vendent moins cher en Europe que sur leur marché intérieur pour tuer la concurrence européenne, l’Europe doit bien défendre son industrie.

Posté le 26-07-2018 à 16:37:01 par PMC

Je plussois avec Toomy75. On a en France de bons fabricants de vélos électriques dont certains ont fait l’effort de relocaliser en France ou dans d’autres pays d’Europe. Ca mérite d’être soutenu.

Posté le 26-07-2018 à 21:14:17 par electronlibre

@Toomy75
Oui l’Europe doit défendre son industrie et elle le fait bien mieux que défendre les ouvriers de ces industries qui voient leurs emplois précarisés par les recommandations des GOPE de cette même UE.

L’UE a toujours été économique et antisociale...

Posté le 22-09-2018 à 11:08:47 par Patrick

Bonjour à tous,
Je suis importateur de vélos électriques de CHINE et effectivement je vais arrêter avec ces nouvelles mesure qui vont pénaliser les moins riches et notamment ceux qui n’ont pas 3000 ou 4000 € pour s’acheter une grande marque bien française mais qui comporte beaucoup de composants ou pièces venant d’Asie (ne l’oublions pas). A partir de là, le marché va s’effondrer car grâce à l’Asie, il y en avait pour tout le monde et ça va s’arrêter encore une fois à cause des lobbies. On va tuer le tout électrique et le réserver aux plus aisés. Bravo à Bruxelles et à ses fonctionnaires à 10000 €/mois (voire plus) qui eux pourront s’acheter des VAE.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Sodetrel devient Izivia
C’est dans un communiqué de presse daté de jeudi 18 octobre 2018 que Sodetrel annonce sa nouvelle dénomination Izivia : « une nouvelle identité pour marquer une étape...
L’électrique reste la meilleure solution (Ouest-France)
Dans un encadré en marge d’un article intitulé « Passer à la voiture ‘propre’… Oui, mais laquelle ? », et publié dans l’édition du 11 octobre 2018 de Ouest-France,...
Un minibus électrique Geco 6 places livré par Mobilité Plus à Antibes
Lorsque nous publions un article sur l’activité de notre adhérent Mobilité Plus, c’est le plus souvent pour porter un éclairage sur une nouvelle livraison des trains...
Que penser d’une enquête du Dauphiné sur les véhicules électriques ?
Suite à une étude publiée le 10 octobre 2018 par l’UFC-Que Choisir, le Dauphiné a interrogé ses lecteurs : « Faut-il rendre obligatoire les voitures électriques ? ». En...
Les Renault Twizy de Totem Mobi sortent de Marseille
Totem Mobi, c’est ce service de location de véhicules électriques en libre service, disponible 24/7, et lancé à Marseille (13) en 2013. A la base, un essai gagnant qui...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact