Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 18/07/2018 à 10:00 par EMMANUEL MAUMON - Lu 1562 fois - 3 commentaires


Formule E : le bilan d’une saison de transition


Le championnat 2017/2018 de Formule E s’est achevé ce week-end à New York par deux ePrix disputés sur un circuit tracé dans les rues de Brooklyn, avec les gratte-ciels de Manhattan et la Statue de la Liberté en toile de fond. Si pour le classement des pilotes Jean-Eric Vergne est parvenu sans trop de difficultés à conserver son avance pour s’adjuger son premier titre de champion du monde, il dû tout de même pour cela entreprendre samedi à une spectaculaire remontée depuis le fin fond de la grille de départ.
Le championnat des constructeurs a lui livré son verdict lors des derniers tours de la course de dimanche durant laquelle les Audi de Lucas Di Grassi et de Daniel Abt sont parvenues à coiffer sur le fil les Techeetah malgré le brio de Jean-Eric Vergne qui fêta dignement son titre décroché la veille en remportant cet ultime ePrix de la saison. Une saison de transition car le prochain championnat se disputera avec une nouvelle génération de Formule E et sera marquée par l’arrivée de nouveaux grands constructeurs.


Jean-Eric Vergne, l’autre français champion du monde

Ancien pilote de Formule Un, Jean-Eric Vergne participe au championnat de Formule E depuis sa création, d’abord au sein du Team Andretti, puis de l’équipe DS Virgin et depuis la troisième saison au volant d’une Techeetah avec laquelle il avait brillamment remporté le dernier ePrix de la saison 3 à Montréal. De quoi lui donner une grande confiance à l’entame du championnat 2017/2018 durant lequel, avant le dernier week-end new yorkais, il s’était déjà imposé à Santiago de Chile, Punta del Este ainsi qu’à domicile à Paris. De quoi lui permettre d’aborder les deux dernières courses de la saison avec une confortable avance sur Sam Bird, le seul pilote à pouvoir encore lui ravir le titre.
Jean-Eric Vergne dû tout de même s’employer lors de la course de samedi car, alors qu’il avait réussi le meilleur temps des qualifications, ce dernier fut annulé car il avait dépassé la puissance autorisée. Du coup, il s’élança en dernière ligne ce qui l’obligea à une folle remontée. Une mission dont le pilote français s’acquitta avec brio en terminant la course à la cinquième place après avoir notamment dépassé Sam Bird. Du coup, il était assuré du titre et devança de 24 heures les 23 autres bleus sacrés champions du monde dimanche en Russie. Loin de se reposer sur ses lauriers, Jean-Eric Vergne enfonça le clou le lendemain en remportant le dernier ePrix de la saison, résistant de fort belle manière au forcing des deux Audi.



Le retour en trombe d’Audi

Avec les seconde et troisième places de Lucas Di Grassi et de Daniel Abt, l’écurie Audi Sport Abt Schaeffler est parvenue à remporter le championnat des constructeurs en devançant Techeetah de deux petits points (264 contre 262). Un résultat encore inimaginable il y a quelques courses tant le début de saison de l’équipe allemande avait été calamiteux, en particulier pour son leader Lucas Di Grassi, pourtant champion du monde sortant, qui n’avait marqué aucun point lors des 4 premiers ePrix. La seconde partie de saison fut d’un tout autre calibre pour Audi qui remporta 4 courses et enchaîna les bons résultats avec ses deux pilotes. De quoi revenir en trombe sur Techeetah et prendre le meilleur à l’issue du dernier ePrix.
Un final qui généra forcément de la déception chez Techeetah à qui le titre constructeur semblait tendre les bras et qui doit regretter amèrement la pénalité infligée pour départ anticipé à Andre Lotterer qui fut repoussé en queue de peloton et ne put terminer la course qu’en neuvième position, ce qui coûta le titre à son équipe. Pour autant, cette déception fut sans doute assez rapidement effacée par l’obtention du titre chez les pilotes, ce qui constitue un immense exploit pour une écurie privée ne disposant pas des mêmes budgets que les grands constructeurs engagés dans ce championnat.



Les adieux mitigés de Renault

Vainqueur des trois premières éditions du championnat des constructeurs, l’écurie Renault e.Dams n’a pas connu la même réussite cette année. La décision de Renault de passer à la fin de la saison le relais en Formule E à Nissan n’est sans doute pas étrangère à la baisse de résultats de cette équipe qui ne termine cette année qu’à la 5ème place du classement des constructeurs. Les monoplaces de l’écurie française ont été nettement moins performantes cette saison et le talent de Sébastien Buemi, n’a pas suffi même si le pilote suisse est parvenu à monter sur le podium à quatre reprises.
En raison de l’arrêt programmé de Renault dans cette discipline, le développement des Formule E du constructeur n’a pas été aussi poussé que lors des saisons précédentes. Pourtant, le powertrain de l’écurie française s’est révélé encore particulièrement efficace puisqu’il équipe les voitures de l’équipe Techeetah qui est client du constructeur. Renault peut donc quitter la tête haute le championnat de Formule E qu’il aura marqué de son empreinte. Place maintenant à la seconde génération des Formule E et c’est désormais son partenaire au sein de l’Alliance Renault-Nissan qui aura la lourde tâche de tenter de faire aussi bien avec des voitures profondément modifiées.



Une saison 5 qui s’annonce excitante

La saison 5 du championnat se disputera en effet avec un nouveau type de Formule E : la Gen 2. Une nouvelle monoplace qui subira certaines transformations aérodynamiques en embarquant le système de protection du cockpit Halo et un diffuseur arrière impressionnant, tandis que le traditionnel aileron arrière sera supprimé au profit de deux ailettes reliant l’arrière du capot du groupe motopropulseur et le carénage des roues arrière. Mais la modification la plus marquante concernera un nouveau système de batteries qui permettra de supprimer le changement de monoplace à mi-course et qui augmentera la puissance maximale des voitures, qui passera de 200 à 250 kW.
Le prochain championnat sera aussi rendu particulièrement excitant par l’arrivée de nouveaux constructeurs qui envisagent de mettre de gros moyens pour briller dans cette discipline. Outre l’arrivée de Nissan qui prendra la place de Renault, BMW sera également présent la saison prochaine tandis qu’Audi s’impliquera encore plus directement. De son côté, Mercedes commencera déjà à préparer activement son arrivée programmée pour la saison suivante. La lutte entre ses constructeurs, qui rejoindront DS et Jaguar, laisse entrevoir un championnat 2018/2019 passionnant, d’autant plus que cette saison a montré que les « petites » équipes avaient elles aussi toutes leurs chances en Formule E.





Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | Formule E | ePrix New York | Jean-Eric Vergne | Techeetah | Audi | Mobilité électrique | Véhicules électriques | Formule E | ePrix New York | Jean-Eric Vergne | Techeetah | Audi
Catégories : Voiture électrique |

Commentaires

Posté le 20-07-2018 à 12:22:04 par Toomy75

Comme les précédents articles sur le championnat de formule E, vous ne donnez quasiment aucune donnée technique sur les batteries: type, capacité, temps de recharge, est-ce la même batterie pour toutes les voitures ?

Posté le 22-07-2018 à 17:50:47 par Kimbal

Qui s’intéresse vraiment à la Formule E ? Je trouve ça ennuyeux.

Posté le 24-07-2018 à 08:18:22 par corsoz

Tout à fait Kimbal. Je n’ai jamais réussi à aller au bout d’une course. Si elles peuvent aider à améliorer les voitures électriques, au moins il en sort du positif.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Les trottinettes passent à l’électrique
Si le dernier Salon du Véhicule Electrique de Val d’Isère, qui s’est déroulée du 12 au 15 juillet, a naturellement fait la part belle aux constructeurs de voitures...
SAP Labs France : le cap des 100 voitures électriques est atteint
SAP Labs France, sans doute l’une des entreprises françaises les plus en pointe dans l’électrification de sa flotte de véhicules, vient de franchir un nouveau cap il y a...
Eccity : une levée de fonds d’un million d’euros pour développer son Model 3
Concepteur et fabricant de scooters 100% électrique, Eccity vient de lancer une levée de fonds d’un million d’euros afin de poursuivre sa croissance et de financer le...
Val d’Isère : le salon du véhicule électrique en pleine ascension
La 4ème édition du Salon du Véhicule Electrique et Hybride de Val d’Isère s’est déroulée du 12 au 15 juillet. Portée par la vague du développement de la mobilité...
Une étude de l’ADEME sur l’électrification des véhicules
L’ADEME vient de rendre publique une étude, réalisée pour son compte par IFP Energies nouvelles, sur l’électrification des véhicules. Cette « Etude Economique,...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact