Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 27/09/2018 à 06:00 par Philippe Schwoerer - Lu 2219 fois - 15 commentaires


Greenpeace : Les voitures électriques oui, mais partagées !


Dans un rapport de 23 pages intitulé « Development of the car fleet in EU28+2 to achieve the Paris Agreement target to limit global warming to 1.5°C » (Développement du parc automobile dans l’UE28+2 pour atteindre l’objectif de l’Accord de Paris visant à limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C), commandé par Greenpeace Belgique au centre aérospatial allemand (DLR), et publié le 20 septembre 2018, il est indiqué que l’Union européenne ne pourra respecter son objectif de limiter la hausse des températures à 1,5° C qu’à au moins ces 2 conditions principales : ne plus vendre de voitures essence, diesel et hybride neuves bien avant 2028, et faire baisser de 80% le parc de ces véhicules actuellement en circulation. Pour l’organisation, le développement des véhicules électriques doit s’accompagner impérativement de celui des énergies renouvelables, de la mise sur le marché de modèles peu chers et moins ambitieux, et d’un changement global des modes de déplacements au profit des transports en commun, de la mobilité partagée, et des solutions les plus vertueuses (marche, petits véhicules, etc.).

Responsabilité des constructeurs…

Abandonner bien avant 2028 les voitures à carburant fossile : Trop rapide et trop ambitieux ? Greenpeace et le centre aérospatial allemand expliquent que cela ne serait pas encore suffisant : « il nous faudra encore économiser 300 millions de tonnes de CO2 supplémentaires pour avoir 66% de chances de maintenir le réchauffement climatique en deçà de 1,5° C ». Dans sa note d’accompagnement intitulée « 2028 : Fin de parcours pour les moteurs à combustion », Greenpeace cible en particulier les constructeurs automobiles qui « continuent de s’accrocher au moteur à combustion interne et essaient de réaliser autant de profits que possible en se basant sur les modèles actuels ».

…et nouveaux rôles à jouer

L’organisation les appelle à changer très rapidement leur approche, plaidant : « Ils conçoivent en ce moment les véhicules qui seront commercialisés vers 2025 et dont la production prendra fin vers 2035 ». Dans les recommandations formulées en fin de rapport, elle leur confie la mission d’investir afin de proposer : « de nouveaux modèles de véhicules électriques abordables, plus petits et à faible consommation d’énergie (également pour limiter la taille de la batterie nécessaire) ». L’ONG estime qu’ils « doivent aussi développer de nouveaux modèles commerciaux en proposant, dans un contexte de mobilité électrique partagée, des services de mobilité. Cela afin de réduire rapidement le nombre de propriétaires de voitures, et donc, le parc automobile global ». Le rapport ne l’indique pas, mais parmi les constructeurs bien impliqués à ce jour dans la mobilité électrique, Renault s’est déjà positionné en France sur les solutions mises en avant par Greenpeace.

VE et énergies renouvelables

Nombre de pionniers de la mobilité électrique faisaient un lien direct avec les énergies renouvelables. Il y a 10 ou 15 ans, cette position créait l’étonnement, voire l’incompréhension autour d’eux. Ce nouveau rapport commandité par Greenpeace Belgique leur donne raison : « Pour que les véhicules électriques puissent atteindre leur plein potentiel et contribuer au mieux à la transition énergétique, les décideurs politiques européens et nationaux doivent veiller à ce que l’électricité produite à partir d’énergie renouvelable se développe assez rapidement pour couvrir la demande d’énergie supplémentaire des véhicules électriques, avec un objectif de 100% d’énergies renouvelables ». L’organisation demande aussi à ces décideurs de s’assurer que : « les réseaux et autres infrastructures soient adaptés pour que les batteries des véhicules électriques puissent stocker l’énergie et la restituer lorsque les énergies renouvelables (solaire, éolienne) produisent moins d’énergie ; la réutilisation des batteries soit rendue plus attrayante que leur recyclage, et que le recyclage soit rendu obligatoire partout ; l’exploitation minière pour les batteries soit correctement réglementée afin de s’assurer qu’elle est écologiquement et socialement responsable ».

Mobilité vertueuse

Grosse évolution chez Greenpeace où les véhicules électriques ont un temps été très mal perçus, notamment du fait du risque de développement de l’énergie nucléaire en France afin d’accompagner leur développement. Mais attention à ne pas faire de raccourci : l’ONG espère aussi des pouvoirs publics que les « voitures partagées soient encouragées, et la possession d’une voiture individuelle découragée ». Pour cela, l’organisation leur donne quelques pistes : investir « massivement dans l’amélioration des infrastructures dédiées aux transports publics, au vélo et à la marche, afin de modifier radicalement la mobilité et d’encourager le transfert modal, en particulier dans les zones urbaine » ; mettre en œuvre « des mesures restrictives pour les voitures (telles que les zones à très faibles émissions [ULEZ], des redevances kilométriques, des mesures fiscales et incitatives, etc.) ».

Commentaires de Peter Newman

Peter Newman, professeur à l’université de Curtin (Australie), et auteur principal des documents émis par le GIEC, a préfacé la note d’accompagnement du rapport, en citant quelques bon élèves à suivre : « Des solutions et des modèles optimisés de mise en œuvre existent déjà pour les transports publics et les infrastructures dédiées aux cyclistes et aux piétons. Des villes comme Vienne ou Zurich montrent le potentiel des transports publics. Copenhague et Amsterdam démontrent qu’il est bénéfique de réserver une place de choix au vélo en ville ». Il conclut : « Il est primordial d’aménager les rues afin qu’elles ne privilégient plus l’automobile mais les trams, bus, cyclistes et piétons. Nous n’avons plus de temps à perdre ! ».


Mots clés : Greenpeace | voiture | véhicule | électrique | diesel | essence | rapport | mobilité
Catégories : Voiture électrique | Voiture électrique en libre-service et auto-partage | Pollution & qualité de l'air | Etudes, rapports & analyses |

Commentaires

Posté le 27-09-2018 à 08:21:58 par Christophe

Merci Philippe de relayer cette prise de position très tranchée de la part de Greenpeace, c’est très courageux de ta part parce que ce discours est encore loin de faire l’unanimité. Mais c’est en le relayant qu’il va s’ancrer dans l’esprit des gens et que les changements nécessaires vont se produire.

Posté le 27-09-2018 à 09:08:12 par Philippe Schwoerer

@Christophe

Merci pour ton commentaire.

Le rapport de Greenpeace est effectivement très tranché sur la place de la voiture individuelle dans la ville, quelle que soit sa source d’énergie.

Mais il va aussi dans le sens de nombreux adhérents de l’Avem qui produisent ou diffusent des scooters électriques, VAE et autres petits engins branchés. Il met en avant aussi les membres en charge des services de véhicules partagés et ceux qui conçoivent et commercialisent des solutions de recharge en exploitant les énergies renouvelables.

Pour eux tous, comme pour tous ceux qui agissent en faveur de l’environnement et de la santé publique, le rapport de Greenpeace est une action très positive.

Posté le 27-09-2018 à 11:15:40 par Pascal

J’adhère.
Mais je n’oublie pas les habitants des territoires ruraux pas si loin des grandes villes ou très loin, souvent rejetés dans ces secteurs par le coût de l’immobilier et pour qui l’automobile est un véritable facteur de mobilité.
Les transports en commun y sont inexistants et je pense que le VE partagé, connecté et "gridé" est une partie de la réponse.

Posté le 27-09-2018 à 11:16:37 par DCB-68

On a trop tardé et pas grand monde comprend la nécessité d’agir avec urgence. Les citoyens se retranchent trop derrière les politiques et les constructeurs, pensant se décharger ainsi de leurs responsabilités. Mais au final, qui va supporter les conséquences de ce manque d’action ? Les citoyens eux-mêmes, qui comprennent bien sûr les dirigeants politiques et de l’industrie, ainsi que les générations qui vont suivre.

Le rapport de Greenpeace est encore bien gentil, car il est clair qu’on ne restreindra plus la hausse dans les 1,5°. Ce qui ne veut pas dire de ne rien faire, bien au contraire, car plus l’élévation globale de la température sera forte, plus les conséquences seront énormes.

Les citoyens de France et d’Europe sont-ils prêts à accueillir des millions de réfugiés climatiques ? Non, on voit déjà les difficultés que ça pose pour quelques dizaines. Il va falloir s’y préparer à ce flot humanitaire sans précédent qui sera une réalité dans quelques années.

Posté le 27-09-2018 à 18:33:31 par Christophe

"les habitants des territoires ruraux pas si loin des grandes villes ou très loin, souvent rejetés dans ces secteurs par le coût de l’immobilier"
Une voiture c’est au moins 250 €/mois et quand on habite à la campagne il en faut 2 soit 500 €/mois.
Quelle ville est à ce point hors de prix pour que le coût mensuel de l’immobilier soit au moins 250 € plus cher que la zone périphérique qui nécessite absolument une voiture parce que trop loin du centre ou non desservie en TC ?

Posté le 27-09-2018 à 20:24:39 par electronlibre

@Christophe
Il n’y a pas que le coût, la disponibilité est aussi un facteur dans la décision du choix de résidence: il y a énormément de vente ou de location dans les communes rurales et sont en général plus desservies par les TC depuis 30 à 50 ans... malheureusement(rentabilité entamée par la voiture démocratisée)

Posté le 28-09-2018 à 09:30:28 par Vérité

@electronlibre
Dans le village où j’habite il y a une très grosse rotation des biens immobiliers. Mais ce sont aussi des passoires thermiques (vielles maisons du village ou pavillons des années 60 et 70).
Cela attire de nombreuses personnes travaillant à la ville située à une vingtaine de kilomètres mais le cout des voitures pour s’y rendre tous les jours est tel qu’elles n’y font pas de travaux et consomme du fuel hyper polluant (ou du bois dans des cheminées ouvertes).
Ceux qui croient au père Noël en croyant faire une bonne affaire remplacent les déçus qui ont enfin compris.
Evidemment une infime minorité utilise le train qui dessert la halte ferroviaire réouverte.

Posté le 28-09-2018 à 11:23:54 par pierre

On ne le dira jamais assez, quelle soit électrique ou pas, la meilleure voiture est celle qui reste au garage ou mieux, qui n’est pas produite.
On voit tant de personnes prendre leur véhicule afin d’éviter le moindre effort pour se rendre à leur travail, pour aller chercher leur pain le dimanche matin, et qui vont pourtant encore s’en servir pour aller suer dans une salle de sport ou courir dans le parc à côté parce que l’air y serait meilleur !
Pauvre monde...

Posté le 28-09-2018 à 13:53:02 par Picard80

Mouais, pas assez cher le diesel et l’essence.

Posté le 28-09-2018 à 18:42:37 par electronlibre

@Vérité
Dans mon village, mais dans d’autres aussi, les acheteurs de vieilles maisons(souvent en pierres)les restaurent suivant les normes avant d’y habiter parce le coût d’achat est peu élevé, permettant la réalisation de travaux.
Ensuite évidemment chacun est libre de ses choix et si certains sont déçus par la vie rurale, ils peuvent retourner en ville.
Pour ma part, je n’irais jamais vivre dans une grande ville(à partir de 100.000 habitants), être au contact de la nature n’a pas prix...

@pierre
Ma voiture gpl fait 3500km par an, peut on considérer qu’elle reste au garage?
Dans le même temps, mon vélo aligne 5500 km...
Vous avez raison, mais ne désespérez pas, il me semble que les jeunes changent les comportements.

Posté le 29-09-2018 à 11:56:57 par Vérité

@electronlibre
"Dans mon village, mais dans d’autres aussi, les acheteurs de vieilles maisons(souvent en pierres)les restaurent suivant les normes"
Quelle norme pour quelle performance au final ?

Posté le 29-09-2018 à 19:34:19 par VTTAE74

@electronlibre
Vous avez donné votre kilométrage pour le vélo et une voiture GPL. Et pour les électriques ?

Posté le 29-09-2018 à 21:33:13 par electronlibre

@Vérité
"Quelle norme pour quelle performance au final ?"
Les normes bâtiment évoluant dans le temps, les rénovations les plus récentes sont à priori les plus performantes; pour les rénovations qui "datent" d’une décennies ou plus, suivant le budget, des mise à jour peuvent être effectuées.
Selon moi, une vieille maison en pierre est bien plus durable que les maisons "modernes" en parpaing ou en brique...

@VVTAE74
Si j’avais une voiture électrique, je ne ferais sans doute pas plus de km, et même en roulant plus je pense pas que je dépasserai les 5000 km.
Je ne fait pas de déplacement inutile, simplement parce que je n’ai aucun plaisir à conduire...

Posté le 01-10-2018 à 08:03:18 par Christophe

Pour précision, la norme, dont parle electronlibre, de rénovation thermique des maisons a pour dernière version l’arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments existants modifié par l’arrêté du 22 mars 2017.
Avant modification, cela revenait à faire un bâtiment conforme aux garde-fous de la RT2005.
RT2005 qui, pour information, enfante des bâtiments présentant une étiquette énergie du DPE en moyenne de D (C pour des cas bien spécifiques et E pour du chauffage électrique par résistance).
Même avec les modifications introduites par l’arrêté du 22 mars 2017 (résistances thermiques en augmentation), on est encore très loin du bâtiment basse consommation (étiquette énergie A et B du DPE).
Si chauffage et ECS par combustion, la pollution est au rendez-vous. Et en campagne, le gaz n’est bien souvent pas disponible, ce qui veut donc dire bois et fioul.

Posté le 01-10-2018 à 14:26:28 par electronlibre

@Christophe
"Et en campagne, le gaz n’est bien souvent pas disponible, ce qui veut donc dire bois et fioul. "
Le gaz passe dans ma commune depuis 20 ans, mais certains de mes voisins l’utilisent seulement pour la cuisine et se chauffent au bois(par économie) ou au fioul(parce que changer le matériel fonctionnel coûte cher). Même quand on a le choix de l’énergie, le côté économique intervient quand même dans ce choix; il est souvent difficile de calculer tant les prix des énergies fluctuent à long terme.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Overboat : Un bateau électrique individuel à foils autorégulés
Conçu et produit dès l’été prochain à Montpellier (34) par la startup Néocéan créée par Vincent Dufour en 2018, l’Overboat est un catamaran électrique léger, futuriste,...
Clean Energy Planet lauréat des Trophées de l’Eco
Récompensé dans la catégorie « Développement Durable » des Trophées de l’Eco des Alpes-Maritimes, Clean Energy Planet souligne que l’événement organisé par le groupe...
Crowdfunding pour lancer le scooter électrique 3 roues d’Eccity
Conformément à son image jeune, Eccity a décidé de faire confiance au financement participatif pour lancer son Model 3, un scooter électrique à 3 roues équivalent 125...
Venturi Antarctica, véhicule électrique d’exploration polaire
Venturi ne fait pas que dans les voitures survoltées. Il ne faut pas oublier son histoire autour des véhicules électriques à destination des professionnels. A ce sujet,...
Scooters électriques : la proposition de RedE pour cet hiver
Autrefois les adeptes de la moto glissaient du journal sous leur blouson pour supporter le froid. Il y a mieux aujourd’hui. En plus des vêtements chauds et imperméables...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact