Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 05/05/2017 à 12:00 par Philippe Schwoerer - Lu 2852 fois - 1 commentaire


Inde : Toutes les voitures vendues devront être électriques dès 2030


Pour lutter contre la pollution qui atteint des records historiques, l’Inde souhaite qu’en 2030 toutes les voitures vendues sur son territoire soient électriques. Curiosité nationale : le ravitaillement en énergie s’effectuerait par remplacement des batteries.

Pas vraiment nouveau

L’information actuellement relayée dans la presse selon laquelle l’Inde vise 100% de VE dans les ventes de voitures neuves à partir de 2030 n’est pas une nouveauté. A la même époque, l’année dernière, l’Inde affichait l’ambition de devenir le premier grand pays à ne commercialiser que des modèles électriques, en communiquant déjà sur cette échéance. Un programme particulièrement musclé pensé pour ne pas coûter 1 roupie à l’Etat pour aider à l’achat des voitures branchées. Impensable !? L’idée du gouvernement était alors que l’acquisition de l’engin soit payée petit à petit par les nouveaux propriétaires avec les économies réalisés petit à petit sur les dépenses en carburant. En contrepartie, le prix de l’électricité devait demeurer stable et la consommation des électrons soumise à une stratégie basée sur l’efficacité. Suffisant pour convaincre les 1,3 milliards d’habitants ? A suivre… Plus tôt, en 2012, l’Inde avait adopté un plan national selon lequel 6 à 7 millions de véhicules électriques, principalement des deux-roues, seraient lancés sur les routes indiennes à horizon 2020. A comparer avec les presque 30 millions d’engins en circulation sur le territoire. A l’époque, le gouvernement estimait que 4 milliards de dollars seraient nécessaires pour faire émerger la filière en 5 ou 6 ans, dont 2,5 milliards seraient à sa charge.

Urgence

Chaque année, en Inde, selon les estimations de Greenpeace, ce sont plus de 2 millions d’individus qui tombent sous l’effet de la pollution, contrairement aux chiffres plus officiels réduits de moitié. A New Delhi, par exemple, les pics se succèdent de plus en plus sévères. C’est justement depuis la capitale que Piyush Goyal, ministre de l’Energie, des Energies renouvelables, du Charbon et des Mines, a fait le point sur le programme VE 2030, fin avril dernier, lors d’un rendez-vous industriel annuel. Désormais, il est question d’un soutien financier de l’Etat à destination des constructeurs sur une durée d’au moins 2-3 ans. Ensuite, ces derniers auraient à composer avec une demande galopante en véhicules électriques de la part des particuliers et professionnels. Et puisqu’il s’agit d’assainir l’air, il ne suffit pas de déplacer simplement les émissions polluantes pour les reporter sur les centrales de production d’électricité, principalement alimentées au charbon. Afin de diversifier son mix, le gouvernement indien a lancé en 2015 un vaste plan de développement des énergies renouvelables qui vise à quadrupler la puissance installée des infrastructures exploitant le vent, le Soleil, la biomasse et autres déchets. En 2027, plus de la moitié de l’électricité produite en Inde serait d’origine EnR. Un projet pour développer la centrale photovoltaïque la plus grande du monde est dans la balance.

Quick Drop

Toujours avec l’idée de laisser les industriels porter le plus gros du développement de la mobilité électrique sur son territoire, l’Inde souhaite que le ravitaillement en énergie des véhicules électriques s’effectue principalement selon un scénario bien connu de remplacement des batteries, plutôt que d’effectuer à la va-vite un maillage efficace en bornes de recharge lourdement nourri de subventions. Bien sûr, les grands centres où la pollution atteint des records historiques à répétition seront équipés de ces dernières, en priorité sur des zones moins touchées. Que penser de ce scénario privilégié par l’Inde, selon lequel les électromobiliens disposeraient de stations d’échange des batteries quasi instantanément, qui ferait rivaliser l’opération en temps avec le remplissage d’un réservoir de carburant ? Shai Agassi, entrepreneur israélien, s’est risqué dans cette voie dès 2009 avec le projet Better Place pour lequel Renault avait répondu présent, jusqu’à la cuisante faillite du système. Tesla révélait en 2013 sa vision d’un dispositif Quick Drop toujours sans suite sur le terrain. Le gouvernement indien parviendra-t-il à imposer le système à l’échelle d’un vaste pays de façon efficace ? Difficile à dire aujourd’hui. D’autant plus que pour être compatibles, les VE devront être conçus dès l’origine pour cela. Les anciens modèles déjà commercialisés seront donc exclu, comme en France le sont des bornes accélérées ceux qui ne disposent pas d’un chargeur idoine. Et pour ceux à venir, à quoi pense le gouvernement ? A créer une exception indienne opposable à quelques constructeurs locaux, ou à peser de tout son poids sur les habitudes internationales de recharge ?


Mots clés : Inde | voiture électrique | véhicule électrique | 2030 | Quick Drop | vente | voiture neuve
Catégories : Voiture électrique | Borne de recharge | Batterie |

Commentaires

Posté le 05-05-2017 à 23:38:50 par JB Segard

Pour des VE de masse: EP Tender ?
Je n’ai pas de contact chez Mahindra: si un lecteur a cela je suis preneur !



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Inscriptions ouvertes pour le Pyrénées Révéo Electric Tour
Souvenez-vous du Catalan electric Tour organisé l’année dernière par Robert Morandeira, alias Bob66, président de L’Ame66, et son équipe très dynamique. Toujours avec...
Première : Rencontre des associations en faveur des véhicules électriques
L’édition 2017 du Salon du véhicule électrique qui se tenait à Val d’Isère, il y a une dizaine de jours, a été le cadre d’une première en France, et sans doute en Europe...
Continental et Michelin s’intéressent aux véhicules électriques
Il est probable que la très grande majorité des fabricants de pneumatiques proposant dans leurs catalogues des modèles pour voitures particulières s’intéressent d’une...
Quand le maillage en bornes de recharge bloque les ventes des voitures électriques
A l’Avem, nous attendons chaque mois les chiffres des ventes et nouvelles immatriculations de véhicules électriques afin de constater leur progression. Après 3 années...
Valeo mise sur la voiture électrique 48 V à quelques milliers d’euros
Interrogé par Sébastien Couasnon au cours de son émission Tech & Co du lundi 17 juillet dernier sur BFM Business, Guillaume Devauchelle, directeur de l’innovation de...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact