Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 16/02/2018 à 08:00 par Philippe Schwoerer - Lu 4029 fois - 21 commentaires


Irizar ie tram : un bus articulé électrique primé qui arrive en France


Le design en look de tramway du bus articulé électrique ie tram de 18 mètres de long, construit par Irizar, est vraiment futuriste quand on le compare aux productions de ses concurrents. Pourtant, il est bien commercialisé aujourd’hui, venant d’être distingué par 2 fois. En France, on devrait le voir circuler dès 2019 à Amiens (80), dans le triangle basque Bayonne, Anglet, Biarritz (64), et peut-être à Paris, où la marque a été de testée, confrontée à la concurrence d’Heuliez Bus, Solaris, Bolloré et de constructeurs chinois qui s’implantent en France et en Europe, avec ou sans partenariat.

ie tram

Groupe d’entreprises dont l’histoire a commencé il y a presque 130 ans et leader dans le secteur des cars et bus, Irizar développe son activité dans cinq centres de production répartis en Espagne, au Maroc, au Brésil, au Mexique et en Afrique du Sud. Son modèle ie tram qui donne immédiatement l’envie de vivre un voyage en son sein a reçu en Espagne les prix « Autobus de l’année 2018 » et « Véhicule industriel écologique 2018 » attribués par les revues spécialisées en transport routier Transporte 3 et Viajeros. Directeur de la récente division Irizar e-mobility, Hector Olabe a commenté avec enthousiasme ces distinctions : « Nous sommes très fiers que l’Irizar ie tram ait remporté ces 2 prix, parce qu’il s’agit d’un véhicule qui intègre une technologie développée au sein du groupe, notamment le système de propulsion, celui d’entreposage énergétique, l’ensemble du développement du logiciel, y compris la communication entre véhicules et/ou l’infrastructure. Les stations de recharge sont également développées en interne, ce qui nous permet de proposer des solutions globales en électromobilité personnalisées et clé en main à toutes les villes européennes ».



Attrayant

Irizar ne cache pas d’avoir choisi un design qui permet de rendre le service de transport plus attrayant, dans un confort optimisé. L’entreprise met en avant : « une grande capacité d’embarquement (155 places), la facilité d’accès et la circulation intérieure d’un tramway, associées à la flexibilité d’un autobus ». C’est sans doute le premier bus commercialisé à ne pas disposer de rétroviseurs extérieurs, mais de caméras qui projettent des images sur 2 écrans situés à l’intérieur de l’habitacle, de chaque côté du conducteur. Irizar présente son choix technologique de batterie LTO, - lithium-ion titanate -, pour favoriser « une haute densité de puissance et une longue vie utile ». Pour mémoire, ce type d’accumulateurs crédité d’un nombre de cycles de recharge/décharge particulièrement important (3.000-7.000) est embarqué dans les Mitsubishi i-MiEV et ses jumelles Peugeot iOn et Citroën C-Zero. Sur le bus électrique ie tram, la recharge s’effectue en 5 minutes au moyen d’un pantographe, dans des stations installées essentiellement en début et fin de lignes.

Amiens et Pays basque

La métropole d’Amiens, dans la Somme, a commandé fin octobre dernier 43 exemplaires de l’Irizar ie tram. Ils seront assemblés à l’usine d’Aduna, en Espagne. Pour la collectivité qui met sur la table 122 millions d’euros pour refondre son actuel réseau de bus, le choix de ce modèle est symbolique, dû à son design de nature à faire oublier le projet de tramway abandonné en 2014. L’agglomération Côte basque-Adour, qui regroupe, entre autres, les communes de Bayonne, Anglet, Biarritz, avait déjà passé sa commande fin 2016 pour une vingtaine d’unités facturées unitairement 625.000 euros.



Mots clés : Irizar | ie tram | bus | articulé | électrique | tramway | Amiens | Bayonne | Anglet | Biarritz
Catégories : Bus électrique et hybride | Borne de recharge | Batterie |

Commentaires

Posté le 16-02-2018 à 08:01:00 par Christophe

Pour mémoire, théoriquement un bus diesel de 18 m c’est 180 passagers. Donc là aussi on a une petite perte mais 155 est un bon chiffre comme 90 l’est pour un bus de 12 m.
C’est la même technologie que celle employée par Heuliez sur son GX437 électrique.

Selon le CEREMA le nombre de voyages par an et par habitant de l’agglomération est de (chiffre 2015) :
- Amiens : 87 (179 000 habitants) moyenne à 77 pour des agglos entre 100 000 et 300 000 habitants,
- BAB : 59 (147 000 habitants) moyenne à 77 pour des agglos entre 100 000 et 300 000 habitants.

La moyenne nationale est de 102 voyages par an et par habitant de l’agglomération (chiffre 2015).

Posté le 17-02-2018 à 08:02:09 par Jfdt

Ce matériel est donc un bus articulé et non un tram puisqu’il ne roule pas sur une voie ferrée...

Posté le 17-02-2018 à 08:34:44 par Phil77

Ce qui serait intéressant de savoir c’est pourquoi Heuliez n’a pas êté retenu sur ce marché : le coût ? La techno ? La dispo ?

Posté le 17-02-2018 à 11:33:34 par ZoéT

Le look ? Pour Bayonne, Anglet, Biarritz, c’est un constructeur "local" si on raisonne pays basque.

Posté le 17-02-2018 à 11:31:45 par pdebano

Bonjour Christophe

Si vous aviez été une femme, je vous aurais proposé de venir avec moi, debout l’un près de l’autre dans un bus de 18 mètres au milieu de 153 autres personnes. Comme nous aurions été très proches (de l’asphyxie) je doute qu’en tant que femme vous eussiez apprécié mon contact.

Tout cela pour dire qu’il faut que les constructeurs arrêtent de nous annoncer des capacités débiles, ou alors précisent le nombre de personnes debout par m2

Au passage, pour le "confort optimisé", pour avoir essayé les sièges à BusWorld en statique dans le véhicule Irizar, cela rappelle, en moins bien, les sièges en contre-plaqué de très vieux tramways allemands.
Cordialement

Posté le 17-02-2018 à 13:13:15 par Marjorie

Je vous rejoints pdebano. Plus de transports en commun pour moi, trop de mauvaises expériences quand ils sont bondés, ce qui est souvent le cas aux heures où je les prenais.

Posté le 17-02-2018 à 14:31:13 par Christophe

http://information.tv5monde.com/en-continu/l-allemagne-envisage-la-gratuite-des-transports-en-commun-urbains-220356

"Le gouvernement allemand propose la gratuité des transports en commun afin de réduire la pollution dans les villes, sous la menace d’amendes de l’UE et alors que la justice pourrait bientôt interdire les véhicules diesel dans certaines métropoles.
Dans un courrier de plusieurs ministres allemands, dont celle de l’Environnement, adressé le 11 février à Bruxelles, Berlin dit envisager d’instaurer "la gratuité des transports publics afin de réduire le nombre des voitures particulières" en circulation, en concertation avec les Etats régionaux et les communes."

"Si le projet se concrétise, "au plus tard à la fin de l’année", Bonn, Essen, Herrenberg, Reutlingen et Mannheim devraient donc proposer aux usagers de voyager gratuitement à bord des bus, trams et autres transports en commun utilisés par des centaines de milliers de personnes chaque jour."

"En Allemagne, pays où la voiture est reine, le nombre d’usagers des transports en commun connaît une croissance sans interruption depuis vingt ans.

L’an dernier, la Fédération allemande des entreprises de transports a ainsi enregistré 10,3 milliards de déplacements."

"L’ONG Greenpeace réclame de son côté de diminuer les possibilités de parking ou d’augmenter les "péages" dans les villes pour limiter la circulation automobile."

Posté le 17-02-2018 à 14:34:27 par Christophe

@ZoéT
Oui mais Heuliez est aussi local puisque implanté à Rorthais dans les Deux-Sèvres dans la même région Nouvelle Aquitaine que le Pays Basque français.

Posté le 17-02-2018 à 14:37:11 par Christophe

Rorthais est une commune associée de la commune de Mauléon qui a des échanges avec Mauléon au Pays Basque français pour la création d’une espadrille
https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/les-mauleon-des-antipodes-regionales-unis

Posté le 17-02-2018 à 14:44:36 par Christophe

Si les allemands veulent voir ce que cela donne la gratuité des TC, ils pourront venir voir à Niort (Deux-Sèvres).
http://www.niortagglo.fr/fr/details-de-lactualite/le-reseau-tanlib-sadapte-7930/index.html
« La mise en place de la gratuité sur le réseau Tanlib le 1er septembre 2017 a entraîné des changements dans les habitudes de déplacement des habitants de l’Agglomération. Nous comptons une progression de 20 à 25% de fréquentation globale sur toutes les lignes, soit près de 5000 voyages supplémentaires par jour »
Selon le CEREMA en 2015 le nombre de voyages par an et par habitant de l’agglomération était de 55 pour une moyenne de 77 pour des agglos de taille équivalente avec à la clé une grosse pollution notamment sonore avec de nombreuses voies classées.

Posté le 17-02-2018 à 23:30:10 par Daniel

Avec ces bus électriques qui se rechargent par pantographe, j’ai l’impression que l’on redécouvre le trolley que j’empruntais quand j’étais gamin, il y a soixante ans, et que d’autres ville, notamment en Suisse, ont gardé. Éternel recommencement.

Posté le 18-02-2018 à 09:32:45 par Pollution

http://information.tv5monde.com/en-continu/pollution-de-l-air-la-france-transmis-son-plan-d-action-la-commission-europeenne-220284
La réponse de la France fait pâle figure à côté.
Avec des interdictions en fonction des certificats Crit’air ils comptent atteindre les limites imposées par Bruxelles, limites très supérieures à celles de l’OMS. On va encore mourir de la pollution en France.

Posté le 18-02-2018 à 11:36:28 par ZoéT

@Daniel
Les trolleys sont toujours connectés aux câbles électriques, pas ces bus. Ce qui donne une certaine liberté de mouvement en cas de besoin.

Posté le 18-02-2018 à 20:41:49 par lucien

Je viens de regarder les actualités nationales ...Quand verra t on comme à Oslow des bornes rapides électriques dans les stations essence !!!!

Posté le 19-02-2018 à 06:54:58 par Christophe

@Zoé et Daniel
Cette absence de liberté de mouvement, c’est ce qui est à l’origine de la suppression du trolley bus à la Chaux de fond : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trolleybus_de_La_Chaux-de-Fonds
"En avril 2011, les TRN ont annoncé vouloir remplacer les trolleybus de La Chaux-de-Fonds en 2014 par des autobus à propulsion hybride, ce qui a suscité une vague de protestations vigoureuses. Deux raisons principales ont été donnés par TRN : d’une part, les nombreux travaux routiers dans la ville entravent la circulation des trolleybus et nécessiteraient de déplacer les bifilaires. Par exemple, un investissement de 2,5 millions de francs suisses serait nécessaire pour assurer la continuité de la circulation des trolleybus pendant le réaménagement de la Place de la Gare. D’autre part en outre, le coût unitaire de nouveaux trolleybus, estimé à 1,3 millions de francs par véhicule, est jugé beaucoup plus coûteux à acquérir que de nouveaux autobus hybrides à 800 000 francs chacun"

Posté le 19-02-2018 à 09:14:38 par pdebano

A Christophe
En ce qui concerne le trolleybus la majorité des trolleybus a toujours été équipée d’une solution d’autonomie, donc pour circulation hors des fils, soit par batteries, mais jusqu’à il y a quelques années elles donnaient une autonomie très faible de quelques centaines de mètres, soit par groupe Diesel (appelé GMA en français, APU en anglais) donnant une grande autonomie et pouvant être de forte puissance (trolleybus bimode PER 180 en France et trolleybus Hess à Fribourg par exemple). Depuis quelques années, les batteries permettent une autonomie beaucoup plus importante de quelques dizaines de km (trolleybus IMC) permettant de circuler sans ligne aérienne, les batteries se rechargeant lors de la circulation sous ligne aérienne. Bien souvent, la suppression du trolleybus (ou la non prise en compte de ses possibilités) est le fait de décideurs qui n’étudient pas en profondeur leurs dossiers, comme ce fut le cas pour la suppression du tram en France. Il ne faut pas se limiter à la comparaison des seuls prix d’achat du matériel roulant, mais faire un calcul total sur le cycle de vie en comptant bien tout (amortissement et entretien du matériel roulant et au sol, coûts de l’énergie et de la pollution). Un tel calcul fait pour une ligne BHNS française, volontairement totalement équipée en lignes aériennes, a montré que les coûts sur le cycle de vie étaient quasiment identiques entre trolleybus et bus Diesel, sachant que le bus Diesel est le moins coûteux de tous les systèmes bus. Le bus hybride est une mode coûteuse. Il est certain que la suppression du trolleybus à La Chaux de fond, alors que la mise en œuvre de l’autonomie pour éviter la reconstruction de la ligne devant la gare était possible, et la suppression du trolleybus à Wellington alors que les véhicules étaient récents et les infrastructures en bon état d’après ce qu’il s’en dit, sont des décisions irréfléchies qui montrent qu’il n’y a pas qu’en France qu’on prend de mauvaises décisions concernant les transports

Posté le 19-02-2018 à 10:05:14 par Christophe

@pdebano
"Bien souvent, la suppression du trolleybus (ou la non prise en compte de ses possibilités) est le fait de décideurs qui n’étudient pas en profondeur leurs dossiers"
Je vous renvoie vers le fil http://avem.fr/actualite-rennes-une-flotte-de-bus-exclusivement-electrique-pour-2030-6376.html où j’ai mis en lien l’étude faite par l’agglo. de la Chaux de Fond.
Dommage il n’y a rien sur la fréquentation et la possibilité de "rentabiliser" les trolleybus en les remplissant à leur maxi. à chaque trajet.

Posté le 19-02-2018 à 10:28:11 par Christophe

@pdebano
J’imagine que quand vous parlez de l’étude d’un BHNS trolleybus pour une ville française, vous parlez de Nancy en remplacement du TVR, Caen ayant fait le choix d’un tramway fer en remplacement du TVR.

Posté le 20-02-2018 à 11:23:19 par pdebano

A Christophe
Merci pour le lien sur La Chaux de Fond, je n’avais pas cette étude
Pour l’étude BHNS Trolleybus, ce n’est pas Nancy, mais une autre ville dont le nom est confidentiel comme demandé par le donneur d’ordre. En ce qui concerne Nancy, ce qui se passe actuellement, c’est du grand n’importe quoi : pas d’études sérieuses des différentes possibilités, des choix fait à l’avance, des déclarations stupides (ex : le tram qui ne monte pas les rampes mais qui les montait avant parce qu’il ne pesait que 2 tonnes!) pour justifier la non prise en compte de solutions en fait possibles.Dossier à disposition sur demande à pdebano@laposte.net

Posté le 20-02-2018 à 19:09:14 par MS

Les fameux trolleybus ! J’en ai connu à Limoges, en Haute-Vienne. Mais je suppose qu’ils ont disparu. Dans les années 80, certains avaient l’air d’avoir une bonne trentaine d’années.

Posté le 21-02-2018 à 07:01:05 par Christophe

@MS
Limoges et Lyon sont les deux seuls villes en France qui augmentent leur réseau de trolleybus.
A Limoges il y a 5 lignes de 32,5 km et elles transportent 53 % des voyageurs du réseau (71,3 voyages par an et par habitant de l’agglo en 2015 pour une moyenne nationale à 77 pour des agglos de ce type).

Lyon 320 voyages par an et par habitant de l’agglo en 2015 pour une moyenne à 168 pour les agglos de plus de 300 000 habitants.

Chiffres CEREMA, plutôt qu’agglo il faudrait parler du RT-AOM (Ressort Teritorial de l’Autorité Organisatrice de Mobilité), les données pour Lyon n’intégrant pas l’agrandissement du RT-AOM en 2015 (métropole de Lyon, le département du Rhône, la communauté d’agglomération Villefranche-Beaujolais-Saône, la communauté de communes de l’Est
Lyonnais, les communes de Brindas, Chaponost, Grézieu-La-Varenne, Messimy, Sainte-Consorce, et Thurins).



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Moins de cobalt, moins chère, plus d’énergie avec les batteries eLNO
Le groupe Johnson Matthey, - spécialisé en produits chimiques -, mise sur sa propre recette afin de prendre le train de la mobilité électrique. Sa batterie eLNO, à...
Secure Tel et nouvelles installations en news de Clean Energy Planet
Principale information de la newsletter de juillet 2018 adressée à ses inscrits par Clean Energy Planet, l’ajout au catalogue d’une nouvelle vélos-station automatique...
Electriques et hybrides rechargeables : Progressions en juin 2018
En juin 2018, c’est du côté des utilitaires électriques que l’on trouve la progression la plus marquée, légèrement supérieure à 61%, et, surtout, un nouveau record...
Eccity et ses scooters électriques en quelques news
Tout d’abord un point important à rappeler : Eccity est véritablement le fabricant français pionnier des scooters électriques dont l’activité est exclusivement réservée...
Electric Night Ride : Motos et scooters électriques en balade à Paris
C’est ce dimanche 8 juillet 2018, à 5 heures du matin, depuis le Sacré-Cœur de Montmartre, que s’élanceront les scooters et motos électriques engagés dans cette 3e...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact