Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 14/01/2020 à 06:00 par Philippe Schwoerer - Lu 1561 fois - 22 commentaires


L’épineuse question des particules d’abrasion


Parmi les arguments contre les voitures électriques revient toujours avec plus d’insistance celui des particules d’abrasion (garnitures de freins, gomme des pneus) qui seront nécessairement plus nombreuses avec des véhicules alourdis par le poids des batteries. Sur ce sujet, quelques informations nouvelles.

Nocivité

Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de King’s College de Londres, les particules métalliques provenant de l’abrasion des plaquettes de frein provoqueraient une inflammation qui serait la cause d’une réduction de la capacité des cellules immunitaires à tuer les bactéries qui peuvent agresser le corps humain. Exactement comme celles produites par les moteurs diesel. En clair, ces 2 sources seraient tout autant responsables d’aggraver les infections et autres problèmes des voies respiratoires, dont les toux et rhumes chroniques, l’asthme, les bronchites et pneumonies. En cause, selon les chercheurs londoniens, pour les particules des systèmes de frein, le vanadium qui entre dans la composition des garnitures.



20% de la pollution routière aux PM2,5

D’après ces scientifiques, seulement 7% des PM2,5 émises par le trafic routier proviennent des gaz d’échappement, contre 20% pour les poussières de freins. L’étude ne prend cependant pas en compte celles des pneus, ce qui rend toujours aussi difficile la comparaison entre les véhicules thermiques et électriques. Ces derniers libèrent beaucoup moins de déchets issus des systèmes de frein, les jeux de plaquettes pouvant durer 2 ou 3 fois plus longtemps, et mieux encore avec les modèles pouvant s’immobiliser complètement en n’agissant que sur la pédale d’accélérateur. Connaître la nocivité des gommes des pneumatiques est donc essentiel. A noter que l’association Transport & Environment vient d’indiquer que les filtres à particules embarqués dans les nouveaux diesel sont inefficaces, émettant jusqu’à, à la louche, 1.000 fois plus de poussières à l’échappement lors de leur décrassage.

Aspirateurs à particules

Sans distinguer les sources des particules, le système imaginé par l’entreprise britannique Pollution Solution permet de nettoyer à 99% l’air au bord des routes et rues, éliminant les particules de PM1 à PM10, ainsi que différents gaz nocifs dont les oxydes d’azote, le monoxyde de carbone, les hydrocarbures et l’ozone. Installées à même la chaussée, des trappes aspirent l’air ambiant à travers des conduits enterrés à 50 cm qui mènent vers une unité de traitement avant libération en surface. L’entretien du matériel s’effectuerait tous les 3 à 12 mois en fonction du trafic et des conditions de circulation. Ne manque plus que la validation des pouvoirs publics et une véritable volonté d’exploiter cette solution...


Mots clés : particule | abrasion | frein | pollution | aspirateur
Catégories : Pollution & qualité de l'air |

Commentaires

Posté le 14-01-2020 à 08:41:08 par Christophe

"D’après ces scientifiques, seulement 7% des PM2,5 émises par le trafic routier proviennent des gaz d’échappement, contre 20% pour les poussières de freins."
7 + 20 = 27 pour faire 100 il manque 73 %.
D’où peuvent provenir les 73 % manquants :
- abrasion des pneus,
- abrasion du revêtement,
- remise en suspension de particules produites par le trafic routier.

Il est plus qu’urgent de s’intéresser aux 73 %, surtout quand l’on connaît la composition des pneus et des enrobés.
A moins que l’on ne veuille pas résoudre le problème de la pollution et que l’on désigne des boucs émissaires tout en mettant en avant une solution qui ne résout en rien le problème.

Posté le 14-01-2020 à 09:41:25 par Phenix83

@christophe.L’abrasion des pneus est il vraiment plus important avec un VE ? Ma ZOE a roulé 65000 km,les pneus sont d’origine ,mème à l’avant.La manière de conduire et de la vitesse ,surtout dans les virages et rond-points joue sur l’usure ,probablement autant que le poids du véhicule.Mais c’est vrai ,la batterie de ZOE pèse 280 kg ,c’est le poids de 4 passagers en permanence en plus de la charge utile.
L’usure des routes provoquée par le passage de tous types de véhicules est indéniable puisque le revètement routier doit ètre refait régulierement.L’enrobé routier de surface(asphalte) est composé de cailloux liés par du bitume.Le bitume est un pétrole lourd de qualité très variable.L’élaboration de l’enrobé à base de bitume génère des émanations gazeuses très polluantes ,la plupart cancérigènes dont le benzène .En dehors de tous débats sur les VE ,il est important de connaitre la composition des particules résultant de l’usure de ces enrobés routiers,en fonction de la température (été-hiver).
Le VE alimenté par hydrogène est probablement plus léger que celui à batterie ,à autonomie égale.Mais se pose le pb du cout de production de H2 (environ 60 kWh pour produire 1 kg de H2 par hydrolyseur).
Sans étude plus précise condamner le VE parce qu’il userait davantage les pneus qu’un véhicule thermique me parait un faux débat.

Posté le 14-01-2020 à 11:13:52 par Christophe

@Phenix83
Ce n’est pas un conditionnel, c’est un fait un véhicule plus lourd émet plus de particules d’abrasion de pneus et de revêtements qu’un véhicule plus léger.
Ces particules sont maintenant suffisamment connues (voir dernier rapport de l’ANSES) pour dire qu’elles entraînent les mêmes problèmes que celles des autres types, le critère prépondérant étant leur taille. Si les particules d’abrasion des pneus et du revêtement sont tant déniées c’est surtout parce qu’elles ne sont pas visibles. Mais si elles ne sont pas visibles, c’est qu’elles sont fines et donc dangereuses.
Le principe de précaution impose de prendre les mêmes décisions pour toutes les particules jusqu’à démonstration irréfutable de non dangerosité de tel ou tel type. Quand il s’agit d’un industriel notamment alimentaire on sait très bien appliquer ce principe de précaution et même s’il s’avère ensuite que le problème était mineur.

Posté le 14-01-2020 à 14:30:40 par Daniel

1 X 2 + on parle de la pollution engendrée par la voiture. Tout ce qui se déplace pollue, y compris la bicyclette dont les pneus et les patins de freins s’usent en émettant des particules. Ou alors, on peut dire que la voiture, c’est comme la pile qui Wonder qui ne s’use que si l’en s’en sert. Laissons la donc au garage et finie la pollution.

Posté le 14-01-2020 à 18:02:26 par Vérité

@Daniel
Un vélo pollue-t-il moins l’air qu’une voiture électrique ?
Si oui, il est préférable de laisser sa voiture au garage et de prendre son vélo.

Posté le 14-01-2020 à 23:25:22 par nouh

Sur les filtres à particules des moteurs diesel vous devriez un peu mieux vous renseigner avant de reproduire des imbécilités d’une étude publiée par l’ONG Transport Environment.
Le filtre à particule émet des particules simplement lors de sa régénération ce qui est "ponctuel" et donc pas "continuellement" et de plus, ils sont très efficaces car les derniers diesels émettent moins de particules que les seuil admis par les commissions européennes.
Les derniers moteurs à essence émettent bien plus de particules que les diesel(10 fois plus) et c’est pour cela que l’on met des filtres aussi sur les essences......qui ont aussi besoin de se régénérer.
Merci de rectifier!!!

Posté le 14-01-2020 à 23:45:44 par Phenix83

@Christophe et Daniel,oui que ce soit sur rail ou sur tous type de route ,mème dans le désert ,le déplacement des trains ,voitures ou camions produit des particules et soulève toutes sortes de poussières .Le métro sur rail ou sur pneu ,circulant dans des tunnels mal aérés ,avec ses nombreux freinage n’est il pas une source de pollution autant que les VE qui circulent en surface ? Les opposants aux VE doivent apporter les preuves que les particules fines résultant du roulage des VE sont des sources de pollution plus dangereuses pour la santé que celles des véhicules à moteur thermique .

Posté le 15-01-2020 à 07:47:52 par Christophe

@Phenix83
http://avem.fr/actualite-innovation-day-le-groupe-psa-precise-sa-strategie-dans-l-electrique-6062.html
Posté le 23-09-2019 à 18:13:55 par Christophe
"Livrons-nous à un petit calcul.
Ligne 1 du métro parisien 16 km en tunnel de 7,75 m de diamètre 181 millions de voyageurs annuel.
Que donnerait les émissions de particules de ces voyageurs en voiture électrique ?
Rapport ANSES cité avant : voiture électrique moyenne IdF 27,23 mg/km PM10 d’abrasion dont 14,49 mg/km PM2,5 d’abrasion dont 2,00 mg/km PM1,0 d’abrasion (freins + pneus)
Taux de remplissage des voitures des navetteurs sur Paris : 1,1. Si voiture 164 545 454 millions de voitures.
Considérons un déplacement d’un kilomètre (descente après 2 stations) –> 164 545 454 km parcourus.
Avec 2 mg/km de PM1 –> 329 090 909 mg de PM1 produits.
Considérons que la pollution d’une journée est introduite dans le tunnel du métro 1 soit 329 090 909 / 365 = 901 619 mg de PM1 dans 754 767 m3 --> 1,2 mg/m3 à comparer aux 500 microg/m3 relevés (donc à minima 2 fois moins que ce donnerait les voyageurs du métro dans une voiture électrique au taux de remplissage habituel).
Cela permet de relativiser la pollution mesurée dans le métro.
Cela permet aussi de confirmer que le vrai fléau c’est l’autosolisme qu’il faut donc combattre en priorité.
Mais il y en a qui préfèrent se focaliser sur le diesel et sur la pollution dans le métro. "

Pour ce qui est de la dangerosité des particules, je vous renvois vers le rapport de l’ANSES cité plus haut qui dit bien que la solution passe par "réduction du trafic (-25 % des voitures particulières, -20% des véhicules utilitaires légers et camions) compensé par +75% du trafic bus Diesel et électriques, +50% du trafic deux-roues (essence et électrique)".

"les particules fines résultant du roulage des VE sont des sources de pollution plus dangereuses pour la santé que celles des véhicules à moteur thermique" pour avoir déjà comparé grâce à l’application Gécoair (http://www.gecoair.fr/2018/04/19/des-particules-fines-quelque-soit-le-vehicule/), le roulage d’une Zoé et celui d’une 108, j’ai systématiquement beaucoup plus de particules avec la Zoé qu’avec la 108. A ceux qui me disent que la 108 n’est pas équivalente à la Zoé, je leur réponds que la 108 me permet de faire tous les trajets où la voiture reste le moyen le plus pertinent pas la Zoé, donc une Ion qui serait selon eux équivalente à une 108 est encore moins polyvalente qu’une Zoé (ce type de voiture ne me sert strictement à rien).

Posté le 15-01-2020 à 08:58:03 par PMC

@nouh
Un filtre à particules sera efficace quand il sera débarrassé des crasses dans un centre dédié. Dans le cas contraire, comme actuellement, il n’y pas de mystère, les particules sont rejetées périodiquement dans l’atmosphère. Comment pouvez-vous croire le contraire ? Ces filtres, c’est de la poudre au yeux et c’est bien le cas de le dire.

Posté le 15-01-2020 à 09:07:42 par Christophe

@PMC
C’est bien pour cela que je milite pour un classement prenant en compte tous les polluants et leur dangerosité :
http://www.avem.fr/actualite-innovation-day-le-groupe-psa-precise-sa-strategie-dans-l-electrique-6062.html
Posté le 15-10-2019 à 08:24:43 par Christophe
"C’est là que mettre en place le système de notation « Air’volution » prévu par la Ville de Paris dans son plan climat prend tout son sens ssi aux conditions suivantes :
- que l’organisme qui fait les mesures soit indépendant (avec preuve de cette indépendance),
- que tous les polluants soient mesurés (donc pour les particules en masse et en nombre) dont y compris celle d’abrasion,
- que le test (style rde) soit reproductible pour tous les véhicules dans les mêmes conditions,
- que les classements soient établis en fonction des pondérations liées à la dangerosité des différents polluants établies par un collège d’experts indépendants (avec pondération la plus forte pour les particules ultrafines, etc.)."

Posté le 16-01-2020 à 11:05:43 par Titi

@PMC
Attention, le fonctionnement n’un FAP n’est pas de retenir les particules pour les relâcher plus tard, mais bien de les retenir en faisant passer les gaz à travers une céramique puis de périodiquement brûler les suies accumulées en envoyant des gaz plus chauds.
La voiture choisi de déclencher une régénération quand le moteur est chaud et dans une phase d’utilisation intensive, donc à priori en périurbain.
Les particules mesurées par l’association sont celles qui se forment après le FAP, justement dûes aux gaz chauds.

Posté le 17-01-2020 à 09:59:32 par PMC

@Titi
Au final, ce sont bien des particules, plus fines donc plus dangereuses, qui sont rejetées lors des décrassages. Ceux qui sont au bord de la route à ce moment là en profitent malheureusement.

Posté le 17-01-2020 à 10:05:35 par Phenix83

@Christophe,le rapport ANSES paru en janvier 2019 (277 pages)n’alarme absolument pas sur les particules fines qui seraient émises par les véhicules électriques,bien au contraire .Je lis en page 105/277 que les particules PM1.0 sont d’origine 95 %combustion ,le carbone suie 92% dont frein 1% ,que les PM2,5 sont d’origine combustion à 72% et 28% abrasion (allant jusqu’à 41 % pour les véhicules lourds),que les PM10 et sont d’origine combustion entre 43 et 61 %,le reste étant réparti à égalité entre l’abrasion des pneus,freins,routes.Malgré un poids plus élevé en 2020 ,il n’est pas mentionné par l’ANSES que les VE légers produisent significativement plus de particules d’abrasion que les véhicules thermiques .Le VE ne produit aucune particule de combustion au roulage,c’est un avantage indéniable.

Posté le 17-01-2020 à 10:42:42 par Christophe

@Phenix83
En juillet 2019 ils ont publié une étude comprenant trois parties de respectivement 118, 284 et 494 pages qui dans une partie analyse toute la littérature sur les différentes études sur la pollution et dans une autre fait des simulations.
Ils y relèvent que les améliorations, plus limitées, observées pour les concentrations de PM2,5 et PM10 sont liées [...] au maintien des émissions du trafic par abrasion (pneus, freins, chaussée).
Ils martèlent aussi que le levier le plus efficace est la réduction du trafic automobile ("plus encore d’une diminution ambitieuse du trafic en zones denses, contribuant d’une part à une réduction supplémentaire des émissions et anticipant d’autre part une réduction de l’exposition des personnes et de la pollution de proximité" ou "en regard avec d’autres mesures comme la maîtrise du trafic (zones à faibles
émissions, péages urbains, etc.), la promotion des transports en commun, de l’intermodalité, des modes actifs, de l’autopartage, du covoiturage et des logistiques marchandises (ecommerce, livraison du dernier kilomètre, plates-formes logistiques urbaines), porteuses de
bénéfices pour la qualité de l’air par la réduction éventuelle de la contribution du trafic routier.).")
Il y a même une annexe qui montre clairement que le VE ne produit pas significativement moins de particules qu’un VT.
Ce qui va à l’encontre de l’analyse que vous faites de leur rapport de janvier 2019.

Pour votre information, PM2,5 signifie de 0 à 2,5 et intègre bien la fraction 0 à 1 (PM1).

Vous défendez votre liberté de rouler en ville avec votre voiture électrique en voulant démontrer que vous polluez moins que si vous le faisiez en voiture thermique. Moi je cherche à réduire significativement la pollution pour réduire ses impacts sur la santé et à ce titre, un véhicule qui émet des particules (ce qui est bien le cas de votre voiture électrique) doit être éliminé et d’autant plus quand il y a d’autres solutions.

Posté le 17-01-2020 à 13:07:18 par Phenix83

@Christophe.ce forum n’a pas pour ojectif de remettre en cause la liberté individuelle de se déplacer sur les routes pour des besoins lies a l’activite economique ou aux loisirs .Le sujet est d’analyser si oui ou non les VE sont un moyen de reduire la pollution résultant du trafic routier.En depit de toutes vos élucubrations et sauf a presenter des arguments techniques irrefutables,que vous le vouliez ou non,pour un trafic equivalent les VE permettent de reduire la pollution atmospherique .Pour ce qui me concerne le debat est clos.

Posté le 17-01-2020 à 14:06:51 par Christophe

@Phenix83
Vous parlez uniquement de réduire la pollution automobile pas de la supprimer, c’est bien que vous êtes conscient qu’il y a pollution.
Si il y a pollution il y a incidence sur la santé des riverains soit la remise en cause de leur liberté de vivre ou de vivre en bonne santé.
Vous opposez la liberté de se déplacer à la liberté de vivre. Pourtant on peut très bien se déplacer sans polluer et donc sans impacter les populations sur son passage.

Les arguments techniques irréfutables ont bien été présentés mais vous ne vous voulez pas les entendre. De toute façon, ils sont maintenant dans les mains des autorités pour qu’ils prennent les décisions qui s’imposent.

Contrairement à ce que vous affirmez un trafic de Peugeot 108 est moins polluant qu’un trafic équivalent de Renault Zoé. Si la première est interdite de circuler, la seconde doit l’être aussi.

Posté le 18-01-2020 à 08:19:37 par Julien

Bonjour,
@Phenix83
Bien sûr que c’est un faux débat. Les VE sont loin d’être parfaits mais sont attaqués de tous les côtés. Les PM générées par le freinage sont moindre que sur un véhicule thermique et donc même si les PM liées à l’abrasion sont un peu plus nombreuses, le total est globalement comparable avec les VT. Cela n’empêche pas d’espérer la diminution des émissions de PM.

@ Christophe
Si un 108 doit disparaitre, c’est parce qu’elle a moins d’avenir dans la baisse des émissions de CO2 qu’une Zoé qui sera bien plus efficace dans les années qui viennent. C’est ça le plus important. Rien à voir avec la pollution sanitaire.

Posté le 18-01-2020 à 09:04:01 par Vérité

@Julien
"elle a moins d’avenir dans la baisse des émissions de CO2 qu’une Zoé qui sera bien plus efficace dans les années qui viennent".
C’est reconnaître qu’elle ne l’est pas à l’heure actuelle.
Comment pourrait-elle alors le devenir ?

Posté le 18-01-2020 à 10:42:08 par Julien

@Vérité
Oui nous avons déjà "débattu" de cela tous les deux. Pour l’instant les VE en circulation sont loin d’être parfaits, juste moins pire que les VT. Mais il y a beaucoup de pistes d’amélioration et c’est très encourageant.
Il y a des trolls bien plus efficaces que vous, Vérité !

Posté le 18-01-2020 à 11:17:29 par electronlibre

@ Julien
En quoi un VE est il moins pire qu’un VT? Au niveau émission de particules? On s’aperçoit maintenant que non!
Au niveau émission de CO2? Sans doute mais ça n’a aucune importance puisque le CO2 n’est pas un polluant et qu’il n’a aucune influence, son effet de serre étant saturé depuis bien longtemps!
Le VE n’a aucun intérêt environnemental, désolé pour ceux qui se sont précipités sur le VE, mais on vous a trompé et je sais qu’il est difficile de reconnaître que l’on a été dupé!
Pour les villes, la seule solution est la diminution des voitures particulières, remplacées par les TC et les modes de déplacement ultralégers...

Posté le 18-01-2020 à 11:44:55 par Vérité

@Julien
Rien ne permet d’affirmer une telle généralité : "un VE est moins pire qu’un VT", c’est un peu plus complexe que cela.
Si pour vous rétablir la vérité c’est être un troll manifestement vous êtes dans l’erreur la plus complète.

@electronlibre
N’ont été dupés que ceux qui ont voulu l’être et qui défendent leur mode de vie d’ultra-dépendance à la voiture.
"light is right"

Posté le 20-01-2020 à 07:23:59 par Christophe

C’est tellement un faux débat que dans le Techni.cités n° 328 de décembre 2019 (le magazine des cadres techniques de la fonction publique) dans un article sur la pollution un ingénieur de l’IFSTTAR indique que l’atteinte des valeurs guides de l’OMS impose la réduction du trafic automobile à travers notamment le renforcement des autres modes de mobilité du fait que les progrès technologiques (en terme de motorisation) ne règle pas les émissions de particules par abrasion des freins, des pneus et de la route.
Il parle aussi du coût environnemental du remplacement accéléré des véhicules.
Il n’y a qu’un pas pour que cette analyse arrive dans les rangs de la préfectorale.

@Julien
J’ai toujours tenu le discours tenu dans le Techni.cités de décembre 2019 à savoir que la baisse de la pollution passe par une baisse drastique de l’usage de la voiture.
Comme j’ai toujours dit que si l’on intégrait cela, l’intérêt de changer les voitures était plus que limité en terme d’impact environnemental.
Si j’intègre un usage moindre, l’intérêt environnemental d’une Zoé s’amenuise, d’autant plus que l’impact environnemental d’une 108 peut grandement s’améliorer avec divers kits.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Interview vidéo de Louis Nègre - Maire de Cagnes-sur-Mer
La Ville de Cagnes-sur-Mer soutient les Journées AVEM depuis maintenant 3 ans, son Maire Louis Nègre a ouvert la troisième édition par une allocution dans laquelle il...
Les gaz d’échappement responsables de DMLA ?
C’est en tout cas ce qu’ont cherché à démontrer les auteurs d’une étude d’observation qui se base sur des données du système d’assurance maladie de Taiwan concernant la...
Transport & Environnement plaide pour les bus électriques
Dans une actu mise en ligne sur son site en date du 12 novembre 2018, la Fédération européenne pour le transport et l’environnement se réjouit de la position de l’Europe...
L’électrique reste la meilleure solution (Ouest-France)
Dans un encadré en marge d’un article intitulé « Passer à la voiture ‘propre’… Oui, mais laquelle ? », et publié dans l’édition du 11 octobre 2018 de Ouest-France,...
Tamic : le dispositif qui dépollue les systèmes de freinage
Parmi les oppositions plus récentes au développement de la mobilité électrique, l’émission de particules en provenance des systèmes de freinage et des pneumatiques. Un...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact