Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 22/02/2018 à 10:19 par Philippe Schwoerer - Lu 4997 fois - 8 commentaires


La mobilité durable vue par l’Ademe Paca


La vision de la mobilité durable s’affine au fur et à mesure de l’avancement des projets dans les régions. Directrice régionale de l’Ademe en Provence-Alpes-Côte d’Azur, Gaelle Rebec explore pour nos lecteurs la stratégie de décarbonation du mix énergétique dans le transport sur le territoire.

Qualité de l’air

« Sur la région Paca, nous nous concentrons sur le problème de la qualité de l’air pour proposer des solutions contre les pics de pollution », explique Gaelle Rebec. « Nous avons dans un premier temps soutenu avec les collectivités le déploiement de bornes de recharge pour rassurer les automobilistes au sujet de la mobilité électrique. Puis nous avons poussé le GNV en visant son emploi à terme sous la forme de bioGNV. Là aussi nous suivons le développement des stations d’avitaillement en région Paca. D’abord destinées aux collectivités, elles seront déjà disponibles et ouvertes au public quand les automobilistes adopteront la mobilité au gaz naturel », poursuit notre interlocutrice.

Hydrogène

Dans le mix énergétique pour les transports en région Paca, il y a une troisième source d’énergie qui côtoie l’électricité et le GNV : l’hydrogène ! « L’hydrogène fait partie de nos scénarios de mobilité durable pour 2030-2050. Mais nous constatons que la filière monte en puissance plus rapidement que l’on pensait », commente Gaelle Rebec qui évoque à Fos-sur-Mer (13), la plateforme Piicto, dont le nom développé est un peu plus parlant : « Plateforme industrielle et d’innovation de Caban Tonkin ». Lorsqu’elle a été créée, en 2014, elle rassemblait le Grand port maritime de Marseille en tant que propriétaire et aménageur de la zone, et 9 industriels installés sur le site : Air Liquide, Asco Industries, Bayer, Elengy, Everé, GDF Suez Thermique France, Kem One, Lyondell Chimie France, et Solamat Merex. « Quelques industriels de cette plateforme rejette de par leur activité de l’hydrogène qu’il est intéressant de récupérer », souligne la directrice régionale de l’Ademe Paca.

Jupiter 1000

« Les professionnels du secteur, la Région, l’Etat et l’Ademe ont réfléchi encore en 2017 à cette question de la récupération de l’hydrogène libéré à Fos-sur-Mer », avance Gaelle Rebec qui cite le démonstrateur Jupiter 1000. Pour schématiser, le programme Jupiter 1000, qui en est actuellement à la phase de construction du démonstrateur, est une vitrine de la technologie Power to Gas. Le principe global de cette dernière est de parvenir à stocker l’énergie des sources renouvelables (solaire, éolien) produite en surplus en transformant l’électricité en hydrogène. Le gaz peut ensuite être directement exploité via des piles à combustible pour la mobilité et l’alimentation en électricité des bâtiments, injecté dans le réseau national, ou transformé en méthane de synthèse lui aussi injectable dans le réseau et exploitable pour la mobilité GNV. Ces solutions ne sont cependant pas toutes au programme de Jupiter 1000 pour l’instant. Dans le cadre de celui-ci, la méthanation est rendue possible par incorporation à l’hydrogène de CO2 récupéré par captage dans des fumées d’usine via l’emploi des amines, - un solvant.

Accompagné par l’Ademe

Jupiter 1000 bénéficie d’un accompagnement de l’Ademe dans le cadre du PIA (programme d’investissements d’avenir), pour l’action baptisée « Démonstrateurs pour la transition écologique et énergétique ». Une enveloppe de 10,6 millions d’euros en subventions et avances remboursables a été accordée à ce titre, sur les 28 millions estimés pour mener à bien ce projet. Autour du démonstrateur, il existe des pistes de prolongement ouvertes sur la mobilité, qui pourrait déboucher sur la création de stations-services délivrant de l’hydrogène et du GNV. Il est cependant encore trop tôt pour communiquer sur le sujet qui n’occupe pour l’instant que les réflexions des porteurs du programme.

Mobilité de demain

« Deux études ont été réalisées pour identifier quels seraient les meilleurs maillages à développer sur le territoire pour la mobilité de demain. Il faudra de toute façon jouer sur tous les carburants alternatifs : électricité, bioGNV, et hydrogène », détaille Gaelle Rebec. « Concernant les véhicules électriques, nous comptons sur de nouveaux modèles de mobilité, notamment en milieu rural. Nous sommes en France encore trop dans le schéma d’une voiture pour effectuer seul un trajet d’un point A vers un point B. Sur une plateforme de covoiturage comme BlaBlacar, par exemple, il n’y a pas la visibilité d’une offre spécifique de transport en voiture électrique. A Sophia Antipolis, en zone surchargée, il y a de gros problèmes d’accessibilité », recense notre interlocutrice.

French Mobility

« Proposer des voitures électriques en libre-service, imaginer une complémentarité avec les VAE, raisonner mobilité durable avec les infrastructures existantes comme le fait par exemple la région Auvergne-Rhône-Alpes en proposant des arrêts virtuels pour le covoiturage dans les couloirs de bus : voilà quelques pistes à développer en Paca », liste Gaelle Rebec qui évoque le programme French Mobility pour lequel 13 prix ont été remis récemment afin de soutenir les solutions innovantes de mobilité. Le programme se poursuit avec l’appel à manifestation d’intérêt nommé « French Mobility - Territoires d’expérimentation de nouvelles mobilités durables » et ouvert jusqu’au 15 juin prochain. L’Avem reviendra sur ces 2 événements.

8 millions de trajets quotidiens

« Ce que nous recherchons en particulier pour la métropole Aix-Marseille-Provence, ce sont de nouveaux modes de déplacement. S’il y a des déficits structurels en matière de transport en commun, l’Ademe n’a pas d’autre légitimité que celle d’offrir une vision prospective globale des transports. En revanche, nous soutenons l’innovation. Aujourd’hui, la région Paca compte 8 millions de trajets quotidiens. En 2030, ce chiffre devrait passer à 10 millions ! », évalue Gaelle Rebec. « Lorsque nous formulons des scénarios pour 2030-2050, nous fournissons aussi des hypothèses d’impact sur la perte ou la création d’emplois, ainsi que sur l’évolution des modèles économiques », expose la directrice régionale.

AAP

« L’Ademe a lancé au niveau national un appel à projets dans le cadre du programme d’investissements d’avenir pour financer la recherche et le développement de solutions de transports innovantes », met en avant Gaelle Rebec. Ouvert début janvier et jusqu’à la fin de la présente année, il est référencé sous la dénomination « Accélération du développement des écosystèmes d’innovation performants ». « Les projets qui s’inscrivent sur un territoire régional seront suivis par les directions régionales », souligne notre interlocutrice. « Si cet appel à projets apporte de bons résultats, il sera reconduit », révèle-t-elle. Et pour conclure ? « Pour 2018 et 2019, il se prépare pas mal de choses intéressantes sur le sujet des transports », répond Gaelle Rebec, que l’Avem et moi-même remercions pour sa disponibilité.

Pour plus d’informations

L’ADEME en Provence-Alpes-Côte d’Azur
2 boulevard de Gabès
13008 Marseille
http://paca.ademe.fr/



Mots clés : Gaelle Rebec | Ademe | Paca | mobilité | durable | électrique | GNV | hydrogène | bioGNV | véhicule | voiture | Jupiter 1000 | projet | French Mobility
Catégories : Voiture électrique | Aides financières | Pollution & qualité de l'air |

Commentaires

Posté le 22-02-2018 à 10:50:38 par Barbieri

Bonjour,
Ou en sont les batteries au graphene du fabriquant espagnole?

Posté le 22-02-2018 à 14:30:26 par Philippe Schwoerer

Modification effectuée à la demande de Mme Rebec, suite erreur de rédaction de ma part.

Paragraphe AAP

- Début du paragraphe avant correction : "L’Ademe a lancé au niveau national un appel à projets avec une enveloppe de 2 millions d’euros dans le cadre du programme d’investissements d’avenir pour financer la recherche et le développement de solutions de transports innovantes"

- Le même après correction : "L’Ademe a lancé au niveau national un appel à projets dans le cadre du programme d’investissements d’avenir pour financer la recherche et le développement de solutions de transports innovantes"

Suppression de la mention de l’enveloppe à 2 millions d’euros, celle-ci étant bien plus conséquente.

Posté le 23-02-2018 à 16:41:27 par Clay Suddath

Ravi d’avoir cet état des lieux de l’hydrogène dans la région.

Posté le 24-02-2018 à 17:53:09 par Sims13

Merci pour cette interview. Je n’avais pas à l’esprit qu’il pouvait se passer autant de choses en Région PACA. Cette interview et d’autres articles sur ce site nous en témoigne. Merci.

Posté le 25-02-2018 à 12:38:51 par Zelon

Des stations H2, bioGNV avec bornes électriques, c’est bien ça les stations de demain.

Posté le 25-02-2018 à 20:07:21 par PMC

On peut penser cela. Air Liquide travaille sur ce modèle.

Posté le 26-02-2018 à 07:14:11 par SylVE

Pourquoi les sites de covoiturage n’indiquent pas l’énergie des véhicules ? Pour moi, ce serait un critère de choix important.

Posté le 28-02-2018 à 15:41:38 par de-tout-mon-soul

C’est intéressant, ce genre d’interview qui concerne vraiment notre région.

Je me demande est-ce que l’hydrogène pour stocker d’énergie n’est pas une gare déjà passée? On perds autour de 70% de l’énergie. Avec stockage dans les batteries on perds que 10%. En plus: on a déjà un réseau électrique, et ce n’est relativement pas cher de le grandir, pendant il n’y pas de réseau d’hydrogène et sa construction est chère. Les batteries sont encore cher pour le stockage, mais les prix baissent rapidement.

Combiner H2 avec CO2 des usines pour faire de la méthane rends l’ensemble un peu plus intéressante, si ça remplace le gaz naturel, parce que dans ce cas on a et le stockage d’énergie et une baisse de production de CO2.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 20/09/2018 au 22/09/2017 - Cagnes-sur-Mer

Du 20 au 22 septembre 2017 auront lieu la seconde édition des Journées AVEM de l'électro-mobilité. Lors des deux premières journées, les 20 et 21 septembre, des...
A lire également / sur le même thème Risque de pénurie de cobalt : menace sur la voiture électrique ?
Depuis 1986, le Rapport Cyclope analyse sur plusieurs centaines de pages les marchés mondiaux des matières premières. L’édition 2018 est nouvellement disponible, qui...
The Green Expedition Argentine : Une folie en véhicules électriques ?
C’est avec un décalage de presque 3 semaines que nous vous proposons de vivre l’arrivée de la Green Expedition, cet éco-raid en Argentine à vivre en voitures, à motos et...
ABB explique son rôle dans le développement de la mobilité électrique
En devenant partenaire de l’e-Prix de Formule E, ABB se réjouit de pouvoir contribuer davantage au développement de la mobilité électrique en Europe. L’entreprise prend...
Cityscoot : 10.000 scooters électriques en location pour 2019
L’actualité autour des scooters électriques est particulièrement dense depuis le début de l’année. Elle embarque leurs constructeurs, mais aussi les opérateurs qui les...
Des voitures anciennes et des électriques au Vendée énergie Tour
Organisé dans le cadre du Vendée énergie Tour par un hôtelier passionné de voitures anciennes et de véhicules électriques, le « Fleur de Sel ZE & Classic » est un...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact