Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 20/02/2018 à 06:00 par Philippe Schwoerer - Lu 3168 fois - 7 commentaires


La Toyota à hydrogène, son atelier de réparation et le blanc d’œuf


Notre titre pourrait faire penser à une parodie de fable de La Fontaine. Il n’en est rien ! Le présent article combine 2 informations totalement indépendantes qui concernent la mobilité hydrogène. Celle-ci restant encore marginale, - même si l’on ne peut nier qu’elle se développe -, nous n’avons pas souhaité lui consacrer 2 entrées à la suite sur notre site. C’est pourquoi nos lecteurs trouveront en première partie quelques éléments sur un programme de Toyota pour sécuriser les ateliers de réparations et entretien de ses modèles électriques à pile hydrogène. La seconde, à prendre avec le nécessaire recul qui convient, rend compte de recherches sur le blanc d’œuf pour dynamiser la production vertueuse de ce gaz.

Adaptation à l’hydrogène des ateliers de réparation

Les constructeurs lancés dans un programme de développement de voitures électriques alimentées à l’hydrogène via une pile à combustible certifient avoir pris la mesure du danger que représente dans certaines circonstances ce gaz tout autant extrêmement explosif que volatile. En sachant que le risque zéro n’existe pas, et en particulier dans ce domaine, on peut cependant bien imaginer que le maximum a déjà été fait pour que toute menace d’accident dû à l’hydrogène soit écartée de l’utilisation normale des modèles Fuel Cell. Les industriels ont déjà été échaudés par l’histoire de la mobilité GPL ! Mais quand les voitures à pile à combustible devront subir des opérations de réparation ou d’entretien, il faudra bien que les ateliers qui les recevront soient équipés pour avertir d’une éventuelle fuite du gaz. Toyota vient d’effectuer une telle démarche qui a déjà abouti à adapter 9 sites outre-Atlantique.

Capteurs

Créé en 2008 par le bureau des technologies des piles à combustible, - qui dépend de l’office de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables -, le laboratoire du capteur d’hydrogène a été utilisé pour le compte de Toyota par l’expert en sécurité KPA Services afin de valider du matériel à intégrer dans les ateliers susceptibles de recevoir, pour intervention, des véhicules à hydrogène. Principales pièces au centre du dispositif : des capteurs capables de détecter toute fuite du gaz embarqué. Tout le système de détection et de sécurisation repose sur eux. « Alors que les véhicules ont été conçus avec des caractéristiques de sécurité importantes pour empêcher les rejets d’hydrogène involontaires dans des conditions de fonctionnement normales, la probabilité d’un rejet peut augmenter lors de certaines opérations comme la maintenance du système d’alimentation ou du groupe motopropulseur. Les dangers associés à l’hydrogène dans ces types d’opérations sont minimisés grâce à la conception d’installations appropriées, y compris l’utilisation de capteurs, pour alerter le personnel de la présence d’hydrogène », explique l’office de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

Déploiement en cours aux Etats-Unis

A l’instar du cordon de sécurité pour l’intervention sur les voitures électriques à batterie de traction, les modèles à pile hydrogène seront isolés dans une baie individuelle. Compatible avec les exigences globales de sécurité pour les activités de maintenance, la détection des éventuelles fuites y sera quasiment immédiate. Pour effectuer un choix de capteur, KPA Services, et le laboratoire national des énergies renouvelables (NREL) dont dépend le laboratoire du capteur d’hydrogène, ont cherché à répondre aux exigences des normes NFPA 2 (National Fire Protection Association) et IFC (International Fire Code). Leurs travaux de recherche en partenariat a abouti à une autorisation d’installation délivrée par les autorités locales compétentes. Aux 9 ateliers Toyota déjà équipés depuis pour intervenir sur les voitures électriques à pile hydrogène vont s’en ajouter prochainement de nouveaux chez des concessionnaires de la marque, en particulier sur un corridor Nord-Est entre Boston et New York.

Du blanc d’œuf pour la production d’hydrogène

Depuis l’université de la ville japonaise d’Osaka nous arrive une étonnante information, publiée sur son site Internet. Une équipe de chercheurs hébergée en son sein aurait démontré l’utilité d’exploiter le blanc d’œuf pour la production propre d’hydrogène à partir de l’eau, via l’énergie solaire. Pas de libération de CO2, pas d’emploi d’énergie fossile ! Une des protéines contenues dans le blanc d’œuf, la lysozyme, possède la faculté de générer des cristaux avec de nombreux trous qui sont capables de piéger les particules d’hydrogène. Cette architecture permet au gaz de se stabiliser pour être ensuite exploitable dans les piles à combustible, en particulier des véhicules électriques.

Composants catalytiques

« L’accumulation précise de molécules agissant comme des composants catalytiques sont importants pour construire un système photocatalytique. Lorsque les composants moléculaires sont répartis de manière aléatoire dans la solution ou des composés sans forme, les réactions catalytiques ne peuvent se poursuivre », souligne Hiroyasu Tabe, l’un des chercheurs de l’équipe. Obtenir de l’hydrogène en exploitant le blanc d’œuf impose un traitement en laboratoire, comme l’explique le texte consacré au sujet : « Une manière prometteuse d’accumuler avec précision ces molécules catalytiques est la production de protéines pures par des bactéries cultivées qui nécessite un équipement spécial ». Pour le scientifique, qui souligne que « les blancs d’œufs de poule sont peu coûteux et inépuisables », les résultats obtenus par son équipe « suggèrent que les cristaux de protéines poreuses sont des plateformes prometteuses pour accumuler périodiquement et rationnellement des composants catalytiques en utilisant des interactions moléculaires ». Si Hiroyasu Tabe se montre persuasif, il paraît difficile d’estimer, voire d’envisager, une exploitation à grande échelle de cette découverte !


Mots clés : Toyota | hydrogène | capteur | atelier | réparation | entretien | blanc | oeuf | université | Osaka | mobilité | électrique | voiture | véhicule
Catégories : Voiture électrique |

Commentaires

Posté le 20-02-2018 à 13:52:30 par PMC

Ca semble en effet difficile d’imaginer une importante production d’hydrogène à partir du blanc d’oeufs de poules. Qu’on nous démontre le contraire !

Posté le 20-02-2018 à 15:41:12 par ZoéT

Ne te vexe pas Philippe, mais j’ai cru que ton article était une blague au départ. Sinon, je partage l’avis de PMC

Posté le 21-02-2018 à 06:54:02 par Philippe Schwoerer

Pas de problème Jean-Marie : je n’ai pas trouvé mieux pour glisser les mots clés importants dans la limite des 70 caractères imposés pour le référencement naturel !

Posté le 22-02-2018 à 17:54:45 par GH

Dites moi que c’est une blague cette étude !!! On ne va pas reproduire le problème des biocarburants qui prend la place des produits alimentaires !

Posté le 23-02-2018 à 10:38:16 par Steven69

Et si les oeufs provenaient des invendus passés de date ? A condition encore que la fraîcheur du blanc ne soit pas une condition.

Posté le 23-02-2018 à 13:53:06 par EiLE

A quand un démonstrateur convainquant ?

Posté le 24-02-2018 à 14:42:14 par Plus concret...

Bonne question. Ce serait plus concret.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 20/09/2018 au 22/09/2017 - Cagnes-sur-Mer

Du 20 au 22 septembre 2017 auront lieu la seconde édition des Journées AVEM de l'électro-mobilité. Lors des deux premières journées, les 20 et 21 septembre, des...
A lire également / sur le même thème Résiliation du contrat Bolloré-Autolib’ : Ils réagissent !
A la suite d’un courrier daté du 25 mai, adressé par le groupe Bolloré au syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole, la concession accordée à l’industriel breton devrait...
Loin en Citroën C-Zero : Le feeling et les astuces de Jérôme Fresnay
Qui ne connaît pas Jérôme Fresnay qui s’est illustré, dans différents rallyes en véhicules électriques, par son éco-conduite ? Cette notoriété lui a valu d’être invité...
Un pas vers la conversion des voitures thermiques en électriques
L’ElectroCox, convertie d’une Volkswagen Coccinelle de 1971 par Brouzils Auto, témoigne du meilleur de ce qu’il est possible d’obtenir d’une conversion de voiture...
Switch Mobility : Mobilité à deux-roues électriques aux Antilles
Dans ce contexte d’embouteillages chroniques à la Martinique et à la Guadeloupe, Anthony Mason et son équipe de Switch Mobility proposent diverses solutions qui visent...
Le concept de sportive électrique Renault DeZir au Vendée énergie Tour
Ce n’est qu’en mars 2013 que la Renault Zoé a été commercialisée en France. Elle avait été cependant présentée au salon de Francfort en 2009, puis au Mondial de...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact