Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 29/11/2018 à par Philippe Schwoerer - Lu 1629 fois - 11 commentaires


Le discours d’Emmanuel Macron en réponse aux gilets jaunes


Le président de la République française a prononcé un discours de presque une heure pour expliquer les enjeux de la transition énergétique. Intégrant les revendications des gilets jaunes, il a cependant précisé que ce rendez-vous était programmé bien en amont. Emmanuel Macron n’est pas lui-même entré dans le détail des mesures qui doivent accompagner la transition énergétique des foyers les plus modestes, mais il a souhaité que cette période soit vécue comme l’ouverture d’un débat national à disposition de tous, à vivre aussi à l’échelle des territoires.

Situation d’urgence

Le président des Français a pris une bonne partie des 57 minutes de son discours à redessiner le décor de la transition énergétique, débutant ainsi : « La question climatique sur laquelle se sont engagés beaucoup de citoyens, de scientifiques, d’entreprises, d’acteurs de la vie économique et sociale, crée pour l’humanité toute entière une situation d’urgence ». Résultent de ce constat les différents engagements pris par notre pays, notamment lors de la COP21, et au niveau d’instances comme le G7 et les Nations unies. Emmanuel Macron a assuré qu’il est nécessaire de « bâtir un modèle productif, éducatif, social plus juste », dans un contexte où il s’agit « tout à la fois d’atténuer tout ce qui conduit au réchauffement et au bouleversement de notre climat, et de nous adapter aussi ».

En retard au rendez-vous de l’écologie

« Lorsqu’on parle des actions de la nation pour répondre aux défis des enjeux climatiques, force est de constater que nous avons fait trop peu », déplore le président. En disant cela, il indique ne pas viser la base : « Quand je dis ‘trop peu’, je ne parle pas des citoyens, car ils sont de plus en plus nombreux à multiplier les petits gestes qui, ajoutés les uns aux autres, font les grandes avancées ». C’est davantage l’action des décideurs qui est pointée : « Par ‘trop peu’, je veux parler des dirigeants que nous sommes, des dirigeants politiques, d’entreprises, responsables de tout bord, c’est-à-dire de tous ceux qui sont en capacité d’engager plus qu’eux-mêmes. De ceux qui, s’ils ne font pas assez, porteront la responsabilité principale d’avoir rajouter aux dettes économiques et sociales que devront supporter nos enfants et nos petits enfants, une dette environnementale d’une toute autre nature »

Question d’avenir de la société

Aux préoccupations pour une nation prospère et juste, le président ajoute au-dessus « la question simplement de l’avenir de notre société tout court » vers laquelle renvoie le spectre de la dette environnementale. Mettant au jour des comportements contradictoires, il poursuit : « On ne peut pas être le lundi pour l’environnement et le mardi contre l’augmentation des prix des carburants. On ne peut pas avoir décidé la taxe carbone il y a quelques années et dénoncer aujourd’hui l’augmentation du prix des carburants. Cette taxe, je le rappelle, elle a été votée en 2009, en 2014, en 2015, engageant beaucoup de responsables politiques de sensibilités diverses ».

Discuter sur du concret

Dénonçant les « 1.000 fausses informations et rumeurs » qui « fleurissent sur les réseaux sociaux », Emmanuel Macron rappelle : « On ne peut pas confronter des avis sur des fausses informations et des contre-vérités ». Ce que traque actuellement le gouvernement, selon lui, c’est une attitude qui a longtemps été constaté en politique : « Laisser le présent prévaloir sur le futur ». Un scénario par lequel il explique que nous subissons désormais « 40 ans de facture de petits ajustements pour une situation qui a éloigné les français de leurs lieux de travail, imposant, à cause de loyers trop chers, d’utiliser une voiture ».

Accès à l’énergie

Le président a indiqué que l’Etat doit « garantir à nos concitoyens l’accès à une énergie pour se déplacer, pour se chauffer, s’éclairer, travailler, qui soit suffisamment peu coûteuse pour que personne n’en soit privé, et suffisamment propre pour que nos enfants n’en payent pas le prix avec leur santé ou leur propre avenir ». A sujet de la santé, il a rappelé que « toutes les 10 minutes, un Français meurt prématurément du fait de la pollution, notamment aux particules qui proviennent de la combustion des énergies fossiles », indiquant qu’à l’année ce sont 48.000 décès qui sont à déplorer, soit « plus que tous les accidents de la route, tous les suicides, tous les meurtres, toutes les noyades, tous les accidents domestiques réunis ».

Impact carbone

« Les énergies fossiles représentent aujourd’hui 70% des émissions de gaz à effet de serre. Si nous échouons, les risques de catastrophes cumulées décrits par le dernier rapport du Giec deviendront réalité », craint le président qui n’a pas oublié la dépendance que la France subie d’autre pays avec le pétrole en particulier. « Le prix du plein d’essence et le montant de la facture de gaz dépendent essentiellement aujourd’hui des décisions de la Russie, de l’Arabie saoudite ou de l’Iran ». Ce passage est pour lui l’occasion de souligner que les récentes hausses constatées à la pompe sont principalement dues à ce phénomène, et non à la fiscalité des carburants.

Désintoxication

« Le but principal et premier de notre politique énergétique est de nous désintoxiquer des énergies fossiles », explique Emmanuel Macron, en reformulant ce point en objectif : « En 30 ans nous devons passer d’une France où 75% de l’énergie consommée est d’origine fossile (charbon, fioul, gaz naturel) à une France où en 2050 la production et la consommation d’énergie seront totalement décarbonées ». Pour lui, s’il s’agit « d’abord et avant tout de consommer moins d’énergie », il se veut rassurant en précisant : « Notre stratégie n’est pas de se déplacer moins, car nombre de nos concitoyens sont obligés de se déplacer ». Il glisse alors quelques mots au sujet des solutions moins agressives pour se déplacer, parmi lesquelles l’exploitation des transports en commun et du covoiturage.

Voiture individuelle

Le président a bien conscience que la voiture individuelle est un mode de déplacement privilégié par les Français. C’est pourquoi il a certifié : « La voiture a un avenir en France. Nous voulons produire des voitures qui consomment moins, polluent moins, en innovant, en créant de l’emploi industriel ». Ce sujet lui a permis d’évoquer brièvement la prime à la conversion qui sera renforcée en début d’année 2019. Plus loin dans son discours, il a mis en garde, concernant le développement des voitures électriques : « Il nous faut plus d’autonomie au niveau européen dans la production des batteries. Aujourd’hui nous dépendons totalement des Coréens et des Chinois. A mesure que nous développons les véhicules, ils augmentent le prix des batteries. Nous devons avoir au moins une stratégie franco-allemande, et si c’est possible une stratégie européenne de recherche, d’innovation et de production en la matière pour être au rendez-vous de ce défi ».

Energies renouvelables

La question du chauffage a également été abordée, avant un rappel de la feuille de route concernant les énergies renouvelables : « En 2030, la production du parc éolien terrestre sera triplée. La quantité d’énergie produite à partir du photovoltaïque, sera multipliée par 5. Nous développerons l’éolien en mer. Nous mettrons en service pendant le quinquennat le premier parc, au large de Saint-Nazaire, et nous lancerons 4 nouveaux appels d’offres. Nous renforcerons l’énergie hydraulique partout où ce sera possible. L’Etat consacre 5 milliards d’euros par an au développement des énergies renouvelables financés intégralement par les recettes de la taxe sur les carburants ». Le président a promis que cette enveloppe annuelle grimperait à 7 ou 8 milliards d’euros. En quelques mots il a aussi mis en avant les montées en puissance de la géothermie et de la méthanisation.

Nucléaire

« Le nucléaire nous permet aujourd’hui de bénéficier d’une énergie décarbonnée et à bas coût », a rappelé Emmanuel Macron. « Je tiendrai cet engagement de réduction à 50% de la part du nucléaire dans le mix énergétique », a-t-il ajouté. Un objectif Inatteignable en 2025, et repoussé à 2035. « Concrètement, 14 réacteurs de 900 MW seront arrêtés d’ici à 2035. Ce mouvement commencera à l’été 2020 avec l’arrêt définitif des 2 réacteurs de Fessenheim », a projeté le dirigeant des Français. Suivra la fermeture de 4 à 6 réacteurs d’ici 2030, le solde ensuite. Ce calendrier dépend toutefois de l’intégration au niveau européen du scénario, et de l’avancée des technologies dans le stockage de l’énergie. Qualifiant cette approche de « pragmatique » et « adaptative », Emmanuel Macron a précisé que les sites concernés par les fermetures seront révélés prochainement.

Pas de transition énergétique à 2 vitesses

« Je refuse que s’installe une France à 2 vitesses où les plus riches, parce qu’ils ont fait les bons choix d’un point de vue environnemental, auront des factures allégées, et où les plus modestes, parce qu’ils n’auraient pas eu les moyens d’investir, qui dans un véhicule qui consomme peu, qui dans l’isolation de leur logement, devront payer encore davantage », a assuré Emmanuel Macron, promettant : « Tout sera mis en œuvre pour accompagner socialement cette transition, pour que l’écologie à la française que nous sommes en train de faire advenir puisse être une écologie populaire ».

Sur le terrain

Le président s’est exprimé pour « une grande concertation de terrain », invitant « les gilets jaunes à prendre part aux solutions à apporter concrètement ». Il table sur une période de 3 mois, au cours de laquelle, en particulier, il espère que se dégage « une méthode pour rendre plus intelligente cette taxe un peu aveugle ». En outre, un rendez-vous trimestriel est envisagé afin d’atténuer les effets d’éventuelles envolées sur les cours mondiaux du pétrole qui se traduirait par l’augmentation du prix des carburants. Emmanuel Macron imagine toujours mettre au point de vraies solutions avec les banques et les constructeurs de voitures pour permettre aux automobilistes les plus modestes d’accéder à des modèles moins gourmands. Il s’est par ailleurs positionné pour rendre les solutions proposées par le gouvernement « plus simples et plus tangibles ». En prenant l’exemple du chèque énergie, il a pointé des réponses perçues comme « trop abstraites », expliquant ainsi « que tout ce qui a été pensé pour que cette transition soit plus sociale n’est pas utilisé par les plus fragiles ».


Catégories : Voiture électrique | Pollution & qualité de l'air |

Commentaires

Posté le 29-11-2018 à 18:05:43 par ZoéT

Pas suivi, mais j’attendais des annonces.

Posté le 29-11-2018 à 19:29:17 par Tickist

Discours très explicite et courageux. Il n’est cependant pas compris des gilets jaunes. Dommage ! Le problème de la société actuelle, ce n’est pas l’augmentation de la taxe, mais la multiplication des tentations de posséder tout à la fois : ordinateur, smartphone, tablette, voiture, cuisine aménagée, TV grand écran, voiture... Un salaire moyen permet difficilement d’avoir tout ça. Il faut être raisonnable. Tous ces objets participent à l’épuisement des ressources de la planète et donnent l’impression d’être parmi les pauvres quand on ne peut pas se les offrir.

Posté le 29-11-2018 à 18:28:48 par electronlibre

Encore de l’enfumage, comme d’habitude...
Macron, étant chef des armées, doit savoir quel volume de pétrole ses armées consomment chaque année et que celles-ci ne sont pas prêtes de s’en passer.
Grâce aux taxes du gouvernement Philippe, les français n’auront plus les moyens de partir pour leurs vacances: la consommation de pétrole continuera de baisser...

Posté le 30-11-2018 à 10:16:50 par Vérité

@electronlibre
"ses armées" qui sont aussi les nôtres.
Pour avoir la paix, il faut préparer la guerre.

Posté le 30-11-2018 à 10:00:32 par nouh

@électronlibre;
Ce ne sont pas tous les français, mais les français les plus démunis qui ne pourront plus partir en vacances ou réduiront encore un peu plus leur séjour comme pour la classe moyenne.
Cette fracture qui se creuse lentement depuis plus de 30 ans est la base du mouvement les gilets jaunes. La taxe carbone dont seul le nom est écologique va servir à combler nos déficits du commerce extérieur, des retraites et du social dont nous sommes fiers.
Nos industries n’ont pas assez investit depuis plus de 30 ans étranglées par les charges pour maintenir à flot notre couverture sociale et nos retraites, alors soit l’on réduit fortement la charge de l’état mais sur quoi?
Personne ne veut moins de couverture sociale, les retraites les lus faibles sont déjà insuffisantes pour vivre dignement, le scolaire n’est pas en excédant et les salaires y sont peu attrayant, la police? tout le monde en veut plus, l’armée? tant qu’il n’y aura pas d’armée européenne la France maintiendra sont statu et à juste titre.
Reste les fonctionnaires d’états, nos assemblées pléthoriques et qui se gênent entres elles, départements, régions, agglomérations de communes beaucoup de monde et de réunions improductives au mieux et qui au pire exigeant, par exemple, des TGV, forcément déficitaires partout au détriment des TER qui eux ont un vrai impact sur la pollution et la réduction de l’usage de la voiture en province ou en péri-urbain.
Alors, on peut tous vouloir et il le faudrait, que tous les citoyens puisent vivre au minimum dignement, mais il va falloir diminuer certains de nos avantages et surtout mieux répartir la collecte des impôts entre la province et Paris et toutes les grandes villes, où il est plus facile de vivre mais dont pourtant une majorité de citoyens rêvent, du moins dans les sondages, de quitter pour aller à la campagne où la vie serait moins stressante!!!
Étonnant tout ces paradoxes qui font la France, mais qui ne favorisent pas une transition énergétique, une répartition des richesses homogène et une bonne utilisation de nos impôts et taxes....
Macron ou un autre, peu importe, mais pas les démagogues qui promettent tout, tout de suite!!!

Posté le 30-11-2018 à 11:07:58 par electronlibre

@Vérité
""ses armées" qui sont aussi les nôtres."
J’aimerais bien, mais depuis que N.Sarkozy à réintégré la France dans le commandement de l’OTAN, ce sont les armées de l’OTAN avant tout!
Les guerres menées par l’OTAN sont des guerres impérialistes pour des intérêts financiers privés et la France -c’est à dire nous le peuple- qui paie. Et cela coûte cher...

@nouh
En phase. La redistribution des impôts et taxes n’est pas vraiment transparente et les décisions prisent en matière de transports finissent souvent en gabegies
"Macron ou un autre, peu importe..."
Effectivement, si nous continuons de croire que voter peut changer les choses, alors nous ne sommes pas sortis du tunnel!
La dictature de la finance qui contrôle le monde entier ne nous veut pas du bien...

Posté le 01-12-2018 à 12:42:13 par ZoéT

@electronlibre
"La dictature de la finance qui contrôle le monde entier ne nous veut pas du bien" : Ben ça c’est sur, c’est le problème n°1.

Posté le 02-12-2018 à 13:55:45 par CoB

C(est pas près d’en finir les gilets jaunes.

Posté le 09-12-2018 à 08:44:05 par daya

Je crois que le problème n’est pas la taxe carbone, mais l’ajout d’une nouvelle taxe aux citoyens du pays le plus taxé de la planète.
Il est temps que l’état, les régions fassent enfin des économies. Déjà, les départements devraient être supprimés, les le nombre de conseillers régionaux divisé par deux. Tous nos brillants énarques trouveraient surement des entreprises à créer et seraient plus utiles au pays en créant des emplois qu’à chercher comment nous ponctionner un peu plus dans l’administration.

Posté le 09-12-2018 à 09:35:59 par PP

C’est devenu n’importe quoi les gilets jaune. J’ai honte pour mon pays. En attendant, Trump se régale sur l’Accord de Paris. Quelle image nous donnons au monde concernant la lutte pour le climat.

Posté le 12-12-2018 à 14:19:37 par electronlibre

@PP
"C’est devenu n’importe quoi les gilets jaune."
Et ce président et son gouvernement, c’est pas n’importe quoi?
Pourquoi ils ne taxent pas le kérosène délivré sur le territoire français ou le fioul lourd dans les ports français?
En fait, il n’en ont rien à faire de l’écologie, ils voulaient simplement renflouer les caisses de l’état sur le dos des moins riches!
L’Accord de Paris sur le climat est juste une pièce de l’arnaque mondiale intitulée maintenant "dérèglement climatique".
Lisez les rapports scientifiques du GIEC, la majorité des études concluent qu’il n’y a pas de preuves de l’influence de l’activité humaine par rejet de CO2 sur le climat mondial...



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Motos électriques Sur-Ron Light Bee : Du nouveau pour 2019
Dans sa dernière lettre d’information, notre adhérent Electric Vehicle Engineering, - ou EVE -, se réjouit du succès rencontré par sa moto électrique classée dans la...
Formule E : une Saison 5 particulièrement excitante
La saison 2018-2019 du championnat de Formule E débute samedi sur le circuit de Dariya en Arabie Saoudite, dans les faubourgs de la capitale Riyad. Les 22 pilotes et les...
Les nouvelles formations qualifiantes de Blue2BGreen
« Comme tu peux l’imaginer, la mobilité bouge ! », m’écrit Jean-Luc Coupez en m’envoyant les liens qui amènent sur son site Web au nouveau catalogue des formations. En...
BurBy’s et ses citadines et utilitaires électriques
Installée à Villefranche-sur-Saône, la société BurBy’s propose principalement 2 gammes de véhicules électriques : des engins de marque Eagle dont la palette s’étend de...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact