Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 08/03/2019 à 09:22 par EMMANUEL MAUMON - Lu 2421 fois - 6 commentaires


Le Sénat veut réorienter la loi LOM


Longtemps différé, l’examen par le parlement du projet de loi d’orientation des mobilités (loi LOM) va bientôt débuter, en commençant par le Sénat où le texte sera débattu en séance publique le 19 mars. Auparavant, le projet de loi a longuement été étudié par la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable qui y a apporté des modifications substantielles. Réunie le 6 mars, elle a en effet adopté 240 amendements dont 150 à l’initiative du rapporteur qui s’est appuyé sur un gros travail marqué notamment par plus d’une centaine d’heures d’auditions.
Ces modifications ont été présentées hier à la presse par le président de la commission, Hervé Maurey et par le rapporteur Didier Mandelli. Avec elles, le Sénat entend donner au texte les moyens de ses ambitions avec pour objectif de prévoir des ressources pérennes pour financer les infrastructures de transport, mais aussi encourager les modes de transports peu polluants et accélérer la révolution des nouvelles mobilités.

Un projet de loi pas à la hauteur des attentes

Dans son propos liminaire Hervé Maurey a souligné que, venant plus de 35 ans après la loi d’orientation des transports intérieurs (LOTI), la Loi LOM était particulièrement attendue aussi bien par les acteurs du secteur que par les citoyens. Aujourd’hui le besoin de mobilité n’a jamais été aussi fort et l’existence de zones blanches de la mobilité est l’une des causes des fractures territoriales qui traversent notre pays. Pour le Président de la commission, si les objectifs du projet de loi du gouvernement sont louables, le texte présenté dans sa dernière version comporte de graves insuffisances et n’est pas à la hauteur des attentes comme des enjeux.
La critique la plus marquante des sénateurs porte sur le financement des infrastructures des transports qui n’est pas assuré pour répondre aux préconisations du Conseil d’orientation des infrastructures dont le scénario N°2 a pourtant été retenu par le gouvernement. Dans le texte initial, les sources de financement retenues souffrent d’un manque de sincérité et de crédibilité. La commission a donc émis un certain nombre de propositions pour y remédier.



Assurer un financement pérenne et crédible des infrastructures

Le détail de ces propositions a été présenté par Didier Mandelli. La commission a cherché à garantir la soutenabilité de la programmation financière des investissements de l’Etat dans les infrastructures de transport pour les dix prochaines années. A cette fin, à l’initiative du rapporteur, elle lui a consacré, en ouverture du projet de loi, un titre complet prévoyant les objectifs, les dépenses et le contrôle de la programmation, notamment assuré par le Conseil d’orientation des infrastructures, pérennisé dans la loi.
La commission a également inscrit le principe d’une sanctuarisation des ressources de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afitf) dont le budget ne peut selon elle dépendre de recettes instables et fluctuantes comme les amendes radars. Elle a également fixé dans la loi le principe de l’affectation intégrale à l’Afitf du produit de l’augmentation de la TICPE votée en 2014 suite à l’abandon de l’écotaxe (à hauteur de 1,2 milliards d’euros).



Des mesures pour encourager la mobilité durable

D’autres mesures financières concernent plus directement la mobilité électrique comme la volonté de flécher davantage les certificats d’énergie vers des actions en faveur du développement des mobilités propres. La commission prévoit également une modulation de la prise en charge du tarif de raccordement des bornes de recharge électrique ouvertes au public pour améliorer la couverture des territoires peu denses en solution de mobilité propre (les aides maximales seraient ainsi destinées aux zones les moins couvertes).
Par ailleurs, la commission a souhaité ajouter la lutte contre le changement climatique et la pollution atmosphérique aux objectifs de la programmation des infrastructures. A ce titre, elle a adopté des modifications permettant de favoriser les mobilités actives comme la marche et le vélo, mais aussi d’encourager le développement des véhicules à faibles émissions, notamment en donnant des outils appropriés aux collectivités (création de voies et de stationnement réservés par exemple).



Accélérer la révolution des nouvelles mobilités

La commission est convaincue que la « révolution des mobilités » passera par l’intelligence des territoires. Pour accélérer cette révolution, elle a souhaité apporter quelques modifications au projet du gouvernement afin de donner davantage de souplesse et de sécurité pour les acteurs, au premier rang desquels les collectivités territoriales. S’il est à encourager pour améliorer l’offre et la fluidité des modes de déplacement, le développement des services en free-floating ne va pas sans poser quelques problèmes en termes de circulation, de sécurité et de tranquillité publique, surtout lorsqu’il s’agit de trottinettes, de vélos ou de gyropodes en libre-service.
La commission s’est donc attachée à améliorer le cadre juridique applicable à ces services. Elle a notamment fait le choix de renforcer les pouvoirs des collectivités en leur permettant de soumettre ces services à des prescriptions particulières. Ce faisant, tout opérateur sera libre de développer ses activités et de mettre à disposition des véhicules ou des engins sur la voie publique et la collectivité aura la charge de contrôler, a posteriori, qu’il respecte bien les prescriptions qu’elle a définies.





Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | Loi LOM | Sénat
Catégories : Aides financières |

Commentaires

Posté le 10-03-2019 à 14:55:10 par Mimiz

Enfin, ça avance !

Posté le 10-03-2019 à 18:11:09 par Gilbert

Et concrètement ?

Posté le 10-03-2019 à 22:20:24 par Geant

Ça avance bof bof....
Quand on voit les bornes Wiiiz à 3€ la première heure et 4€ les suivantes on a pas vraiment envie de les utiliser (avec ma ion en 3 heures de charge avec le chargeur 10 ampères de la voiture je récupère 7,2 kw pour 11€ c’est vraiment dissuasif) pourquoi faire payer le temps de branchement et pas les kw consommés ?
Bref on avance pas bien vite...

Posté le 10-03-2019 à 22:30:29 par Geant

J’avais oublié que la voiture est et restera toujours une pompe à fric.
Le problème des grandes instances c’est qu’ils se demandent comment ils vont bien pouvoir récupérer les sommes enormes que les véhicules thermiques rapportent.
Mais je n’ai aucun doute,ils vont vite trouver...
C’est comme pour la prime à la casse ou soit disant pour la rendre plus accessible l’âge du vieux véhicule est passé de 10 ans à avant 2001 pour les diesels et avant 1997 pour les véhicules essences. Bref cela restreint plutôt que d’ouvrir l’aide au plus grand nombre...

Posté le 11-03-2019 à 09:18:06 par Erwan

@Geant
En Bretagne on va payer au KWH : 0,20 € en charge lente et accélérée, 0,30 € en rapide. Dans votre cas, en change lente, les 7,2 kWh vous auraientt coûté 1,60 €.

Posté le 11-03-2019 à 10:05:08 par Geant

Bonjour, c’est beaucoup plus équitable de cette manière. Sur les bornes Wiiiz avec ma Ion je payerais 1.52€ le KW :-(
Je mets au conditionnel car à ce tarif je ne suis pas client. Des clients je n’en vois jamais sur les bornes. Je regarde à chaque fois et je n’ais JAMAIS vu une voiture charger sur ces bornes...
Bref de l’argent public dépensé pour rien, pour le moment en tout cas.
L’infrastructure a le mérite d’exister quand les conditions d’accès changeront...



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Swincar, une araignée électrique qui se joue de tous les obstacles
En 2015, lors de la première édition du salon du véhicule électrique de Val d’Isère, un drôle d’engin avait déjà retenu toute notre attention : le Swincar e-Spider. Un...
Fiat 500e, l’invitée surprise du salon de Val d’Isère
Le Salon du Véhicule Electrique de Val d’Isère offre au public la possibilité de découvrir et de tester sur la route bon nombre de voitures disponibles sur le marché....
Val d’Isère : les véhicules électriques dans leur plus bel écrin
La 5ème édition du Salon du Véhicule Electrique et Hybride a fermé ses portes hier à Val d’Isère. Située aux portes du Parc National de la Vanoise, cette station...
La Mini Cooper 100% électrique se dévoile
Annoncée depuis la présentation d’un concept-car au salon de Francfort 2017, la version 100% électrique de la mythique Mini devient une réalité. Filiale du groupe BMW,...
Smart grids : le stockage d’énergie en expérimentation
Démonstrateur français du projet européen Interflex dont l’objectif est de tester de nouveaux modes de gestion du système électrique afin de faciliter l’intégration des...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact