Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 03/11/2017 à 06:00 par Philippe Schwoerer - Lu 1619 fois - 5 commentaires


Le succès des véhicules rechargeables dépend des aides et du PIB


Selon les informations croisées par l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), le développement des véhicules électriquement rechargeables dans un pays de l’Union dépend de son PIB par habitant et des aides à l’acquisition. Quelques jours avant que la Commission européenne ne publie sa proposition en matière de limites des émissions de CO2 après 2021 pour les voitures particulières et les utilitaires légers, l’organisme milite pour une approche ambitieuse mais plus réaliste de l’électrification de la flotte automobile européenne, et espère bien être entendue.

Véhicules rechargeables

Sous la dénomination « véhicules électriquement rechargeables » (ECV pour Electrically Chargeable Vehicles), l’ACEA regroupe les voitures électriques à batterie de traction, celles à pile hydrogène et les hybrides rechargeables. Pour l’association, ces engins, à condition d’exploiter les filières les plus vertueuses pour produire l’électricité et l’hydrogène, ont un rôle majeur à jouer dans la réduction des émissions de CO2 en Europe.

Plus de 1%

A l’analyse des nouvelles données à sa disposition (voir carte interactive), l’Association des constructeurs européens d’automobiles a remarqué que les immatriculations des nouvelles voitures particulières comptent plus de 1% de modèles rechargeables, pour l’Union et les territoires assimilés, en Europe de l’Ouest, uniquement dans les pays dont le PIB par habitant est supérieur à 30.000 euros. Ainsi pour La France (1,4% d’ECV dans les immatriculations 2016 de VP / PIB = 33.400 euros par habitant), la Suisse (2% / PIB = 72.500 euros), le Royaume-Uni (1,4% / PIB = 36.100 euros), la Belgique (1,7% / PIB = 37.400 euros), les Pays-Bas (6% / PIB = 49.900 euros), l’Autriche (1,5% / PIB = 40.000 euros), la Suède (3,6% / PIB = 46.600 euros), et, sur la première marche, la Norvège (29%, / PIB = 64.000 euros), qui bénéficie d’un des PIB les plus importants sur notre continent. Pour autant, on ne peut en déduire qu’avec un PIB par habitant supérieur à 30.000 euros, les marchés nationaux enregistrent automatiquement plus de 1% d’ECV dans les ventes annuelles de VP. Pour exemple : l’Allemagne (0,8% / PIB = 37.900 euros) et l’Irlande (0,5% / PIB = 56.800 euros).

0,5% et moins

Près de la moitié des Etats membres de l’UE ont une part de 0,5% d’ECV ou moins dans le marché des nouvelles voitures particulières. « Dans les pays dont le PIB est inférieur à 17.000 euros, cette part reste proche de zéro, y compris dans les nouveaux Etats membres de l’UE en Europe centrale et orientale, ainsi que la Grèce déchirée par la crise », commente l’ACEA. Quelques exemples : Espagne (0,3% / PIB = 24.000 euros), Portugal (0,9% / PIB = 17.900 euros), Italie (0,2% / PIB = 27.600 euros), Roumanie (0,1% / PIB = 8.600 euros), Hongrie (0,4% / PIB = 11.500 euros), Pologne (0,1% / PIB = 11.000 euros), Estonie (0,2% / PIB = 15.900 euros), Lituanie (0,3% / PIB = 13.500 euros), Grèce (0% / PIB = 16.300 euros).

Marché européen hétérogène

« Nos données démontrent que, même s’il est en croissance, le marché européen des ECV reste extrêmement hétérogène », confirme Erik Jonnaert, secrétaire général de l’ACEA, qui estime qu’il est « difficile de fixer un système de limitation des émissions de CO2 à l’échelle européenne ». Il poursuit : « Beaucoup de gens considèrent le marché norvégien comme une référence. Mais tout comme son PIB de 64.000 euros, soit plus de deux fois la moyenne de l’Union européenne, sa part de 29% d’ECV dans les VP vendus en 2016 sur son territoire est une exception en Europe ». Pour bien souligner l’hétérogénéité du marché, il compare la situation norvégienne avec celle de la Grèce, à l’autre extrémité, « où seulement 32 voitures électriquement rechargeables ont été vendues l’année dernière ». Pour le secrétaire général de l’ACEA, ces disparités devraient constituer un appel aux décideurs concernés, avant de fixer les nouvelles grilles de réduction du CO2, à prendre en compte les situations propres à chaque pays, plutôt que de partir du principe qu’elles sont toutes alignées sur celle d’une poignée de marchés plus ouverts aux ECV.

Aides à l’achat

Les chiffres comparés par l’ACEA « montrent également que les incitations à l’achat des voitures électriquement rechargeables, - en particulier au niveau du montant accordé -, diffèrent considérablement en Europe », peut-on lire dans l’analyse. Plus les incitations sont importantes, plus il se vend d’ECV en proportion. L’association a noté que 5 Etats membres de l’UE ne proposent rien à ce sujet. Il s’agit de Malte, la Croatie, la Pologne, la Lituanie et l’Estonie, à retrouver sur la carte interactive. Au-delà des aides à l’achat qui devraient être « harmonisées et cohérentes pour stimuler les ventes », l’ACEA assure que, « avant de pouvoir espérer que les consommateurs de toute l’UE adoptent réellement les véhicules à énergies alternatives », il est nécessaire « d’investir davantage dans les infrastructures de recharge et de ravitaillement dans tous les Etats membres ».

Le produit ne suffit pas

Pour l’ACEA, il ne sert à rien que les constructeurs élargissent leurs gammes de voitures électriquement rechargeables. « Nous constatons malheureusement que la pénétration de ces véhicules sur le marché reste très faible et très fragmentée dans l’UE », met en avant Erik Jonnaert. Il estime que « les automobilistes à la recherche d’une alternative au diesel opteront le plus souvent pour des véhicules à essence ou hybrides ». Pour lui, l’heure n’est pas encore venue où ils passeront à la voiture électrique à grande échelle : « Le produit final seul, - aussi bon soit-il -, n’est pas suffisant pour créer une demande ! ».


Mots clés : véhicule | voiture | électrique | hybride | rechargeable | hydrogène | ACEA | ECV | marché | vente | Europe | PIB | aide | CO2 | UE | union | commission | européenne
Catégories : Voiture hybride | Voiture électrique | Voiture hybride rechargeable | Etudes, rapports & analyses |

Commentaires

Posté le 03-11-2017 à 10:11:50 par Christophe

Niveau de vie élevé (PIB/habitant élevé) veut aussi dire voiture premium de marques qui n’arriveront pas à atteindre l’objectif fixé par la commission européenne sans recourir à l’hybride rechargeable.
En plus il y a un double effet kisscool, cette solution augmentant la masse des voitures, augmente la masse moyenne des voitures du constructeur et relève l’objectif à atteindre.
Si encore ce type de voitures avait un intérêt dans le cadre de la lutte contre la pollution ou contre le réchauffement climatique.

Si on veut vraiment que les constructeurs se sortent les doigts il faut enlever cette corrélation de la valeur de l’objectif à la masse moyenne de leur production.

Posté le 03-11-2017 à 13:19:27 par J.T.

A mon sens, les véhicules électriques décolleront quand ils seront à rechargement d’induction en roulant (voir l’essai Renault recharge de 20kw sur 100 m à 50 km/h). De plus, ils devront avoir une part non négligeable de supercondensateurs les plus modernes appui de batterie, récupération de freinage).

Ces véhicules devront pouvoir se passer de lithium (trop risqué, cher, polluant /voir les batteries eau salée/ magnésium-aluminium, etc), et devront être plus légers, simples et profilés (deux personne en ligne pour le type de véhicule le plus souvent utilisé, avec coffre, afin de réduire les embouteillages), et devront être capables de faire route et autoroute sans difficulté.

Les bornes de recharge (insuffisamment rapides)sont inadaptées pour les trajets à grande affluence d’été et de vacances intermédiaires !§!

Les véhicules de tous types et tailles seront de plus en plus loués, surtout si totalement autonomes, et appelés sur ordinateur ou smartphone.
Les prix des véhicules devront être révisés en raison de la moins grande quantité de mécanique incorporée, plus fiable, et offrir des version de base peu onéreuse et dépouillées (voir les succès de Daccia... en thermique, des 2CV et 4L bien avant !)

Posté le 04-11-2017 à 14:39:16 par rv45

Je ne partage pas l’avis de cette article.
Les donnée ne sont pas jour par exemple d-sans prendre des pays extremme comme ma Norvége où la Grèce on peut prendre la suede qui est déjà à 5% de véhicule rechargable c’est pas le même contexte.

De plus de dire qu’il ne sert à rien d’élargir l’offre est une stupidité total. Regarder le nombre de commandes sur l’Ampera E, 4000 commande en norvege cette voiture si elle avait été commercialiser normalement par rapport à la demande en Europe le volume de ventes serait presque doublé. Idem pour les pré commande de model 3.

Regarder les ventes de BMW en hybride rechargable mêmes Mercedes elles font déjà un carton alors même que leurs autonomies électriques n’est pas suffisante. Mais les ventes d’Outlander est énorme et la ioniq attend beaucoup de livraison. la demande est bien évidament là. on essait de nous rouler dans la farine pour nous faire croire le contraire. Seul les idiots sont dupes.

Posté le 04-11-2017 à 16:56:54 par ZoéT

En juin 2016, on a 14 VE en France disponibles, contre 22 en juin 2017. En immatriculation, on a 13000 et 14000 ventes sur le premier semestre de ces 2 années. Soit plus de 50% de modèles de VE différents, pour 7% d’immatriculations en plus. Pour les VHR, 16 et 25 modèles, pour 3320 et 4380 ventes. Mieux mais pas à la hauteur non plus.
Il faudrait faire de même pour tous les pays pour voir dans quelle mesure l’ACEA a raison.
Et puis ça paraît évident que plus il y a des aides et de population avec de bons revenus, plus les chances de répandre de nouveaux produits sont grandes.
La Norvège est un cas particulier justement, avec un des PIB les plus élevés, un bon réseau de recharge et des aides, ce que relève l’ACEA. Normal que les nouveaux modèles rencontrent le succès. En Estonie ou en Pologne, en revanche, qu’est-ce que ça donne ?
Sauf les exceptions d’ailleurs relevé par l’ACEA, leur raisonnement me semble tenir la route et quasiment relever de l’évidence.

Posté le 05-11-2017 à 11:38:38 par PMC

L’analyse de l’ACEA me semble un peu rapide sur certains points mais tout de même répondre à ce que l’on observe en général. Ceci dit, rien de bien exceptionnel que ce soit les pays avec des primes à l’achat et un PIB élevé qui développent le plus les VE.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème +300% de ventes en France pour BMZ, fabricant de batteries lithium-ion
Acteur mondial de la production de systèmes lithium-ion, le groupe BMZ dont le siège social est en Allemagne, les sites de production répartis entre ce même pays, la...
Plaidoyer pour la conversion des thermiques en électriques
Entre pionniers de la mobilité électrique, nous rêvions déjà il y a une dizaine d’années de pouvoir convertir des voitures thermiques en électriques. ElectroDyane,...
La COP23 tremplin pour l’hydrogène
Les dirigeants de l’Hydrogen Council qui regroupe les 18 groupes majeurs de ce secteur industriel ont profité de la COP23 qui se déroule jusqu’à vendredi à Bonn pour...
Alstom va livrer 14 trains Coradia iLint à pile hydrogène en Allemagne
Seul constructeur de rames de trains à maîtriser complètement les chaînes de traction électriques à pile hydrogène, Alstom vient de signer un premier contrat pour la...
BLYYD livre à Carrefour un premier tracteur ATM électrique
Les grandes enseignes de la distribution, mais aussi d’importants groupes industriels, sous l’influence du bilan carbone de leurs activités, exigent de leurs...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact