Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 01/07/2017 à 06:00 par Philippe Schwoerer - Lu 2203 fois - 11 commentaires


Le Vendée énergie Tour n’oublie pas les anciennes


Sans doute aucune manifestation actuelle consacrée à la mobilité électrique n’aura fait autant de place aux anciennes. Déplacé ? Anachronique ? Non, bien au contraire : l’automobile est en quelque sorte née électrique. Entre la vingtaine de voitures thermiques du XXe siècle en ouverture de la parade branchée, la Cox convertie et les Dauphine et R5 électriques prêtées par Renault, il y avait de quoi rappeler que l’histoire de l’automobile est plurielle et que son évolution est aujourd’hui rattrapée par les enjeux environnementaux et de santé publique.

Avant 1850

A quand remonte la première voiture électrique ? Plutôt que de donner une réponse ferme et définitive, citons juste 3 noms : l’Américain Thomas Davenport, l’Ecossais Robert Davidson, et le Français Gustave Trouvé. Le premier a réussi à faire fonctionner dès 1935 différents engins, parfois miniatures, avec des moteurs électriques. On doit au deuxième de s’être déplacé sur un chariot électrifié. Le dernier, lui, a équipé un tricycle d’une chaîne de traction électrique, avant de motoriser un bateau avec. L’histoire de l’électromobilité commence à s’écrire, et des noms s’incrustent, comme celui de Charles Jeantaud qui s’installera dans la compétition avec un certain Camille Jenatzy, pour aller toujours plus vite. Et c’est ce dernier qui le premier fera dépasser les 100 km/h à une voiture. Celle-ci est électrique, et nous sommes en 1899 ! « Vers 1900, les voitures électriques dépassaient en nombre les véhicules à essence ou à vapeur », a certifié Leslie Kendall, curateur du Petersen Automotive Museum de Los Angeles, lors d’une interview publiée dans cet ouvrage de Luc Debraine intitulé « Les voitures électriques : un futur pour l’automobile ».



Henney Kilowatt

Première curiosité ancienne exposée sur la place Napoléon de La Roche-sur-Yon, dans le cadre de la Fête de la mobilité proposée par la ville et l’agglomération en complément du Vendée énergie Tour : une Dauphine Henney Kilowatt. Nos lecteurs se souviendront sans doute que nous nous étions fait l’écho de la mise aux enchères d’un autre exemplaire de cette très rare voiture électrique. Mieux, sachant que le service en charge du patrimoine historique et culturel de Renault confiait la sienne au SyDEV, de notre côté nous avions essayé de faire venir le seul autre exemplaire en état de rouler en France : celui proposé à le vente par la Maison Osenat le 1er mai dernier. Dommage, son propriétaire était en déplacement à l’étranger au moment du VET !

Une Dauphine débarrassée du sigle Renault

Dans les années 1950, Renault a cherché à s’implanter aux Etats-Unis en surfant sur le succès rencontré par Volkswagen avec sa Coccinelle. Un relatif échec qui a fait le bonheur de B.-L. England et Russel Feldman, respectivement à la tête de National Union Electric et Eureka Williams. Ces derniers croient au présent de la voiture électrique. Ils cherchent une base minimaliste et légère, qu’il est possible d’obtenir rapidement en 100 ou 200 exemplaires à un prix le plus bas possible. Nous sommes en 1959 : la RNUR a besoin de se débarrasser de nombre de Dauphine neuves qui croupissent à tous les vents sur le sol américain. Un contrat et signé, et une cinquantaine d’exemplaires de la citadine, tout au plus, vont rejoindre les ateliers du carrossier Henney Motor. Elles en ressortiront alimentées en 36, 72 puis 84 V avec des batteries plomb. Pour le prix d’une Cadillac Eldorado, elles bénéficiaient d’une vitesse de croisière de 60 km/h, pour une autonomie au mieux de 80 kilomètres. Ne rigolez pas : PSA et Renault ne proposaient pas beaucoup mieux avec leurs modèles électriques des années 1990 ! Ces Dauphine, qui n’ont été commercialisés qu’aux Etats-Unis, n’ont été la plupart du temps vendues et exploitées que par quelques-unes des nombreuses compagnies d’électricité alors en activité sur le territoire.



Renault 4 et 5 électriques

Au milieu des années 1970, la France subit les contrecoups du premier choc pétrolier. Si des modèles parmi les plus énergivores des voitures thermiques n’y résistent pas, comme, par exemple, la Citroën SM, les constructeurs en automobiles ne cherchent pas non plus à proposer à nouveau des engins électriques. C’est donc EDF qui s’y colle, en le justifiant ainsi dans un document daté de juillet 1974 : « L’énergie que les véhicules électriques consomment, en provenance des centrales EDF, sera, dans l’avenir, principalement d’origine nucléaire, ce qui allègera les besoins de la Nation en produits pétroliers ». Dès lors, l’énergéticien est moteur dans un développement de véhicules électriques avec Renault, parmi lesquels des R4, R5 et Estafette. Il espère bien convaincre quelques constructeurs de la viabilité de la mobilité électrique. Le losange avait mis à disposition du SyDEV un exemplaire de R5, exposé à la fête de la mobilité samedi dernier 23 juin.

50 exemplaires

Au final, comme pour la Dauphine Henney Kilowatt, une cinquantaine d’unités de R5 électriques 48 V à batteries plomb seront produits, pour un usage interne EDF. Sur le modèle exposé, on pouvait remarquer le volumineux coffrage plastique du pack, à la place de la banquette arrière. Avec une vitesse maximale d’environ 80 km/h, après une recharge d’une dizaine d’heures, ce VE pouvait parcourir jusqu’à 175 kilomètres dans les meilleures conditions. Ségolène Royal n’était pas encore là pour défendre l’engin. Cependant, Matignon a accueilli brièvement cette R5 électrique, sous la conduite de André Jarrot, ancien pilote moto, mais surtout, lors de l’événement, ministre de la Qualité de la vie sous le premier gouvernement Chirac (1974-1976). « Je peux vous dire qu’elle est aussi facile à conduire qu’une bicyclette », avait-il déclaré à un journaliste du quotidien La Voix du Nord, avant d’entrer en conseil des ministres le 27 juin 1974.



Cohabitation réussie

Pascal Houssard, directeur général du SyDEV, a parfaitement orchestré la cohabitation entre les anciennes, - thermiques et électriques -, et les contemporaines branchées. Rassemblées par Bernard Nonet à la tête de l’ACO85 : Mors RX 1913, Citroën B14 faux cabriolet 1920, Renault 4 CV découvrable, Ford Anglia, Mustang et GT40, Citroën DS et Dyane, Jaguar et Ferrari, etc. Alors que je venais de commenter au micro ce défilé, le propriétaire de la Juva 4 Dauphinoise, également présente, est venu me présenter spontanément des documents sur un tel modèle converti à l’électrique au cours de la Seconde Guerre mondiale. Joli clin d’œil entre 2 mondes que réunissent de nombreuses passerelles.

En face de l’ElectroCox

Les R5 et Dauphine électriques confiées par Renault Classic faisaient face à l’ElectroCox convertie par Jérémy Cantin et son équipe de Brouzils Auto. Contemporaine de la R5, sa présence rappelait aussi cette tentative de Renault d’infiltrer le marché américain dans les années 1950, alors que Volkswagen y avait rencontré le succès, - comme nous l’avons déjà indiqué plus haut -, avec sa Coccinelle. A elles 3, curieusement dans une gamme de bleus assez proches, elles formaient une boucle presque intemporelle pour accueillir les visiteurs sur la place Napoléon de La Roche-sur-Yon.





Pour plus d'information

Syndicat Départemental d'Energie et d'Equipement de la Vendée (SyDEV)
Pascal Houssard
3 rue du Maréchal Juin
CS 80040
85036 LA ROCHE-SUR-YON Cedex

Tel : 02 51 45 88 00
Mail : sydev@sydev-vendee.fr
Site : http://www.sydev-vendee.fr

Syndicat Départemental d'Energie et d'Equipement de la Vendée (SyDEV) est adhérent de l'AVEM et soutient nos actions.
Accéder à la fiche adhérent de Syndicat Départemental d'Energie et d'Equipement de la Vendée (SyDEV)


Mots clés : véhicule électrique | voiture électrique | Vendée énergie Tour | Renault Classic | Dauphine | Henney Kilowatt | ElectroCox | R5 électrique
Catégories : Voiture électrique |

Commentaires

Posté le 03-07-2017 à 09:24:11 par ZoeT

Sympa de voir de vieux VE comme neuf...

Posté le 03-07-2017 à 10:56:28 par PMC

A choisir, je prends la Dauphine. Ce qui m’intéresse, c’est l’homologation de la Cox. Ce serait intéressant que la garagiste qui l’a convertie nous dise où il en est.

Posté le 03-07-2017 à 13:38:29 par Simca4

Vous trouvez pas que c’est un peu cloche de transformer de belles mécaniques en trucs pareils !

Posté le 04-07-2017 à 08:30:35 par Spit

T inquiète Simca4, ca n intéresse personne

Posté le 04-07-2017 à 09:52:51 par Philippe Schwoerer

Pas mal de pionniers de la mobilité électrique sont à la base des passionnés d’anciennes ou de sportives.

Parmi eux, il en existe qui souhaitent rouler différent au quotidien, ce qui peut passer par la conversion électrique de voitures anciennes.

On trouve pas mal de témoignages en ce sens dans les forums spécialisés.

Posté le 04-07-2017 à 15:04:09 par PBlanchet

On pouvait s’y attendre à cette polémique ! Tant que ça ne déferle pas !

Posté le 05-07-2017 à 08:10:27 par ZoeT

Ca ne peut pas plaire à tout le monde. Seulement 2 comments négatifs : pas représentatif...

Posté le 06-07-2017 à 14:24:41 par Sonia

La R5 est pour moi (lol), ma grand-mère en avait une.

Posté le 07-07-2017 à 07:46:23 par Sonia

Que ça fasse rire ou pas, j’ai pensé à cette R5 une partie de la nuit. La même couleur que celle de ma grand-mère. Le toit ouvrant était noir et plus sur l’avant, plus grand je crois. Pourquoi est-il à l’arrière ici ?

Posté le 07-07-2017 à 12:12:19 par ThomasM

Sympa de trouver ces 3 légendes anciennes en électrique. Et marrant ton attachement, Sonia, à la R5 !

Posté le 08-07-2017 à 11:23:19 par JM57

Près de chez moi, à Créhange, Auto Retro 57 organise chaque année sa bourse d’échanges de véhicules anciens avec une zone réservée aux voitures électriques. Ces 3 voitures là auraient tout à fait leur place. D’ailleurs, une Dauphine HK y a été exposée plusieurs fois.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 28/09/2017 au 29/09/2017 - Cagnes-sur-Mer

Les 28 et 29 septembre 2017 auront lieu les Journées AVEM de l'électro-mobilité. Ces journées se dérouleront en deux temps : 1ère demi-journée sous forme de workshops,...
A lire également / sur le même thème France électrique Tour 2017 : Les inscriptions sont ouvertes
Notez bien dans vos agendas : la troisième édition du France électrique Tour est programmée du 9 au 13 octobre 2017. Quatre jours et 1.500 kilomètres à travers le...
Le V2G, une technologie prometteuse, lente à se développer
Le Vehicle-To-Grid (V2G) est un concept de charge bidirectionnelle bien établi. Où en est cette technologie en pratique, et quels sont les obstacles à surmonter avant...
Une assurance collaborative dédiée véhicules électriques avec Inspeer
En partenariat avec l’assureur généraliste Generali, Inspeer lance un contrat sur-mesure qui récompense un certain art de conduire propre aux utilisateurs de véhicules...
Plan Climat : Nicolas Hulot précise son programme
Dans une interview accordée au quotidien Ouest-France et publiée dans l’édition de dimanche dernier, 16 juillet 2017, Nicolas Hulot, ministre de la Transition...
Kia Soul EV : + d’autonomie, + de services, et la version utilitaire pour EnDy
On n’attend pas forcément de voir les entreprises s’équiper de Kia Soul EV pour leurs activités. Pourtant, par son format, son espace intérieur, sa moindre sensibilité...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact