Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 10/10/2020 à 06:00 par EMMANUEL MAUMON - Lu 1935 fois - 8 commentaires


Les véhicules électriques poursuivent leur progression en septembre


Le baromètre de la mobilité électrique du mois de septembre vient d’être publié par l’Avere-France. Les chiffres des immatriculations confirment une nouvelle fois la montée en puissance continue des véhicules électriques et hybrides rechargeables qui représentent en septembre près de 9% du marché. Les véhicules électrifiés rechargeables ne constituent plus un marché de niche. Avec 18 588 immatriculations, ils ont enregistré une progression de 206% par rapport à septembre 2019 alors que l’ensemble du marché restait stable. Une progression qui ne peut s’expliquer uniquement par les aides à l’achat dont ils bénéficient.
Même si celles-ci jouent un rôle et atténuent l’écart de prix qui existe encore avec les véhicules thermiques équivalents, les français semblent de plus en plus enclins à aller vers une mobilité propre qui préserve l’environnement et améliore la qualité de l’air. Le phénomène est également accéléré par l’offre des constructeurs qui proposent désormais de nouveaux modèles électriques et hybrides rechargeables performants. Une offre qui devrait encore augmenter dans les prochains mois, ce qui laisse augurer une poursuite de la progression en part de marché des véhicules électrifiés rechargeables.



La Volkswagen ID.3 fait son entrée dans le Top 5

Au du mois de septembre, 10 011 véhicules électriques particuliers ont été immatriculés, soit une progression de 138% par rapport au même mois de 2019. La Renault Zoé figure toujours largement en tête avec 2878 exemplaires devant la Peugeot e-208 (1230 unités). Après sa contre-performance des mois de juillet et août durant lesquels elle n’arrivait qu’en dixième position du classement, la Tesla Model 3 se hisse sur le podium avec 1083 immatriculations. Derrière, la Volkswagen ID.3 fait son entrée dans le classement dès le premier mois de ses livraisons avec 616 unités. Viennent ensuite le Kia e-Niro (583) et le Kona de Hyundai (559), suivis plus loin par l’Opel Corsa-e (400) et le Peugeot e-2008 (376).
A noter que l’électrique représente 5,9% des immatriculations de véhicules particuliers et que les 10 véhicules les plus vendus constituent 82% du marché. Du côté des utilitaires légers électriques, la progression n’atteint pas la même ampleur que celle des véhicules électriques particuliers, mais elle est tout de même réelle avec une augmentation de 37% par rapport à septembre 2019. Au total, 706 utilitaires légers électriques ont été immatriculés, avec Renault qui occupent toujours les deux premières places (251 exemplaires pour le Kangoo ZE et 129 pour la Zoé). Derrière, le Nissan e-NV200 et la Peugeot e-208 se partagent la troisième place du classement avec 61 unités chacun.



Le Renault Captur en tête des hybrides rechargeables

Portés par l’arrivée de nouveaux modèles, les véhicules hybrides rechargeables accentuent encore leur formidable progression enregistrée ces derniers mois. Celle-ci est ainsi de + 486% par rapport à septembre 2019 et, avec 7867 exemplaires immatriculés, l’hybride rechargeable a représenté le mois dernier 3,7% des immatriculations de véhicules légers. Le Renault Captur fait une entrée fracassante dans le Top 10 en s’installant directement à la première place avec 899 unités. Il devance assez nettement le Peugeot 2008 (583 exemplaires), tandis que derrière la lutte est assez serrée entre le Volvo XC40 (485), le Mercedes GLC (460) et l’Audi Q5 (440).
Les 10 véhicules hybrides rechargeables les plus vendus totalisent 58% du marché, tandis que 47 autres modèles se partagent les 42% restants. Le baromètre de septembre fait également le point sur les infrastructures de recharge dans les différents pays européens. En nombre de points de charge, les Pays-Bas arrivent en tête avec 58302 points de charge installés à début septembre. L’Allemagne est en seconde position (41461), tandis que pour la troisième position la France (32041) devance de peu le Royaume-Uni (30129) et largement la Norvège (16670).






Pour plus d'information

AVERE-France

22 avenue Jean Aicard
75011 Paris

Tel : 01 53 25 00 60
Mail : association@avere-france.org


AVERE-France est adhérent de l'AVEM et soutient nos actions.
Accéder à la fiche adhérent de AVERE-France


Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | Hybrides rechargeables | Immatriculations | Renault Zoé | Volkswagen ID.3 | Renault Captur
Catégories : Marché & statistiques |

Commentaires

Posté le 10-10-2020 à 11:20:17 par Yves Guittat

Votre baromètre de la mobilité électrique n’est pas représentatif et bien trop restrictif puisque cantoné aux seules automobiles…

Posté le 11-10-2020 à 11:20:19 par electronlibre

Le gros soucis est que ce baromètre indique une réalité déformée par le système "bonus-malus" basé UNIQUEMENT sur les émissions de CO2, une décision UNIQUEMENT politique!
En effet, scientifiquement, aucune étude sérieuse n’a pu identifier formellement le CO2 comme pouvant engendrer un réchauffement climatique.
Les études arrivant à cette conclusion(CO2=RCA) sont pleines de biais et d’erreurs en contradiction avec les lois de la thermodynamique...
Ce marché des VE en pleine expansion ne tient pas compte des émissions de particules fines et ultrafines générées par l’abrasion, principalement pneu/revêtement!
Les VE, de plus en plus lourds, n’apportent pas de réduction de la véritable pollution: les particules fines...

Posté le 12-10-2020 à 07:45:39 par Christophe

@electronlibre
Tout à fait. Selon Airparif, l’abrasion représentait en Ile de France en 2017 65% des émissions de PM10 et 49% des émissions de PM2,5 des particules émises par le trafic routier.
La part d’émissions de PM10 à l’échappement des véhicules diesel, les plus contributeurs, passée de 63 % en 2005 à 33 % en 2017, a induit une part d’émissions de PM10 dues à l’abrasion (pour tous les véhicules) passant de 33 % en 2005 à 65 % en 2017, en passant par 41 % en 2012 et 48 % en 2015.
Mais le phénomène n’est pas seulement du au retrait de véhicules diesel sans FAP, il est du à l’augmentation du trafic mais aussi à l’augmentation de la masse moyenne du parc (masse moyenne d’une voiture en 1990 963 kg contre 1243 kg en 2017). Ce n’est pas la règle CAFE de l’Union Européenne qui va entraîner une réduction de cette masse ; l’objectif corrélé à la masse et des émissions abusivement prises à zéro en roulage électrique entraîne les constructeurs à commercialiser des véhicules plus lourds avec possibilité de roulage électrique.

La Commission Européenne a manifestement sa copie à revoir pour inciter à l’allégement des véhicules et en prenant en compte les émissions de CO2 en ACV (qui plus est en prenant un kilométrage total en adéquation avec le fait qu’il faut réduire l’usage de la voiture pour réduire la pollution dans les villes) ainsi que l’ensemble des émissions de polluants dans les normes antipollution (donc abrasion dans la future norme Euro 7).

Posté le 13-10-2020 à 16:30:33 par justeobjectif

@electronlibre
c’est sûr que les vehicules diesels produisent beaucoup moins de particules fines c’est bien connu !...

Posté le 14-10-2020 à 06:49:01 par Vérité

@justeobjectif
Puisque vous semblez en possession d’éléments factuels démontrant qu’une voiture électrique émet moins de particules, dont fines, qu’une voiture thermique, merci de les partager.
Cela ne semble pas être arrivé jusqu’à l’ANSES et la Cour des Comptes qui demandent une réduction drastique de la circulation automobile pour réduire la pollution et descendre sous les seuils OMS qui pourraient être révisés à la baisse.
Il n’y a vraiment que les activistes de l’autosolisme en voiture électrique pour encore refuser de voir la vérité en face.

Posté le 14-10-2020 à 10:57:38 par electronlibre

@justeobjectif
Votre commentaire n’est ni plus ni moins que de la diffamation!
Je n’ais jamais insinué que les véhicules thermiques émettaient moins de particules fines que les VE; le commentaire de Christophe le prouve bien, les chiffres parlent d’eux-mêmes...
Mon propos était que si le "bonus-malus" était basé sur les émissions de particules fines, les VE les plus lourds seraient dans la catégorie du malus tout comme les VT les plus lourds!
Ce serait bien plus logique d’un point de vue environnemental...

Posté le 14-10-2020 à 18:02:33 par Christophe

@justeobjectif
"c’est sûr que les vehicules diesels produisent beaucoup moins de particules fines c’est bien connu !... "
Il se trouve que j’ai un couple d’amis parisiens avec un enfant qui ont une voiture qu’il utilise uniquement au plus 1 week-end sur 2 (beaucoup moins les 7 derniers mois) pour aller chez leurs parents.
Ils savent se contenter d’une voiture du segment B. Ils ont actuellement une Peugeot 208 hdi de 1080 kg à vide avec 575 kg de charge utile.
Leur utilisation type c’est 400 km environ dans le week-end avec aucune possibilité de recharge chez leurs parents (appartement ou maison de ville sans stationnement privatif accolé).
Eux qui utilisent le train pour les autres week-ends et les vacances, l’oublient pour les week-ends dans la famille à la fois parce qu’ils mettraient plus de temps et qu’ils ont besoin d’une voiture sur place pour visiter le reste de la famille ou les amis d’enfance.
Afin que l’on compare, que leur proposez-vous comme voiture électrique pour la remplacer ?

Je me trouve à peu près dans le même cas mais pour ma part je me contente d’une voiture de segment A mais trajet sur autoroute pour aller voir les parents (on y va moins souvent). Même question.

Posté le 16-10-2020 à 11:15:59 par Christophe

Evidemment pas de réponse de justeobjectif
Pour faire simple on va dire qu’un modèle avec une autonomie mixte wltp de 420 km convient (ce qui n’est pas nécessairement vrai en hiver et si un peu d’autoroute sur le trajet).
Il n’y a aucune voiture électrique à moins de 1650 kg avec une telle autonomie, ce qui fait 570 kg de plus que la voiture du segment B actuelle de mes amis et 810 kg de plus qu’une voiture du segment A.
Même si certains ne veulent pas le voir il y a plus d’émissions de particules par une électrique de 1650 kg que par une thermique (avec FAP pour une diesel) au moins 570 kg plus légère.
Donc dans le cas de l’usage de mes amis (mais aussi dans le cas de mon usage), une voiture électrique augmente la pollution dans les villes où nous habitons.
Pourtant l’usage réduit de mes amis est parmi les plus vertueux.
Au final il n’y a que les auto-dépendants qui veulent encore croire qu’une électrique permet de réduire la pollution dans les villes (après nous avoir fait croire que cela ne polluait pas du tout).



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du /09/2021 au 09/2021 - Cagnes-sur-Mer

L’AVEM organise sa quatrième édition des Journées AVEM de l’électro-mobilité, qui aura lieu à Cagnes-sur-Mer en septembre 2021. Cet événement permettra aux acteurs...
A lire également / sur le même thème Renault avance sur l’utilisation des batteries de seconde vie
Renault eWays, l’événement dédié à la mobilité d’aujourd’hui et de demain, se poursuit jusqu’au 28 octobre. Après avoir présenté le premier jour le showcar Mégane...
Avec Hynomed, le Var affiche ses ambitions dans l’hydrogène
La société Hynomed a été officiellement créée le 21 octobre à Toulon. Avec des actionnaires solides : Engie Solutions (51%), la CCI du Var (24,5%) et la Banque des...
Volvo redessine son avenir avec le XC40 Recharge
Passée sous pavillon chinois en 2010 avec son rachat par le groupe automobile Geely, Volvo a entamé un premier virage cinq ans plus tard en sortant son premier véhicule...
Nissan vous invite à découvrir les coulisses de la création de l’Ariya
Nissan vient de publier un e-book dans lequel le constructeur dévoile les coulisses de la création de l’Ariya, son SUV avec lequel il entend ouvrir une nouvelle ère de...
Dacia présente la Spring Electric, sa citadine électrique low-cost
En mars dernier, lors d’un évènement se substituant au Salon de Genève, Dacia avait dévoilé un showcar préfigurant la Spring Electric avec laquelle cette marque du...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact