Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 04/06/2018 à 06:00 par EMMANUEL MAUMON - Lu 3099 fois - 21 commentaires


Nicolas Hulot booste l’utilisation de l’hydrogène dans les transports


En présence des principaux acteurs de la filière, Nicolas Hulot a dévoilé vendredi un plan, doté de 100 millions d’euros, pour favoriser le déploiement en France de l’hydrogène. Pour le Ministre de la Transition écologique et solidaire : « L’hydrogène peut devenir l’un des piliers d’un modèle énergétique neutre en carbone… La France est à la pointe sur cette filière, et je veux lui donner les moyens de conserver son avance au cœur d’une compétition mondiale déjà féroce car elle constitue un atout pour notre indépendance énergétique mais également un immense gisement d’emplois ».
Pour Nicolas Hulot, l’hydrogène peut aussi devenir une solution majeure pour notre mix énergétique de demain, tout d’abord en rendant possible le stockage à grande échelle des énergies renouvelables. Ceci permet de rendre crédible un monde où l’hydrogène viendra, petit à petit, se substituer au fossile et au nucléaire pour combler les intermittences du stockage du solaire et de l’éolien. Enfin, selon lui, s’il est produit à base d’énergies renouvelable, l’hydrogène pourra contribuer à l’essor d’une mobilité sans émission de gaz à effet de serre des trains, des flottes de camions, des flottes municipales et des bus, permettant ainsi d’apporter une réponse aux problèmes de qualité de l’air.


Les principales mesures du plan

Le plan pour l’hydrogène est organisé autour de 3 grands axes et, dès 2019, 100 M€ seront dédiés aux premiers déploiements dans l’industrie, la mobilité et l’énergie. Dans l’industrie, le plan veut tout d’abord verdir la production d’hydrogène avec pour objectif d’atteindre 10% d’hydrogène décarbonée dans l’hydrogène industriel en 2023, puis entre 20 et 40% d’ici à 2028. Des mesures sont également prévues pour développer les expérimentations en matière de stockage d’énergie, l’hydrogène produit par électrolyse étant à long terme une solution structurante pour l’intégration des énergies renouvelables au système électrique. Le plan prévoit aussi de favoriser le déploiement d’écosystèmes territoriaux de mobilité sur la base notamment de flottes de véhicules professionnels. Des déploiements que l’ADEME aura pour mission de structurer et de piloter.
Même si certains observateurs ont jugé insuffisantes les sommes allouées à ce plan, ce dernier a dans l’ensemble été bien accueilli par les professionnels du secteur. L’AFHYPAC (Association française pour l’hydrogène et les piles à combustible) a salué ce Plan National Hydrogène. Pour son Président Philippe Boucly : « L’annonce faîte par le Ministre d’Etat est le signal fort que la filière attendait. Le gouvernement offre aujourd’hui à la filière un cadre clair qui permettra aux industriels et aux territoires porteurs de projets de déployer rapidement des solutions hydrogène, pour lesquelles les technologies sont prêtes et matures ».



Priorité au développement des flottes


L’hydrogène est une des solutions clés pour développer des mobilités propres. Il présente des avantages pour les usages intensifs qui nécessitent une forte autonomie et un faible temps de recharge. Des avantages qui se retrouvent surtout dans certains transports lourds pour lesquels le poids, l’encombrement et l’énergie embarquée des batteries constituent aujourd’hui un frein. Les voitures ne sont pas totalement oubliées par le Plan pour l’Hydrogène mais, compte tenu du coût des infrastructures de charge, la priorité est accordée au développement des flottes. L’objectif fixé est de 5 000 véhicules utilitaires légers en circulation ainsi que la construction de 100 stations, alimentés en hydrogène à l’horizon 2023, puis de 20 à 50 000 VUL et entre 400 à 1 000 stations de recharge d’ici 2028.
Le déploiement de flottes territoriales sera accompagné, à l’image du projet « Zero Emission Valley » qui vise à faire de la Région Auvergne-Rhône-Alpes le premier territoire hydrogène en Europe. Un projet qui mobilisera 70 millions d’euros sur 10 ans, et qui permettra de déployer dans la région 1 000 voitures à pile à combustible zéro émission, 20 stations de recharge à hydrogène ainsi que 15 électrolyseurs pour produire de l’hydrogène sans émettre de CO2. Autre exemple à suivre, celui de la flotte de taxis électriques hydrogène « Hype » déployée en région parisienne par la startup STEP avec le concours d’Air Liquide. Une flotte qui compte aujourd’hui 75 véhicules à hydrogène et qui devrait en comporter près de 600 d’ici à 2020.



Pau montre l’exemple pour les Bus à Hydrogène

L’hydrogène est encore plus adapté au transport routier où le choix entre plusieurs technologies s’analyse au regard du coût du véhicule, de l’autonomie recherchée et du rapport volume/poids de ce qu’on souhaite transporter. Le véhicule hydrogène apparait ainsi plus pertinent que le véhicule tout batterie pour les transports lourds. L’hydrogène apparait également comme une solution valable pour les transports de personnes et les bus à hydrogène sont appelés à se développer.
A cet égard, la ville de Pau montre la voie à suivre en choisissant l’hydrogène pour son Bus à Haut Niveau de Service qui reliera la gare à l’hôpital en 18 minutes à compter de septembre 2019. Ce BHNS sera la première ligne complète de bus alimentée par de l’hydrogène. Les futurs « Fébus », des bus articulés pouvant contenir 125 passagers fournis par la société belge Van Hool, produiront leur électricité à bord grâce à une pile à combustible. L’hydrogène sera produit sur place, au dépôt de bus, grâce à un électrolyseur alimenté par des panneaux solaires. Une station de recharge qui sera implantée et exploitée par GNVert, une filiale d’Engie spécialisée dans les solutions de mobilité durable pour les entreprises et les collectivités.



Alstom compte aussi sur la France pour ses trains à hydrogène

L’hydrogène peut aussi être une solution intéressante pour le transport maritime et fluvial, à l’image de ce qui se fait déjà à Hambourg où un navire à pile à combustible transporte jusqu’à 100 passagers depuis 2008, à Amsterdam où le « Némo H2 permet une visite touristique des canaux, ou même à Nantes où le Navibus H2 propulsé par deux piles à combustibles transporte près de 70 passagers/an sur l’Erdre. Mais sans doute plus encore que dans le transport maritime, le ferroviaire offre une belle perspective d’avenir pour l’hydrogène.
Dans ce domaine, la France a la chance d’avoir un leader technologique avec Alstom qui a développé le premier train à hydrogène au monde, le Coralia iLint dont la mise en service est prévue pour cet été sur le réseau ferré allemand. Après ce premier succès, Alstom est pleinement disposé à contribuer à l’émergence en France d’une flotte de trains zéro émission propulsée à l’hydrogène. Le constructeur est prêt à travailler dès aujourd’hui avec les autorités organisatrices de transport compétentes à la définition et l’homologation d’une solution de trains à hydrogène basée sur la flotte de trains de nouvelle génération circulant actuellement sur les lignes régionales françaises. Des trains qui pourraient assurer une électromobilité à moindre coût, sans recourir à l’électrification de petites lignes et en remplacement des vieilles locomotives diesel polluantes.





Mots clés : Mobilité électrique | Hydrogène | Nicolas Hulot | Air Liquide | Alstom | Pau



Commentaires

Posté le 04-06-2018 à 08:31:40 par Philou74

Bonjour,
Cet article expose une solution locale et donc "non captive" à la production de l’hydrogène :
- "... ainsi que 15 électrolyseurs pour produire de l’hydrogène sans émettre de CO2."
- "... grâce à un électrolyseur alimenté par des panneaux solaires."
L’électrolyseur est la solution pour éviter le transport de l’hydrogène par des camions citerne pollueurs !

Posté le 04-06-2018 à 08:50:45 par Grotesque...

... sur le plan bilan énergétique...

Il faut produire l’hydrogène , cela se fait à 97% à partir d’hydrocarbures , l’énergie contenue dans l’h2 est de 75% de celle contenue dans les hydrocarburesm. Les émissions de C02 par unité d’énergie dans h2 sont 33 % supérieures à celles correspondants au hydrocarbures .

L’h2 peut aussi être produit à partir d’électricité par électrolyse de l’eau , mais le rendement de conversion entre l’énergie électrique et l’énergie chimique portée par l’hydrogène , qui théoriquement pourrait être de 100% est de l’ordre de 60% surtout du fait d’irréversibilité liées à la production d’oxygène gazeux .L’hydrogène est produit à une pression de 30 bar .
Si on veut utiliser l’h2 , que ce soit dans un stockage fixe d’énergie ou dans un véhicule électrique il faut pouvoir le stocker . Le stockage le plus efficace , quasiment le seul qui soit utilisé est le stockage gazeux sous pression , pour les véhicules la pression est de 700 bar et le poids du réservoir en composite est de 19 fois celui de l’h2 contenu .

Pour pouvoir stocker il faut comprimer l’hydrogène , cette compression , de 30bar a 700bar se fait en étages avec réfrigérations intermédiaires , la compression consomme 12 % de l’énergie électrique consommée par l’électrolyse.
Le rendement entre l’énergie chimique de l’h2 et l’énergie électrique pour la production et la compression de d’h2 est de 53.5 % .

Pour produire de l’électricité à partir de l’h2 on utilise une pile à combustible , en fait une pile h2/air , mais comme h2 est le seul combustible gazeux qui soit utilisé dans des piles , on la nomme du vague « pile à combustible « .

la pile à combustible , comme l’électrolyseur à un rendement entre l’énergie chimique ou électrochimique contenue dans h2 et l’énergie électrique produite très mauvais alors que théoriquement il pourrait être de 97,5 % , pas 100% car on utilise de l’air et non de l’oxygen pur . En fait le rendement est de 46% et pour obtenir ce rendement
il faut assurer une récirculation de l’h2 et une compression de l’air vers 2 barg.Ces 2 auxiliaires consomment 11% de l’énergie électrique produite , ce qui fait un rendement de 41% pour la pile h2/air tenant compte des auxiliaires .

Au total sans tenir compte de la distribution de l’h2 des usines de production vers les centres emplisseurs de véhicules , le rendement entre l’énergie électrique pour produire et comprimer l’h2 et l’énergie électrique nette en sortie de la pile h2 / air est 52.5%*41% = 21.5 % , 78.5 % de l’énergie électrique est perdue en chaleur !
Si on compare à un stockage par pile , le rendement entre l’énergie électrochimique stockée dans une pile que l’on charge et l’électricité nécessaire pour cette charge est de l’ordre de 89% et le rendement entre l’énergie électrochimique stockée dans une pile et l’énergie électrique restituée est de 90% .Le rendement décharge / charge d’un pile est de 80% , plus de 3 fois mieux qu,un stockage à h2.
En plus l’h2 nécessite 4 appareils pour son utilisation dans l’énergie : l’electrolyseur, le compresseur , le réservoir et la pile à combustible contre un seul pour la pile .

L’h2 pour véhicule présente toutefois quelque avantages par rapport au véhicule à pile.

Au point de vue énergie massique donc autonomie , l’h2 à une énergie massique de 33kWh par kg , avec le poids du réservoir qui
Est 19 fois celui de l’h2 on obtient une énergie massique de 1.65kWh par kg , en tenant compte du rendement net de la pile h2/air cela fait 676Wh par kg .

En tenant compte du poids de la pile h2/air qui pèse 0.5 kg par kW soit 0.5 kg par kWh soit pour 676Wh , 0.338 Kg donc en tout 676Wh pour 1.338kg et 500Wh par kg .

Une pile lithium ion fait 300Wh par kg, 40% de moins que l’h2 , à poids égal de stockage et conversion d’énergie un véhicule a h2 va 1.66 fois plus loin qu’un véhicule électrique .
Il y a aussi le temps de charge , un plein de h2 se fait en 5 minutes , il faut une demi heure pour charger a 80% une pile lithium ion . Les piles lithium fer se chargent en 5 minutes mais ont une capacité massique moindre et un prix au kWh plus élevé .

Le transport routier en France consomme 66% du pétrole consomme , soit 56 millions de tonnes , ce pétrole contient 680 milliards de kWh avec un rendement moyen de 18% des moteurs thermiques et transmission , entre l’énergie de combustion et les roues, cela fait 122 milliards de kWh .

Avec des véhicules à hydrogène dont le rendement énergétique entre électricité consommée et énergie électrique en courant continu sortie pile h2/air est de 21.5% , soit avec rendement conversion électrique de 98% et rendement des moteurs de 95%, un rendement électricité réseau énergie mécanique sur roues de 20% , il faudrait donc 610 milliards de kWh par an pour tous les véhicules .
La production française d’électricité est de 550 milliards de kWh .

Il faudrait plus que doubler la production actuelle dont 72.3 % est nucléaire .

Avec les piles le rendement entre énergie nécessaire à la charge des piles et énergie mécanique sur roues est 74.5 % et il faudrait 163 milliards de kWh pour alimenter tout le parc de véhicules soit moins du tiers de la production actuelle.

Posté le 04-06-2018 à 08:54:42 par Marrant ces effets d’annonce sans lendemain...

Où sont passés les milliards du plan biotech, de l’éolien, du solaire, de la méthanisation, et maintenant de l’hydrogène ?

En fait, c’est le même budget, jamais utilisé à part quelques prélèvements via l’Ademe de nos classiques pompeurs du CAC, qui passe d’un secteur à l’autre...

L’hydrogène est un leurre, développé par l’Allemagne pour "occuper les voisins" pendant qu’ils travaillent sur "le vrai sujet" (à savoir le stockage d’énergie) comme ils l’avaient déjà fait entre deux guerres avec les Zeppelins pendant qu’ils construisaient les Messerschmitt en sous-sol... Ca marche à tous les coups, nous sommes tellement naïfs :)

Posté le 04-06-2018 à 09:01:48 par H2

Si vous réduisez l’hydrogène à l’épisode des Zeppelins et de la guerre 40, vous avez tout compris… Incroyable !

Posté le 04-06-2018 à 09:30:31 par geant

Le commentaire de Grotesque parle de lui même. On nous parle d’hydrogène vous savez pourquoi ? Tout simplement pour que les industries pétrolières puissent continuer à faire du fric. La fabrication, la distribution, ils sont prêt. Je suis surpris que Nicolas Hulot puisse cautionner le plan hydrogène qui est une gabegie énergétique. Tant que le fric gouvernera le monde on continuera à aller droit dans le mur. Continuons à dilapider nos ressources...
On risque de ne pas aller bien loin à ce rythme...

Posté le 04-06-2018 à 09:48:26 par @ geant

Pas mieux... Une aberration de plus qui va à nouveau nous faire prendre du retard...

Le jour où l’on comparera enfin les choix énergétiques en les rapportant à leur coût de revient - hors sub et taxes - par kWh, ce jour là, on aura vraiment progressé.

L’hydrogène est au photovoltaïque ce que l’EPR est au nucléaire. Too big, too expensive... Grotesque bis et ter...

Posté le 04-06-2018 à 09:43:41 par Philou74

Merci à @grotesque pour ses explications sur les rendements de chaque filière. Pour moi le soucis était de sortir du "tout captif" : Stations, pompes et taxes... qui préservent les intérêts des milliardaires, dictateurs économiques qui font crever notre monde !

Posté le 04-06-2018 à 10:09:00 par Christophe

@grotesque
C’est quoi votre conclusion ?
Sur le plan énergétique, cela fait des siècles que l’on dilapide de l’énergie. A-t-on besoin d’un véhicule de 1500 kg pour faire 10 km ?
L’aspect énergétique n’est pas la problématique la plus importante.
La première est le réchauffement climatique, alors quelle est votre analyse comparative ?
La seconde est la pollution dans les villes, alors quelle est votre analyse comparative ?

Posté le 04-06-2018 à 11:37:26 par electronlibre

@Christophe
Non, la première est la pollution des grands centres urbains, et il n’y en a pas d’autres...
Le réchauffement climatique est une escroquerie comme une autre, surtout quand on prends le CO2 pour responsable.
Ceci dit, je suis d’accord que l’on gaspille beaucoup d’énergie...

Posté le 04-06-2018 à 14:29:14 par Christophe

@electronlibre
Remettez-vous en doute la réalité d’un dérèglement climatique ?
Remettez-vous en doute le fait que celui-ci puisse être imputable à l’activité humaine.

Cela n’empêche qu’il y a bien urgence en terme de pollution des villes et qu’il serait intéressant que @grotesque nous fasse une analyse comparative des deux solutions qu’il a étudiées sur le plan énergétique.

Posté le 04-06-2018 à 23:03:41 par electronlibre

@Christophe
Pour les 2 questions, je pense avoir été assez clair dans mes commentaires précédents concernant le climat: oui et toujours oui.
Par contre je n’ai jamais mis en doute la nuisance de la pollution urbaine quel que soit son origine.

Posté le 05-06-2018 à 11:19:08 par nouh

@electronlibre; En étant capable d’écrire "Le réchauffement climatique est une escroquerie comme une autre, surtout quand on prends le CO2 pour responsable." vous mettez votre ignorance et votre incompétence sur le sujet environnemental.
Comme souvent les "fans" ou plutôt les fanatiques refusent de peser le pour et le contre. Ici vous vous obstinez à penser que pour le transport il n’y a que l’électricité et rien d’autre quitte à affirmer que le reste n’est "qu’escroquerie"...
@grotesque:
Un petit exemple pour utiliser des bus électriques, la RATP doit être capable d’installer 10MW par centre bus soit environ la consommation de 1700 habitations classiques et surtout presque 10 fois la puissance installée actuellement par centre bus.
Sans le nucléaire champion du "0" CO2 mais malheureusement champion pour sa pollution par les déchets pour des siècles et des siècles, pas sur que le bilan "pollution des grandes villes" soit positif et je n’ai même pas abordé la fabrication de A à Z des éléments de batteries et encore moins leur retraitement après utilisation que l’on réalisera au mieux à la campagne, au pire en Chine ou en Afrique....
Encore une fois, il ne faut pas refaire les mêmes erreurs que par le passé en misant tout sur la batterie alors que d’autres moyens existent et surtout oublier volontairement d’utiliser chacun d’eux à bonne escient par idéologie ou orientation politique.

Posté le 05-06-2018 à 14:17:12 par Luck

Le processus de production de l’hydrogène pose pour l’instant gros problème puisqu’il est à la fois trés polluant et trés coûteux. À ce jour, 96% de l’hydrogène est produit à partir d’énergie fossile (pétrole, gaz naturel ( ENGIE ) et parfois le charbon). c’est a partir du méthane ( CH4) que la méthode est la plus rentable.... mais coûteuse.

Posté le 05-06-2018 à 18:21:01 par electronlibre

@nouh
Je n’ai jamais parlé de transport dans mon commentaire mais du climat qui a toujours été sujet de prédictions jamais avérées. Cela fait des année que je fais des recherches sur le climat et ma conclusion est qu’en l’état de science actuelle dans ce domaine il est impossible de faire des affirmations telle que le GIEC le fait, point!
Ce que vous écrivez sont des extrapolations certainement du à une mauvaise lecture.
Je ne suis pas contre l’H2 mais j’estime que la technologie actuelle n’est pas suffisamment efficiente pour la voiture personnelle...

Posté le 05-06-2018 à 18:35:30 par nouh

@ Luck; il ne suffit pas d’affirmer pour avoir raison. Il faut aller sur les sites spécialisés. Aujourd’hui, l’hydrogène est pour l’essentiel produit à partir du procédé de reformage à la vapeur (SMR) du gaz naturel. Cryocap™, solution cryogénique qui permet de capter le CO2 rejeté lors du procédé de production d’hydrogène, est une première technologique innovante dans ce domaine, développée par Air Liquide.
Air Liquide société française et leadeur mondiale dans le domaine.
Aux Etats-Unis, Air liquide et Toyota vont s’associer pour développer une chaine de station de production d’hydrogène"propre".
On peut le produire également à l’aide de l’électrolyse de l’eau mais dont l’électricité est issue d’éoliennes ou solaire(procédé développé au Danemarck pour Air Liquide), car cette production est immédiatement stockée et ainsi être distribuée.
Il y en d’autres que vous devez connaitre je suppose, comme le reformatage du biogaz développé en Allemagne par Air liquide et repris en partenariat avec Hyundai.

Voilà, pour le reste, votre phrase sur la production de l’hydrogène( ce jour, 96% de l’hydrogène est produit à partir d’énergie fossile (pétrole, gaz naturel ( ENGIE ) et parfois le charbon) colle parfaitement à la production de l’électricité dans le monde qui si je ne m’abuse sert à produire et surtout charger les véhicules purement électriques!!
Il est où l’avantage de la batterie sur l’hydrogène?
Encore une fois, il faut multiplier les différentes énergies en fonction de leurs défauts et avantages, batteries, hydrogènes air comprimé et d’autres dans l’avenir. LA solution n’existe pas, ce sont LES solutions qui nous sauveront.

Posté le 06-06-2018 à 13:10:40 par PBajolet

Des trains à hydrogène ? on aura tout vu!

Posté le 06-06-2018 à 21:05:11 par electronlibre

@nouh
Si vous connaissez Nikola Tesla, vous savez que LA solution existe, mais que les multinationales de l’énergie (et la finance mondiale) n’en veulent pas car ce serait leurs pertes. Nous aurions pu avoir de l’énergie gratuite depuis plus d’un siècle si les hommes n’étaient pas si avide de pouvoir et d’argent...

Posté le 07-06-2018 à 08:52:05 par Tickist

Qu’est-ce qui est le plus incroyable : le réchauffement climatique dû à l’activité humaine, ou cette théorie selon laquelle Nikola Tesla aurait réussi à faire rouler une voiture uniquement avec l’électricité présente dans l’air ? C’est une légende non avérée à ce jour cette expérimentation dont on a fort peu d’éléments tangibles. Mais Nikola Tesla était un génie. Alors, peut-être...

Posté le 07-06-2018 à 21:12:52 par electronlibre

@Tickist
Connaissez vous l’effet Casimir? Hendrik Casimir à mis en lumière en 1948 -soit 5ans après la mort de Tesla- l’énergie des champs scalaires contenus dans le vide. Nikola Tesla était un génie et est devenu une légende. Vous savez bien que si nous avons peu de documents sur ses inventions, c’est parce qu’après son décès le FBI a fait disparaître un grand nombre de documents...
Tesla a aussi démontré que l’ionosphère pouvait transporter l’électricité efficacement sur tout point de la Terre, sujet de recherche reprit par les USA via le projet HAARP.
Toutes les inventions de Tesla ont bel et bien existées quoi que vous en pensiez...

Posté le 08-06-2018 à 08:40:53 par Tickist

Les inventions dont il subsiste des démonstrateurs le prouvant, pas de doute. Pour les autres, la question demeure. Le plus difficile pour un scientifique, c’est de trouver une piste à suivre. A partir du moment où certaines pistes créditées à Tesla ne permettent pas à d’autres scientifiques d’atteindre les résultats attendus, il y a forcément doute. Sinon, c’est tout simplement de la foi, rien de plus.

Posté le 08-06-2018 à 12:18:39 par electronlibre

La meilleure voie pour un scientifique est la création, l’ouverture d’esprit qui fait comprendre que rien n’est impossible. De moins en moins de scientifiques ont la foi en leur créativité et c’est bien dommage... Le génie de Tesla est perdu.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Autonomy
Autonomy
Du 18/10/2018 au 20/10/2018 - Grande Halle de la Villette à Paris

Autonomy fêtera sa troisième édition en 2018. Ce salon se présente comme le "Festival de la mobilité urbaine', et cela en présentant un très grand nombre de moyens de...
A lire également / sur le même thème Aix-Marseille Provence à fond sur la mobilité électrique
Présidente du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône mais aussi de la Métropole Aix-Marseille Provence où elle vient de succéder à Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal...
Navya dévoile ses ambitions au Mondial de l’Auto
L’édition 2018 du Mondial de l’Auto de Paris a fermé ses portes hier en enregistrant plus de un million de visiteurs. Si elles ne représentent encore qu’à peine 1% du...
Eccity lance son model 3 au Mondial 2018
L’édition 2018 du Mondial de l’Auto, qui se déroule actuellement à Paris, fait aussi la part belle à la moto et aux scooters qui occupent le Pavillon 3 de la Porte de...
PSA au Mondial 2018 : des voitures de légende et une avancée vers l’électrique
Pour attirer l’attention des visiteurs du Mondial de l’Auto de Paris qui se déroule jusqu’au 14 octobre, le Groupe PSA a misé tout particulièrement sur deux concept-cars...
Smart : une nouvelle voiture pour célébrer les 20 ans de la marque
Pour célébrer ses 20 ans, Smart, qui avait étonné le monde de l’automobile de l’époque en présentant en 1998 au Salon de l’Auto la Smart Fortwo avec ses deux places dans...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact