Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 24/02/2017 à 13:49 par Philippe Schwoerer - Lu 5358 fois - 16 commentaires


Panorama 2016 de l’électricité renouvelable


Il y a une dizaine d’années, prétendre vouloir associer mobilité électrique et énergies renouvelables semblait être une hérésie que les détracteurs des 2 univers n’hésitaient pas à pointer. Les quelques électromobiliens pour lesquels le lien était évident avançaient le plus souvent avec discrétion dans cette voie. Aujourd’hui, les plus grands acteurs invités autour du développement des véhicules électriques confirment ce qu’ont pressentis très tôt certains, constructeurs automobiles et opérateurs de recharge, gouvernement et énergéticiens, automobilistes comme visionnaires écologistes. Dans un article publié le 19 février dernier dans l’édition du dimanche de Ouest-France, on peut lire : « Une France qui tourne à 100% aux énergies renouvelables : l’idée n’a rien de farfelu. Même la très officielle Ademe l’a validée, publiant son propre scénario en 2013 ». Pour accompagner le déploiement des EnR, avec, en filigrane l’élan pour la transition énergétique, RTE, le SER, Enedis et l’ADEeF diffusent un état des lieux détaillé des principales filières de production d’électricité de sources vertes. La 9e édition de ce « Panorama de l’électricité renouvelable » est disponible, dressant la situation à fin décembre 2016. En voici quelques éléments à retenir, avant de vous plonger dans le document proposé au téléchargement en fin d’article.

Quelques chiffres jetés rapidement

Le document renouvelé régulièrement par les 4 organismes commence par rappeler que « 40% des capacités de production d’énergies renouvelables sont d’origine solaire ou éolienne » et que les filières les concernant « contribuent à hauteur de 88% à la croissance » des EnR électriques en 2016. A la fin du quatrième trimestre, elles constituaient « 96% des nouvelles capacités EnR installées ». Une dynamique qui devrait se poursuivre, selon les rédacteurs du Panorama de l’électricité renouvelable, « portée par les objectifs nationaux entérinés en avril 2016 ». Quelque 18,4 GW, c’est la puissance atteinte par les parcs éolien et solaire au 31 décembre dernier. « Avec près de 25,5 GW installés en France, la filière hydraulique, la première des énergies électriques de source renouvelable, demeure stable », confirme le document. « Le parc de production d’électricité à partir des bioénergies s’élève pour sa part à 1,9 GW », complète-t-il. Au final, toutes filières confondues, « la croissance du parc de production d’énergies renouvelables atteint près de 2,2 GW sur un an, ce qui porte sa puissance à plus de 45,8 GW » en toute fin d’année. L’électricité de sources vertes a couvert 19,6% des besoins 2016 chez nous. A comparer aux 33,8% d’EnR dans la consommation électrique allemande en 2016, ou 38,7% en Espagne et 33,4% en Italie. « En Norvège et en Islande, l’électricité produite par les EnR, en particulier par l’hydraulique, couvre la totalité de la consommation », souligne le document.

40% d’EnR en 2030

Dans le préambule au texte qui s’étale sur plus de 50 pages illustrées de nombreuses figures, est rappelé l’objectif à atteindre pour 2030 : 40% en production d’électricité de sources renouvelables. Le document restitue la ligne de conduite adoptée pour respecter l’engagement français : « les réseaux de transport et de distribution continuent d’évoluer ; l’objectif est d’accueillir les nouvelles installations de production d’électricité, qui se caractérisent par leur nombre, leur disparité de taille et de répartition, et une production variable pour ce qui concerne l’éolien et le solaire, tout en garantissant la sécurité et la sûreté du système électrique ». Lorsqu’on s’intéresse au déploiement des maillages en bornes de recharge portés par les collectivités, on toucherait presque du doigt la solidarité qui existe véritablement entre les syndicats de l’énergie. Cette forme de solidarité, on la retrouve avec les EnR, entre les régions, par la mutualisation des ressources à l’échelle nationale qui permettent l’optimisation de l’exploitation des réseaux. « Afin d’augmenter encore la capacité d’accueil pour les énergies renouvelables, les gestionnaires de réseau et les producteurs travaillent ensemble sur de nouvelles solutions innovantes », révèle l’étude.

Régions vertes

La répartition des moyens de production en énergies renouvelables n’est pas homogène dans l’Hexagone. « La région Auvergne-Rhône-Alpes accueille le parc renouvelable le plus important (avec 28% du parc installé en France métropolitaine), essentiellement constitué par la filière hydroélectrique. Suivent les régions Occitanie et Grand-Est, dans lesquelles le parc hydraulique historique est renforcé par les filières éolienne et solaire. Les régions Grand-Est, Hauts-de-France et Occitanie sont celles dont le parc installé a marqué la plus forte progression trimestrielle », met au jour le Panorama de l’électricité renouvelable. En France métropolitaine, à la fin de l’année dernière, le volume des projets EnR en développement était estimé à 14.520 MW, dont : 8.201 MW d’installations éoliennes terrestres et 3.196 MW offshore, 2.279 MW en solaire, 353 MW pour les bioénergies, et 490 MW sur sites hydrauliques. Toutes les possibilités n’ont pas encore été exploitées, loin, très loin de là ! Ainsi avec l’éolien flottant et l’hydrolien pour lesquels des appels d’offres commerciaux sont en préparation. Il reste encore à identifier les zones propices sur les différentes façades maritimes.

Objectifs 2018

« Le cumul de la puissance installée se situe à 89 % de l’objectif de 51,7 GW fixé à l’horizon 2018 dans le décret PPE », compare le document. En détail, le rythme de raccordement a atteint un record pour l’éolien terrestre avec 1.345 MW nouvellement installés. La filière voit ainsi son objectif 2018 rempli à seulement 78%. C’est mieux pour le solaire et l’hydraulique qui ont respectivement atteint 89 et 101% des valeurs cibles. Le cumul de la puissance installée et des projets photovoltaïques en développement s’élève à 9.051 MW. « La production d’électricité renouvelable atteint 94,7 TWh sur l’année 2016, en hausse de 6,5% par rapport à 2015 », rapporte les rédacteurs, précisant que « ce sont principalement les filières hydraulique et solaire qui portent cette augmentation ». Ils expliquent ainsi en grande partie cette évolution : « Des conditions météorologiques particulières (fortes pluies au printemps, été ensoleillé et sec, voire caniculaire) ainsi que l’augmentation des capacités de production ».

Autoconsommation

Le rapport effectue un focus sur le développement de l’autoconsommation à partir d’énergies renouvelables, chère à nombre d’électromobiliens et désormais encouragée par les pouvoirs publics avec une volonté forte d’encadrement. Les rédacteurs ont tenu à distinguer deux typologies. L’autoconsommation totale avec laquelle toute l’électricité est consommée par le site producteur (ou associé), stockée localement ou perdue à hauteur du surplus. « A fin 2016, environ 2.200 sites de ce type sont déclarés sur le réseau d’Enedis », précise le document. Second type : l’autoconsommation avec injection du surplus. Ici, l’excédent d’électricité produite n’est pas perdu : quand il n’est pas stocké sur place, il est injecté sur le réseau. « Cette énergie en excédent est affectée au périmètre d’un responsable d’équilibre et peut être valorisée sur le marché de l’électricité ou au travers de l’obligation d’achat », souligne le texte.


Lien

Panorama 2016 de l’électricité renouvelable





Pour plus d'information

Enedis
Mme Esther VOLOZAN
125 avenue De Brancolar
06173 NICE CEDEX 2

Tel : 04 93 81 83 15
Site : http://www.enedis.fr/

Enedis est adhérent de l'AVEM et soutient nos actions.
Accéder à la fiche adhérent de Enedis


Mots clés : EnR | énergie renouvelable | Panorama | électricité renouvelable | RTE | Enedis | énergie solaire | énergie éolienne | énergie photovoltaïque | électricité | autoconsommation | hydraulique
Catégories : Etudes, rapports & analyses |

Commentaires

Posté le 24-02-2017 à 14:40:59 par Fabrice

Bonjour,

Je reprend votre terme "visionnaire écologiste" pour illustrer mon propos au sujet de l’usage du VE et des énergies renouvelables.
J’ai réalisé 60 000 km en Peugeot Ion dont 3/4 de charge au fil du soleil! Il reste donc 15000 km en charge sur réseau (nuit ou autres) soit un coût global énergétique de 300€ pour rouler pendant 4 ans... soit le prix d’un plein d’essence d’une grosse berline par année d’utilisation!
Je ne compte pas bien sûr mon investissement PV qui sert à tout usage en autoconsommation domestique et fait intégralement partie de mon investissement global sur ma construction par ailleurs écologique et à faible impact carbone (construction ossature bois remplissage botte de paille).
Au bilan ça fait 2550 kwh "empruntés" au réseau sur 4 ans! Et dire que certains se demandent encore si ça vaut le coup de rouler tout VE de nos jours!!!
Par contre je peux vous affirmer qu’Enedis a été mon principal frein tant leur culture maison est loin de cette préoccupation d’autonomie énergétique... Ça doit être mortifère pour eux d’être obligés de gérer ces changements si loin de leur credo uni-nucléaire hyper centralisé!!!

Posté le 24-02-2017 à 15:49:41 par Arnaud L

Vous pourriez avoir la décence d’indiquer combien la revente du surplus vous a rapporté, cela permettrait aux lecteurs de comprendre dans les poches de qui part l’augmentation constante de la TCSPE, surtout ceux incapables de se faire construire une maison neuve et acheter un véhicule.

Posté le 24-02-2017 à 19:02:04 par Trololo

@Arnaud L: commentaire très constructif et très agressif.
D’un point de vue économique, il n’est pas surprenant qu’EDF s’oppose à l’autoconsommation: de nos jours, le nucléaire est l’énergie la plus chère, et il faut bien que quelqu’un paie l’addition.
Fabrice n’est pas responsable des choix politiques de la France.
Rejoindre le groupe des nations qui possèdent l’arme nucléaire ne s’est pas fait sans coût environnemental et humain. Et nous allons payé encore quelque temps le manque de vision de nos politiques.

Posté le 24-02-2017 à 19:14:26 par Christophe

@Trololo
Pour ma part je trouve le commentaire de Arnaud très constructif.
Du coup je viens d’aller vérifier cette fameux taxe sur mes factures, les valeurs sont les suivantes :
- janvier 2011 : 0,0075 € HT/kWh,
- janvier 2017 : 0,0225 € HT/kWh.
× 3 en 6 ans.
Mes revenus n’ont pas été multipliés par 3 en 6 ans.
La part du photovoltaïque dans la CSPE était de 26% en 2011 et 41% en 2013.
Et cette taxe sert bien à rémunérer les investisseurs dans les PV.
Vous oubliez aussi de dire que l’Etat doit quelques milliards à EdF au titre de cette CSPE. Comme vous oubliez que tout le monde ne peut pas installer des panneaux du fait d’interdictions (ZPPAUP / AVAP par exemple).

Pour ma part j’ai des panneaux solaires en autoconsommation complète et Enedis n’a fait aucun problème pour me retourner signé la Convention d’AutoConsommation. Pour le coup, vous n’allez pas pouvoir m’accuser d’être contre les EnR.

Je pense comme Arnaud L que les lecteurs doivent être informés.

Posté le 24-02-2017 à 19:54:11 par Christophe

https://investir.lesechos.fr/actions/actualites/edf-cede-une-partie-de-sa-creance-cspe-reduit-sa-dette-de-645-millions-d-euros-1620254.php
"Le producteur d’électricité nuclaire EDF a annoncé vendredi une cession partielle "sans recours" de la créance des Charges de service public de l’énergie (CSPE) qu’il détient sur l’Etat, pour un montant de 1,54 milliard d’euros."

http://www.leparisien.fr/economie/edf-plombe-par-les-dettes-que-lui-doit-l-etat-15-12-2016-6461028.php
"Une ardoise de six milliards d’euros s’est ainsi accumulée en l’espace de sept ans."

Posté le 25-02-2017 à 06:21:55 par Arnaud L

Ce n’est quand même pas compliqué à comprendre.
EdF a l’obligation d’acheter plus cher un produit qu’il ne peut le revendre. Quelle entreprise fait cela ?
La compensation est calculée l’année suivante et lui est versée .....
Bonjour la trésorerie.
Nombre d’entreprises ont été liquidées parce que la trésorerie ne suivait pas bien que le chiffre d’affaires et la rentabilité soient bons.

Posté le 25-02-2017 à 11:45:38 par Fabrice

A tous...

Pour info le contrat n’est en route que depuis août dernier vu les retards à l’allumage d’ENEDIS pour une maison finie en mi-2014... et alimentée donc depuis! Donc j’ai dû laisser quelques kwh à la communauté.Du coup,pour l’instant vous ne m’avez rien payé si ça peut vous rassurer!
Et pour EDF c’est un dispositif de soutien à la filière bien peu important par rapport au coût du nucléaire et même du soutien toujours actif aux énergies fossiles! Si c’est état de fait n’est pas plaisant faudrait voir à s’en prendre au-dits messieurs qui ont décidé un jour de nous empêtrer dans cette filière de mort qui finira par se retourner contre nous les citoyens-payeurs bien sûr!
Et pour moi pas de souci je met toutes mes forces et mon savoir à diffuser des techniques constructives simple, accessible et qui vont dans le sens de l’Humain et la Nature, je vais quand même pas rougir du fait d’être un éco-citoyen averti, non?

Posté le 25-02-2017 à 14:21:51 par Fred_o

Bonjour a tous,
Je propose un peu de hauteur, il faut tout prendre en compte dans la «balence écologique». En effet, les véhicules électriques et les panneaux photovoltaïques génèrent a l’exploitation de mines et au retraitement du déchet (silicium pour pv et lithium pour ve).
Et c’est là que les choses se compliquent, il faudrait comparer le coût écologique des centrales nucléaires et leur mines d’uranium (y compris leur démantèlement) et celui de la filière pétrolière) ajouté pour obtenir une équivalence.
Il n’y a pas de solution miracle a mon sens, mais les initiatives d’autoproduction rompent avec le modèle classique de production centralisée et donc source de pollution concentrée.
Je pense donc que c’est «moins pire» niveau pollution» et rentable financièrement.
On ne peut ignorer le nombre croissant de jours de dépassement du seuils de particules fines, y compris en province et on ne mesure pas l’impact sanitaire et donc le coût global.
Il faut agir, les énergies renouvelables sont un des outils, le développement de l’hydroélectricité et de l’éolien est pour moins impactant que le photovoltaïque.

Posté le 25-02-2017 à 17:01:55 par REAGIR

Pourquoi toujours parler de puissance installée?... Ce qui est intéressant c’est la production réelle. Chiffres RTE 2016 concernant l’éolien: 13% de puissance installée en plus et une production en retrait de _1,8%. Quelle entreprise accepterait d’investir pour augmenter sa production de 13% pour un résultat aussi minable?... Ce n’est pas grave, le consommateur paie et paiera_ comme les allemands_ sur sa facture d’électricité. Investir dans l’isolation des bâtiments est la première mesure à prendre: réduire la précarité énergétique, créer des emplois non délocalisables, arrêter de piller les réserves minières pour des engins de plus en plus monstrueux et de moins en moins recyclable avec les matériaux composites, et très peu productifs qui plus est. Ils sont destructeurs de la ruralité: paysage, tourisme, patrimoine,valeur immobilière... et de nombreuses études scientifiques au niveau mondial démontrent les risques sanitaires (infrasons) des éoliennes.Le développement de la recherche est le 2ème axe, et l’autoconsommation.

Posté le 27-02-2017 à 14:29:33 par Seb

Sur la CSPE :
La CSPE a augmenté de façon importante pour financer le lancement des filières solaire et éolienne. Actuellement les tarif d’achat du photovoltaïque ont été divisés par 5, et le surcoût financé par cette taxe sur les nouvelles installations est beaucoup moins important.
Je tiens à rappeler qu’aujourd’hui un kWh solaire neuf est vendu autour de 13 cts le kWh en toiture (> à 9 kW) et moins de 8 cts le kWh au sol, sur 20 ans, indexé à 20 % de l’inflation. Le nucléaire neuf, type EPR vaut 11cts le kWh (Inkley Point C), sur 35 ans, indexé à 100% sur l’inflation.
Attention à ne pas comparer les coût marginaux d’installations vieillissantes déjà amorties avec le cout du kWh produit par de nouvelles capacités.
Par ailleurs, en ce qui concerne la dette de CSPE, il faut savoir que celle ci se réduit, et qu’elle est aujourd’hui comptabilisée dans les provisions sur le démantèlement du parc nucléaire.

Pour REAGIR :
Oui, la production des éoliennes varie d’une année sur l’autre... De là à dire qu’en augmentant de 13% la puissance installée, on réduit la production... Je trouve qu’on passe pas loin du sophisme !
Par ailleurs, je suis toujours émerveillé par la forte sensibilité des anti-éoliens en ce qui concerne les risques sanitaires de ces moulins modernes (avez vous des statistiques concernant la morbidité liée aux éoliennes et leur comparaison avec le gaz, le charbon ou le nucléaire ?). De même je ne vois pas bien en quoi l’isolation des bâtiments s’oppose à la production d’énergies renouvelables..!

Posté le 27-02-2017 à 15:06:42 par Christophe

http://www.photovoltaique.info/Aujourd-hui-arrete-du-4-mars-2011.html
IAB de 0 à 9 kWc : 23,54 ct€/kWh

Posté le 28-02-2017 à 09:19:10 par Seb

Pourquoi s’arrêter au tarif 0-9 kW représentant une part marginale de la puissance installée ces dernières années..?
Donc pour rappel, et pour être exhaustif :
0-9 IAB : 23,54 cts €/kWh (12.6% du volume installé en 2016)
0-36 kW ISB : 12,39
36-100 kW : 11,77

Résultats appels d’offres :
100-250 : tarif moyen 13.125 (avec critère hors prix bilan carbone, et 73€/MW d’IFER, soit ~0.6cts/kWh)
http://www.lechodusolaire.fr/appel-doffres-pv-100-250-kwc-353-projets-laureats-3e-periode/

Au sol : 8,2 cts /kWh, sur un appel d’offres datant de mi 2015 (avec critère hors prix bilan carbone, utilisation de sites dégradés, et 73€/MW d’IFER, soit ~0.6cts/kWh)
http://www.lemoniteur.fr/article/212-projets-laureats-de-l-appel-d-offres-centrales-solaires-de-grande-puissance-30618758

Posté le 28-02-2017 à 10:49:35 par Christophe

@Seb
C’est vous qui aviez oublié ce cas.
Sachant que c’est la solution adoptée dans la majorité des BEPOS.
Je trouve cette réflexion beaucoup plus intéressante : https://www.cahiers-techniques-batiment.fr/article/la-maison-a-energie-positive-selon-comepos.32247
"Côté production d’énergie, l’accent est mis sur l’autoconsommation plutôt que l’autoproduction. « On privilégie une régulation plus fine entre les besoins et la production au jour le jour, plutôt qu’un bilan global où toute l’ électricité est produite en été pour surcharger le réseau »"
"Adapté aux faibles besoins de chauffage, le vecteur air se révèle en effet réactif et garant d’une bonne qualité d’air intérieur. Autre constante : l’usage de petites batteries électriques (2,5 kW). En complément du chauffe-eau, celles-ci suffisent à stocker les pics de production photovoltaïque pour une régulation fine en hiver."

Nota : ici batteries électriques, il faut le comprendre comme une résistance électrique dans la veine d’air. Ex: http://www.atlantic-ventilation.fr/traitement-de-l-air/batteries-terminales/batteries-electriques-circulaires
Mais dans ce cas le calcul en énergie primaire peut poser problème pour être conforme aux objectifs fixés. Pour information, pour différents projets, je me suis heurté à cette problématique et j’ai du installé des moyens thermiques à combustion générateur de pollution.

Heureusement que tout le monde n’est pas dans les idéologies de base véhiculées par certains.

Posté le 28-02-2017 à 11:22:46 par Seb

@ Christophe
Rassurez-vous, le tarif 0-9 kW en vente intégrale ne devrait plus durer longtemps. Le modèle qui se dessine sur le PV résidentiel pour les années à venir, c’est une aide à l’investissement eu une incitation à l’autoconsommation selon des modalités proches de celles que vous proposez.
http://www.lechodusolaire.fr/autoconsommation-pv-prime-a-linvestissement-de-800-euroskw-installe-projet/

Posté le 01-03-2017 à 12:57:58 par soub56

@ fabrice
Pouvez vous préciser comment vous faites pour recharger votre ion en autoconsommation?
Personnellement, je n’y parviens pas : le câble de mon chargeur est trop court dans la journée quand mes panneaux produisent, il faudrait qu’il mesure une vingtaine de km...Je devrais utiliser mon VE la nuit, pour qu’il recharge le jour, manque de pot, c’est le jour que je l’utilise. Avec deux VE, cela serait possible, un jour l’un charge et l’autre roule, le lendemain on fait l’inverse. Pour mes 40 km quotidiens, soit environ un besoin de recharge de 6 kWh, il me faudrait un traqueur de 12 panneaux en hiver, 4 en été : ça tombe bien, mon traqueur a 4 panneaux, mais ni mon VE, ni moi sommes présents quand il produit!
Combien avez-vous installé de panneaux pour votre autoconsommation?

Posté le 10-03-2017 à 09:29:49 par Seb

Le vrai cout du solaire : deux fois moins cher que l’EPR

C’est pas moi qui le dit, c’est le Figaro :
http://www.lefigaro.fr/societes/2017/03/10/20005-20170310ARTFIG00010-le-nouveau-solaire-deux-fois-moins-cher-que-l-epr.php

Bon en même temps ça sort d’un journal noyauté par les écolos...



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Enquête comportementale des électromobiliens par BVA pour Enedis
Dans un contexte où l’essor de la mobilité branchée (électrique et hybride rechargeable) se confirme (investissement en masse des constructeurs, rythme d’apparition de...
Voiture électrique : ekWateur et ChargeGuru s’associent
ekWateur, premier fournisseur alternatif et collaboratif d’énergies vertes en France, et ChargeGuru, leader de l’installation de bornes de recharge pour véhicules...
40% de moins sur les coûts énergétiques des flottes de bus électriques
Développeur de solutions pour accélérer l’intégration des véhicules électriques dans les flottes publiques et privées de poids lourds (transport de passagers et de fret)...
Les avancées de Nissan dans le V2G
Depuis plusieurs années, Nissan travaille sur le V2G et mène des expérimentations dans différents pays, et en particulier en Allemagne en partenariat avec l’entreprise...
Enedis offre un Kangoo électrique à la mission locale Béarn Adour
Ce serait une première pour l’entreprise qui a décidé d’aider l’organisme basé à Morlaas (64) et qui « a pour objectif prioritaire de permettre l’accès des jeunes de son...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact