Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 20/06/2019 à 12:00 par Philippe Schwoerer - Lu 1718 fois - 2 commentaires


Pas si écolos les trottinettes électriques en libre-service ?


Une étude intitulée « La promesse et les pièges du partage de trottinettes électriques » et publiée par Boston Consulting Group, en mai dernier, pointe les difficultés et points noirs qui s’accumulent autour de ces engins branchés proposés en location free-floating dans les grandes villes. Avec une durée de vie qui ne dépasserait pas 3 mois, le modèle économique est remis en question, mais aussi sa présence comme solution de déplacement vertueuse pour la planète du fait des batteries lithium mises à mal et trop peu recyclées. Sur ce dernier point, les cartes sont dans les mains des opérateurs, des fabricants, mais aussi des pouvoirs publics.

12 opérateurs mondiaux

Selon Boston Consulting Group, ce sont 12 opérateurs principaux qui se partagent le gâteau mondial des services de trottinettes électriques partagées. Le biscuit pèse 1,5 milliard de dollars (1,33 milliard d’euros). Le cabinet d’études estime que son poids pourrait se situer entre 40 et 50 milliards de dollars (35 à 55 milliards d’euros) à échéance 2025, dont 12-15 (10,6-13,3) pour l’Europe. Sauf que divers obstacles apparaissent avec le temps. A celui de la difficulté à trouver la rentabilité face à une concurrence agressive, s’ajoutent « les problèmes de circulation, de sécurité publique, de stationnement, d’autorisations et de responsabilité ». Si en plus l’apport pour l’environnement est minime, voire négatif… D’où cette question autour de la pertinence des trottinettes électriques dans la micromobilité urbaine.

Les raisons d’un engouement majeur

Si les ces engins branchés en location free-floating se développent autant et si rapidement, c’est parce qu’ils répondent aussi bien à des besoins pratiques qu’à l’idée de se déplacer facilement et de façon peu onéreuse, avec une résonnance qui remonte jusqu’à l’insouciance de l’enfance. Une nouvelle bulle d’isolement, de plaisir, et de transition entre le travail et la vie personnelle, comme l’a été et l’est encore souvent la voiture particulière. Les plus de ces engins légers, ce sont la facilité de les abandonner un peu partout dans la rue sans avoir à chercher une place de stationnement, la quasi absence de transpiration en les utilisant, et la possibilité de les coupler facilement avec d’autres modes de déplacements, dont les transports en commun, par exemple.

0,5 à 4 km

Dans son étude, Boston Consulting Group estime que les trottinettes électriques « sont généralement utilisées pour des trajets de 0,5 à 4 km, soit l’équivalent de 5 à 45 minutes de marche ». Cette dernière pratique ne semble généralement privilégiée que pour des déplacements inférieurs au kilomètre. Revers de la médaille, ces engins sont moins facilement exploitables dans les rues fortement inclinées, sur les pavés, et lors de fortes intempéries. Sauf à avoir prévu la situation à l’avance par soi-même ou à être capable de rebondir facilement en cas de besoin, elles ne permettent pas d’effectuer les courses de la semaine ou d’embarquer d’encombrantes charges avec soi.



Pas rentables…

Boston Consulting Group affirme que la génération actuelle des trottinettes électriques utilisée dans les services partagés ne permet pas d’atteindre la rentabilité. Pourquoi ? Tout simplement parce que le matériel exploité par les opérateurs, conçu au départ pour un usage privé, ne tient en moyenne pas plus de 3 mois, alors qu’il en faudrait 4 au minimum pour couvrir le prix d’achat, sans compter les frais de fonctionnement inhérents au service (récupération des engins, recharge des batteries, entretien général, répartition de la flotte ensuite sur le territoire, communication et marketing, etc.). Selon les calculs du cabinet d’études, un opérateur reçoit 0,65 dollar (0,58 euro) par trajet et une trottinette électrique est utilisée en moyenne 5 fois par jour, soit un total de 3,25 dollars (2,88 euros). Pour amortir un prix d’achat de l’ordre de 375 dollars (332 euros), il faut 115 jours, soit 3,8 mois. Usage intensif, manipulation brutale, vandalisme, etc. nuisent à la durée de vie de ces engins.

…et pas écolos

Dans l’état actuel du fonctionnement des opérateurs, adopter la pratique de la trottinette électrique en free-floating ne serait donc pas vertueux pour l’environnement, en raison d’un véritable gaspillage de matériel et de batteries lithium-ion qui s’accumuleraient et se transformeraient encore trop souvent en déchets au bout d’une durée de vie qui correspond à un très faible pourcentage de ce qu’elle devrait être. Et pas encore de filière bien assise pour leur recyclage. Pire qu’avec les appareils nomades de communication, et pire aussi que dans l’écosystème des voitures et utilitaires électriques pour lesquels des accords ont souvent déjà été signés pour le réemploi des matériaux contenus dans les packs. Après une seconde vie comme unités de stockage, ce que ne permettent pas les batteries des trottinettes électriques.

Démentis

Dans un article consacré au sujet par le quotidien 20 Minutes, quelques opérateurs assurent ne pas se reconnaître dans le tableau brossé par Boston Consulting Group. Lime, par exemple, indique qu’une trottinette électrique « qui semble en fin de vie, on peut la réparer en moins de 30 minutes ». Dott confirme en expliquant ne rien jeter et tout réparer dans un atelier à Rungis, pour du matériel capable de durer entre 9 et 12 mois. Concernant les batteries Lithium, Lime travaillerait « avec une société qui recycle les batteries au lithium à hauteur de 77 %, soit 27 points au-dessus des normes européennes ». Le reste de l’engin bénéficierait d’un taux de récupération des éléments à 96,2%, via une société installée en Belgique.

Des solutions ?

Selon Boston Consulting Group, les opérateurs principaux de service free-floating cherchent à obtenir des fabricants de trottinettes électriques des modèles plus robustes et plus adaptés à leur activité. Ainsi, par exemple, avec des moteurs plus puissants et des solutions pour transporter quelques objets. Mais au final, ne peut-on pas donner raison à ceux qui choisissent d’acquérir leurs propres engins de micromobilité, motivés par un coût d’achat qui reste accessible, l’assurance d’utiliser un engin dont ils connaissent la vie, souvent de qualité supérieure, et un scénario qui rend plus durable sa pratique ?


Mots clés : trottinette | électrique | libre-service | Boston Consulting Group | free-floating | partagé | location
Catégories : Scooter électrique |

Commentaires

Posté le 20-06-2019 à 22:56:34 par Manuko

En effet, il y’a certainement un souci de rentabilité.
Quand on voit comment travail les "juicers" et surtout la chute des tarifs… le business model n’y est pas.
https://youtu.be/LkkH9x7h7us?t=128

Posté le 21-06-2019 à 16:06:13 par Christophe

"adopter la pratique de la trottinette électrique en free-floating ne serait donc pas vertueux pour l’environnement"
Je pense que pour pouvoir le dire il manque un élément essentiel.
L’usage d’une trottinette en free-floating a-t-il remplacé un autre moyen bien plus polluant ?
Prenons un exemple : un habitant de Paris doit aller à une réunion en province, il décide d’y aller en train et de faire le parcours domicile - gare en trottinette électrique en free-floating.
Même si le trajet effectué en trottinette est très court, cela peut représenter une valeur conséquente de non émission de CO2 et de polluants par rapport à un trajet en voiture.
Un seul exemple : lieu de réunion Chartres - par la route 90 km.
En voiture il aurait émis 30 kg de CO2 pour le seul carburant (base essence 6 l / 100 km).
J’évalue à 100 kg les émissions de CO2 pour fabriquer une trottinette.
4 usages comme celui décrit de la trottinette et on a "annulé" la fabrication de la trottinette. Cela peut même être fait en 1 seul jour d’utilisation !



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 26/09/2019 au 27/09/2019 - Cagnes-sur-Mer

L’AVEM organise sa troisième édition des Journées AVEM de l’électro-mobilité, qui aura lieu à Cagnes-sur-Mer les 26 & 27 septembre 2019. Cet événement permettra aux...
A lire également / sur le même thème Les nouvelles Smart EQ seront exclusivement électriques
C’est une première pour un constructeur de voitures thermiques, - et Smart l’avait annoncé il y a déjà plusieurs mois -, la marque ne commercialisera plus que des...
EVBox va équiper en bornes de recharge 2 distributeurs en automobiles
L’accord signé par l’adhérent de l’Avem avec les 2 groupes (Bernard, Emil Frey Motors France) porte sur l’installation de matériel de recharge pour véhicules électriques...
Kia et Hyundai investissent dans le réseau de recharge Ionity
Kia est un de rares constructeurs à avoir abandonné sur ses voitures électriques le standard de recharge rapide CHAdeMO pour le Combo CCS, le seul à être disponible sur...
Eccity lease lève 1 million d’euros via la Banque des Territoires
Cette manne va permettre de consolider l’offre de location longue durée proposée par le constructeur de scooters électriques à deux et trois roues (catégories 50 et 125...
Mercedes baissera de 30% l’empreinte CO2 de ses véhicules électriques
Pour arriver à ce résultat, le constructeur va utiliser des cellules de batteries qui seront produites avec des énergies renouvelables de sources hydroélectriques,...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact