Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 20/06/2016 à 14:00 par Emmanuel MAUMON - Lu 5394 fois - Poster un commentaire


Pile à combustible : Nissan mise sur le bioéthanol


Pionnier de la mobilité électrique et aujourd’hui leader mondial des véhicules 100% électrique, Nissan a engagé une vaste réflexion sur la voiture du futur et son intégration dans l’environnement. Sa réflexion porte également sur les carburants de demain comme en témoigne son annonce de la semaine dernière portant sur le développement de la toute première pile à combustible fonctionnant au bioéthanol. Une démarche originale par rapport à celle d’autres constructeurs japonais qui ont fait le pari de l’hydrogène. La solution sur laquelle travaille Nissan aurait de nombreux avantages qui pourraient faciliter son adoption aussi bien par les clients particuliers que par les entreprises. Pour autant, Nissan part d’assez loin pour la mettre en œuvre, mais entend bien qu’elle soit opérationnelle en 2020, année où le Japon accueillera les Jeux Olympiques et aura à cœur de montrer de nombreuses innovations technologiques.


L’intérêt des constructeurs japonais pour l’hydrogène


Si les constructeurs japonais sont en pointe dans le véhicule 100% électrique avec Nissan ou dans les véhicules hybrides avec Toyota, ils s’intéressent également à l’hydrogène comme carburant. Toyota a ouvert la voie avec la commercialisation de la Mirai, une voiture qui ne stocke pas son énergie dans des batteries mais sous forme d’hydrogène, enfermée sous une pression de 700 bars à l’intérieur de deux réservoirs. Lors du dernier salon de Tokyo, Honda est également entré dans la danse en présentant sa Clarity Fuel Cell dont la commercialisation a débuté en décembre au Japon. Une voiture, capable de transporter 5 personnes et disposant d’une autonomie de près de 700 km, qui utilise également une pile à combustible fonctionnant avec de l’hydrogène comme carburant. Une option dont Nissan s’est démarquée.


La solution originale de Nissan


L’originalité de la solution Nissan e-Bio sur laquelle travaille Nissan, qui utilise la technologie SOFC (Solide-Oxyde Fuel Cell), consiste à utiliser le bioéthanol comme carburant stocké dans le réservoir de la voiture. Par réaction chimique, de l’hydrogène est généré à partir de ce bioéthanol. Ensuite, c’est l’électrolyse entre l’oxygène de l’air et cet hydrogène qui produit l’électricité qui propulse le véhicule. Selon Nissan, le CO2 émis à l’issue de la production d’énergie par la pile à combustible est compensé par le processus de croissance des plantes (canne à sucre, blé ou maïs) servant à produire le bioéthanol (E100), ce qui permet au constructeur d’annoncé un cycle carbone quasiment neutre à défaut d’être totalement « zéro émission ».





Les avantages du bioéthanol


Avec sa pile à combustible e-Bio, Nissan annonce une autonomie d’environ 600 km qui serait comparable à celle d’un moteur à essence, tout en bénéficiant du plaisir de la conduite d’un véhicule 100% électrique, en particulier en matière de silence, d’absence de vibration et d’accélérations. Ceci pour un coût de fonctionnement très bas, comparable à celui des voitures électriques actuelles car, contrairement à l’hydrogène, le bioéthanol n’est pas cher à produire. De plus, une infrastructure de distribution du bioéthanol existe déjà et est aujourd’hui largement développée sur plusieurs continents tandis que les stations de distribution d’hydrogène sont presque inexistantes et très onéreuses. De plus, comme le souligne Nissan, le bioéthanol est plus facile et plus sûr à manipuler que bon nombre d’autres carburants. Cette sécurité associée aux faibles coûts de fonctionnement explique le fort potentiel de cette technologie qui pourrait intéresser aussi bien la clientèle des particuliers que celle des entreprises.


Des solutions opérationnelles en 2020


Reste maintenant à concevoir et à produire les véhicules fonctionnant avec une pile à combustible e-Bio. Nissan n’en est pas encore là mais devrait présenter assez rapidement un premier prototype qui, si l’on se fie à la photo jointe à son communiqué, pourrait avoir les allures d’une Nissan Leaf. L’objectif affiché par le constructeur est celui d’une commercialisation en 2020. Une date importante pour les japonais qui accueilleront les Jeux Olympiques à Tokyo et qui souhaitent à cette occasion mettre en avant des technologies innovantes, en particulier ayant recours à l’hydrogène pour propulser les véhicules électriques. L’effort de recherche de Nissan ne sera pas concentré uniquement sur les moyens d’utiliser l’hydrogène, mais le développement de sa pile à combustible e-Bio contribue à sa stratégie dénommée Nissan Intelligent Power par laquelle il entend promouvoir les véhicules électriques et intelligents de manière à aller vers le zéro émission à l’échappement et le zéro accident mortel. Un double objectif qui passe par plus d’efficacité, de performances et de plaisir de conduite.








Pour plus d'information

Ce contact n'étant pas adhérent de l'AVEM,
ses coordonnées ne peuvent être visualisées que par nos membres



Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | Nissan | Hydrogène | Bioéthanol | Pile à combustible
Catégories : Voiture électrique |

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Ever Monaco
Ever Monaco
Du 28/05/2020 au 30/05/2020 - Grimaldi Forum, Monaco

EVER de Monaco est un événement organisé chaque année par l'association MC2D (Monaco Développement Durable). Le salon est entièrement dédié aux véhicules écologiques et...
A lire également / sur le même thème Renault lance le projet INCIT-EV pour développer des solutions de charge innovantes
Le Groupe Renault a annoncé hier le lancement officiel du projet INCIT-EV dont l’objectif est d’encourager le développement de la mobilité électrique en Europe via des...
L’explosion des tarifs de Ionity, une mauvaise affaire pour la mobilité électrique
Ionity, le réseau européen de charge rapide et ultra-rapide vient d’annoncer sa nouvelle stratégie tarifaire qui entrera en vigueur le 31 janvier. Une stratégie marquée...
Kia, une stratégie de plus en plus tournée vers l’électrique
Kia vient de présenter les détails de son « Plan S », sa stratégie à moyen et long termes visant à asseoir progressivement sa position de leadership sur le marché...
La Région Sud amplifie son soutien au développement de la mobilité électrique
Avec l’adoption en décembre 2017 de son Plan Climat « Une COP d’avance », la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur a clairement affirmé sa volonté d’être au rendez-vous...
Véhicules électriques : une forte progression en 2019, mais en deçà des attentes
L’AVERE vient de publier le baromètre des immatriculations des véhicules électriques en France pour le mois de décembre. Elle en a également profité pour dresser le...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact