Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 18/07/2017 à 06:00 par Philippe Schwoerer - Lu 2813 fois - 9 commentaires


Plan Climat : Nicolas Hulot précise son programme


Dans une interview accordée au quotidien Ouest-France et publiée dans l’édition de dimanche dernier, 16 juillet 2017, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, revient sur quelques points du programme qu’il a dévoilé le 6 juillet. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que sur certains points, ce n’était pas inutile, du fait de certains raccourcis établis un peu trop rapidement dans quelques médias. En revanche, on n’en saura pas davantage, pour l’instant, sur la prime qui devrait être proposée prochainement aux ménages les plus modestes pour abandonner leurs voitures particulières parmi les plus émissives.

Fin des voitures thermiques sur le marché en 2040

Pour illustrer la fin des ventes des voitures diesel et à essence d’ici 2040, et démontrer que le terme n’est pas particulièrement précipité, Nicolas Hulot liste : « L’Inde l’a prévu pour 2030 ; des pays comme la Corée du Sud ne vont pas attendre cette date ». Il justifie : « Je ne veux pas qu’on soit en retard ». Selon lui, les principaux concernés seraient prêts à relever le défi : « Les industriels automobile ont répondu chiche et Volvo annonce la fin de ce type de moteur pour 2019 ». A ce sujet, il est important de modérer quelque peu les propos du ministre de la Transition écologique. Si le constructeur suédois a effectivement produit un communiqué avec un titre laissant effectivement entendre qu’il passait au « tout électrique », dans la réalité, il convient de corriger en « tout électrifié ». Ces derniers termes ne signifient pas non plus que toutes les Volvo produites dans 2 ans pourront recharger leurs batteries sur une borne ou une prise domestique à la façon des hybrides rechargeables. A minima, les modèles les moins poussés au niveau de la chaîne de traction seront de technologie « mild hybrid », soit la fonction Stop&Start et un duo thermique/électrique pour les lancer sur la route et dans les rues. En bref, pas une révolution, juste une astuce de communication que n’a sans doute pas eu le temps de percevoir Nicolas Hulot.

Voiture électrique

Concernant la voiture électrique, le ministre de la Transition écologique prend en compte et anticipe avec raison les progrès régulièrement annoncés par les filières concernés. « Vous allez voir que la recherche va s’accélérer, que l’hydrogène peut faire des bonds technologiques, que l’on va trouver des nouveaux matériaux pour les batteries électriques… », assure-t-il aux lecteurs de Ouest-France. Et pour motiver aussi bien les citoyens que les industriels, il propose une formule : « On est plus facilement génial quand il y a de la prévisibilité et de l’irréversibilité ; on est stupide quand on n’a pas d’horizon ». Quoi qu’il en soit, au journaliste du quotidien du flanc Ouest de la France, il rappelle : « Il faut s’affranchir des énergies fossiles qui sont des plaies pour la santé et des sources de conflits internationaux ». Souhaitant emporter l’adhésion des citoyens, il prévient, concernant les mesures annoncées en faveur de l’avenir de la planète : « Ce sujet ne doit pas diviser mais au contraire rassembler. On a tout à y gagner. En termes de santé, de coût financier et de lutte contre le chômage ». Pour lui, c’est sûr, « Il y a un gisement d’emplois considérable dans toutes ces technologies vertes ».

Fermeture de 17 réacteurs ?

Nombre d’articles publiés dans la presse et sur le Web ont affirmé que Nicolas Hulot voulait fermer 17 réacteurs nucléaires, provoquant des réponses qui, souvent, mettaient en doute le sérieux d’une telle déclaration supposée. Pour Ouest-France, il précise : « Soyons clairs, je n’ai pas dit qu’il fallait fermer 17 réacteurs. J’ai juste rappelé que pour appliquer la loi, certains scénarios prévoient qu’on en ferme 17, voire plus ». Cette partition draconienne, le ministre de la Transition écologique n’en est pas l’auteur, et il entend bien le rappeler à travers les objectifs fixés par la loi de transition énergétique : « Jusque-là, tout le monde a fermé les yeux là-dessus. Je m’étonne que l’on semble découvrir aujourd’hui ce que cela implique vraiment ». Quoi qu’il en soit, il conserve la ligne de route de faire baisser la part du nucléaire à 50% de la production énergétique à horizon 2025. Au sujet de l’EPR de Flamanville, il ne cache pas une certaine nervosité : « On aurait écouté quelques lanceurs d’alertes il y a quelques années, on ne serait pas dans cette situation ». Il précise : « EDF est une grande entreprise, mais il faut absolument qu’elle accélère son évolution, et qu’elle prenne en compte le fait que le modèle énergétique de demain sera beaucoup plus diversifié ».

Le cas Trump

Emmanuel Macron a créé l’étonnement en invitant Donald Trump au défilé du 14 juillet. Le désaccord était pourtant profondément affiché entre les 2 hommes concernant la lutte contre le dérèglement climatique. Tout début juin dernier, l’Américain donnait un cruel coup de canif dans l’Accord de Paris sur le climat, déjà si difficile à appliquer. « J’ai un sentiment de colère froide vis-à-vis de cette décision. Je sais ce qu’elle implique pour ceux qui subissent les conséquences du changement climatique. Ce message qui leur est envoyé est un immense bras d’honneur », commente Nicolas Hulot. Toutefois, il convient, pragmatique : « Je partage avec Emmanuel Macron une réalité : si l’on ne discute qu’avec les gens avec lesquels on est d’accord, les choses n’avancent pas ». Il avoue avoir été un temps déconcerté par le décision du président : « De façon un peu primaire, j’avais plutôt envie de l’écarter [NDLR : Donald Trump], mais c’est beaucoup plus pertinent de le remettre dans le jeu ». Dimanche dernier, la presse relayait abondamment les espoirs d’Emmanuel Macron : « Climat : Macron pense pouvoir ramener Trump à la raison » (JDD), « Selon Macron, Trump pourrait réintégrer l’Accord de Paris » (Le Figaro), « Climat : Macron pense que Trump ‘va essayer de trouver une solution’ » (Le Parisien).

Confiance et soutien

Beaucoup se sont demandés de quelle autonomie Nicolas Hulot dispose à Matignon, le sachant peu enclin à effectuer des compromis sans bénéfices immédiats ou à terme pour l’environnement et la santé publique. Symbole de sa liberté de parole et de pensées, cette cravate qu’il est le seul ministre homme à n’avoir pas voulu enfiler sur la photo officielle, comme, d’ailleurs, pour les entretiens qu’il accorde ou provoque. « Je me sens soutenu, compris », affirme-t-il. Concernant Emmanuel Macron, il révèle : « Il a une capacité de travail qui en étonne plus d’un et parfois en épuise plus d’un ». Et pour le résultat concernant les mesures à mettre en application ou déjà à l’œuvre, il certifie : « Il faudra attendre plusieurs mois voire années avant de récolter les fruits. Mais ils seront bios ! ».


Mots clés : Nicolas Hulot | Transition écologique | Ouest-France | Macron | Trump | Emmanuel Macron | Donald Trump | Accord de Paris | voiture électrique
Catégories : Voiture électrique | Voiture hybride rechargeable | Batterie | Pollution & qualité de l'air |

Commentaires

Posté le 18-07-2017 à 07:36:35 par ZoeT

J’adhère au discours de Mr Hulot et à l’ouverture de Macron à Trump : belle leçon de main tendue et preuve d’une grande liberté et force intérieure. Comme tout le monde, j’attends la suite.

Posté le 18-07-2017 à 11:16:09 par Yves

16 juillet, vous voulez dire...

Posté le 18-07-2017 à 11:58:36 par Philippe Schwoerer

@Yves
Oui, merci, je viens de corriger dans l’introduction.

Posté le 18-07-2017 à 15:41:48 par PMC

A part quelques petites précisions, rien de bien nouveau !

Posté le 18-07-2017 à 16:29:39 par PBlanchet

Ce qui se passe à la tête de l’Etat est des plus inattendus. On a un président qui tient tête au président américain, qui dit quelques vérités au russe et sait communiquer avec science. L’image de la France à l’étranger est complètement révisée avec Macron. Rien qu’arriver à obtenir de Nicolas Hulot d’être ministre c’est un exploit !

Posté le 18-07-2017 à 18:32:38 par electronlibre

Rappelons que l’Accord de Paris n’est pas contraignant: on signe mais on n’est obligé à rien.
Si Trump s’en est retiré c’est à cause de la taxe carbone, ce "machin" qui permet aux multinationales de faire du pognon facile en "bidouillant".
Hulot à été, comme beaucoup, séduit par le beau parleur Macron, mais je suis sur qu’il sait déjà qu’il ne doit pas dépasser une certaine limite, limite imposée par les multinationales...

Posté le 20-07-2017 à 09:29:20 par JPSchlissing

Difficile d’échapper dans nos pays industrialisés à la pression des multinationales : a voir sur le terme ce que ça donne. Globalement, ça semble tout de même aller dans le bon sens. Macron tient tête à Trump sur le climat, puis essaye de le récupérer sur le sujet. A suivre...

Posté le 21-07-2017 à 12:10:31 par Nicolas

En matière de politique environnementale, pas facile de prévoir à très long terme ce qui sera possible de faire ou pas, ce qui sera payant ou pas, ce qui sera efficace ou pas. Le gouvernement et finalement tous ceux du monde entier ont du pain sur la planche… à condition qu’il n’y ait pas trop de Trump sur le chemin !

Posté le 21-07-2017 à 18:35:29 par MS Planchot

Il est trop tôt pour avoir un avis sur ce qui va être fait ou pas et des résultats réels en politique de l’environnement. Dans 1 ou 2 ans, d’accord, on pourra déjà en dégager le positif et le négatif.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 28/09/2017 au 29/09/2017 - Cagnes-sur-Mer

Les 28 et 29 septembre 2017 auront lieu les Journées AVEM de l'électro-mobilité. Ces journées se dérouleront en deux temps : 1ère demi-journée sous forme de workshops,...
A lire également / sur le même thème Immatriculations des voitures électriques : + 45% en juillet
Selon le principe de saisonnalité des ventes des voitures particulières, juillet apparaît souvent comme maussade, préparant un mois d’août encore moins bon. Si on reste...
Le Méhari-2CV Club Cassis a livré en Bretagne la première Eden
En juin dernier, Stéphane Wimez, à la tête de l’entreprise, se réjouissait dans un article publié sur notre site de livrer le premier exemplaire d’Eden dans le Morbihan,...
MXene et hydrogel dans des batteries pour voitures électriques ?
D’un côté, les supercondensateurs se régénèrent très rapidement mais n’emmagasinent pas autant d’énergie que les batteries. De l’autre, ces dernières sont parfaites pour...
L’Avem au premier Breizh electric Tour
Les 4 syndicats de l’énergie bretons ont confié à l’équipe Tour véhicules électriques de Jean-François Villeret l’organisation de leur premier Breizh electric Tour. Cet...
+ de bornes de recharge pour voitures électriques avec KiWhi Pass
Dans sa lettre d’informations estivale, Easytrip fait le point sur les nouvelles bornes de recharge pour véhicules électriques et hybrides rechargeables, accessibles...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact