Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 21/05/2018 à 14:34 par Philippe Schwoerer - Lu 2733 fois - 19 commentaires


Poids lourds. Des émissions d’oxydes d’azote étonnantes


Equilibre est un programme porté en particulier par 7 transporteurs pour évaluer les émissions réelles à l’échappement des poids lourds avant de faire le choix à grande échelle d’une technologie plus vertueuse pour l’environnement et la santé publique. Un rapport intermédiaire publié en avril 2018 fait état de dysfonctionnements récurrents concernant les dispositifs de dépollution et de relevés surprenants à l’usage normal de porteurs 19 tonnes et tracteurs 44 tonnes. Ainsi, quand la consommation augmente de 15% sur l’autoroute en raison de la présence de travaux et d’un péage, les émissions de NOx, elles, peuvent être plus que doublées. En revanche, lorsque le vent influence positivement ou négativement le nombre de litres de carburant englouties par le moteur, les dioxydes d’azote peuvent ne pas varier à l’échappement. Un travail minutieux et très intéressant révélé à peine un mois avant que la Commission européenne ne présente une proposition législative qui vise à réduire les émissions des poids lourds neufs commercialisés sur le territoire. Ces actions vont dans le sens d’une mobilité plus efficace des camions, à l’électricité comme au gaz. Le collectif s’intéresse cependant pour l’instant exclusivement aux solutions GNV. Mais leurs travaux servent tout autant, si ce n’est davantage, celles qui privilégient les chaînes de propulsion électriques.

1 million de kilomètres étudiés à la loupe

Depuis mars 2016, ce sont 15 camions (3 porteurs 19 tonnes Iveco, Renault et Scania + 9 tracteurs 44 tonnes Daf, Iveco, Scania et Volvo) dont les déplacements sont étudiés de près afin de « guider les transporteurs dans leurs choix énergétiques en fonction de leurs usages », expliquent les rédacteurs du rapport. Après 1 million de kilomètres audités, ce sont 250 gigaoctets d’informations qui peuvent être analysés, selon des paramètres précis, pour des interprétations fiables et d’une finesse peu courante dans le domaine. On peut saluer les 7 transporteurs qui poursuivent de façon rigoureuse une telle démarche. Il s’agit, par ordre alphabétique, des transports G7, Jacky Perrenot, Magnin, Megevand, Prabel, Sotradel, et Transalliance, soutenus, entre autres, par l’Ademe, Engie, GRDF, la préfecture de Haute-Savoie, la métropole de Lyon, le cluster européen Cara pour des solutions de mobilité, etc. En complément du rapport de mi-parcours distribué en mai de l’année dernière, le nouveau document s’intéresse plus particulièrement aux principaux facteurs qui jouent de façon importante sur l’impact environnemental des poids lourds lors de leur usage. Ils sont au nombre de 3 : variabilité de la vitesse ; cumul des dénivelés ; poids des charges transportées.

Des systèmes de dépollution peu fiables

Un des premiers enseignements à tirer des rapports intermédiaires, produits régulièrement au cours du déroulement du programme Equilibre, est que les systèmes de dépollution des poids lourds peuvent être défaillants sans que les conducteurs ni transporteurs, même les plus scrupuleux sur la question, ne s’en aperçoivent. Plusieurs des 15 camions suivis avaient des niveaux anormalement élevés de dioxyde d’azote à l’échappement, parfois dans des situations précises, d’autres, quasiment en permanence. Les transporteurs concernés ont alerté les constructeurs. Un nouveau volet à ajouter au dieselgate ? Ce n’est en tout cas pas ce que cherchent à mettre en évidence les acteurs du programme Equilibre, qui ne souhaitent pas citer les marques des poids lourds pris en défaut. Les constructeurs ont procédé à des remplacements de quelques-uns des dispositifs de dépollution pointés pour leurs dysfonctionnements, ou ont livré de nouvelles versions des softs qui les pilotent. Dans tous les cas les valeurs à l’échappement sont devenues plus conformes à celles observées pour les modèles concurrents ou de la même gamme. Les données recueillies lors des anomalies constatées sur les systèmes de dépollution ont été écartées avant de déduire les scénarios d’émissions à l’échappement des poids lourds.

Des résultats étonnants

Afin de mettre au jour l’impact des variations de vitesse pour un parcours, une trentaine de passages ont été étudiés sur un trajet autoroutier de 40 kilomètres selon 3 profils différents : pas d’obstacle ; une barrière de péage à franchir ; une zone de travaux imposant un changement de file en plus de la barrière de péage. Consommations respectives relevées : 27, 29 (+7%) et 31 litres (+15%) de carburant, ramenés aux 100 kilomètres. Emissions de NOx associées : 15, 18 (+20%), 38 grammes (+150%) pour 100 km. Interprétation des auteurs du rapport : « Ce sont donc dans les phases transitoires (accélérations rapides) que l’essentiel des NOx sont émis » ; « Dans ces phases, les moteurs émettent naturellement plus de NOx et les systèmes de dépollution se montrent moins efficaces qu’en régime stabilisé ». Avec une surconsommation de l’ordre de seulement 10% de carburant sur des parcours urbains, - entre une circulation fluide et un fort trafic -, les émissions d’oxydes d’azote sont cependant multipliées par 8 avec une motorisation au gazole. Cette seule observation justifie les politiques des collectivités pour restreindre la circulation des véhicules thermiques dans certaines conditions et sur certains sites. Pour rappel, les dispositifs de dépollution des poids lourds sont réputés plus efficaces que ceux des voitures particulières. Autre résultat étonnant : Aucune variation des émissions d’oxydes d’azote n’a été constaté quand la consommation de gazole augmente de 20% avec un vent de face, ou diminue de 12% avec des rafales qui poussent le camion. Ce constat est expliqué par les porteurs du projet Equilibre par « un fonctionnement optimal du système de post-traitement dans ces conditions de roulages à vitesse quasi stabilisée ».

-30% de CO2 pour 2030

La Commission européenne met l’accent sur la baisse de CO2, celle-ci entraînant par effet de bord, en théorie, une baisse proportionnelle des consommations, et, de façon moins systématique et plus complexe, une diminution des polluants chimiques et des particules. Après un palier posé pour 2025 avec une réduction de 15% des émissions moyennes de CO2 des poids lourds, l’objectif pour 2030 est de porter cette baisse à -30% par rapport aux chiffres 2019. Une telle prise de position contraignante était attendue, envisagée depuis quelques années déjà.


Lien

Rapport 2018 Equilibre





Pour plus d'information

ADEME

STM DVTD
500 route des Lucioles
06500 VALBONNE

Site : http://www.ademe.fr

ADEME est adhérent de l'AVEM et soutient nos actions.
Accéder à la fiche adhérent de ADEME


Mots clés : Poids lourds | camions | émission | oxyde | azote | Equilibre | NOx | consommation | rapport | Ademe
Catégories : Pollution & qualité de l'air | Etudes, rapports & analyses |

Commentaires

Posté le 21-05-2018 à 22:15:49 par ZoéT

Etonnants résultats sur les Nox. Je suis étonné de ne pas trouver d’infos sur les particules ? Mesures plus compliquées à prendre ?

Posté le 22-05-2018 à 06:52:17 par Brux

Emissions d’azote multipliées par 8 en ville pour 10% de consommation de diesel en plus. A quoi servent les systèmes de dépollution ?

Posté le 22-05-2018 à 09:42:57 par Christophe

@ZoéT
Il est maintenant admis que le FAP des diesel filtre bien les particules. Ce que l’on retrouve à l’échappement présente une masse plus importante mais un nombre moins important que sur un essence, ou assimilé, équivalent.

@Brux
Vous avez la réponse dans le texte : "« Ce sont donc dans les phases transitoires (accélérations rapides) que l’essentiel des NOx sont émis » ; « Dans ces phases, les moteurs émettent naturellement plus de NOx et les systèmes de dépollution se montrent moins efficaces qu’en régime stabilisé »"
Hormis pour les particules, les systèmes de dépollution sont dimensionnés pour un début maxi. dans certains cas le débit peut être dépassé et une partie des polluants non traités.
Il serait intéressant de faire les mêmes mesures à la sortie des pots de voitures (essence et diesel) et on remarquerait la même chose. Ce qui justifie une nouvelle fois que la voiture n’a pas sa place en ville où les phases transitoires sont légions notamment quand dans les encombrements.

Posté le 22-05-2018 à 13:19:50 par ZoéT

@Christophe
Si j’ai bien compris, les transporteurs d’Equilibre ont été surpris des certains résultats concernant les Nox. Ils pensaient donc que les systèmes de dépollution étaient performants. Pour les particules, il y a peut-être aussi des surprises. Et comme le but de leur projet est de comparer diesel et GNV, je trouve que ça a un sens de s’intéresser aux particules.

Posté le 22-05-2018 à 14:02:16 par Christophe

@ZoéT
Quand on sait comment fonctionne les systèmes on ne peut pas être surpris par les résultats (dimensionnement en fonction du débit).
D’ailleurs l’étude dit aussi "Si les émissions de NOx sont comparables en trafic fluide pour les 2 types de motorisations (GNV et Diesel), en situation de fort trafic, les véhicules GNV émettent 2 fois plus de NOx qu’en situation fluide, et les véhicules Diesel, 8 fois plus de NOx".
Penchez-vous sur le fonctionnement d’un FAP et vous comprendrez que la seule surprise peut venir du cas où sa régénération n’a pas lieu.

Cette phrase est intéressante : "Ainsi, favoriser l’exploitation des véhicules en période de trafic fluide permettrait de limiter
sensiblement les émissions de NOx." Ce qui confirme qu’il faut bien réduire le nombre de voitures en circulation pour réduire la pollution.

Posté le 24-05-2018 à 10:54:07 par HMDis

La raison des camions dans un trafic dense tient souvent à des impératifs : fraîcheur de certains produits, tournée à effectuer aux horaires d’ouverture, etc. Il est possible d’améliorer un peu les choses, mais pas complètement. Les livreurs en pharmacie, par exemple, privilégient les passages tôt le matin et sur l’heure du déjeuner.

Posté le 24-05-2018 à 20:36:12 par ZoéT

@Christophe
J’avoue ne pas connaître le fonctionnement exact d’un FAP. Merci du conseil.

Posté le 25-05-2018 à 07:49:28 par HMDis

Pourquoi les FAP seraient-ils exempts de dysfonctionnements ? Les valeurs sont-elles les mêmes pour tous les camions ? Les tester aurait été un plus.

Posté le 25-05-2018 à 08:28:20 par Christophe

@HMDis
Comment fonctionne le filtre de votre aspirateur ?
Comment fonctionne le filtre de votre VMC ?
Les miens ont un fonctionnement passif par une filtration mécanique.
Les seuls dysfonctionnements constatés sont quand ils sont "bouchés".
Par exemple mon aspirateur procède par filtration cyclonique et filtration par filtre mécanique et quand ils sont bouchés, il n’aspire plus. Il faut les nettoyer (les régénérer).
Évidemment ils ont une efficacité de filtration qui varie en fonction du filtre.

Comment fonctionnent les FAP sur les véhicules ?
Cela nécessite-t-il une gestion fine par exemple d’un catalyseur ?
Que se passe-t-il quand le FAP est bouché et que la régénération ne peut pas avoir lieu ?
Evidemment un autre dysfonctionnement est le défapage mais il y a intervention humaine délibérée.

Posté le 25-05-2018 à 11:44:12 par HMDis

J’ai vu cette vidéo https://www.youtube.com/watch?v=e_LbmhyJr9M. Qu’est ce qui garantit que l’élimination des particules se fait toujours correctement ? Est ce parce qu’un dysfonctionnement causera toujours le bouchage avec perte de puissance ? Donc pas de possibilité de laisser passer les particules ? C’est donc binaire : ou ça marche et c’est 99,9 % des particules supprimées, ou il y a bouchage et on ne peut plus se servir du véhicule, c’est ça ?

Posté le 25-05-2018 à 15:08:36 par lesly62

ca fonctionne vraiment comme ca ?

Posté le 25-05-2018 à 17:06:55 par VWAccro

une video plus clair ici

Posté le 25-05-2018 à 19:18:30 par ZoéT

Manque pas quelque chose ?

Posté le 26-05-2018 à 12:58:56 par VWAccro

https://www.youtube.com/watch?v=MSBh-sQ5DUM

Posté le 26-05-2018 à 14:24:47 par ZoéT

Vidéo Volkswagen, of course !

Posté le 26-05-2018 à 18:16:11 par MaglioZE

@ZoéT
Fallait répondre avec une vidéo Renault spécial camion : https://www.youtube.com/watch?v=BEBYgZaDdII

Posté le 26-05-2018 à 20:04:26 par ZoéT

hé hé oui. Mais ça manque d’explication dans cette vidéo.

Posté le 27-05-2018 à 17:46:16 par Manu77

Quelle proportion de transports partisans de l’électrique par rapport au GNV ?

Posté le 27-05-2018 à 20:29:47 par ZoéT

Ce serait étonnant que de tels infos existent. Voir la FNTR.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Un guide de l’Ademe pour réussir le passage à l’écomobilité
Réalisé par l’Ademe et France nature environnement, avec la collaboration de divers organismes, - dont la CCI, la Fédération des usagers de la bicyclette (Fub), le...
Une étude de l’ADEME sur l’électrification des véhicules
L’ADEME vient de rendre publique une étude, réalisée pour son compte par IFP Energies nouvelles, sur l’électrification des véhicules. Cette « Etude Economique,...
Politiques sur les véhicules à très faibles émissions : Imprécisions !
Produit par France Stratégie, le rapport sur les politiques publiques en faveur des véhicules à très faibles émissions apparaît très orienté en se concentrant sur les «...
L’Europe veut des véhicules électriques plus limités et vertueux
L’Europe enchaîne les rapports et les études sur l’impact des véhicules électriques tout au long de leur cycle de vie, plaidant le plus souvent pour une fabrication au...
La mobilité durable vue par l’Ademe Paca
La vision de la mobilité durable s’affine au fur et à mesure de l’avancement des projets dans les régions. Directrice régionale de l’Ademe en Provence-Alpes-Côte d’Azur,...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact