Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 15/12/2016 à 06:00 par Philippe Schwoerer - Lu 2276 fois - 17 commentaires


Pollution : 2 associations portent plainte contre les pouvoirs publics


Ecologie sans frontière et Respire ont dénoncé dans un communiqué de presse commun vouloir porter plainte en justice contre les pouvoirs publics « à la suite à l’épisode de pollution aux particules qui a noyé pendant 10 jours la moitié Nord-Est de la France, et qui se poursuit en région Rhône-Alpes ». Une action qui sera certainement classée sans suite, mais qui a le mérite de faire réfléchir davantage sur le sujet, et surtout de signifier que des personnes sont de plus en plus nombreuses à espérer le retour d’un air plus respirable et à ne plus supporter certains comportements.

Fréquentation en hausse de 30% dans les hôpitaux

Si les 2 associations reconnaissent que tous les hôpitaux situés dans les zones touchées par les récents épisodes de pollution n’ont pas forcément enregistré une augmentation de 30% dans les services concernés, elles rappellent que « de nombreuses études scientifiques établissent un lien direct entre augmentation de la concentration en particules fines et augmentation des diagnostics d’asthme et autres pathologies liées à la pollution de l’air ». En conséquence, éliminant un éventuel phénomène « d’importation de particules des centrales à charbon allemandes », elles affirment « que l’Etat n’a pas pris les mesures préventives et de crise nécessaires pour respecter sa propre réglementation et protéger la santé des Français, en particulier des plus fragiles (enfants et personnes âgées) ».

Plainte 2014 classée sans suite

En 2014 déjà, les 2 associations avaient déposé une plainte contre x « pour mise en danger de la vie d’autrui », déplorant : « La loi existe ; elle n’est pas respectée ». Par cette première action, Ecologie sans frontière, soutenue par Respire, cherchait à prévenir : « La société civile se rebiffe ! », pointant « une police de l’environnement en sous-effectif ». Cette première plainte a été classée sans suite. La nouvelle cible nommément les pouvoirs publics, comme l’indique le communiqué de presse : « Ecologie sans frontière et Respire agissent de nouveau en justice, malgré les obstructions, pour mettre en cause la responsabilité des pouvoirs publics, au niveau de l’Etat et de ses représentants ». La nouvelle démarche a-t-elle une chance d’aboutir ? Au présent stade d’un dossier qui va devenir très volumineux au sujet de la pollution atmosphérique, notamment causée par les transports : Non, très vraisemblablement ! Mais c’est un nouveau pavé dans la mare qui est jeté, de nature à faire boule de neige et à rebondir efficacement dans quelques années.

Diesel

Les méfaits de la technologie diesel sont très présents à l’esprit des 2 associations. En 2014, elles invoquaient des rapports économiques qui se sont succédés : « sur les coûts pour la société, sur la sécurité sociale, sur les subventions avantageuses à la pompe, les incitations pour l’achat de véhicule diesel ». Bien des propriétaires et utilisateurs d’engins alimentés au gazole vont ressentir planer au-dessus d’eux une certaine stigmatisation. Mais c’est avant tout et déjà les comportements excessifs, non pénalisés, qui doivent être en ligne de mire. Qu’une ancienne Volvo 240 diesel fume à l’accélération, c’est presque quasi inévitable, surtout avec un pied lourd, tellement ce moteur 6 cylindres d’origine Volkswagen, avec un compartiment de plus par rapport à la version montée à l’origine dans un utilitaire allemand dérivé du Combi des années 1980, est connu pour sa robustesse, ou plutôt pour le temps infini avec lequel il agonise, au moins en apparence, en rejetant d’abondantes suies ! Ce n’est qu’un exemple, parmi d’autres modèles qui connaissent plus ou moins les mêmes symptômes.

Des remèdes

Quasi inévitable… quand on s’obstine à ne pas vouloir les reconnaître : « Cachez ces suies que nous ne saurions voir ! ». Or, sur ces vieux modèles à éliminer désormais, il est souvent possible de jouer sur un simple réglage pour résoudre le problème, avec, en contrepartie, il est vrai, mais c’est le prix à payer, une voiture plus molle à l’accélération. Des additifs peuvent également se montrer efficaces contre les particules les plus grossières, en améliorant la combustion du gazole. Pour autant, on ne dispose pas toujours, et même très peu souvent, de données précises sur une accentuation de la pollution en les utilisant. Mais ce qui est sûr, c’est que modérer la pression sur l’accélérateur et vérifier dans les rétroviseurs ce qui se passe à l’échappement est un réflexe que tout utilisateur d’ancien diesel devrait avoir.

Intolérable

Ce qui, en revanche, est plus intolérable, c’est de constater que des voitures d’à peine 5 ou 7 ans, alimentées au gazole, lâchent parfois de la fumée noire de façon régulière. Et ce qui l’est davantage encore, c’est que ça se passe dans une quasi indifférence de la part des forces de l’ordre. Pourtant, à la moindre fumée suspecte sur une voiture moderne, il devrait y avoir une rapide enquête de réalisée après avoir arrêté le véhicule. Les systèmes de dépollution ont-ils été inhibés ou sont-ils rendus inefficaces par une mauvaise habitude, en particulier la répétition de trajets trop courts ? Le filtre à air est-il colmaté ? Les opérations impératives d’entretien ont-elles bien été effectuées ? Alors qu’il est d’usage de se montrer pointilleux sur quelques règles du code de la route, en particulier les dépassements de vitesse même pour une poignée de km/h de trop, rien n’est actuellement fait lorsque manifestement un véhicule pollue beaucoup plus qu’il ne devrait. Et pourtant, à la longue, par la répétition des faits, il y a mort d’hommes, de femmes, et d’enfants. Cela, les personnes qui sont sensibles des voies respiratoires ont de plus en plus de mal à le vivre et à l’accepter. D’où les plaintes, légitimes, des associations Ecologie sans frontière et Respire.

Et demain

Il faudra sans doute attendre encore un bon nombre d’années avant que les gendarmes et la police s’attaquent à cette forme de délinquance environnementale que ses auteurs minimisent toujours, jamais à bout d’arguments. Aux Etats-Unis, la pratique du « rolling coal » (charbon roulant) consiste à modifier un gros véhicule diesel, contre parfois l’équivalent de plus de 10.000 euros de matériel et de frais d’installation, afin qu’il émette un maximum de fumées noires. Certains des propriétaires de ces engins s’amusent même à pousser l’accélération lorsqu’ils arrivent à la hauteur de piétons, personnes âgées et enfants compris. Comment l’histoire jugera-t-elle ces comportements primaires dans quelques dizaines d’années ? Comment ceux qui ont toute légitimité pour faire appliquer la loi afin de chasser toute pollution inutile seront-ils perçus à cette même époque s’ils n’ont rien fait de leur côté ? Heureusement que parmi les politiques et décideurs, mais aussi les automobilistes, de plus en plus ont pris la mesure du problème et agissent en conséquence !


Mots clés : Pollution | plainte | environnement | Ecologie sans frontière | Respire | diesel | gazole
Catégories : Pollution & qualité de l'air |

Commentaires

Posté le 15-12-2016 à 07:28:12 par Christophe

Je ne remets pas en cause l’analyse vis à vis des diesel, et c’est justement pour cela que je n’en ai jamais eu à titre personnel et que je les fuyais, jusqu’à peu, en location.
Mais il serait bon de parler de l’usage qui est fait des VP et plus particulièrement des VT.
Il m’arrive régulièrement lorsque je sors de chez moi de voir des automobilistes se garer juste en face (stationnement gratuit en limite de la zone payante) et j’ai remarqué une automobiliste avec un véhicule essence récent et systématiquement les odeurs à l’échappement trahissent un catalyseur qui n’est pas en température et ce petit manège c’est 4 fois par jour. Autant dire que le kilométrage pour venir travailler semble faible voir très faible et que bien q’équipée d’un véhicule avec système de dépollution elle n’est pas moins impactante qu’une voisine avec un véhicule essence beaucoup moins récent mais qui sort beaucoup moins.
Et je ne parle pas des essence très récents avec moteur id qui émettent aussi des particules qui elles, très petites, ne sont pas visibles mais bien présentes.

Posté le 15-12-2016 à 07:46:59 par Christophe

Pour les essence id et les particules : https://www.adac.de/infotestrat/tests/eco-test/partikel_benziner/default.aspx?ComponentId=272800 SourcePageId=31832
Certains sont conformes à l’Euro6 et autorisés à circuler selon les certificats Crit’Air, pour cela je pense que l’on peut faire un procès aux législateurs.

Posté le 15-12-2016 à 13:29:08 par Luck

Deux co-responsable l’Etat et Peugeot …
Au début des années 80, Peugeot et son patron Jacques Calvet sont en pointe en sortant une petit moteur diesel destiné aux petites citadines comme la 205,106,Visa,Ax….
Le numéro 1 de Peugeot accompagne son choix industriel de lobbying auprès des responsables politiques afin de s’assurer que les avantages fiscaux du diesel se confirmeront (Pack Secret encore d’actualité).
Pire les moteurs Diesel deviennent « officiellement beaucoup plus propres » car consommant beaucoup moins que les essences de la même gamme , en tout cas pour les émissions de CO2…
Pour le reste , maladies respiratoires et cancers sont en forte progressions.

Posté le 15-12-2016 à 11:44:42 par trololo

@Christophe: vous dites que vous avez toujours fui le diesel mais les 2/3 de votre argumentaire vise l’essence.
Avec une comparaison qui ne tient pas la route.
Si vous prenez un diesel récent dans les mêmes conditions, le bilan sera pire. On peut citer par exemple le fait que Renault a reconnu qu’en dessous de 17°C, ses systèmes anti-pollution ne fonctionnent pas. Ajoutons un nombre incalculable de modèles du groupe VW (diesel gate), Fiat (anti VE), etc.
Concernant les particules fines rejetés par les essences, c’est l’argument à la mode des pro-diesel.
Le parc automobile français est majoritairement diesel, c’est ce que dénoncent ces 2 associations.
Vous vous trompez si vous pensez que la prochaine étape est l’essence.
Dans la tête des constructeurs oui. Dans la tête du régulateur, c’est le VE ... Et l’interdiction des voitures en villes.

Posté le 15-12-2016 à 14:45:10 par Christophe

@Luck
Un peu de sérieux, évidemment c’est M. Peugeot et M. Etat qui sont au volant de tous les véhicules qui circulent et qui mettent du carburant dans le réservoir pour les faire rouler.

@trololo
Je ne prends pas un diesel récent dans les mêmes conditions et surtout pas ceux des marques que vous citez.
Concernant les particules fines rejetées par les essences, j’espère que vous êtes quand même d’accord avec mon assertion à savoir que les essence id en rejettent plus et que les essence non id en rejettent autant qu’un diesel avec FAP (que certains constructeurs montent de série depuis 2004). Et en tout état de cause je fuis les essence de location d’au moins 2 marques que vous citez (dont une n’a plus de non id dans sa gamme).
Je ne pense pas que la prochaine étape sera l’essence puisque cela a même été la première étape (norme Euro1) et on voit juste que cela ne marche toujours pas.
J’espère effectivement que la prochaine étape sera l’interdiction des voitures en ville. Parce que pour moi les vrais responsables sont ceux qui utilisent une voiture en ville et mon exemple était bien là pour montrer que le problème n’était pas tant la voiture mais l’usage qui en est fait. Mais comment prendre en compte cet usage dans les interdictions / restrictions ?

Posté le 15-12-2016 à 16:50:12 par mullaure

LE DIESEL QUI PUE EN 2016, C’EST INACCEPTABLE, C’EST LE MOYEN AGE !!!
ET LA FRANCE EST CHAMPIONNE DU MONDE DU DIESEL NAUSEABOND AVEC L’AUTRICHE...COCORICOOOO !!!

Posté le 15-12-2016 à 21:27:44 par electronlibre

@ trololo
Interdire les voitures en ville ne résoudra qu’une partie du problème.
Pour résoudre le problème, je dirais cyniquement qu’il faut supprimer les villes.
Faut pas m’en vouloir, j’ai une grippette...

Posté le 17-12-2016 à 08:43:43 par soub56

@mullaure
Aucun rapport entre l’odeur du diesel et la pollution.
le diesel n’est qu’une partie de la pollution par particules fines : l’essence en produit aussi, les pneus, les garnitures de frein, le chauffage par fuel et bois, les centrales à gaz, charbon, fuel, etc...
Il n’y a que les centrales nucléaires qui ne produisent pas de particules fines : ce que vous voyez sortir de ces centrales, ce n’est que de la vapeur d’eau...
Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : les centrales nucléaires posent d’autres problèmes, ceux des déchets radioactifs. Mais c’est un autre sujet.
@luck
Pourquoi mettre en cause PEUGEOT? Si les clients souhaitaient des véhicules qui roulent au jus de chaussettes, PEUGEOT en fabriquerait...Mais les clients veulent des voitures diesel, alors PEUGEOT vend des voitures diesel.

Posté le 19-12-2016 à 12:56:26 par dan617


Si des "clients" roulent au diesel, c’est la faute précisément de PSA Renault, et autres, mais aussi des pétroliers, de l’Etat Français, lesquels ont tout fait pour favoriser ce type de carburant au détriment d’autres simplement par intérêts respectifs.

Quant aux "clients", n’inversons pas les rôles, ils sont tout simplement traités comme le sont les bœufs, du bétail... C’est à dire qu’ils sont menés là où l’on veut bien les mener.

Je ne vais pas reprendre ici les nombreux articles postés d’il y a quelques années. Cependant, je réitère le fait que dans un premier temps, inverser les prix à la pompe -essence moins cher que le gasoil- limiterait automatiquement l’acquisition de diesel.

Cela ne signifie pas que les véhicules fonctionnant à l’essence sont vertueux, mais qui peut le plus peut le moins, et ceux fonctionnant au GPL sont bien évidemment les moins polluants.

N’oublions pas tout de même que pour endiguer la pollution émanant des VT, il suffirait que le parc Français soit totalement composé de VE. Cela ne peut pas se faire du jour au lendemain bien sûr, mais c’est pourtant la seule solution viable.

Car en effet, selon les chiffres publiés par l’Union Française des Industries Pétrolière (UFIP), la consommation de gasoil et d’essence en France en 2015 a été la suivante:

- 39 milliards de litres de gasoil,
- 7,2 milliards de litres d’essence.

Dans le même temps, sachant qu’un moteur thermique consomme 15 fois plus d’air que de carburant pour que ce dernier puisse "brûler", (rapport stœchiométrique de combustion théorique), voici ce que cela représente en termes de gaspillage d’air "consommé" par les VT:

- 693 milliards de litres d’air (39+7,2) x 15). Cette quantité d’air sain n’est plus disponible en l’état dans la nature; en contrepartie cette dernière s’est chargée des polluants que l’on connaît, à charge pour les dirigeants des entreprises cités plus haut ainsi que l’Etat Français d’en prendre réellement conscience, afin d’assumer leurs lourdes responsabilités.

Posté le 19-12-2016 à 15:07:02 par Christophe

@dan617
"N’inversons pas les rôles", pour ma part personne ne m’a jamais forcé à acheter quoi que ce soit et personne ne m’a jamais forcé à utiliser une voiture pour un trajet.
"N’oublions pas tout de même que pour endiguer la pollution émanant des VT, il suffirait" de réduire la circulation automobile et les utilisations des VP sur de courtes distances.

Posté le 19-12-2016 à 15:32:27 par dan617

@Chistophe
Sans doute faites-vous partie des exceptions, car, la "grande masse" des utilisateurs n’ayant pas la connaissance dans le domaine, se laissent volontiers convaincre par les médias, les vendeurs, la pub, etc.

Pour moi, les VT sont d’un autre âge, et il me semble que les gouvernants devraient avoir le courage de reconnaître leurs erreurs passées (voir à venir...) faute de quoi le "peuple" les sanctionneront durement.

Ceci étant, 693 000 000 000 de litres d’air consommés en pure perte durant l’année 2015 en France, simplement à cause de la combustion des VT, ça n’est pas rien. Je me demande quelle réelle quantité "disparaît" de la sorte au plan mondial...

Et si le réchauffement climatique dont nous sommes tous responsables ne s’en trouverait pas quelque peu ralenti sans ce gaspillage d’air notoire que l’on pourrait sans nul doute endiguer, tout en supprimant définitivement de la planète la même quantité de polluants émis par les VT?

Posté le 19-12-2016 à 16:51:53 par Christophe

@dan617
"faute de quoi le "peuple" les sanctionneront durement", mais quand on regarde les décisions prises ne sont que le reflet de la demande des populations qui a préféré le VP !

Posté le 19-12-2016 à 17:19:52 par dan617

@Christophe
Qui a décidé de tout faire depuis des lustres pour limiter au maximum la venue des VE si non les constructeurs, les pétroliers et les gouvernants? L’histoire de l’automobile ne date pas d’hier, et quoi que l’on fasse, on ne peut pas vraiment dire que le peuple décide, sauf révolution!

Les gouvernants seront les premiers sanctionnés car à l’origine des problèmes sanitaires rencontrés en matière de pollutions dues aux VT et plus particulièrement des diesel, les dirigeants de l’époque étaient parfaitement au courant des conséquences humanitaires prévisibles, et ceci depuis la sortie du rapport de l’AFSSE réalisé en 2004 à la demande du gouvernement Français, dans lequel on pouvait lire que le nombre total de décès dus aux particules fines dans l’atmosphère (essentiellement dus aux diesel) était estimés au moins à 31700 morts par an (année 2000) en France!

Ceci montre bien que la population ne pouvait être au courant, et démontre que nos gouvernants successifs non seulement "savaient", mais n’ont pas bougé le petit doigt pour prévenir et endiguer ce qui deviendra le plus grand scandale du siècle. Pire, les diesel ont été valorisés à coup de primes et autres bonus...

Posté le 19-12-2016 à 18:31:20 par Christophe

@dan617
Il n’y a que ceux qui veulent se dédouaner qui :
1/ disent qu’ils ne pouvaient pas savoir,
2/ font porter le chapeau aux autres.
La presse parle depuis longtemps de la pollution et des conséquences sanitaires.
Pour ma part j’en suis conscient depuis au moins 1992.
Si tous ceux qui utilisent un VP tous les jours avaient fait d’autres choix, nous n’aurions pas cette problématique à gérer aujourd’hui.

Posté le 19-12-2016 à 18:38:02 par Christophe

@dan617
1992 c’est l’année d’introduction des premières normes antipollution (Euro1) qui ont frappé en premier les essence mais déjà à l’époque on parlait de la dangerosité des particules.
Mais depuis de plus en plus de gens ont utilisé tous les jours un VP pour faire des petits parcours.

Posté le 20-12-2016 à 10:03:30 par Philippe Schwoerer

1979 : lancement de la campagne "La chasse au gaspi" , lancée par le ministère de l’Industrie et l’Agence pour les Economies d’Energies.

Objectif : Economiser 300.000 tonnes de pétrole par an en France, en incitant les automobilistes à conduire le plus économiquement possible.

Posté le 21-12-2016 à 07:53:56 par Christophe

Bonjour Philippe,
La seule solution que j’ai trouvé pour économiser de l’énergie pour mes petits trajets, c’est justement de ne pas prendre une voiture.
Hier, je suis allé récupérer une commande chez un commerçant pas lourde mais un peu encombrante (même si elle rentrait dans un gros sac).
Le commerçant bien que sachant où j’habite (à 750 m de là) était surpris que je sois à pied. Et pour se justifier, il m’a dit "si vous avez du temps à perdre". Pour faire 750 m, il me faut tout au plus 8 minutes, le temps d’aller au garage, de sortir la voiture du garage, de le refermer, d’y aller (1 feu + allongement du fait d’un sens interdit), je suis sûr que j’aurai mis plus de temps et je ne parle pas de la pollution du moteur froid.
Malheureusement je rencontre largement plus de gens avec l’état d’esprit du commerçant qu’avec le mien, on comprend donc mieux le problème de la pollution.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 28/09/2017 au 29/09/2017 - Cagnes-sur-Mer

Les 28 et 29 septembre 2017 auront lieu les Journées AVEM de l'électro-mobilité. Ces journées se dérouleront en deux temps : 1ère demi-journée sous forme de workshops,...
A lire également / sur le même thème Voitures électriques : Superbonus réduit à 2.500 euros en 2018 ?
Si l’on en croit une interview accordée par Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, au quotidien Libération, et mis en ligne hier, dimanche 17...
Cycle WLTP contre NEDC, nouveau malus, fiscalité des carburants
C’est la rentrée, et avec elle son lot de nouveautés à venir ou déjà applicables en matière de voitures particulières. Le fameux cycle NEDC si décrié disparaît enfin au...
Le Rotary Club Cagnes-Grimaldi, interview de la Présidente
Le Rotary Club Cagnes-Grimaldi est un contributeur de la mobilité électrique. Ils soutiennent nos actions et nous aident fortement dans l’organisation du Riviera...
Interdiction du diesel : La Wallonie se prononce pour 2030
L’Avem est heureuse de compter de nombreux lecteurs et des adhérents belges, auxquels les déclarations du nouveau gouvernement wallon pour un territoire privé des ventes...
1997 : Les lecteurs d’Auto Plus parlent de voitures électriques
En 1997, il ne roule guère beaucoup de voitures électriques en France, alimentées par des batteries au nickel et au cadmium, et parfois même au plomb. Quelques Renault...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact