Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 04/05/2018 à 10:21 par Philippe Schwoerer - Lu 2093 fois - 10 commentaires


Pollution. La Californie barre la route à l’administration Trump


Alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) tire à nouveau le signal d’alarme avec un bilan qui fait état de 7 millions de morts à cause de la pollution de l’air dans le monde en 2017, le gouverneur de Californie poursuit la fronde qui compte bien réduire à néant l’attaque de l’administration Trump contre les normes antipollution mises en place en 2012 par son prédécesseur, Barack Obama.

Climatosceptique

Depuis que Donald Trump à dénoncé l’Accord de Paris ratifié dans le cadre de la COP21, le monde se désole des annonces, décisions et tentatives successives prises par son administration pour donner du mou à l’industrie américaine. Pour rappel, à horizon 2025, les voitures et camions devraient pouvoir parcourir 55 miles par gallon d’essence, soit 23,4 kilomètres par litre. Ce qui équivaut à une consommation maximum de 4,27 litres aux 100 km. Ces chiffres forment une moyenne pour l’ensemble des véhicules concernés vendus dans l’année, les modèles électriques, par exemple, venant modérer l’appétit des plus gros engins. Cet objectif contraignant défini sous la présidence d’Obama, le climatosceptique Scott Pruitt, nommé par Trump à la tête de l’Agence fédérale pour la protection de l’environnement (EPA), espère bien s’en débarrasser une bonne fois pour toute.

Depuis la Californie

Gouverneur de Californie depuis 2011, Jerry Brown a lancé 2 ans plus tard une feuille de route par laquelle, à cette même échéance 2025, au moins 1,5 million de véhicules électriques devront être en circulation sur le territoire qu’il administre. Afin de marquer davantage encore son opposition aux idées de Donald Trump et Scott Pruitt, Jerry Brown a décidé en février dernier de donner un tour de vis supplémentaire en fixant un nouvel objectif : 5 millions de voitures électriques dans l’Etat en 2030. Dans le courant de ce mois de mai 2018, le dirigeant de l’EPA doit publier de nouvelles normes moins contraignantes. Le gouverneur de Californie vient d’avancer ses pions en publiant avant lui, il y a quelques jours, un communiqué par lequel il prévient : « La Californie fédère une coalition de 18 Etats qui poursuivent l’Agence fédérale de protection de l’environnement afin de conserver les normes automobiles nationales d’émissions dans l’air ». Jerry Brown détient donc un mandat qui pèse environ 140 millions d’américains, sur les 325 millions d’habitants que comptent les Etats-Unis.

2 objectifs à défendre

Le gouverneur de Californie ne mâche pas ses mots. Il estime que Scott Pruitt se mettrait « hors la loi » en révisant à la baisse les ambitions du Clean Air Act, alors que le rôle dévolu à l’administrateur de l’EPA lui impose de protéger la population américaine des effets de la pollution sur la santé publique. Par ailleurs, l’administration Trump souhaite également retirer aux Etats américains la possibilité d’édicter des normes plus strictes que celles formulées au niveau fédéral. Et cette disposition mise en péril, Jerry Brown y tient tout particulièrement. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle est une carte maîtresse de son action. Les constructeurs en automobiles ne vont pas produire 2 gammes différentes de voitures pour les Etats-Unis : une qui s’inscrirait sans trop de difficultés dans les éventuelles nouvelles normes fédérales, et une autre dont les motorisations devraient répondre aux exigences plus contraignantes de la coalition d’Etats emportés par la Californie. De fait, avec environ 40% des américains derrière Jerry Brown, les industriels ont tout intérêt à le suivre, et ils le savent. On ne voit donc pas très bien ce qui pourrait empêcher le gouverneur de Californie de faire respecter les dispositions 2012 du Clean Air Act pour 2025, voire même de les accentuer… si ce n’est son âge : 80 ans depuis une quinzaine de jours. Espérons qu’il soit bien secondé !

300.000 décès prématurés

Le nouveau rapport de l’OMS, qui chiffre à 7 millions le nombre de décès prématurés en 2017 dus à la pollution de l’air, semble rendre compte d’une situation globalement moins alarmante aux Etats-Unis que pour la plupart des autres territoires. L’organisation estime que les Américains sont concernés à hauteur de 300.000 individus, à comparer aux 500.000 Européens, 1 million d’Africains et 2 millions de Chinois. Une répartition finalement rassurante pour Trump qui peut à loisir, en politique intérieure, prétendre que la nation qu’il dirige n’a donc pas de gros efforts à fournir par rapport à celles des autres continents. Toutefois, le président américain et son administration auront certainement des comptes à rendre un jour au sujet de leur implication dans la pollution de l’air. Le monde est de plus en plus à la recherche de coupables. Des compagnies pétrolières, par exemple, sont déjà inquiétées. Trump, avec sa manière tranchée de mener la bataille à contrecourant ne saurait passer éternellement entre les mailles du filet. La diplomatie internationale ne pourra éternellement le protéger, ce qu’elle fait quelque peu par la force des choses, sans le vouloir.

Facteur de risque majeur

En quelques lignes, que dit le nouveau rapport de l’OMS ? Tout d’abord que la pollution de l’air fait plus de morts que le sida, les accidents de la route, le diabète et la tuberculose réunis. Et que cette pollution est un facteur de risque majeur responsable de 70% des décès dans le monde, dans 29% des morts par cancer du poumon, 25% par accident vasculaire cérébral, 24% par infarctus et 43% des maladies pulmonaires chroniques comme l’asthme et les broncho-pneumopathies. Plus globalement, ce sont désormais 9 habitants de la planète sur 10 qui sont exposés régulièrement à un air environnant contaminé par de hauts niveaux de polluants.


Mots clés : pollution | air | Californie | Trump | Jerry Brown | Scott Pruitt | OMS | Clean Air Act
Catégories : Voiture électrique | Pollution & qualité de l'air |

Commentaires

Posté le 04-05-2018 à 15:04:57 par ZoéT

Heureusement qu’il y a des gens comme ce gouverneur de la Californie.

Posté le 04-05-2018 à 16:40:26 par MaglioZE

Il n’avait pas été dit que Trump ne resterait pas longtemps au pouvoir ? Surprise !

Posté le 05-05-2018 à 09:51:11 par Lecerf

C est scandaleux de laisser un homme comme ca au pouvoir

Posté le 05-05-2018 à 19:55:37 par Sonia

Je suis étonné du chiffre des décès aux Etats-Unis relativement peu élevé. Comment l’expliquer ?

Posté le 05-05-2018 à 21:58:36 par Tickist

En pourcentages de décès par rapport à la population ce serait plus parlant ! 300.000 sur 300 millions, ça fait 1 décès pour 1.000 américains, ce qui est énorme. Pour la Chine, ça fait 1 décès pour environ 700 Chinois. C’est plus, mais l’ordre de grandeur est proche. Pour l’Europe, ça fait 1 décès pour environ 1.500 Européens. C’est donc moins qu’aux USA. En proportion, il y a donc plus de décès aux USA qu’en Europe.

Posté le 06-05-2018 à 09:50:51 par ZoéT

Merci Tickist pour vos calculs qui donnent une autre interprétation des chiffres.

Posté le 06-05-2018 à 12:10:41 par electronlibre

Pour préciser les chiffres de Tickist:
Pour l’UE c’est 399000 décès soit 1 décès pour 1273 européens; c’est au niveau de l’Afrique...
Pour l’Europe hors UE cela fait 1 décès pour 3056 personnes.
Donc UE ne fait pas bien mieux que les USA...

Posté le 08-05-2018 à 19:57:57 par Sonia

Pourquoi séparez-vous Europe UE et non UE ?

Posté le 08-05-2018 à 22:39:55 par electronlibre

L’étude à laquelle je me réfère donne les statistiques pour l’Europe et pour l’Union Européenne, ce qui est intéressant pour une analyse, car dans ce cas on peut voir que l’ensemble des pays européens hors UE est 2,4 fois moins touché que les pays intégrés à l’UE.
C’est quand même une belle différence au sein du même continent...

Posté le 09-05-2018 à 08:23:43 par ZoéT

Et entre le Nunavut et le Texas, il y a je pense une sacré différence aussi.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Autonomy
Autonomy
Du 18/10/2018 au 20/10/2018 - Grande Halle de la Villette à Paris

Autonomy fêtera sa troisième édition en 2018. Ce salon se présente comme le "Festival de la mobilité urbaine', et cela en présentant un très grand nombre de moyens de...
A lire également / sur le même thème Les piles à combustible moins puissantes ni durables avec la pollution
Les routes vers la mobilité durable sont décidément parsemées d’embûches et de surprises ! Selon un article publié dans Journal of Power Sources, une équipe de...
Restrictions de circulation à cause de la pollution à l’ozone
Paris, Strasbourg (67), Lyon et Villeurbanne,(69), ainsi qu’en Isère : les fortes chaleurs accentuent la formation d’ozone dont une part importante est produite par le...
Paris : Consultation internationale sur le devenir des voies rapides
Syndicat mixte d’étude rassemblant les collectivités du territoire, le Forum métropolitain du Grand Paris, en partenariat avec l’Etat, a lancé fin mai dernier une «...
Entre pollution automobile et stress des transports en commun
Comme solution aux maux créés par l’usage à grande échelle de la voiture individuelle, - en particulier dans les villes -, les transports en commun sont mis en avant...
6.500 véhicules électriques à pile hydrogène circulent dans le monde
Si Honda, Toyota, et Mercedes se sont montrés très actifs dans la première moitié des années 2010, et avant, concernant le développement, les essais et les annonces...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact