Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 30/03/2017 à 06:00 par Philippe Schwoerer - Lu 4777 fois - 3 commentaires


Power Link Islands : 10.000 éoliennes pour alimenter 100 millions d’Européens


TenneT et Energinet, respectivement gestionnaire du réseau public de transport de l’électricité aux Pays-Bas et en Allemagne pour l’une, et au Danemark pour l’autre, souhaitent multiplier les accords pour développer un grand réseau électrique européen renouvelable en mer du Nord. A horizon 2050, leur projet baptisé Power Link Islands (îles d’interconnexion électrique) prendrait la forme d’îlots artificiels élevés autour du banc de sable de Dogger Bank, pouvant alimenter en électricité renouvelable, via des câbles sous-marins, de 70 à 100 millions d’Européens répartis dans 6 pays : Allemagne, Belgique, Danemark, Grande-Bretagne, Norvège et Pays-Bas.

EnR et mobilité électrique

De plus en plus le lien se fait évident entre la mobilité électrique et les énergies renouvelables. Lorsque nous avons connaissance d’un projet d’envergure qui permet d’exploiter les rayons du Soleil, la force de l’eau ou celle du vent, comme c’est le cas avec Power Link Islands, il est important de le signaler. Pourquoi ? Tout simplement parce que la provenance de l’électricité qui sert à recharger les batteries de traction est souvent un prétexte agité de façon récurrente par les détracteurs de la mobilité électrique afin de la discréditer. Le projet porté par TenneT et Energinet fait partie de ceux qui existent, sans forcément être fortement médiatisés, et qui donnent raison aux promoteurs des voitures branchées, désormais rompus à l’idée de les rendre les plus vertueuses possibles.

Dogger Bank

La zone choisie par TenneT et Energinet afin de bâtir un moyen de parvenir aux objectifs climatiques formulés pour 2050 au sein de la COP21 qui s’est tenue à Paris en 2015, n’a pas été retenue par hasard. Situé entre les côtes du Royaume-Uni et du Danemark, approximativement à une bonne centaine de kilomètres des 2 pays, Dogger Bank est un grand banc de sable fixé dans une région peu profonde de la mer du Nord. Une configuration idéale pour dresser une base centrale de raccordement dont l’exposition au vent semble optimale. De là, des lignes sous-marines en courant continu devraient transmettre l’énergie produite par quelque 10.000 éoliennes potentielles réparties sur des îlots artificiels élevés autour. Les 2 gestionnaires de réseau public de transport électrique annoncent des chiffres de 70.000 à 100.000 MW.

Energie concurrentielle

PDG d’Energinet, Peder Østermark Andreasen, promet une électricité d’origine renouvelable sans surcoût : « Le vent offshore s’est révélé, ces dernières années, de plus en plus concurrentiel et il est important de nous concentrer constamment sur une nouvelle réduction des prix des connexions au réseau et des interconnexions. Nous avons besoin de projets novateurs et de grande envergure afin que le vent offshore puisse jouer un rôle encore plus important dans notre approvisionnement énergétique futur ». Torben Glar Nielsen, directeur technique dans la même entreprise, abonde : « Construire une ou plusieurs îles artificielles au milieu de la mer du Nord ressemble à un projet de science-fiction, mais il pourrait être un moyen très efficace et abordable à disposition des pays de la mer du Nord pour répondre à la demande future en électricité renouvelable ».

Accord signé le 23 mars 2017

L’accord signé en date du 23 mars 2017 embarque dans l’aventure Power Link Islands les 3 pays couverts par TenneT et Energinet : Allemagne, Danemark et Pays-Bas. PDG de TenneT, Mel Kroon commente une coopération qui se veut être une invitation à tous les gestionnaires de réseau public de transport en électricité opérant dans les pays de la mer du Nord à se joindre à l’initiative. « Le but ultime est de construire une solide coalition d’entreprises qui rendra la transition énergétique européenne réalisable et abordable », souligne-t-il.


Mots clés : énergie renouvelable | éolienne | énergie éolienne | Power Link Islands | TenneT | Energinet | Danemark | Pays-Bas | Allemagne



Commentaires

Posté le 31-03-2017 à 12:35:54 par Fabrice

Bonjour,
Juste un petit calcul en passant...(désolé pour les imprécisions!)
10 000 éolienne de 2 méga de puissance unitaire mini j’imagine à 2 millions d’€ pièce environ ça fait 20 Gw installés produisant quasi en continu dans ces régions!!! En gros 20 milliards d’investissement + les infrastructures (5 M. à la louche). Il faudrait chez nous 10 installations d’EPR pour équivaloir à cette puissance installée et pour nous ça ferait plus de 100 Millards d’€ (l’équivalent du Grand Carénage annoncé!)pour un productible pas aussi continu que cela (on a vu ça cet hiver)!!! Qu’est-ce qu’on attend pour dire à EDF de laisser tomber leur cocotte minute nucléaire nocive à tout (environnement, humain..bref tout ce qui vit sur Terre) pour passer à donf aux EnR sans attendre?!?
N’y a t’il pas sur cette planète quelque financiers "éclairés" qui aient compris cela?(mis à part en Allemagne, au Danemark et aux pays-bas bien sûr!). Faut-il attendre un big problème type Fukushima comme semble l’annoncer quasiment l’ASN chez nous pour enfin arrêter ce massacre de nos finances et de notre survie même dans ce pays?!? Tout ça pour faire "plaisir" à des technocrates irresponsables, X-mines et autres, attachés à leur sacro-sainte mono-culture idiote et anti-démocratique?
Et n’y a t’il pas dans notre beau pays quelqu’un en cette période d’élection (mis à part M.Mélanchon) qui ait compris qu’on allait tout droit dans le mur avec cette énergie dépassée et issue des eaux troubles militaire n’assurant en aucun cas notre dépendance énergétique!?!
Les pays nordiques eux en tout cas l’ont compris...

Posté le 31-03-2017 à 13:55:31 par PMC

@Fabrice
Je partage votre avis. Continuer avec l’EPR ressemble à une véritable farce qui n’a pourtant rien de drôle.Je n’ai pas envie que mes enfants connaissent un jour une catastrophe nucléaire à cause de personnes entêtées qui n’ont pas su ou voulu prendre le bon virage au bon moment.

Posté le 31-03-2017 à 21:10:32 par electronlibre

C’est qu’il va nous en falloir des MW pour alimenter ITER et se rendre compte après qu’il ne sortira jamais un seul watt de cette cathédrale pour ingénieur qui coute des blindes à l’Europe.

Je suis pas contre les EnR, mais pourquoi mettre des éoliennes au-dessus de l’eau alors qu’on pourrait mettre des hydroliennes sous l’eau, bien à l’abri(des tempêtes par exemple)?



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème ABB fournira des chargeurs ultrarapides pour des stations scandinaves
L’opérateur danois Clever et l’énergéticien E.ON sont associés dans une entreprise de développement de la recharge rapide en Europe. Regroupés dans la coentreprise...
Air Liquide ouvre un site pilote de production d’hydrogène décarboné
C’est à Hobro, au Danemark, dans le cadre du projet HyBalance, et en sa qualité de cogérant du site, qu’Air Liquide a inauguré lundi dernier, 3 septembre 2018, une usine...
ChargeMap Pass. Recharge à l’étranger, frais de service, application…
L’équipe de ChargeMap vient d’annoncer du lourd avant la fin des vacances d’été pour sa carte de recharge : l’ouverture du service à 3 nouveaux réseaux majeurs en...
Des bus électriques Solaris et Mercedes pour Berlin (Allemagne)
Comme la RATP pour Paris, la Berliner Verkehrsbetriebe (BVG), - l’organisme en charge des transports publics à Berlin, en Allemagne -, est engagé dans une démarche pour...
Enercon : 600 kW pour la recharge rapide des véhicules électriques
Depuis 1984, année de sa création en Allemagne, Enercon développe des éoliennes. Elles sont aujourd’hui environ 28.000 à avoir été installées par l’entreprise à travers...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact