Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 22/05/2018 à 08:00 par Philippe Schwoerer - Lu 4807 fois - 5 commentaires


Que retenir sur la mobilité, de l’interview de Nicolas Hulot à BFMTV ?


Nicolas Hulot, ministre de la Transition énergétique et solidaire, était à nouveau interviewé, mercredi 16 mai dernier, sur BFMTV par Jean-Jacques Bourdin. Quelques questions concernant la mobilité ont été posées en dernière partie d’émission. Les réponses ont porté sur la fiscalité des carburants, sur les aides à la conversion, et sur l’annonce d’un plan hydrogène qui devrait intervenir vendredi 1er juin prochain.

Augmentation des prix à la pompe

A la quinzième minute de l’interview qui en compte 21, Jean-Jacques Bourdin s’est inquiété de la forte hausse quasi ininterrompue depuis environ 1 an des prix de l’essence et du gazole, demandant au ministre si la fiscalité sur les carburants continuera son ascension. « La trajectoire carbone, oui, et elle ne cessera d’augmenter ! », a immédiatement répondu Nicolas Hulot, soulignant le rattrapage progressif qui s’opère actuellement sur le gazole par rapport à l’essence. Les taxes sur ces produits sont donc promises à une augmentation continue cette année et encore l’année prochaine, selon les précisions que le journaliste a pu obtenir.

Primes à la conversion

Pour le ministre, le point sur l’augmentation des taxes sur les carburants a été l’occasion d’appeler les Français à s’intéresser aux différents dispositifs d’aides qui existent, certains pour promouvoir la mobilité durable, d’autres dans des domaines connexes, comme l’efficacité énergétique des logements. Des enveloppes qui permettent « largement de compenser la hausse du prix des énergies en s’équipant pour se protéger durablement de l’augmentation du prix de l’énergie ». Lors de l’interview, Nicolas Hulot s’est montré satisfait du nombre de primes à la conversion accordé : 40.000. Un système que le ministre assure prolonger en 2019, et pour lequel il a lancé samedi 12 mai 2018 une nouvelle campagne d’information.

45.000/100.000

Pour rappel, depuis le début de la présente année 2018, la prime à la conversion, afin d’éliminer des véhicules diesel mis en circulation avant 2001 ou immatriculés avant 1997 pour ceux alimentés à l’essence, s’élève à 1.000 euros (cas général), et grimpe à 2.000 euros pour les ménages non imposables (diesel d’avant 2006), et même à 2.500 euros pour tous lorsque la mise au rebut intervient avec l’achat d’un véhicule électrique neuf. Face à Jean-Jacques Bourdin, Nicolas Hulot a évoqué 40.000 primes accordées. Le service de communication de son ministère fait état de plus de 45.000 demandes enregistrées au 10 mai, sur un objectif annuel de 100.000 fixé par le gouvernement.



Volet solidaire

Dans un communiqué de presse, Nicolas Hulot commente ainsi le succès de l’opération : « Cette mesure est l’incarnation du volet solidaire de la transition écologique ». Pourquoi le ministre emploie-t-il ces mots ? Tout simplement parce qu’il se réjouit que les premiers chiffres témoignent d’un fort usage par les foyers modestes : « 70% des primes distribuées bénéficient aux ménages non imposables pour un montant de 2.000 euros ». Nicolas Hulot renouvelle son appel à « tous les Français à utiliser ce dispositif qui permet de réduire efficacement les émissions de gaz à effet de serre et la pollution de l’air ».

Objectif 2040

Le ministre de la Transition énergétique et solidaire a confirmé l’objectif pour 2040 de zéro voitures à essence ou au gazole vendues neuves en France. De façon pragmatique, il a bien entendu fait comprendre que cette feuille de route revêt tout d’abord un caractère symbolique, alors qu’il imagine très bien ne plus être au gouvernement depuis des années à cette échéance. C’est pourquoi il a décrypté les avancées déjà obtenues par la médiatisation d’un tel objectif : « Des constructeurs automobiles français ont annoncé dans un délai très court, 2025 pour l’un d’entre eux, qu’à chaque véhicule thermique il y aura une version électrique ». C’est Carlos Tavares qui a fait une telle promesse en janvier 2018 pour les différentes marques du groupe PSA : Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall. « Dans le même temps, on est en train partout de multiplier l’installation des bornes électriques, on est en train de structurer ces filières », a ajouté le ministre.

Plan hydrogène

« Je vais bientôt lancer un plan hydrogène », a avancé Nicolas Hulot au micro de Jean-Jacques Bourdin. Ce plan, il est attendu depuis quelques semaines, et même quelques mois, par les élus acteurs de projets H2, déjà informés de l’imminence d’une telle annonce, sans toutefois en connaître tous les détails. Le ministre a indiqué croire beaucoup à l’utilisation de l’hydrogène, « pas forcément pour les petites unités, mais pour les flottes de camions, pour les flottes municipales… ». Il a mis en avant que la raison de s’intéresser à l’hydrogène dépasse le seul domaine de la mobilité, évoquant le rôle de ce gaz dans le stockage de l’énergie.

Des aides

Selon les informations recueillies par Jean-Jacques Bourdin, là encore des aides seront mises en place. Nicolas Hulot a précisé que le plan hydrogène qui sera officiellement dévoilé vendredi 1er juin prochain a été travaillé avec le CEA. Le ministre a réuni par 3 fois l’ensemble des acteurs économiques de toute la chaîne. Il estime qu’ils sont prêts pour développer la filière. Sur ce sujet, il indique : « Il faut que la France prenne un avantage compétitif ». Il compte visiter prochainement pour cela plusieurs villes. Il cite Pau (64) où la flotte de bus sera progressivement convertie à l’hydrogène, et rappelle qu’Alstom fabrique des rames de train qui fonctionnent avec ce gaz. Il met en avant une « flopée d’entreprises et une flopée de collectivités qui veulent investir dans ce domaine-là », pour lesquelles « le rôle de l’Etat est de faire émerger cette filière et de l’accompagner le temps qu’économiquement elle devienne rentable ».


Mots clés : Nicolas Hulot | interview | Jean-Jacques Bourdin | BFMTV | hydrogène | électrique | voiture | prime | aide | mobilité | essence | gazole | conversion | véhicule | plan
Catégories : Voiture électrique | Aides financières | Bus électrique et hybride | Borne de recharge | Pollution & qualité de l'air |

Commentaires

Posté le 22-05-2018 à 08:41:38 par Albert

Comment ce monsieur peut-il penser que des personnes ne payant pas d’impôts vont acheter des voitures électriques beaucoup plus chères que les "normales".

Posté le 22-05-2018 à 08:55:14 par ZoéT

@Albert
Les 2000 €, c’est pas pour une voiture électrique. Une petite électrique en LLD ou LOA à moins de 100 euros par mois, ça peut le faire, le loyer étant payé sur les économies de carburant et d’entretien.

Posté le 22-05-2018 à 08:53:20 par Philou74

Bonjour, comment faire confiance à nos représentants politiques pour une révolution écologique, concernant la Mobilité ?
Nos routes sont déjà mal entretenues, alors pour les pistes cyclables...
Tant que notre monde sera dirigé par les "dictateurs de l’économie" ou milliardaires (5% de l’humanité possédant plus de 70% des richesses), plus les lobbies et autres mafias qui "pilotent" les syndicats pour préserver leurs intérêts, nos enfants devront nous haïr pour notre laxisme !
PS. La prime de 200 € a été supprimée avant que je puisse "en profiter" !

Posté le 22-05-2018 à 15:47:42 par mullaure

En tous cas, sur le problème du diesel moins cher à la pompe par exemple, on a jamais avancé aussi vite que sous ce gouvernement...Les précédents n’avaient rien fait.

Posté le 27-05-2018 à 18:32:07 par Sergent999

Tout à fait d’accord.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Tous en Leaf avec Nissan et le Leaf France Café
Pendant les mois de juillet et août 2018, circule de main en main un exemplaire de nouvelle Nissan Leaf, histoire de la faire découvrir à ceux qui disposent aujourd’hui...
EVE s’apprête à recevoir les motos électriques Sur-Ron Light Bee
Electric Vehicle Engineering, - plus communément connu sous la dénomination EVE dont les lettres stylisées forment le logo -, conçoit, importe et distribue des véhicules...
Des scooters électriques avec Cooltra, un concessionnaire témoigne !
Dans notre article intitulé « Cooltra développe en France la location de scooters électriques » et mis en ligne le 7 mai 2018, nous communiquions sur l’ambition de notre...
Commercialisation en Corée du Kia Niro électrique : 450 ou 300 km !
Si le Kia Niro électrique sera officiellement lancé en Europe au mois d’octobre prochain, dans le cadre du Mondial de l’automobile qui se tiendra à Paris du 4 au 14,...
Les prévisions de L’Automobile magazine sur l’électrique 9 ans après
Les vacances d’été sont des aubaines pour les amateurs de l’histoire des véhicules électriques. Et ce, grâce aux brocantes et vide-greniers qui se multiplient dans les...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact