Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 02/03/2020 à 06:00 par EMMANUEL MAUMON - Lu 2127 fois - 7 commentaires


Renault convertit sa Twingo à l’électrique


Renault vient de dévoiler sa Twingo Z.E. qui devait être la vedette de son stand au Salon de l’Auto de Genève qui aurait dû ouvrir ses portes au public mercredi mais qui a été annulé en raison de l’épidémie du coronavirus Covid-19. En convertissant sa petite citadine à l’électrique, Renault ouvre une nouvelle étape de la saga Twingo, après 3 générations et plus de 4 millions d’exemplaires vendus dans 25 pays. La firme au losange dit avoir mis à profit sa connaissance pointue du segment des petites citadines pour développer une voiture 100% électrique dont la maniabilité, l’autonomie et les prestations sont parfaitement adaptées aux usages des conducteurs urbains.
Grâce à ce mode de propulsion, Twingo Z.E. procure encore plus de plaisir de conduite et de confort au quotidien. Le constructeur souhaite en faire plus que jamais la reine de la ville ! Pour cela Renault a tiré parti de son expertise dans l’électrique pour donner à sa Twingo Z.E. des performances très supérieures à celle de la Smart Forfour EQ avec qui elle partage la même plateforme. Des performances accrues en particulier en termes d’autonomie et de rapidité de la recharge.


Une batterie 22 kWh très performante

Pour obtenir ces résultats, Renault a misé sur une batterie d’une capacité énergétique de 22 kWh, qui bénéficie des dernières générations de cellules lithium-ion développées en partenariat avec LG Chem. Avec cette batterie, Twingo Z.E. offre 180 km d’autonomie en cycle WLTP et même jusqu’à 250 km en cycle urbain. De plus, couplée au chargeur Caméléon développé par le constructeur pour la Zoé, la batterie de la Twingo Z.E. autorise une recharge optimisée sur l’ensemble des bornes en courant alternatif jusqu’à 22 kW. De quoi se recharger jusqu’à quatre fois plus vite que ses concurrentes sur les bornes les plus fréquemment rencontrées sur la voie publique.
Fabriqué à Cléon et hérité de Nouvelle Zoé, le groupe motopropulseur de Twingo Z.E. offre un rendement énergétique de premier plan. Le moteur 60 kW (82 ch) délivre un couple maximum de 160 Nm immédiatement disponible. Le conducteur profite ainsi d’accélérations et de reprises à la fois franches, silencieuses et accessibles dès les bas régimes. L’accélération de 0 à 50 km/h s’effectue en à peine 4 secondes. Quant à la vitesse de pointe de 135 km/h, elle autorise toutes les incursions sur voie rapide ou autoroute.



Une Twingo encore plus ludique et dynamique

Dès l’origine, Twingo a été pensée pour rendre amusante la conduite dans un environnement urbain. Twingo Z.E. parachève cette offre grâce à la vivacité de son moteur et à l’introduction de nouveaux modes de conduite spécifiques. Comme sa jumelle thermique, Twingo Z.E. propose toujours le meilleur rayon de braquage du marché grâce à son moteur situé en position arrière : 4m30 lui suffisent pour faire demi-tour. Elle dispose par ailleurs d’un « mode B » grâce auquel le conducteur choisit parmi trois niveaux de freinage récupératif qui s’exerce dès qu’il relâche la pédale d’accélérateur. Dans le réglage le plus accentué, la voiture décélère de façon prononcée ce qui régénère plus rapidement la batterie, limite le recours à la pédale de frein et simplifie la conduite en ville.
Elaborée sur une plateforme nativement pensée pour l’électrique, Twingo Z.E. conserve par ailleurs tous les atouts pratiques de son homologue thermique. Avec ses 5 portes, son plancher plat et son siège passager avant entièrement rabattable, elle offre, par exemple, une longueur de chargement de 2m31. Le volume du coffre est également inchangé, à 240 litres. Enfin, son design est toujours aussi iconique. Comme Nouvelle Twingo lancée au printemps 2019, Twingo Z.E. reprend un design à la fois élégant et impertinent, en l’enrichissant de quelques identifiants qui soulignent son appartenance à la famille des véhicules 100% électriques de Renault. Parmi eux, citons un badge positionné sur le hayon arrière ainsi qu’un stripping latéral en forme de liseré bleu courant sur toute la longueur de la voiture pour valoriser ses formes.





Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | Renault | Twingo | Twingo Z.E.
Catégories : Voiture électrique |

Commentaires

Posté le 02-03-2020 à 09:50:59 par JDAVANT

C’est pas trop tôt, mais autonomie trop faible pour moi. Du coup je vais prendre je pense la SKODA CITIGO électrique.

Posté le 02-03-2020 à 10:31:30 par astrocg

autonomie plutôt bien ajustée pour déplacements extra-urbains
quid de son tarif?

Posté le 02-03-2020 à 11:02:30 par Daniel

Pourquoi ne pas avoir utilisé la 1° batterie de 30 kWh de la Zoé pour concurrencer le trio du groupe VW ?

Posté le 02-03-2020 à 11:22:45 par MICHAEL de LFFQ

Pourquoi ne pas inventer un système de "PROLONGATEUR d’AUTONOMIE"
"UNIVERSEL" (comme les piles) qui s’insèrerait "EN RACK" à l’avant, ou à l’arrière d’un véhicule, COMME LES TELEPHONES PORTATIFS DES ANNEES 90 (PHILIPS, NOKIA, RADIOCOM etc.) et qui permettrait de prolonger l’autonomie de 50 km (format : 2 ramettes de papier A4)
que l’on pourrait recharger chez les amis chez qui on vient dîner ? Ce qui rassurerait les futurs acheteurs, même si 20% seulement des utilisateurs s’en serviraient (PARETO quand tu nous tient)!
signé: MICHAEL de "apium.conseil@wanadoo.fr"
CORDIALEMENT

Posté le 02-03-2020 à 13:52:21 par Vérité

"les prestations sont parfaitement adaptées aux usages des conducteurs urbains" sauf que la ville n’est pas adaptée à la voiture d’autant plus en usage individuel.
Ville qu’il va falloir adapter dans le cadre du réchauffement climatique en utilisant la seule place disponible, celle dévolue à la voiture pour mettre en place des espaces verts avec de la vraie végétalisation pas de la pseudo sous forme de parking végétalises.

Posté le 05-03-2020 à 14:59:38 par Hélène

Il manque en effet une information essentielle, son prix. Et je préfère voir rouler des petites voitures électriques que des gros 4/4 en ville et ailleurs ! Quant au rêves de forêts urbaines il faudra pour les réaliser disposer de véritables sols de pleine terre c’est-à-dire permettant un enracinement et un lien avec la nappe phréatique. Or les sols dans nos villes sont bien loin de répondre à ces critères...

Posté le 05-03-2020 à 17:37:03 par Vérité

@Hélène
Dans la nature, les plantes se contentent de 30 à 40 cm de terre végétale, voir moins et même si sur substratum rocheux.
En démolissant la structure de chaussée des parking VL, de l’ordre de 30 à 40 cm d’épaisseur, on revient au sol naturel. En le substituant par du compost on recréé un milieu adapté à une végétation efficace pour lutter contre les îlots de chaleur.
Si les villes collectaient les déchets verts elles auraient le compost nécessaire.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Volvo redessine son avenir avec le XC40 Recharge
Passée sous pavillon chinois en 2010 avec son rachat par le groupe automobile Geely, Volvo a entamé un premier virage cinq ans plus tard en sortant son premier véhicule...
Nissan vous invite à découvrir les coulisses de la création de l’Ariya
Nissan vient de publier un e-book dans lequel le constructeur dévoile les coulisses de la création de l’Ariya, son SUV avec lequel il entend ouvrir une nouvelle ère de...
Dacia présente la Spring Electric, sa citadine électrique low-cost
En mars dernier, lors d’un évènement se substituant au Salon de Genève, Dacia avait dévoilé un showcar préfigurant la Spring Electric avec laquelle cette marque du...
Mégane eVision, l’avenir électrique selon Renault
Luca de Meo, le nouveau CEO du Groupe Renault, a profité du lancement de Renault eWays, un évènement dédié à la mobilité électrique d’aujourd’hui et de demain, pour...
KEBA, la société autrichienne qui met en musique les bornes de recharge
Nouvel adhérent à l’AVEM, KEBA est concepteur et fabricant de bornes de recharge intelligentes pour véhicules électriques. Afin de mieux comprendre l’offre de KEBA, nous...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact