Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 19/06/2018 à 06:00 par Philippe Schwoerer - Lu 3055 fois - 9 commentaires


Résiliation du contrat Bolloré-Autolib’ : Ils réagissent !


A la suite d’un courrier daté du 25 mai, adressé par le groupe Bolloré au syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole, la concession accordée à l’industriel breton devrait disparaître. Dans ce document, le délégataire réclame le versement « de 233 millions d’euros, au titre du déficit prévisionnel du service Autolib’, à défaut de quoi une procédure de résiliation du contrat serait engagée dans un délai d’un mois ». Trois témoins réagissent pour l’Avem à cette annonce qui ne condamnerait a priori pas pour autant le service, mais qui laisse envisager de sérieuses difficultés prochaines pour les abonnés.

Pas une nouveauté

L’annonce d’un déficit pour l’exploitation du service Autolib’ n’est pas une nouveauté. En février 2017, il avait été évalué à environ 180 millions d’euros pour la fin de la délégation du mandat à Bolloré en 2023, dont 120 millions auraient été à solder par la centaine de communes supportant le service (65 millions pour la Capitale). Adjoint EELV aux Transports à la mairie de Paris, Christophe Najdovski avait alors rejeté le principe que les contribuables des villes desservies épongent la dette, souhaitant au préalable obtenir les résultats d’un audit et d’une étude indépendante avec, pour finalité, de disposer de précisions et préconisations pour sortir de cette situation. Aujourd’hui, ce ne sont plus 120 mais 223 millions que Bolloré réclament, pour un service qui est loin de faire positivement l’unanimité. Voilà pourquoi le syndicat mixte Autolib’ Vélib’ souhaite se désengager de l’actuel contrat pour le confier à un autre opérateur.

Refus catégorique

Réunis vendredi dernier 15 juin 2018, les maires des communes adhérentes au service « ont souligné leur refus catégorique de verser la somme demandée par le groupe Bolloré, dont le montant apparaît excessif et dont les fondements semblent particulièrement contestables », peut on lire sur le site du syndicat qui estime « inenvisageable de maintenir à flot un service déficitaire et dont la qualité tend depuis plusieurs mois déjà à se dégrader, tant en matière de propreté et d’entretien qu’en matière de disponibilité des véhicules ». Dans 2 jours, jeudi 21 juin, le conseil syndical examinera la résiliation du contrat avec Bolloré. Présidente du syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole, Catherine Baratti-Elbaz a formulé quelques exigences si la rupture de l’accord devenait effective. Cette opération « ne doit pas peser sur les usagers », prévient-elle, promettant de faire « le maximum pour que le service ne s’arrête pas du jour au lendemain », et comptant sur l’industriel breton pour faire « preuve de responsabilité » et « prévoir une transition acceptable vers de nouveaux services ». Sa position, que l’on pourrait qualifier d’offensive, se comprend par les propositions « de nombreux constructeurs, loueurs et startups » qui « ont fait part ces derniers mois de leur intérêt à développer l’autopartage dans le Grand Paris ».

Des conditions à respecter

De son côté, Bolloré a rappelé à travers un communiqué daté également du 15 juin, que, si la possibilité est contractuellement ouverte au syndicat de résilier l’accord, le contrat de délégation de service public prévoit dans cette situation : « le paiement des pertes supportées par le concessionnaire au-delà d’une somme forfaitaire de 60 millions d’euros soit, à fin 2017, 150 millions d’euros ; le transfert de l’ensemble du personnel de la société Autolib’ ; la reprise à la valeur nette comptable des biens du service ; le versement d’indemnités sur les contrats en cours ; la prise en compte des dédommagements commerciaux envers les usagers ». La facture sera donc salée, que la collaboration continue ou soit précipitamment résolue. Pour sa défense, Bolloré plaide : « Les dirigeants du syndicat mixte ont été régulièrement informés de la dégradation financière d’Autolib’ résultant notamment de la concurrence des VTC et du déploiement de stations trop ambitieux imposé par le syndicat ». Et assure que la société Autolib« a proposé au cours des derniers mois des solutions financières et opérationnelles infiniment moins coûteuses et sans interruption du service », systématiquement rejetées par le syndicat.

Un service en cours de délabrement

Alain R., technicien retraité spécialisé en véhicules électriques, ne possède pas de VE. Grâce au service Autolib’ auquel il a été abonné pendant 2 ans, il en utilisait un pour venir au plus court à Paris depuis la petite couronne où il réside. « J’ai résilié mon abonnement principalement à cause de l’état intérieur comme extérieur des voitures. Un jour, je me suis dit : ‘Je ne rentre plus là-dedans’ », confirme-t-il au sujet de l’entretien des véhicules. « Je ne mets pas en doute le sérieux des équipes de nettoyage et réparation, mais j’imagine bien que des voitures passent régulièrement à travers quand elles sont utilisées alors que les techniciens effectuent leur tournée de repérage des exemplaires à rafraîchir », modère-t-il. « Maintenant, je prends les transports en commun qui sont moins coûteux », révèle-t-il. Parmi les points perfectibles qu’il a notés : « La location court tant qu’on n’a pas reçu un texto de fin d’utilisation ; il faut parfois le réclamer, ce qui fait qu’on paye dans ces cas au moins 15 minutes supplémentaires » ; « Le GPS ne sait pas nous proposer des itinéraires pour éviter les bouchons » ; « Quand j’ai résilié mon abonnement, je n’ai reçu aucun retour ni proposition commerciale : ça m’a fait bizarre ! ».

La fin des Bluecar attendue

Pour Frédéric F. qui habite et travaille à Paris : « Autolib’ m’a permis d’avoir un premier contact avec les véhicules électriques, et en particulier les voitures électriques ». Il poursuit : « J’appréciais plutôt assez bien le service, mais la croisade menée par Stéphane Lhomme de L’Observatoire du nucléaire m’a renseigné sur l’énorme gâchis énergétique que constituent les Bluecar pour maintenir la température de fonctionnement de leurs batteries. Je n’ai pas voulu apporter ma caution à cette technologie ». Et maintenant ? « J’ai investi dans un scooter électrique à batterie amovible que je recharge chez moi. Quand il ne répond pas à mes besoins, j’utilise les transports en commun, un taxi ou un VTC ». Il assure : « Si Autolib’ était repris par un autre opérateur, avec des voitures électriques plus adaptées à l’idée que je me fais de la mobilité durable, sans doute que je l’utiliserais occasionnellement. Mais je conserverais mon scooter électrique que je maintiens dans un état irréprochable ».

Un service qui doit perdurer

« Avec mon adhésion à Autolib’, j’ai abandonné l’idée de posséder une voiture », souligne Kevin M., jeune cadre dans une banque. Lui aussi vit à Paris où se trouve son bureau. « C’est vrai que les voitures sont parfois dans un état repoussant, mais je souhaite que ce service perdure, quel qu’en soit l’opérateur. Ma compagne et moi ne résidons pas ensemble, par choix. Elle habite et travaille dans une même ville de banlieue, et je ne souhaite pas qu’elle rentre seule, tard le soir, en prenant les transports en commun. Je la raccompagne donc chez elle le plus souvent avec une Bluecar quand elle doit se lever tôt pour rejoindre l’hôpital où elle exerce », avoue-t-il. Il espère que « la dette réclamée par Bolloré ne soit pas à la charge des Franciliens, même de manière indirecte ». Pour lui aussi, les voitures de Bolloré ne sont pas les mieux adaptées au service. « Passez d’une Bluecar à une Renault Zoé, une Smart ED, une BMW i3 ou une Peugeot iOn, et vous verrez la différence ! », conclut-il.


Mots clés : Bolloré | Autolib | électrique | voiture | véhicule | résiliation | déficit | Bluecar
Catégories : Voiture électrique | Voiture électrique en libre-service et auto-partage |

Commentaires

Posté le 19-06-2018 à 08:08:37 par Beau gachis...

... d’in industriel génétiquement têtu...

Et la fin d’un immense contresens : une voiture qui consomme plus à l’arrêt qu’en déplacement... Cette techno Li multicouches s’arrête là, elle aura coûté au groupe plus d’un milliard d’euros, encore plus que les 800 millions engloutis par Renault dans le gag-arnaque Better Place... A chacun ses records...

Mais positivons : le retrait de Bolloré et la fin de la Bluecar va permettre l’arrivée massive des solutions d’autopartage, avec des véhicules innovants adeptes du Free Floating. C’est une évolution majeure.

Place aux jeunes, Vincent, tu n’as pas remarqué que tu avais pris un sérieux coup de vieux, les Guignols avaient pourtant essayé de te le faire comprendre... :)

Posté le 19-06-2018 à 10:41:53 par Christophe

Reste à savoir si ces nouveaux véhicules en Free Floating feront mieux en terme de pollution.
Parce que la Bluecar avec sa masse contenue et ses pneus étroits est parmi les plus efficientes. A l’époque du choix, la Mia faisait beaucoup mieux...mais manifestement cela n’a pas été retenu dans les critères, tout comme la consommation d’énergie à l’arrêt.
Le Twizzy est bien classé aussi mais c’est un quadricyle.

Posté le 19-06-2018 à 11:55:09 par Vérité

Le free floating est-il vraiment la meilleure solution pour réduire l’usage de la voiture ?
L’un des problèmes justement de Autolib’ est de ne l’avoir pas réduit, certains études affirment même qu’il a détourné des utilisateurs des transports en commun et du vélo.

Posté le 19-06-2018 à 15:26:01 par Sebastien GALL

Savez-vous si les BlueLy à Lyon et les Bluecub à Bordeaux vont suivre le même sort?
Cordialement, Sébastien
https://green-mobility-solution-sebastien-gall.business.site/

Posté le 19-06-2018 à 16:01:37 par Vérité

BlueLy à Lyon et Bluecub à Bordeaux ce ne sont pas des DSP (uniquement occupation du domaine public non facturée).
Donc si elles ne suivent pas le même sort c’est bien que le système peut être rentable.

Posté le 19-06-2018 à 16:02:59 par àlancienne448

Quelque soit le bout par lequel on prenne le problème on parvient toujours au même résultat en économie néolibérale : la faillite.La servitude volontaire qui prend la forme de la « Délégation de Service Public » (D.S.P.)fonctionne toujours suivant le même principe :les intérêts privés (Bolloré and Co)se partagent les profits tandis que la collectivité (le Bien Public)se partage les dettes.Le néolibéralisme (l’Etat au service des puissants intérêts privés)n’est viable ni économiquement,ni socialement,ni écologiquement,ni internationalement (cf Bolloré and Co qui fait de substantiels profits à l’ombre des dictatures africaines dans le cadre d’un capitalisme colonial rénové).Bref c’est un échec patent.Il convient d’en tirer TOUTES les conclusions.

Posté le 19-06-2018 à 18:51:49 par electronlibre

@àlancienne448
C’est tout à fait cela, le néolibéralisme est malheureusement devenu le bizness-model avec la complicité des élus...

Posté le 21-06-2018 à 10:29:37 par Dongbasle

@electronlibre
Je suis assez d’accord avec vous.

Posté le 22-06-2018 à 15:37:30 par Christophe

https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/autolib-pourquoi-bollore-a-echoue-a-paris-alors-qu-il-reussit-a-lyon-sans-subvention-1475747.html

"Malgré l’absence de subventions de la région lyonnaise en faveur de Bolloré, l’industriel, dont les frais de fonctionnement sont sans doute moindres, y propose des prix bien plus attractifs qu’à Paris. À Lyon, l’abonné Bluely paie 48 euros par an, et 6,30 euros la demi-heure. Le Francilien se voit facturer plus du double à l’année -120 euros- et 6,90 chaque demi-heure d’utilisation."



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Expert en thermodynamique, AKG est présent aux journées Avem
Les journées Avem de l’électromobilité (voir le site dédié) s’ouvrent aujourd’hui à Cagnes-sur-Mer, jusqu’à samedi 22 septembre 2018. Le groupe familial allemand AKG,...
Plus du million de kilomètres parcourus avec le réseau Brev’Car (22)
Jean Gaubert, en sa qualité de président du syndicat de l’énergie des Côtes-d’Armor, a donné hier, mardi 18 septembre 2018, une conférence de presse, en marge de la...
Les échos de l’Electric Tour 35 organisé par le SDE d’Ille-et-Vilaine
A la croisée des genres, et avec quelques jours d’avance sur la 17e édition de la Semaine européenne de la mobilité programmée du 16 au 22 septembre 2018, l’Electric...
Des Swincar à louer pour s’éclater en Bretagne
L’Avem avait déjà croisé la route du Swincar, à l’édition 2015 du salon du véhicule électrique de Val-d’Isère (73). Emmanuel Maumon avait écrit de ce quadricycle léger :...
Un budget de 350 millions d’euros pour le plan vélo
Si des associations, - dont la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB) -, espéraient pouvoir compter sur un budget de 200 millions par an pour encourager le...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact