Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 22/02/2017 à 09:00 par Emmanuel MAUMON - Lu 3882 fois - 14 commentaires


SIAM 2017 : le GPL se pose en alternative


Si le SIAM 2017 qui vient de se dérouler à Monaco a fait la part belle aux voitures électriques, il a également mis en lumière un autre type de véhicules écologiques, plus rarement sous le feu des projecteurs : les véhicules fonctionnant au GPL. Les trois premières mondiales présentées lors de ce salon de l’auto concernaient d’ailleurs des véhicules GPL. Le constructeur italien DR Automobile a ainsi dévoilé deux modèles bi-carburant dont l’un, la DR Evo5, aux couleurs de la Principauté. MonteCarlo Automobiles présentait lui son dernier bolide de course, alimenté au GPL, avec lequel il ambitionne de prendre part aux 24 Heures du Mans. Enfin, lors de son Forum de l’Automobile Ecologique, le SIAM a organisé une table ronde dédiée au GPL qui se pose plus que jamais en énergie alternative.


Un carburant écologique et économique


Si le GPL, combinaison de gaz butane et propane, se pose en alternative pour rendre plus propre la mobilité, c’est tout d’abord parce que c’est un carburant écologique. Lors du forum, Samuel Maubanc, de la Fédération Européenne du GPL, a indiqué que si le gain environnemental était déjà de 15 à 20% en matière d’émission de CO2 par rapport à une carburation essence, il était encore plus important sur les émissions de polluants avec 98% de moins d’émission d’oxydes d’azote (NOx) que le diesel et 90% de moins d’émission de particules fines. Des chiffres obtenus à partir de tests en condition de roulage et non en laboratoire. Grâce à une fiscalité avantageuse, rouler au GPL permet aussi d’économiser 30% en coût de carburant en France. En Belgique, le gain est même de l’ordre de 50%. Aujourd’hui, le GPL est le carburant alternatif le plus développé en Europe avec 8 millions de véhicules GPL circulant sur les routes de l’Union européenne. Plutôt que de s’opposer, notamment à l’électrique, le GPL mise plutôt sur la complémentarité des solutions alternatives pour continuer à se développer.





Le GPL en mode bi-carburant


Avec ses 2,1 millions de véhicules circulant en Italie (10 fois plus qu’en France), le GPL attire l’attention des constructeurs transalpins. Pas étonnant dès lors que DR Automobile propose des versions bi-carburant GPL et méthane sur ses deux modèles présentés en première mondiale au SIAM. Avec le DR4, le constructeur complète sa gamme de SUV avec ce crossover qui, par son design, ses dimensions, ses équipements et son prix, se place sur le marché de façon transversale par rapport à d’autres segments. La cinquième évolution du symbole de la maison italienne : la DR Evo5 Monte Carlo conserve sa forme classique même si elle a fait l’objet d’un important restyling. Résultat d’un partenariat avec MonteCarlo Automobiles, fondée en 1983 par le pilote Fulvio Maria Ballabio, la version Monte Carlo dévoilée au SIAM se caractérise par une livrée et des intérieurs qui rappellent les couleurs monégasques, mais surtout par le fait d’être bi-carburant (GPL et Méthane).





Le GPL en version course


Pilote, ingénieur, constructeur et accessoirement Consul de Monaco en Amérique du Sud, Fulvio Mario Ballabio ne croit pas uniquement aux vertus du GPL pour les SUV de DR Automobile, mais aussi pour ses voitures de course. La nouvelle Tecno MonteCarlo dévoilée au SIAM 2017 n’est d’ailleurs pas son coup d’essai puisque ses voitures alimentées au GPL sont présentes avec succès sur les circuits depuis 2012. De quoi démontrer que le GPL n’est pas réservé uniquement à de petites voitures, mais pouvait aussi être efficace sur des moteurs de grosses cylindrées. Son dernier bolide, qui utilise le GPL pour alimenter un moteur 12 cylindres d’origine Volkswagen, est d’ailleurs capable d’atteindre les 300 km/h tout en étant conçu pour les courses d’endurance puisque Fulvio Mario Ballabio compte bien prendre le départ des 24 Heures du Mans en 2018. En attendant, la Tecno MonteCarlo W12 GPL fera ses preuves sur les courses d’une nouvelle compétition d’endurance.





Une nouvelle compétition d’endurance


Organisateur depuis de nombreuses années en Italie du plus grand championnat dans les catégories GP, Tourisme et Sport Prototypes, Sergio Peroni a profité de la tribune du SIAM 2017 pour présenter le nouveau défi qu’il vient de lancer. Un nouveau championnat d’endurance avec des courses de 3 ou 6 heures disputées sur 5 circuits prestigieux dont le premier sera, en avril, celui du Mugello. Une compétition qui ne sera pas seulement ouverte aux véhicules GPL, mais à toutes les solutions alternatives, y compris l’hybride ou l’électrique. L’occasion sera ainsi donnée aux constructeurs de tester de nouveaux systèmes de propulsion en compétition, ce qui constitue le meilleur moyen pour progresser rapidement. L’autre objectif de Sergio Peroni est de rehausser l’image du sport automobile, souvent accusé par la presse d’être trop polluant. Après la Formula E, cette nouvelle compétition d’endurance entend démontrer le contraire, tout en gardant un haut niveau de performance.







Pour plus d'information

1er Salon International de l’Automobile de Monaco
Nicolas A. HESSE
2 rue du Gabian
«Les Industries» 8e étage
98000 Monaco

Site : http://www.salonautomonaco.com/

1er Salon International de l’Automobile de Monaco est adhérent de l'AVEM et soutient nos actions.
Accéder à la fiche adhérent de 1er Salon International de l’Automobile de Monaco


Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | SIAM 2017 | GPL | DR Automobile | MonteCarlo Automobiles
Catégories : Pollution & qualité de l'air |

Commentaires

Posté le 22-02-2017 à 09:11:34 par Arnaud L

"il était encore plus important sur les émissions de polluants avec 98% de moins d’émission d’oxydes d’azote (NOx) que le diesel et 90% de moins d’émission de particules fines. Des chiffres obtenus à partir de tests en condition de roulage et non en laboratoire."
Ces chiffres ont-ils été publiées ? Si oui où peut-on les trouver ? Si non, est-il prévu de les rendre public ?

Posté le 22-02-2017 à 09:20:07 par Arnaud L

Pour l’instant quand je compare, avec les seules données accessibles, un diesel et un véhicule au gaz naturel, cela donne :
Skoda GNV (Erdgasbetrieb) :
HC: 13 mg/km
CO: 91 mg/km
NOx: 10 mg/km
Partikelmasse: 1,0 mg/km
Partikelanzahl: 0,24484 10¹¹/km
https://www.adac.de/infotestrat/tests/eco-test/detail.aspx?IDMess=3925 info=Skoda+Octavia+Combi+1.4+TSI+G-TEC+Style+(Erdgasbetrieb)

E220d :
HC: 3 mg/km
CO: 13 mg/km
NOx: 24 mg/km
Partikelmasse: 0,4 mg/km
Partikelanzahl: 0,00248 10¹¹/km
Sur tous les polluants (hormis le NOx) elle est moins émettrice, notamment elle émet 99 fois moins de particules / km."
https://www.adac.de/infotestrat/tests/eco-test/detail.aspx?IDMess=3903 info=Mercedes+E+220+d+9G-TRONIC

Et la "molécule" de GPL (butane et propane, respectivement 3 et 4 atomes de carbone) étant plus lourde et plus complexe que la molécule de méthane (1 atome de carbone) je suis sceptique sur une meilleure combustion moins génératrice de particules hormis avec un FAP.

Posté le 22-02-2017 à 11:39:56 par Christophe

@Arnaud L
Excellentes question et remarque.
Je m’interroge aussi d’autant plus que la technologie GPL a été abandonnée sur les bus.
Remarquez la technologie GNV a bien failli faire pareil, c’est la demande sur des PL qui l’a relancée (pour des questions d’émissions de GES pas de polluants, même si on veut nous faire croire le contraire).

Posté le 22-02-2017 à 12:02:02 par Emmanuel Maumon

Comme indiqué dans l’article, ces chiffres ont été annoncés au SIAM 2017 par la Fédération Européenne du GPL (European LPG Association). Ils ont été obtenus après une série de tests réalisés selon la méthodologie RDE en conditions normales de circulation. La Fédération a publié une synthèse des résultats sur son site www.aegpl.eu

Posté le 22-02-2017 à 17:16:34 par Arnaud L

La synthèse est disponible ici : http://www.aegpl.eu/media/165640/rde_trifold_anonymised_web.pdf
Elle compare donc les émissions de 5 véhicules différents bicarburation avec comme carburant l’essence puis le GPL.
"For comparison purposes, one vehicle was also testedin its Euro 6 diesel version, with a particulate filter", ce qui se traduit par "A des fins de comparaison, un véhicule a également été testé dans sa version diesel Euro 6, avec un filtre à particules". On ne nous dit pas lequel parmi les 5. Ce qui ne permet pas de savoir quel est le système employé pour traiter les NOx, les 5 marques représentées ne semblent pas employer les meilleurs systèmes (SCR type Mercedes et PSA).
Par contre on peut remarquer que systématiquement en nombre les émissions de particules en carburation essence sont toujours bien supérieures à celle en carburation GPL et pour 4 d’entre eux supérieures aux limites imposées aux diesel par l’Euro5.
La production de particules du véhicule dans son modèle diesel est bien inférieure à celle du modèle essence et inférieur à celle du modèle GPL (Car #2).
L’affirmation "90% de moins d’émission de particules fines" semble donc s’appliquer par rapport à la carburation essence. Pour l’affirmation sur les NOx en l’absence d’indication du système équipant le modèle diesel, c’est compliqué de se faire une opinion.
En tout état de cause, cela confirme bien que les moteurs essence produisent maintenant beaucoup plus de particules que les diesel.
Chacun se fera son opinion.

Posté le 22-02-2017 à 17:19:00 par Arnaud L

@Christophe
Cela explique donc pourquoi les constructeurs de bus ont abandonné la technologie GPL et qu’ils voulaient abandonner la technologie GNV.
Pour obtenir des émissions aussi faibles qu’avec des moteurs diesel, il fallait passer par l’installation de Filtres A Particules, renchérissant les bus déjà plus chers que leurs homologues diesel et je ne parle pas des installations de sécurité dans les ateliers et de ravitaillement.

Posté le 22-02-2017 à 12:02:02 par Emmanuel Maumon

Comme indiqué dans l’article, ces chiffres ont été annoncés au SIAM 2017 par la Fédération Européenne du GPL (European LPG Association). Ils ont été obtenus après une série de tests réalisés selon la méthodologie RDE en conditions normales de circulation. La Fédération a publié une synthèse des résultats sur son site www.aegpl.eu

Posté le 23-02-2017 à 08:29:48 par Arnaud L

Le constat fait interpelle.
Comment a-t-on pu collectivement penser que la combustion de certains produits n’émettait pas de particules ?
On en arrive donc aux aberrations suivantes :
https://www.adac.de/infotestrat/tests/eco-test/detail.aspx?IDMess=3915 info=smart+fortwo+cabrio+0.9+turbo+prime+twinamic
Partikelmasse: 44,6 mg/km Partikelanzahl: 828,44357 10¹¹/km
Pour mémoire la limite pour les diesel depuis l’Euro 5 (à partir de septembre 2009) est à 6 10¹¹/km.
Qu’en est-il des autres versions de ce moteur qui est installé sur une citadine plus courante ?
A quand une réponse des législateurs, en imposant les mêmes limites à tous les véhicules et donc les mêmes tests ? Ainsi que la publication des résultats afin que les utilisateurs le fasse en connaissance de cause.

Posté le 23-02-2017 à 10:19:47 par Christophe

@Arnaud L
Et les tests devront quantifier tous les polluants et plus particulièrement toutes les particules.

http://www.caradisiac.com/Diesel-la-grosse-partie-des-particules-ne-vient-pas-de-l-echappement-94578.htm

« En 2010, les véhicules Diesel étaient catalysés mais le filtre à particules (FAP) n’était pas encore obligatoire. Aussi, un véhicule Diesel Euro 2 (avec catalyseur d’oxydation mais pas de FAP, NDLR) parcourant environ 40 000 km émettait en moyenne 4 kg de particules à l’échappement, 4 à 6 kg de particules provenant de l’usure des pneus et 1 kg venant de l’usure des freins. Aujourd’hui, un véhicule Diesel aux normes Euro 5 avec FAP émet toujours autant de particules dues à l’usure des pneus et des freins alors qu’à l’échappement, il n’en émet que 200 grammes ».
Jeau Paul Morin, chercheur à l’Institut National de la Santé et de la Rercherche Médicale.

En conclusion, plus de 95 % de la pollution aux particules d’une voiture diesel récente ne provient pas de la combustion.
4 kg en 40 000 km = 100 mg
6 kg en 40 000 km = 150 mg
A comparer aux 4,5 mg/km maxi. pour la combustion.

Posté le 23-02-2017 à 19:14:21 par David

Gaz naturel = GNV
GPL = Gaz pétrolier liquéfié.
Il y a du mélange dans vos discutions.
De plus, une euro 5 en GPL, passe sans soucis la norme euro 6.
C’est d’ailleurs par ce principe, que Dacia, a écoulé ces vieux moteurs Renault.

Posté le 24-02-2017 à 09:29:53 par PMC

C’est quoi le rapport entre les VE et cet article ?

Posté le 28-02-2017 à 17:45:21 par aegir

@Arnaud L

Je connais aussi cette vieille étude de l’ADEME. C’était à l’époque de Euro 3, mais c’est toujours intéressant.

http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/25171_rapport_gpl.pdf

Posté le 01-03-2017 à 12:59:34 par Arnaud L

@aegir
Merci pour le lien.
Je retiens
* page 6 : "les émissions de particules des véhicules GPL sont (...) équivalentes à celles des essence, avec de très faibles quantitées mesurées dont les différences ne sont pas significatives", mesure en g/km,
* page 11 : "Risque cancérigène" "l’impact des particules et largement prépondérant".
Donc depuis 2004, on sait que les essence émettent des particules qui ont un impact prépondérant sur le risque cancérigène et on ne s’en est jamais préoccupé.

Posté le 01-03-2017 à 20:08:18 par aegir

@Arnaud L

En fait, l’intérêt est là pour le GPL : Les polluants non réglementés, donc non mesurés, et qui sont pourtant hautement cancérigène. À savoir les composés cycliques (benzène et dérivés) page 7, qui peuvent faire jusqu’à -93% par rapport au diesel pour le Formaldéhyde, ou -83% par rapport à l’essence pour le butadiène. En fait les mesures sur ces polluants cancérigènes non réglementés ne sont jamais en défaveur du GPL.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Ever Monaco
Ever Monaco
Du 10/04/2018 au 12/04/2018 - Grimaldi Forum, Monaco

EVER de Monaco est un événement organisé chaque année par l'association MC2D (Monaco Développement Durable). Le salon est entièrement dédié aux véhicules écologiques et...
A lire également / sur le même thème DHL Express accélère sur l’électrique
Marque du groupe Deutsche Post DHL, DHL est le leader mondial du secteur de la logistique. Avec ses 350 000 collaborateurs qui interviennent dans plus de 220 pays, elle...
Mobilité électrique : Nissan précise ses intentions
Au lendemain de la troisième édition du Nissan Futures qui s’est déroulé le 2 octobre à Oslo, les journalistes français présents dans la capitale norvégienne ont été...
L’électromobilité au service du mix énergétique des transports
Si l’électromobilité est amenée à prendre une place de plus en plus importante au sein de la mobilité propre du futur que tout le monde appelle de ses vœux, il existe...
Interopérabilité et financement de la recharge
Grâce au déploiement progressif des infrastructures de recharge sur l’ensemble du territoire et aux progrès réalisés dans l’autonomie des véhicules électriques, la...
Territoires intelligents pour une gestion de l’énergie à venir
Rendre les réseaux électriques intelligents est essentiel au développement harmonieux de l’électromobilité. Pour y parvenir, les territoires jouent un grand rôle...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact