Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 09/05/2018 à 09:23 par EMMANUEL MAUMON - Lu 2281 fois - 4 commentaires


Tesla et Elon Musk font toujours la Une de l’actualité


Portée par son charismatique patron, Tesla fait régulièrement la Une de l’actualité. Après une période euphorique durant laquelle le cours de ses actions s’est envolé, ces derniers temps sont plus difficiles pour de la firme californienne.
En refusant de répondre à certaines de leurs questions, Elon Musk s’est mis à dos les analystes financiers et la sanction n’a pas tardé à Wall Street où le cours de bourse s’est effondré.
Si la demande est là pour la Model 3, la production ne suit toujours pas à un rythme suffisant et beaucoup doutent désormais de la pérennité de l’entreprise. Petite éclaircie sur ce front de mauvaises nouvelles, l’ouverture de son réseau de Superchargeurs pourrait permettre à Tesla de trouver de nouvelles ressources, tout en réjouissant de nombreux possesseurs de véhicules électriques.

Elon Musk se met à dos les analystes financiers

C’est le 2 mai, lors d’une conférence téléphonique sur les résultats financiers de Tesla, qu’Elon Musk a sèchement éconduit les questions de deux analystes qu’il ne jugeait « pas cool mais ennuyeuses, voire ridicules ». Ces questions portaient pourtant sur de vrais sujets d’actualité en interrogeant le patron de la marque sur le carnet de commandes de la Model 3 et les besoins de financement de Tesla. Les investisseurs n’ont pas apprécié ce dédain affiché par Elon Musk et, dès le lendemain à Wall Street, le cours de l’action de la firme californienne plongea de 5%.
Depuis, Elon Musk a fait amende honorable en admettant qu’il avait été « stupide » en refusant de répondre en direct aux questions des analystes financiers, surtout après la publication par le constructeur de la plus lourde perte trimestrielle de son histoire. Car si Tesla ne brule pas d’essence, elle consomme par contre beaucoup de cash (700 millions de dollars au cours des 3 derniers mois). La firme de Palo Alto cultive aujourd’hui le paradoxe d’être la plus forte capitalisation boursière du secteur automobile, tout en étant dernière dans les classements de rentabilité.



Tesla au bord de la faillite ?

Cette situation n’est pas sans risque au point que bon nombre d’observateurs s’interrogent aujourd’hui sur la viabilité de l’entreprise. Déjà menacée de faillite en 2008, Tesla avait alors été sauvée par de multiples levées de fonds obtenues grâce à l’image charismatique d’Elon Musk qui avait réussi à convaincre de nombreux investisseurs de croire à son projet sur le long terme. Mais aujourd’hui le niveau de sa dette est abyssal et continue d’augmenter pour payer les frais financiers et satisfaire des besoins d’investissements énormes. Selon le journal Bloomberg, Tesla sera prochainement confrontée à deux très lourdes échéances de remboursement (230 millions de dollars en novembre et 920 millions de dollars en mars 2019).
Si elle ne parvient pas à y faire face, elle se retrouvera alors à une période cruciale de son histoire. Comme Tesla perd aujourd’hui de l’argent sur chaque voiture produite et vendue, elle sera sans doute contrainte à procéder rapidement à de nouvelles levées de fonds même si Elon Musk prétend le contraire. Même si les investisseurs ont beaucoup à perdre en cas de faillite de l’entreprise, on peut légitimement se demander jusqu’à quand ils la soutiendront. Quoiqu’il en soit, Tesla a tout intérêt à régler au plus vite ses problèmes de production.



Les limites de l’automatisation de ses usines

En effet aujourd’hui les soucis de Tesla ne viennent pas des ventes de ses modèles et le constructeur serait même victime de son succès. Plusieurs centaines de milliers de Model 3 ont déjà été précommandées mais la production ne suit pas et les retards de livraison s’accumulent. Alors que le rythme hebdomadaire de production devait être de 5 000 exemplaires fin 2017, seulement 2 000 Model 3 sortent aujourd’hui chaque semaine de l’usine de Fremont. Tesla, qui n’est pas un constructeur automobile historique, touche du doigt les problèmes d’une production de masse.
Là encore, Elon Musk vient de faire son mea culpa en admettant que l’automatisation excessive de son usine avait été son erreur et que l’introduction massive de technologies de pointe, tant dans le véhicule que dans la production, aurait dû se faire par étapes. Il tente de reprendre directement les choses en main et n’a pas hésité à arrêter par deux fois les chaînes de production afin d’améliorer l’automatisation et de résoudre les problèmes de goulots d’entraînement. Il annonce également le recrutement de plusieurs milliers de personnes pour atteindre un nouvel objectif de production de 6 000 voitures/semaine d’ici la fin du mois de juin. Une mesure qui accroîtra encore l’endettement du constructeur.



Vers une ouverture du réseau des Superchargeurs

Pour trouver de nouvelles ressources, Tesla songe à ouvrir à d’autres voitures que les siennes son réseau de Superchargeurs, le plus performant et le plus étendu d’Europe avec 400 stations à ce jour. L’idée n’est d’ailleurs pas nouvelle puisque, dès 2014, Elon Musk s’était dit ouvert à ce que d’autres constructeurs puissent accéder à ses bornes de recharge rapide. A condition cependant qu’ils s’acquittent d’une redevance et adaptent leurs modèles au système particulier de Tesla. Si les Superchargeurs disposent de prises de type 2, ils fournissent du courant continu alors que les voitures de la plupart des constructeurs demandent du courant alternatif.
Aujourd’hui on est toujours au stade de l’idée, mais celle-ci pourrait bien être en train de prendre corps. Le rapprochement pourrait s’opérer autour du réseau de charge ultra-rapide Ionity créé principalement à l’initiative des constructeurs allemands (BMW, Daimler, Volkswagen). Un réseau qui devrait compter 400 stations d’ici à 2020 et que Tesla pourrait bien rejoindre. Peu probable pour l’instant que l’un des deux réseaux change toutes ses prises, mais la solution pourrait venir d’un adaptateur qui permettrait aux voitures de se recharger.






Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | Tesla | Model 3 | Superchargeurs | Elon Musk | Ionity
Catégories : Voiture électrique |

Commentaires

Posté le 10-05-2018 à 16:14:15 par Tilmann

Lu dans l’article : "Si les Superchargeurs disposent de prises de type 2, ils fournissent du courant continu alors que les voitures de la plupart des constructeurs demandent du courant alternatif." Otez-moi un doute : la recharge rapide Chademo et Combo, c’est bien du courant continu, non !?

Posté le 10-05-2018 à 20:15:48 par Roger

Solvable ou pas, Tesla ? J’hésite à précommander une Model3 maintenant !

Posté le 12-05-2018 à 14:30:02 par Silly

Ne vous laissez pas impressionner : Tesla reste une entreprise vivante et d’avenir.

Posté le 15-05-2018 à 12:44:14 par bigbuejlr

Tesla dérange énormément de monde ...
certains analystes disent que les model 3 de BMW ne se vendront bientôt plus du tout aux US. c est pourtant leur plus grosses ventes.
tous les constructeurs voudraient voir partir Tesla en fumée comme ca ils pourraient ranger leurs VE aux placards et recommencer le business as usual...
Il semble qu ils sont parvenus à fabriquer 638 model 3 en 24h et 4290 en 7 jours consécutifs... faites le calcul sur un mois à 55000 uds piece ca fait 1 milliards par mois ! plus 4 credit ZEV par voiture à 5000 usd qu ils peuvent vendre quand ils veulent, ca fait plus de 350 millions supplémentaires... le mois de mai devrait etre exceptionnel pour Tesla. BMW n a rien à mettre en face ... une iX3 qui va sortir dans 2 ans avec 70 kwh seulement et une copie du model 3 dans 4 ans ... il y a encore un boulevard pour Tesla



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Autonomy
Autonomy
Du 18/10/2018 au 20/10/2018 - Grande Halle de la Villette à Paris

Autonomy fêtera sa troisième édition en 2018. Ce salon se présente comme le "Festival de la mobilité urbaine', et cela en présentant un très grand nombre de moyens de...
A lire également / sur le même thème Navya dévoile ses ambitions au Mondial de l’Auto
L’édition 2018 du Mondial de l’Auto de Paris a fermé ses portes hier en enregistrant plus de un million de visiteurs. Si elles ne représentent encore qu’à peine 1% du...
Eccity lance son model 3 au Mondial 2018
L’édition 2018 du Mondial de l’Auto, qui se déroule actuellement à Paris, fait aussi la part belle à la moto et aux scooters qui occupent le Pavillon 3 de la Porte de...
PSA au Mondial 2018 : des voitures de légende et une avancée vers l’électrique
Pour attirer l’attention des visiteurs du Mondial de l’Auto de Paris qui se déroule jusqu’au 14 octobre, le Groupe PSA a misé tout particulièrement sur deux concept-cars...
Smart : une nouvelle voiture pour célébrer les 20 ans de la marque
Pour célébrer ses 20 ans, Smart, qui avait étonné le monde de l’automobile de l’époque en présentant en 1998 au Salon de l’Auto la Smart Fortwo avec ses deux places dans...
Renault dévoile un nouveau concept-car : EZ-Ultimo
Si Renault n’a pas profité du Mondial de l’Auto de Paris pour donner des informations sur la future remplaçante de la Zoé qui continue à occuper la première place des...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact