Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 20/11/2017 à 06:00 par EMMANUEL MAUMON - Lu 1949 fois - 23 commentaires


Tesla : un Semi pour révolutionner le transport poids-lourd


Comme prévu, Elon Musk a bien créé l’évènement vendredi dans un hangar d’aéroport situé près de Los Angeles en dévoilant le prototype du Tesla Semi, un camion 100% électrique avec lequel il compte s’attaquer à une nouvelle frontière du transport vert en révolutionnant cette fois le monde des poids-lourds. Avec ses lignes futuristes, ce Tesla Semi conçu pour être « aérodynamique comme une balle » détonne dans cet univers et ses performances étonnantes pour un camion électrique pourraient séduire de nombreux acheteurs potentiels. Même si Tesla n’annonce son entrée en production que fin 2019, plusieurs réservations venant notamment de géants américains et canadiens de la grande distribution ont déjà été enregistrées quelques heures après sa présentation durant laquelle Elon Musk a fait sortir, non pas de son chapeau mais de la remorque de son Semi, une autre surprise : une nouvelle version de sa Roadster, premier modèle de la marque il y a quelques années. Une Roadster aux accélérations stupéfiantes, pouvant notamment passer de 0 à 100 km/h en moins de 2 secondes.


Des performances révolutionnaires pour l’électrique


Sans atteindre celles de la Roadster, les performances annoncées pour le Tesla Semi sont impressionnantes pour un camion électrique. Ce semi-remorque doté de 4 roues et de 4 moteurs indépendants est toute même capable d’atteindre les 100 km/h en 20 secondes avec son chargement de 40 tonnes et en 5 secondes lorsqu’il est à vide. Côté autonomie, le Semi ne rivalise pas avec un poids-lourd équivalent équipé d’un moteur diesel, mais il permet tout de même de rouler durant 800 kilomètres à la vitesse maximum autorisée sur autoroute et avec la totalité de son chargement. Si Elon Musk n’a rien dévoilé sur le type de batteries utilisé, une telle autonomie laisse envisager une puissance de l’ordre de 350 kW. Pour les recharger, Tesla envisage de déployer un réseau mondial de Megachargeurs, une version plus puissante que les Superchargeurs actuels. Avec un tel dispositif, les Tesla Semi pourraient récupérer près de 650 km d’autonomie en 30 minutes.





Un camion semi-autonome


Le Tesla Semi n’est pas seulement un camion 100% électrique, il est aussi semi-autonome. Il dispose en effet de l’Autopilot et des mêmes fonctionnalités d’assistance au pilotage que la Tesla Model 3 avec ses fonctions pour améliorer la sécurité comme le freinage d’urgence ou le maintien dans la file. Son système de caméras offrant une visibilité à 360° autour du véhicule, de capteurs à ultrasons permettant de détecter d’éventuels obstacles et de radars capables de voir à travers de fortes pluies ou du brouillard, offre une perception de l’environnement très supérieur à celle d’un conducteur. Le Tesla Semi sera même doté d’une fonction inédite permettant à plusieurs véhicules sans chauffeur de suivre automatiquement un véhicule leader piloté par un conducteur humain. Un dispositif permettant de réduire des coûts salariaux et qui sera particulièrement utile pour des trajets avec une bonne part d’autoroute.





Un poste de pilotage new-look


Si cette fonctionnalité dite du « Platooning » utilisée pour le déplacement en convoi fait un peu l’impasse sur les conducteurs, ces derniers n’ont pas été totalement oubliés par Tesla qui a conçu à leur intention dans son Semi une cabine de pilotage new-look qui se distingue très nettement des cabines, par particulièrement avenantes, des camions traditionnels. Dans ce Tesla Semi, le chauffeur occupe une position centrale qui lui offre davantage d’espace et une excellente visibilité. De chaque côté, il dispose de deux grands écrans tactiles horizontaux sur lesquels il a accès à une multitude d’informations aussi bien sur la navigation que sur le comportement du véhicule et l’état de charge du camion. Un second siège rabattable permet si besoin d’installer un passager dans la cabine. Par contre, aucun couchage n’est prévu ce qui est finalement assez logique au vu de l’autonomie du Semi qui ne le prédestine pas à du transport de très longue distance, mais plutôt à des parcours avec retour au point de départ dans la journée.





Les cibles du Tesla Semi


Mais comme, selon Elon Musk, 80% des trajets en camion font moins de 400 kilomètres, cela laisse de belles opportunités commerciales pour le Tesla Semi. Le secteur de la grande distribution se montre déjà très intéressé pour bon nombre de ses transports de marchandises qu’il souhaite rendre plus « propres », mais de nombreux autres secteurs travaillant « en boucle fermée » sur un plan régional sont également ciblés par la firme californienne. Pour les séduire, elle avance un argument économique. Si le prix n’a pas encore été annoncé, l’entreprise promet que son coût d’utilisation sera de 20% inférieur à celui d’un modèle diesel équivalent en intégrant l’ensemble des charges, y compris les coûts d’assurance et d’essence. Tesla a par ailleurs prévu de garantir l’ensemble de la chaîne de traction jusqu’à 1,6 millions de kilomètres parcourus. De quoi rassurer d’éventuels acquéreurs inquiets par le caractère particulièrement novateur du Tesla Semi.







Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | Camions électriques | Tesla | Tesla Semi



Commentaires

Posté le 20-11-2017 à 07:58:51 par N’importe quoi...

C’est carrément stupide, ce type est fou à lier...

L’électrique ne fait de sens, de par sa faible densité énergétique, que dans le cadre de la lutte contre la pollution urbaine, et notamment les très redoutables PM2.5, PM1.0 et nanoparticules SECONDAIRES qui se forment à l’extérieur du véhicule par recombinaison chimique du NO2, sur lequel tout le monde a triché...

Ces particules fines, ultrafines et nano sont à l’origine de l’explosion actuelle des "4A" : Asthme, Autisme, AVC et Alzheimer, cette dernière déjà au stade pré-pandémique étant sur le point de ruiner nos économies...

Le lithium étant en quantité finie, gardons-le précieusement pour le déploiement de VE compacts urbains, en autopartage.

C’est là que l’on peut et doit sauver des vies, pas en faisant le zazou à joystick sur autoroute avec un camion alourdi inutilement et en permanence de plusieurs tonnes de charge à cause de ses batteries.

Dix contre un que la bulle Tesla aura pété avant la commercialisation de cette chimère qui n’existera qu’en représentation 3D ou Concept…


Posté le 20-11-2017 à 08:17:28 par Et pour gagner du temps...

... et comprendre pourquoi cette chimère ne verra jamais le jour (les semi seront bien évidemment GNV puis hydrogène, faut vraiment être ballot ou X-Mines à Bercy pour ne pas le réaliser), taper sur Google Search : AVEM puis "Innovation Day" (avec les parenthèses), aller directement à la fin des commentaires et remonter. Tout y est. Bonne lecture.

Ou copier le lien suivant :
http://www.avem.fr/actualite-innovation-day-le-groupe-psa-precise-sa-strategie-dans-l-electrique-6062.html

Posté le 20-11-2017 à 09:24:13 par Paul

"Le secteur de la grande distribution se montre déjà très intéressé pour bon nombre de ses transports de marchandises qu’il souhaite rendre plus « propres »"
Pour transporter les marchandises du producteur aux entrepôts et des entrepôts aux magasins : c’est comme cela qu’un produit arrive à parcourir 2000 km entre le producteur et le magasin pourtant distants de moins de 10 km.
Pour transporter les différents composants d’un produit industriel des 4 coins du pays à l’usine et le produit fini vers une plateforme avant de finir dans un supermarché : c’est comme cela qu’un produit alimentaire parcoure en moyenne 3000 km avant d’arriver dans notre assiette.
Cela révolutionne quoi ? Rien, cela entretient juste un modèle.

Posté le 20-11-2017 à 09:31:13 par Psyl

@N’importe quoi...
"Le lithium étant en quantité finie, gardons-le précieusement pour le déploiement de VE compacts urbains, en autopartage."

Le Lithium ? Rare ? N’importe quoi, IL Y EN A PLEIN LA MER !
Les ressources de Lithium se situe entre celle de Cuivre et de Cobalt.
Par contre récupérer le Lithium de la mer est environ 10 fois plus cher que de le miner mais il y en a, plein !

Posté le 20-11-2017 à 09:37:09 par ZoéT

Le VE de trop de Tesla ? Je pense également que le GNV voire l’hydrogène sont mieux placés que l’’électricité pour les camions, sauf alimentation en roulant pour limiter la taille et le poids des batteries.

Posté le 20-11-2017 à 09:41:01 par Didier en réponse à "N’importe quoi..."

Votre camion il n’entre jamais dans des zones habités ? Je ne sais pas dans quel quartier ultra-privilégié vous vivez mais sachez que des camions on en voit beaucoup en ville, et énormément en banlieue et dans nos villages. D’ailleurs avec 800 km d’autonomie Musk ne s’attaque pas au transport internationale, d’autant qu’il a lui-même mis en avant le cas d’un transport aller-retour sur une charge.

Sinon purement pour la ville, et pour sauver nos réserves de lithium (puisque ça vous stresse), je vous conseille le vélo. Par contre difficile d’approvisionner votre supérette en vélo...

Posté le 20-11-2017 à 09:06:04 par ThankyouElon

Jusqu’à présent Tesla a réussi son pari : faire basculer les politiques des constructeurs de voitures polluantes vers la mise au point et la commercialisation de voitures exemptes de largage de carbone. Et ce, même s’il a dû taper d’abord dans le haut de gamme. ON aura bientôt avec la TM3 la démocratisation de ses efforts. Avec le poids lourd, c’est un peu pareil non ? Après ce modèle, on aura des camion messagerie et des utilitaires qui arriveront...
Enfin, j’admire ce nouveau roadster... Elon Musk ne dit pas "je vais tuer mon concurrent", alors que les constructeurs Allemands ne se privent pas de dire ça à propos de Tesla. Voyez la Mission E... Avec une telle démarche, il propulse vers le haut l’innovation. Mais pour nous, pauvres Français, on a dû mal à intégrer cette approche...

Posté le 20-11-2017 à 10:55:49 par Christophe

@ThankyouElon
"la commercialisation de voitures exemptes de largage de carbone", lesquelles ?
J’ai beau retourner le problème dans tous les sens, je n’en vois aucune.

Posté le 20-11-2017 à 11:27:05 par @ Psyl

Le coût d’extraction du lithium des océans est trop élevé pour faire du sens. On ne résout pas le problème de la faim dans le monde à coût de containers de caviar, pourtant hyperprotéique…

La moitié des réserves mondiales accessible de lithium se trouve en Bolivie dans la plaine saline d’Uyuni (salar de Uyuni) mais il n’existe pas actuellement de procédé industriel pour l’extraire.

La production annuelle de lithium était de seulement 25 000 tonnes en 2010 et 32 000 tonnes en 2016, ce qui permet de produire au maximum 1,5 à 2 millions de véhicules électriques compacts par an, en réservant le lithium extrait à cette seule utilisation. A comparer aux quelque 90 millions de véhicules thermiques fabriqués annuellement…

Les réserves totales de lithium extractibles sont à ce jour estimées à 14 millions de tonnes, soit à peine dix ans de production de compactes électriques dans l’hypothèse certes non réaliste d’un remplacement de tous les véhicules thermiques. Et beaucoup moins s’il s’agissait de routières électriques, beaucoup plus gourmandes en batteries…

La berline électrique de Tesla – et encore moins leur fantasque Semi - n’est donc pas une option viable, le déploiement de ces véhicules gourmands en lithium se ferait au détriment du petit véhicule électrique urbain, infiniment plus utile sur le plan santé pour la réduction immédiate de la pollution urbaine…

Les autres composants nécessaires à la fabrication des batteries de Tesla sont également coûteux (le prix du Cobalt en provenance du Congo a doublé en 9 mois), en quantité finie, et exploités notamment en Afrique dans des conditions souvent inacceptables.

Donc, non, à moins d’un grand saut technologique dans les 5 prochaines années pour disposer de stockages d’énergie adaptés, l’électrique sur route et autoroute ne fait aucun sens et doit être découragé…

Comme résumé précédemment, le véhicule électrique, de par la rareté de ses composants mais également sa faible densité énergétique par rapport aux carburants traditionnels, ne fait de sens que dans le cadre d’un « service-rendu sanitaire urbain immédiat ». Donc l’hypercentre des grandes agglomérations à forte densité.

Idéalement, il s’agit d’une voiture compacte, faisant par exemple appel à l’aluminium ou aux fibres de carbone pour allier légèreté et solidité, « increvable », capable de parcourir en cumulé et en autopartage des millions de kilomètres en ville sans le moindre entretien majeur et zéro émission.

Le véhicule électrique est la voiture idéale de l’autopartage et du covoiturage, des « petits taxis » ou VTC pour trajets intramuros, avec accès prioritaire aux zones à circulation restreinte, voire les voies de bus.

Le véhicule électrique est par nature trop précieux et trop utile pour ne pas être mis au service de tous, pour le bien de chacun, avec un taux et une durée d’utilisation sans précédent par rapport à la voiture individuelle, puisqu’il est inusable hors batteries…

C’est donc un véhicule partagé, pas possédé, avec une durée de vie sans précédent dans le secteur automobile, un coût d’entretien et une consommation historiquement bas.

Il est impossible, voire vain, de l’envisager en tant que berline routière ou autoroutière. Et encore moins comme Semi, bien sûr.

Tesla, dont la fabrication d’une seule batterie produit autant de CO2 qu’une voiture thermique en 8 ans, fait fausse route, et ne devrait pas s’engager dans une voie qui conduira inéluctablement à l’épuisement du lithium encore plus rapidement que celle du pétrole, à des coûts humains inacceptables, et en privant les villes d’une vraie solution pour la seule pollution urbaine.

L’exemple de Tesla est précisément l’exemple type de ce qu’il ne faut pas faire. L’électrique n’est pas fait pour de longues distances sur routes ou autoroutes, mais uniquement et en priorité pour régler le problème de ce que l’on considère déjà comme un écocide urbain…

Posté le 20-11-2017 à 11:32:44 par @ Didier

Il y a belle lurette que les trucks de plus de 3.5 T - sauf dérogation (déménagements par exemple) - sont interdits dans la plupart des grandes métropoles. Il n’y a que la France qui de nouveau a pris du retard sur ce sujet.

Les utilitaires électriques et hybrides dits "du dernier kilomètre" vont progressivement s’imposer. Cela fait plus de sens d’avoir un jeune au volant d’un utilitaire rapide connaissant bien un quartier donné qui livre plusieurs commerçants séquentiellement que d’avoir un vieux bougon fatigué qui livre trois cageots en bloquant la rue avec son gros cube...

Posté le 20-11-2017 à 11:41:36 par @ ThankyouElon

Non, celui qui a fait tourner l’industrie s’appelle Nicolas Hayek, le génial Suisse Libanais à l’origine de la Swatch et de la Smart, qui lassé de voir Mercedes refuser de commercialiser la nouvelle Class A en hybride - avec un centre de gravité plus bas, ce qui lui aurait évité de finir sur le toit... - est parti remettre au patron de Toyota brevets et développements qu’il savait ne pouvoir réussir dans une Europe pro-diesel.

Mais encore plus que Nicolas Hayek et le développement de la Prius, c’est l’OMS qui en classant en juin 2012 le diesel en cancérogène certain, a tout déclenché.

Avec un formidable levier d’accélération quand Drew Kodjak et l’ICCT de Washington ont planté VW, en attendant de planter les autres industriels ayant triché sur le NO2, dont tous ceux faisant appel à la techno SCR + AdBlue.

Et Dacia, bien sûr, qui en mode panique est en train de basculer GPL.

Trop tard.

Posté le 20-11-2017 à 11:53:42 par C’est assez pitoyable...

... de réaliser que Musk est en train de découvrir le principe du train électrique.

Et oui, ballot. Un chauffeur devant, et tout le monde derrière qui suit sans se préoccuper du trajet. Ca s’appelle même une loco et des wagons...

Quand l’envoie t’on sur Mars une bonne fois pour toutes, le drôle ???

Posté le 20-11-2017 à 11:57:20 par de-tout-mon-soul

Le lithium n’est pas très important dans les batteries Li-ion, sauf dans le nom. Nickel et cobalt sont beaucoup plus important en terme de masse. Aussi le lithium est 100% recyclable, alors on doit miner beaucoup au début mais dé que la plupart des voitures sont électriques on n’a plus besoin de nouveau lithium.

On a dit que c’est ridicule d’ajouter un tel poids (les batteries) au poids lourds, mais on oublie le poids du diesel quand un PL thermique a fait le plein. C’est énorme! Et aussi le moteur thermique a un certain poids, plus l’embrayage et la transmission.

Un PL électrique de longue distance qui roule sur l’électrique solaire a du sens, aussi parce que les PL roule plus que 50% du temps pendant les voitures privées sont stationnées 90% du temps. Les camions thermiques sont des importants pollueurs!

Posté le 20-11-2017 à 12:46:41 par JackyLBL

Oui le lithium est recyclable, et que dire des batteries de Sakti3 que Dyson a récemment acheté ? Que dire des futures batteries au Graphène, 10 fois plus performantes? Nous n’en sommes qu’au début de l’aire de la mobilité électrique ! Dans moins de 10 ans on aura des VE avec plus de 2000 km d’autonomie et des recharges de 15 à 30 minutes max ! De toute façon, les recharges ne sont déjà plus un problème aujourd’hui, vue le nombre de bornes installées et vue que nos bagnoles sont garées la plupart du temps ! Il faut bien s’arrêter pour manger, pour délivrer les colis, pour dormir ! Pendant ce temps, on recharge comme on le fait avec un smartphone ! Pour les camions électriques, c’est exactement ce que Musk prévoit ! Une recharge à destination en débarquant la marchandise ! L’hydrogène c’est bien mais c’est aussi très compliqué et très cher ! C’est pourquoi il n’y a encore presque ’aucune station installée ! La recharge électrique est plus souple et elle a beaucoup d’avance ! Avec 1000 km d’autonomie et des méga chargeurs ce n’est plus un problème! En plus, on peut recharger chez soi et à destination, au solaire si besoin! Cela fait plus de 2 ans que je roule à l’électrique, et franchement, la recharge n’est pas un problème ! En plus je recharge avec mes 9000 watts de panneaux solaires ! Je suis donc 100% éco et indépendant ! Je suis libre de ma mobilité, une liberté que je ne pourrais pas avoir avec de l’hydrogène ! Il faut simplement changer son état d’esprit qui a été manipulé pendant un siècle à conduire des véhicules préhistoriques, polluants, bruyants, archaïques au rendement nul qui devaient faire le plein dans une station spécifique! C’est peut-être pour cela que certains continuent à penser à l’hydrogène, pour simplement faire un plein dans une station comme ils avaient l’habitude de faire avec l’essence! Heureusement que ce génial Musk est là ! Non, il n’est pas fou ! Il est simplement hors norme et il faut des gus comme lui pour nous faire bouger dans la bonne direction !

Posté le 20-11-2017 à 12:25:53 par electronlibre

La rapidité d’évolution des batteries est telle que l’on ne sait pas quel poids sera ajouté au véhicule. En laboratoire, on atteint déjà les 2W par gramme...

@Posté le 20-11-2017 à 11:41:36 par @ ThankyouElon
"Et Dacia, bien sûr, qui en mode panique est en train de basculer GPL."
Je possède une Sandero GPL de 2010. Dacia est la marque qui à vendu le plus de citadine GPL depuis une décennie.

Posté le 20-11-2017 à 17:07:14 par Pschiiit et bientôt Plop...

http://www.boursorama.com/actualites/les-ambitions-sans-limite-de-tesla-inquietent-les-analystes-416b7ea2be5393da5b4daf3b47b7894b

Posté le 20-11-2017 à 16:37:35 par ThankyouElon

Dis le plagieur, aies la gentillesse de te trouver un autre pseudo que le mien, tu veux bien ?
et quand tu écris "Non, celui qui a fait tourner l’industrie s’appelle Nicolas Hayek... " et tout ton baratin, je suis désolé pour toi, mais aujourd’hui si je roule en électrique, c’est grâce à Elon, et si je ne prends plus l’avion dans le cadre de mon travail, c’est grâce à Elon, et si j’ai aussi moins de fatigue et moins mal au dos en voiture, c’est grâce à un visionnaire qui est passé aux actes... A mes yeux c’est le seul qui a bousculé les consciences et surtout fait du concret, du palpable, du réel...
@ C’est assez pitoyable... : juste que la mobilité électrique, comme elle le dit dans son nom, elle est mobile ! le train lui il peut pas sortir de ses rails. Pour aller d’un point A à un point B, bonjour l’investissement. Va vite voir sur Mars les rails qu’Elon a prévu d’installer... Lui en tout cas, il est pas dans la lune.
@ JackyLBL : bravo pour ta démarche, pour ma part, je n’ai pas encore de panneaux, mais mon électricité vient d’Enercoop. je ne finance plus ni les pétroliers, ni le nucléaire... Enfin, si encore un peu avec mes impôts. Mais que veux tu, je suis un entrepreneur (encore) en France.

Posté le 21-11-2017 à 04:21:50 par @ ThankyouElon

Amusant...

Pas de « plagiat de pseudo », le @ étant là pour signaler que l’on répond... On peut avoir moins mal au dos grâce à Musk sans pour autant dégrader ses performances neuronales, ces deux états n’étant pas antagonistes.

Si vous roulez électrique, désolé, c’est bien grâce à Nicolas Hayek, vous n’y pouvez rien. L’industrie automobile a suivi Toyota, pas Tesla dont le joujou pour adultes aisés est encore très loin d’être un produit industriel.

Elon Musk va se planter. Il a tous les symptômes de ce qu’on appelait aux US le « Pump-up » et dorénavant le « Scalable ».

Le principe est simple : rassembler une mise de fonds avec des potes pour faire dix fois la culbute en moins de cinq ans – ce qu’ils ont fait - vendre du rêve, communiquer à outrance avec des stars, récupérer des subs fédérales et locales, encore vendre du rêve, toujours vendre du rêve, faire de plus en plus gros, passer régulièrement par les cases IPO et augmentation de capital histoire de permettre aux potes de la première heure de casher leur jackpot au moins à hauteur de leur mise pour rejouer avec d’autres potes sur d’autres Scalables, et puis pour jouer les prolongations, partir dans le délire classique de l’espace ou du train plus rapide que vos propres transmissions synaptiques (les gens ne croyant malheureusement plus à la téléportation…).

Avec un peu de chance et beaucoup de talent – Musk en a pas mal – ce schéma tient suffisamment longtemps pour gruger à la fois les généreux donateurs qui s’inquiètent pour la planète et surtout le petit porteur, qui adore rêver et n’en veut même pas au « Scalable » quand la bulle éclate.

Pour des millions de personnes, Tesla est d’ailleurs une valeur phare du Day Trading (5% d’échangés hier par exemple), notamment auprès des petits retraités US pas assez friqués pour aller jouer au golf comme la plupart des proprios de Tesla, mais suffisamment pour passer plusieurs heures par jour à trader en étant convaincus d’avoir trouvé le Yahoo! ou le Google du 21ème siècle…

Ce schéma est né dans les années 90, et vient du secteur médical à une époque où l’innovation notamment dans le domaine du petit et du gros équipement était reine. Le rêve de chaque entrepreneur était alors de développer un device XYZ, obtenir un 510K ou une full PMA auprès de la FDA puis de se faire boulotter très cher par les Bard et autres Boston Scientific de l’époque. Jackpot garanti, des milliards de dollars ont changé de mains à cette époque bénie de l’entreprenariat facile et fun.

Aujourd’hui, après la bulle internet qui est passée entre temps, ce schéma s’est étendu aux énergies renouvelables, IoT, Big Data A.I. etc., tout ce qui a le potentiel d’être crédible au moins cinq ans pour multiplier la mise de départ par dix.

Parfois émerge une Licorne. Le plus souvent, ça se termine mal, sauf pour les entrepreneurs de la première heure qui ont déjà lancé un nouveau Scalable avant le crash ou la revente du précédent au détriment le plus souvent de l’incorrigible petit porteur qui de toute façon rachètera un ticket.

La bulle Tesla aura éclaté dans moins de deux ans. A moins qu’un Chinois ou un Américain ne les rachète, mais à une valo beaucoup plus basse qu’actuellement.

Donc un seul conseil : faites-vous plaisir avec votre jouet pour adultes, mais ne conservez pas trop d’actions… :)

Posté le 21-11-2017 à 05:19:02 par Muskismad

Pour répondre à votre deuxième point, j’ai préféré prendre un pseudo vous permettant d’éviter toute sensation désagréable de plagiat, inutile de me remercier... :)

C’est au contraire le fret ferroviaire électrifié qui va bientôt permettre au VE utilitaire de s’imposer.

Les gares de triage seront autant de zones buffer en périphérie des villes permettant aux utilitaires légers de se charger rapidement et de livrer à plusieurs commerçants dans les zones à forte chalandise des hypercentres que les jeunes au volant de leur VE utilitaire léger connaitront parfaitement.

C’est quand même plus astucieux qu’un routier polonais ou autre qui découvre les rues de Paris au volant de son Semi diesel...

Posté le 21-11-2017 à 06:58:10 par Christophe

@Muskismad
Il suffit de remettre en place ce qui existait avant l’avènement de la voiture à pétrole et des camions diesel qui malheureusement a disparu pour des questions de coût exorbitant. Financier uniquement le calcul du coût puisqu’il ne tenait pas compte du coût environnemental.

Il y a quelques expérimentations en France, telle que celle-ci : www.niort-terminal.fr/fr/
Mais il faut relancer l’offre de wagon isolé voir de wagon isolé partagé, mais j’ai bien peur que ce ne soit pas la priorité des compagnies privées obnubilées par la rentabilité financière, et cette offre demande des moyens.

Posté le 29-11-2017 à 15:26:42 par Christophe

A quand en électrique :
- un camion malaxeur capable de transporter 8 m3 de béton pour les massifs des éoliennes ou des pylônes, sur 4 essieux dont 3 moteurs,
- un camion aspirateur avec charge optimisée pour réaliser les tranchées pour les câbles électriques,
- un camion benne avec charge utile optimisée et motricité renforcée pour transporter les déblais des excavations pour les éoliennes ou des tranchées pour les câbles électriques,
- un camion benne avec charge utile optimisée pour transporter les bétons bitumineux pour refaire les routes ou les matériaux grignotés pour les réutiliser en centrales,
- un camion de transport de grumes avec grue hydraulique parce que pour utiliser le bois dans la construction et les déchets en chauffage il faut exploiter la forêt et sortir le bois,
- un camion de transport de matériaux avec grue hydraulique parce que pour transformer une passoire thermique en bâtiment basse consommation il faut amener les matériaux,
- un camion de transport d’engins pour acheminer les contrepoids des grues pour monter des éoliennes ou des pylônes électriques.

Remplacer des camions qui ne devraient pas se trouver sur les routes par des camions électriques c’est juste du vent. Permettre de nous adapter au changement climatique avec l’impact le moindre serait mieux.

Posté le 30-11-2017 à 08:22:06 par @ Christophe

Excellent listing, merci.

Mais cela va prendre du temps.

Il a fallu plus de trois ans à Gruau pour sortir sa boîte à savon sur batterie, l’Electron.

A croire que qui dit électrique dit absence de design. Avec Geodis comme client, c’est dire si la modernité est en route :)

Si un leader comme Gruau (qui n’a pas un seul panneau photovoltaïque sur l’ensemble de ses sites industriels malgré la surface des ateliers, mais bon...) met autant de temps à réaliser que le dernier kilomètre en agglo sera électrique, il est clair qu’encore plus "vieux" que les acheteurs de flottes professionnelles qui n’ont pas encore compris que le diesel urbain était terminé, il existe aussi le monde ancien des utilitaires. Aucune idée si l’échelle QI va dans le même sens régressif...

Mais positivons, le marché accélère : en 2012, Gruau s’était déjà distingué en livrant, pour le compte de Renault sur une base Kangoo, 2 papamobiles électriques pour la résidence pontificale de Castel Gandolfo. Si Dieu s’en mêle, ça devrait le faire :)

Posté le 30-11-2017 à 18:28:06 par electronlibre

"Aucune idée si l’échelle QI va dans le même sens régressif...
"
Certains affirment: https://francais.rt.com/international/41323-baisse-vertigineuse-qi-moyen-occident-etudes-sonnette-alarme

A chacun de se faire son idée à ce sujet...



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Allemagne : Les acquéreurs de Model S ne recevront pas de subvention
Accusée de concurrence déloyale, Tesla a vu l’office fédéral des affaires économiques et des contrôles à l’exportation allemand (BAFA) annoncer le retrait du Model S de...
Tesla Model 3 - Jusqu’à 499 km d’autonomie selon l’EPA
La dernière née du constructeur californien est passée sur les bancs d’essais de l’agence américaine de protection de l’environnement. Selon la norme du cycle EPA, la...
Formule E : Venturi laisse filer la victoire à Hongkong
La quatrième saison du championnat de Formule E a débuté ce week-end à Hongkong avec deux courses au programme. Deux courses dont les résultats laissent entrevoir une...
La Chine, champ de manœuvres sur les véhicules électriques
Même s’il occupe encore une place marginale dans ce pays qui constitue le premier marché automobile mondial avec 28 millions de voitures assemblées en 2016, le marché...
Europe : la charge ultra-rapide étend ses réseaux
La difficulté d’effectuer de longs trajets en véhicules électriques reste un frein à leur acquisition. Pourtant des progrès notables sont déjà enregistrés dans ce...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact