Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 23/11/2013 à 17:00 par Michaël Torregrossa - Lu 6273 fois - 16 commentaires


Tour de France en voiture électrique – Notre entretien avec Robert Morandeira


Promouvoir la mobilité électrique pour tous à travers un tour de France en voiture électrique, tel était l'objectif de Robert Morandeira, alias Zoé 66, qui a parcouru l'hexagone avec sa Renault Zoé. Nous avons pu le rencontrer à Barcelone lors d’EVS 27 pour faire un bilan sur cette aventure…


3.858 km parcourus

Parti de Perpignan le 14 octobre dernier, l’aventure de Robert Morandeira, alias Zoé 66, aura duré une quinzaine de jours.

Au total, 16 étapes ont été nécessaires pour parcourir les 3.858 km de ce tour de France, dont 1.040 km réalisés sur autoroute. Des étapes de 50 km pour la plus petite à 370 km pour la plus longue avec une consommation moyenne de 12,8 kWh/100 km.


Recharge en concessions Renault

Pour recharger sa Zoé, le constructeur s’est principalement appuyé sur le réseau Renault qui propose gratuitement une recharge en 22 kW dans 372 concessions en France. De quoi faire le « plein » en une heure avant de reprendre la route.

« La difficulté était de recharger lors des pauses-déjeuner ou le dimanche puisque le service n’est disponible qu’aux heures d’ouverture des concessions » nous précise M. Morandeira.

Pour accomplir son périple, l’aventurier s’est également appuyé sur le réseau d’infrastructures existant, notamment les bornes installées dans certains magasins Ikea ou encore chez Cora, en Alsace.


Une communauté d’utilisateurs fantastique

Si l’accueil des collectivités, prévenues tardivement, a été mitigé (seules 6 ont répondu sur une quinzaine sollicitées) l’engagement de la communauté d’utilisateurs a été sans appel.

« Grâce aux forums mis en place sur la Zoé, j’ai pu découvrir une communauté d’utilisateurs fantastique passionnée par le V.E et l’écologie » se réjouit M. Morandeira.

Du côté des collectivités, Toulouse, Lille, La Rochelle, le SYDEV, Strasbourg ou encore Gardanne ont notamment répondu à l’appel pour accueillir une étape de la traversée. Certains élus, comme le député EELV François-Michel Lambert, profitant même de l’occasion pour organiser une réunion sur le VE.


Vers un tour d’Europe en 2014 ?

A peine rentré de sa traversée, Robert ne pense qu’à une chose?: repartir vers de nouvelles aventures?!

Et les idées ne manquent pas et l’aventurier envisage déjà de repartir, dès mai 2014, pour un tour d’Europe en véhicules électriques. Objectif?: traverser 9 capitales en 9 jours… Un projet de traverser ibérique, entre l’Espagne et le Portugal, est également à l’étude.

« Une chose est sûre, je préparerai mieux ma prochaine traversée » nous commente Robert Morandeira avant de poursuivre, avec le sourire : « Mais pour l’heure, la plus grosse difficulté reste de convaincre ma femme… »



Lien

Le Blog de Robert Morandeira alias "Zoé 66"





Mots clés : Robert Morandeira | Tour de France voiture électrique | Renault | Renault Zoé | Zoé 66
Catégories : Voiture électrique |

Commentaires

Posté le 24-11-2013 à 08:57:39 par Encore un petit effort...

... et on va bientôt redécouvrir le principe des relais de poste, mais cette fois, au lieu de changer d’attelages (à défaut des batteries, en souvenir ému du défunt gag Better Place Renault), on change carrément de voiture toutes les 150 bornes...

Pourquoi est-ce si difficile de comprendre que le VE ne fait de sens que pour une compacte légère à usage urbain et péri-urbain ??? C’est si difficile que ça ?

Allez, pour les rétrovisionnaires, une petite touche de nostalgie...

"Un autre progrès fut l’établissement des relais de poste, où les diligences pouvaient remplacer, à intervalles réguliers, leurs chevaux fatigués par des chevaux frais. Cela leur permit d’assurer une vitesse moyenne allant jusqu’à 120 kilomètres par jour. Ce mode de transport connut son apogée vers 1850, mais les Romains l’utilisaient déjà sur certaines voies romaines".

Posté le 24-11-2013 à 09:59:17 par En parlant de Zozo et donc d’eGhosn...

... certains vont peut-être enfin se libérer un jour...

"Renault ne sort que de nouvelles versions des modèles existants", souligne Matthieu Suc
Par Propos recueillis par Pauline Ducamp - Publié le 22 novembre 2013

Suc et Cuq

Benjamin Cuq et Matthieu Suc sont journalistes. Auteurs respectivement de "Le livre noir de Renault" et "Renault nids d’espions", ils se sont penchés sur ce constructeur mythique en France et sur le système Carlos Ghosn. Interview croisée.

L’Usine Nouvelle – Pourquoi avez-vous décidé d’écrire sur Renault ?

Benjamin Cuq – Renault est l’entreprise la plus connue en France, la plus chère au cœur des Français. "Renault c’est la France", disait d’ailleurs Louis Renault. Alors quand le 28 septembre 2012, j’entends une interview de Carlos Ghosn à la radio, qui explique que Renault pourrait disparaître sous la forme que l’on connaît aujourd’hui, je m’interroge. De qui est-ce la faute si Renault disparaît ? Des clients, de l’Etat actionnaire ou bien du patron qui dirige le groupe depuis 2005 ?


Matthieu Suc – J’avais couvert la vraie fausse affaire d’espionnage pour France Soir et il me restait beaucoup de choses à raconter. Cette affaire est en fait un vrai roman d’espionnage, qui oscille entre comique et tragique, mais je voulais aller plus loin. L’affaire me permet de raconter les dessous d’une grande entreprise du CAC 40, avec son lot de barbouzeries, les hommes qui se détestent, d’autres qui s’admirent. Si cette affaire a éclaté, c’est parce qu’une véritable paranoïa règne chez ce constructeur.

Telle que vous la décrivez tous les deux, cette entreprise semble bien mal en point. Pourquoi ?

Benjamin Cuq - Renault est aujourd’hui une marque qui a perdu son identité. C’était un constructeur dont le slogan était "Renault, des voitures à vivre". Aujourd’hui, les slogans ce sont “Changeons de vie, changeons l’automobile” et “French Touch”. Cela ne veut plus rien dire. A part en Bourse, la valeur de Renault s’est complètement dégradée. Je ne compte plus les échecs commerciaux : la Laguna 3 s’est par exemple sept fois moins vendu que la génération précédente. Idem pour la Twingo 2 dont on a délocalisé la production en Europe de l’Est. La Wind a été un échec total, avec seulement 13 000 unités vendues. C’est une litanie de catastrophes industrielles.

Matthieu Suc – Le problème vient de Carlos Ghosn et de la peur qu’il engendre parmi ses plus proches collaborateurs. En 2005 déjà, une source anonyme expliquait à la presse que Carlos Ghosn vivait entouré d’une cour de bénis oui-oui qui n’osaient jamais le contredire, et que cette situation poserait un jour un problème. Avec l’affaire d’espionnage nous sommes dans ce cas de figure. Il faut ajouter à cette situation la reconversion de nombreux ex-espions, suite à l’effondrement de l’URSS, dans la sécurité des entreprises et la lutte contre l’espionnage industriel, qui doivent bien un jour justifier leur salaire et alimentent la paranoïa des grands patrons.

Pourquoi alors personne n’a essayé de remplacer Carlos Ghosn ?

Benjamin Cuq – La politique de financiarisation de Renault, mise en place progressivement par Carlos Ghosn, rapporte de gros dividendes à l’Etat actionnaire et offre un cours de l’action assez élevé. Carlos Ghosn cristallise également les mécontentements de beaucoup d’institutions, de salariés, du public, quand on parle de délocalisation par exemple. Pour l’Etat c’est donc bien commode de garder Carlos Ghosn comme un idiot utile, à mettre en avant en cas de souci tout en empochant les dividendes.

Matthieu Suc – L’Etat a essayé. Nicolas Sarkozy et ses ministres de l’Industrie successifs Christian Estrosi, Eric Besson, ont tous eu des problèmes avec lui. Mais Carlos Ghosn, qui est très intelligent, s’est présenté comme le garant de l’Alliance Renault-Nissan. En substance, il faisait passer le message suivant : s’il était débarqué de Renault, Nissan reprenait ses billes, et Renault perdait sa vache à lait. Le gouvernement devrait alors gérer des milliers de suppressions d’emploi. Carlos Ghosn a surtout une tactique très habile de travestissement de la vérité pour sauver sa peau. Je prends l’exemple de son salaire. Il refusait de faire connaître le montant de son salaire chez Nissan aux administrateurs de Renault, prétextant une règle tacite japonaise, qui veut que ça ne se dise pas. Quand le Japon a imposé de rendre public le salaire des grands patrons et que les administrateurs ont découvert qu’il gagnait 8 millions d’euros chez Nissan en plus du million déjà perçu chez Renault, il a fait une pirouette. Il leur a expliqué que d’autres grands groupes avaient essayé de le débaucher, en lui proposant plus, mais qu’il avait refusé car Renault était sa passion.

Quel est le bilan de ses huit années de présidence à la tête de Renault ?

Benjamin Cuq – Ceux qui pensent que Carlos Ghosn veut faire de Renault une marque locale au côté de Nissan, marque mondiale, avec des véhicules fabriqués en marque blanche, dans n’importe quelle usine dans le monde, et ensuite badgés selon les marchés, ont raison. Aujourd’hui, plus d’un million de véhicules Renault sont des véhicules de la gamme low-cost Entry. Les usines Renault fabriqueront des Nissan ou des Mitsubishi. Renault Trucks a par ailleurs été vendu à Volvo. Louis Schweitzer et Carlos Ghosn ont aussi transféré le siège de l’Alliance au Pays-Bas, j’aimerais qu’Arnaud Montebourg en parle quand il demande aux entreprises de payer leurs impôts en France. Carlos Ghosn est en train de vider Renault et son industrie de sa substance. Et Carlos Ghosn, c’est aussi un certain nombre de promesses non tenues. Il affirmait que Renault produirait 3.3 millions de voitures pour 2010. Aujourd’hui, où sont elles? Idem pour ses promesses en matière de voitures électriques.

Matthieu Suc – Le bilan du manager n’est pas bon. Et côté industriel, la dernière grande nouveauté sortie par Renault, c’est la Logan, un projet lancé par l’ancien patron Louis Schweitzer. Depuis l’arrivée de Carlos Ghosn, Renault ne sort que de nouvelles versions des modèles existants. Le véhicule électrique, dont il est le chantre, est un échec. Mais là encore, la vérité est travestie. Au moment de l’affaire, Carlos Ghosn a expliqué que des centaines de brevets avaient été déposées, que Renault était le leader dans ce secteur et que c’était pour cela que le groupe était espionné. Or la technologie électrique n’est pas chez Renault mais chez Nissan. Et elle n’était pas performante puisque Renault n’a pas longtemps utilisé les batteries du Japonais et s’est associé à Bolloré, un industriel qui n’est pas venu du secteur automobile mais a réussi lui à faire un véhicule électrique performant.

Propos recueillis par Pauline Ducamp



"Le Livre noir de Renault" par Benjamin Cuq, Editions First, 336 pages

"Renault nid d’espions" par Matthieu Suc, Editions du Moment, 432 pages

Posté le 24-11-2013 à 10:44:57 par Pacof

Quant à moi, comme beaucoup, j’ai une ZOE, j’en suis heureux, je remercie Ghosn d’avoir enfin pu acheter une voiture silencieuse, puissante, douce, automatique, faite en France et qui ne consomme pas de carburant fossile. Depuis que je l’ai, je roule beaucoup plus qu’avant.
Merci Carlos.

Posté le 24-11-2013 à 21:37:52 par Paco

Encore une fois, notre anonyme s’est laissé aller.
Hors sujet.
Anti Renault.
Anti Ghosn.
Avec de l’humour, j’ai demandé à plusieurs reprise si son adresse IP venait de Sochaux.
Avec de l’humour, j’ai demandé s’il avait été lourdé par Renault.
Je me demande d’où il tire cette énergie à vouloir la perte du programme électrique de Renault.
Je me demande d’où il tire cette énergie à espérer tant que la ZOE échoue.
Je me demande d’où il tire cette énergie à ne vouloir qu’une sorte de voiture : la voiture comme on la connaît.
Je me demande pourquoi, dès qu’on parle de cette petite voiture, qui ne fait pas de bruit, qui ne dérange personne, qui ne fait pas d’odeur, il rentre dans une rage folle qui fait qu’il poste à tour de bras qu’il ne voudrait même pas qu’elle existe...
Eh bien moi, je suis heureux qu’elle existe.
Eh bien moi, je suis artisan, je ne travaille pas pour Renault, et je suis content que grâce à Ghosn, on ait des voitures qui ne soit pas diesel qui soit accessibles, qui ne rejettent rien au centre des villes.
Eh bien moi, je suis heureux que Carlos Ghosn ait pris le risque qu’un constructeur automobile fasse bouger les lignes, et change le monde.
Je ne suis pas animé par la frustration et la haine comme vous, M. X.

Vos réactions sont absentes dès qu’on parle de BMW ou de Toyota.
Vos réactions descendent systématiquement les marques françaises.

Qui êtes-vous ? Dites-nous dans quelle voiture vous roulez?
Tant que vous n’aurez pas donné ces réponses, vos réflexions seront nulles et non avenues.

Posté le 24-11-2013 à 21:47:43 par Paco

Notre anonyme ne me fait plus rire.
On sait qu’internet, outre les discutions en temps réel sont une mémoire.
A chaque news sur Renault, à chaque article, cet hurluberlu poste des propos désobligeants sur Ghosn, Renault et les véhicules électriques, partout, quitte à se copier-coller lui-même d’un forum à l’autre.
Comme cela il prend date.
Comme cela, dans six mois, dans un an, dès que quelqu’un se renseigne sur Renault et la ZOE, sur chaque site, ses élucubrations sont fixées dans le marbre.
Il sème le doute. Il ne s’agit pas du doute méthodique (Descartes) mais du doute politique, celui de la haine.
Ce monsieur souhaiterait que la ZOE n’existe pas.
Il souhaiterait que la terre soit plate.

Au bout du compte, il faudrait que les administrateurs de l’AVEM, site de qualité, fassent un peu de ménage s’ils ne veulent pas risquer de perdre leurs lecteurs fidèles.
Auquel cas, il ne resterait plus que lui, l’anti, le doute.

Posté le 25-11-2013 à 08:13:47 par Mikl AVEM

J’avoue également être curieux de connaitre notre anonyme et de savoir dans quelle voiture il carbure... :) Certes, la voiture de Renault n’est pas parfaite (aucune voiture ne l’est) mais elle a le mérite d’exister et d’apporter une véritable alternative au tout pétrole...

Pour remonter dans les commentaires précédents, je suis d’accord sur le fait que la voiture électrique n’est pas faite pour un Tour de France mais plutôt pour de l’urbain et du péri-urbain.

Pour autant, pour avoir longuement discuté avec Zoé 66, son objectif n’était pas de démontrer que la Zoé est capable de faire le tour de France mais plus d’aller promouvoir l’électro-mobilité dans les villes. A mon sens, plus que les campagnes marketing des grands constructeurs, les "early-adopters" sont la meilleure façon de promouvoir la mobilité électrique...

Posté le 25-11-2013 à 09:01:10 par Paco

@Miki
Tout à fait, la voiture électrique correspond à une philosophie différente et n’est pas parfaite sous tous rapports. On peut en discuter de manière constructive.
Il est malheureusement clair que, quand il s’agit de Renault, certaines personnes, toujours les mêmes, montrent un déterminisme uniquement politique qui clôt toute discussion.

Posté le 25-11-2013 à 17:27:37 par @ Paco Tyson

... Tudieu, il s’échauffe, mon catcheur, c’est bon pour la circulation, ça au moins...

Je tiens seulement à préciser d’une part que la liberté d’expression fait partie de nos droits fondamentaux, d’autre part, que les lanceurs d’alerte sont sous la protection de la loi du 16 avril 2013, qui leur permet notamment de penser, de dire et d’écrire par exemple qu’eGhosn - au hasard - est un mauvais stratège grossièrement surpayé ou que PSA a contribué à génocider en toute impunité avec son diesel près de 300,000 personnes en trente ans rien qu’en France, jolie prouesse technique...

Mais comme vous avez la même opiniâtreté que certains de nos dirigeants d’entreprises qui dirigent d’ailleurs de moins en moins et surtout de pire en pire, je vais résumer une fois de plus le pourquoi de mes "agressions" anti Renault (même plus la peine de parler de PSA, Carlos # 2 avec l’aide de Gallois va enfin faire le ménage tant attendu, et remplacer les chaudières sur roues par de vraies voitures modernes et non polluantes, c’est sans doute enfin gagné...).

Je résume mes "griefs" :

- Le programme VE de Renault n’était qu’une pompe à subvention, une formidable excuse pour obtenir de Bercy, de Bruxelles et de la BEI subsides co... La Cour des Comptes devrait un jour établir le bilan de combien Renault a bénéficié dans ce cadre, pour retirer toute arrière-pensée quant à la motivation réelle du groupe et notamment de Carlos #1, toujours d’une sincérité désintéressée...

- Les résultats sont une pure catastrophe : une Twizy tape-cul sans fenêtre, une Fluence mort-né à cause du gag-arnaque Better Place qui aura coûté 700 millions au groupe, donc en partie au contribuable, une Zoé lancée prématurément sans prise standard pour charge lente et nocturne, ce sans doute sous l’aimable pression de Bercy qui n’aimait pas l’idée d’un kWh hors TICPE... On connait le résultat : 10,000 unités vendues, au lieu des 50,000 escomptées... Flops sur flops, tout ça soi-disant pour 4 milliards d’investissement ??? Bolloré doit se gausser...

- Pendant des années, eGhosn a menti sur son salaire, cinq fois celui du patron de TOYOTA qui - LUI - a des résultats... Si l’on ment une fois, on ment toujours... Qui pourrait justifier d’un tel salaire - 9 millions d’euros + stock options - au vu des résultats du groupe ??? Doit-on rappeler que les patrons de GM et Chrysler étaient rémunérés 1$ pendant tout le redressement des deux sociétés ???

- L’épisode de l’espionnage calamiteux a laissé des traces à tous les étages. Il est vraisemblablement lié au désastreux accord avec Better Place, sinon comment expliquer que la première mission de Besson, quelques jours à peine après sa nomination à Bercy en remplacement d’Estrosi et au pic de la "crise", ait été de se rendre à Tel Aviv, au siège de Better Place, pour serrer la louche louche de Shai Agassi??? Plus personne n’en parle - sauf je l’espère le livre des deux journalistes ci-dessus référencés - et pourtant les séquelles, à défaut de stigmates, sont encore là...

Depuis Schweitzer, eGhosn n’a pris aucune décision vraiment stratégique à part faire fortune à titre perso et sans doute faut-il le reconnaitre, contribuer au redressement de Nissan, seule entité véritablement dorénavant viable du groupe (la marge nette sur une Dacia est inférieure à 100€, contre plus de 1,000€ pour une allemande ou une japonaise, on sait qui va avoir le sourire lors de la publication des prochains comptes...).

Ghosn sera le premier à quitter le navire le jour venu, les poches pleines et dans un grand éclat de rire sardonique... Probablement comme Tchuruk après avoir planté Alcatel...

Donc, oui, je "m’énerve", et oui, je consacre pas mal d’énergie à ce faire, tout simplement parce que ce genre de situation n’est plus acceptable. J’ai été consterné de constater de visu qu’aucun manager proche de Ghosn n’osait l’avertir de l’arnaque Better Place, de peur d’une retraite anticipée. Aucun dirigeant ou développeur de Renault n’a réussi à lui faire comprendre qu’il ne fallait surtout pas faire l’impasse sur l’hybride essence... De tous, seul Pelata avait un peu de courage et de vision, il l’a payé de son poste...

Carlos "2 a lui préféré prendre la tangente, et ce ne sera pas le seul...

EGhosn est un mégalo qui entraîne l’un des meilleurs groupes Français vers l’abime.

J’ai le droit de le penser et de l’exprimer, désolé...

Attendons donc les faramineux résultats de Renault début 2014 pour en reparler.

L’action est d’ailleurs actuellement l’objet de "pump-up" version Wall Street. Le jour où l’Etat arrêtera de "pomper" et de céder aux caprices, demandes et autres menaces de son patron, ce jour-là...

Encore un grand bravo et merci aux deux journalistes qui ont eu le courage de se pencher sur cet Xième scandale industriel hexagonal...



Posté le 26-11-2013 à 09:36:26 par mikl AVEM

Oui, la parole est libre mais là nous sommes carrément hors sujet par rapport à l’article d’origine qui ne traite pas spécifiquement de Renault...

De fait, la modération sera dorénavant systématique sur les propos ’hors-sujet’

Posté le 26-11-2013 à 11:49:39 par ah bon...

... J’avais cru naïvement que la Zoé était une Renault , désolé de cette erreur d’appréciation ...

Posté le 26-11-2013 à 18:23:09 par metalrod11

Il nous fatigue, l’anonyme... Et quand dans ses références, on lit : "Or la technologie électrique n’est pas chez Renault mais chez Nissan. Et elle n’était pas performante puisque Renault n’a pas longtemps utilisé les batteries du Japonais et s’est associé à Bolloré, un industriel qui n’est pas venu du secteur automobile mais a réussi lui à faire un véhicule électrique performant." Là, on s’inquiète... Je ne suis pas vraiment certain que Bolloré ait énormément convaincu avec sa batterie dont la température de fonctionnement pompe apparemment beaucoup d’énergie...

Posté le 26-11-2013 à 21:13:57 par electronlibre

C’est exact metalrod, beaucoup d’énergie qui parfois par en fumée avec la voiture (au moins 25 jusqu’à présent).

Et oui la Zoé est le sujet de l’article et non pas Renault puisqu’il s’agit d’une initiative d’un particulier propriétaire d’un VE, ici la Zoé mais ça pourrait être une Leaf, c’est du pareil au même!

Posté le 27-11-2013 à 11:43:38 par Il arrive même au meilleur...

... gastro-entérologue d’être hors sujet, heureusement pour lui d’ailleurs...

Je vous présente donc toutes mes excuses les plus sincères...

Par contre, en ce qui concerne Bolloré et Renault, je sais qui ne risque pas d’acheter Zoé, et qui par contre a vraiment intérêt à récupérer la techno de Vincent...

Ne jamais nager à contre-courant, jamais... :)

Posté le 27-11-2013 à 11:59:59 par Par contre, le parachute doré...

... de Varin, c’est vraiment in-sujets, tant au niveau actionnaires que salariés que Bercy...

21 millions d’euros de bonus pour 4 années d’errance, trop génial...

Posté le 30-11-2013 à 13:34:53 par BRS

Bonjour à tous. Je viens de lire les commentaires... pfuiii ca tape dur. Bon, je souhaite seulement dire que Robert (Bob66) est un gars super sympa qui part d’un constat intéressant : si lui peut faire le TdF en VE alors bon nombre d’entre nous peuvent rouler en VE tous les jours. C’est la base de son idée ! Son envie n’était pas de démontrer que l’on peut faire Paris-Marseille en Zoé (d’autres l’ont fait que nous avons également sponsorisé). Du coup Bob66 a fait le tour des stations Renault pour se recharger permettant ainsi de constater la bonne tenue générale des bornes de recharge dans le réseau concessionnaire (car il est intéressant de noter que RNO est le premier réseau de recharge de France quasiment, une donnée oublié trop souvent). Et en plus c’est gratuit.. Bon je serais d’accord avec certains qui diront que ce n’est pas la panacée, mais c’est déjà un pas vers la sécurité : batterie au tiers, vous passez devant une concession Renault, arrêtez-vous, faites le plein et buvez un café. Il y a toujours un espace détente chez Renault maintenant. Je ne suis pas client de la marque, nous travaillons avec eux depuis peu et je peux vous dire que le réseau m’a bluffé par son professionnalisme et son sens client (ce qui n’est pas le cas partout). A titre perso, je salue Bob66 pour cette initiative qui n’était pas soutenue par Renault. J’ai eu le plaisir de le recevoir chez moi (Paris) pour qu’il recharge sa Zoé de nuit.. Et j’espère le voir chez lui dès que je vais dans le sud. Le plus dur, c’est de faire savoir que le #VE existe car qui le remarque. Vous regardez vous une voiture qui ne fait pas de bruit et que l’on entend pas ? non vous vous retournez sur la Ferrari que 98% d’entre nous ne peuvent pas se payer.... Alors comment se faire remarquer quant on roule VE ? Comment faire savoir que c’est sympa, abordable, économique (je reste persuadé que c’est économique sur une période de 5 ans) et plutôt bon pour nos enfants (ou notre futur immédiat) ? Si vous avez des idées, je prends... Merci de votre attention.

Posté le 01-04-2014 à 17:03:12 par Brigitte de Provence

Je prends possession demain d’une C Zero (citroen) de service "garage" et ai demandé que l’on y laisse les stickers ! Histoire de faire la pub du VE.
Voilà mon idée, très basique, je le reconnais, pour faire remarquer la voiture, sur route et sur parking.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Dacia présente la Spring Electric, sa citadine électrique low-cost
En mars dernier, lors d’un évènement se substituant au Salon de Genève, Dacia avait dévoilé un showcar préfigurant la Spring Electric avec laquelle cette marque du...
Mégane eVision, l’avenir électrique selon Renault
Luca de Meo, le nouveau CEO du Groupe Renault, a profité du lancement de Renault eWays, un évènement dédié à la mobilité électrique d’aujourd’hui et de demain, pour...
Les véhicules électriques poursuivent leur progression en septembre
Le baromètre de la mobilité électrique du mois de septembre vient d’être publié par l’Avere-France. Les chiffres des immatriculations confirment une nouvelle fois la...
Renault eWays, un événement digital dédié à la mobilité électrique
Avec la première édition de « Renault eWays », un évènement digital organisé du 15 au 26 octobre, le Groupe Renault explorera l’avenir de la mobilité, des villes et des...
Camions électriques : Les offres de financement de Renault Trucks
Avec des tarifs plus élevés que les modèles thermiques classiques, les camions et utilitaires électriques peuvent demander une réflexion et des démarches plus lourdes...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact