Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 06/05/2019 à 06:00 par EMMANUEL MAUMON - Lu 4210 fois - 6 commentaires


Une avancée majeure pour le projet d’Airbus des batteries


Lancé en décembre dernier, le projet franco-allemand de création d’un « Airbus des batteries » a sans doute franchi une étape décisive jeudi à Paris. En présence du Commissaire européen à l’énergie Maros Sefcovic, Bruno Le Maire et Peter Altmaier, les ministres de l’Economie français et allemand ont annoncé la constitution d’un premier consortium qui aura pour chef de file le fabricant français de batteries Saft (filiale de Total) et le groupe PSA avec sa branche allemande Opel. Un consortium qui pourrait regrouper plus d’une trentaine d’entreprises qui ont manifesté leur intérêt pour ce projet.
Franco-allemand au départ, ce projet qui ambitionne de couvrir l’intégralité de la filière : de l’extraction des minerais jusqu’au recyclage en passant par la production des batteries et leur intégration dans les voitures, est désormais clairement européen et bénéficie du soutien actif de la Commission européenne. Un projet que d’ailleurs plusieurs pays comme l’Italie, la Belgique, la Pologne, l’Autriche ou la Finlande devraient prochainement rejoindre.

Le feu vert de la Commission européenne

A Paris, Maros Sefcovic a confirmé que la Commission européenne reconnaissait l’intérêt stratégique pour l’Europe de ce projet et qu’elle autorisait donc les Etats membres à pouvoir verser des aides publiques sans contrevenir aux règles européennes sur les aides d’Etat et la concurrence. Le Commissaire européen souhaite jouer un rôle de facilitateur et d’accélérateur du projet. Il s’est par ailleurs dit confiant que ce premier projet fasse des émules et que d’autres consortiums européens voient le jour rapidement.
Pour le premier projet sur lequel la Commission devrait formellement se prononcer avant la fin de son mandat au mois d’octobre, le montant maximum autorisé des subventions publiques a été fixé à 1,2 Milliards d’euros. Les différents pays auront par ailleurs la possibilité de subventionner d’autres projets. De son côté, la France a déjà prévu de consacrer 700 millions d’euros sur cinq ans à des projets liés à la production de batteries tandis que l’Allemagne a indiqué vouloir investir un milliard d’euros dans ce domaine.



5 à 6 milliards d’investissement pour commencer

Au-delà des aides publiques, le financement du projet sera assuré par les industriels participant à l’opération. Peter Altmaier a d’ailleurs insisté sur le fait que les consortiums n’étaient pas constitués par les Etats ou par la Commission européenne, mais par les industriels et les constructeurs automobiles. Le budget initial pour construire les premières lignes de production est estimé à un montant compris entre cinq à six milliards d’euros dont plus de 4 milliards seront donc apportés par les industriels du secteur.
Pour Bruno Le Maire, si d’autres projets venaient à voir le jour comme il l’appelle de ses vœux, ce seraient des montants considérablement plus importants qui pourraient être en jeu. Chaque Etat apportera son aide aux développements qui se feront sur son territoire et il souhaite que les pays qui hésitent encore à intégrer la filière européenne de production de batteries s’engagent dans les meilleurs délais possibles car les constructeurs automobiles ont besoin que les délais soient respectés et qu’on leur apporte des garanties en termes d’approvisionnement de ces batteries.



Une première usine en France

Les ministres français et allemand de l’Economie entendent aller vite et dès 2020, le projet devrait avoir une première réalisation concrète avec la construction d’une usine pilote en France générant près de 200 emplois. A l’horizon 2022-2023, deux usines de production seraient ensuite construites, l’une en France et l’autre en Allemagne, avec pour chacune d’entre elles la perspective de création de 1 500 emplois. Ces sites produiront des batteries liquides « améliorées », c’est-à-dire plus performantes, tout en continuant à fonctionner avec la technologie actuelle.
La quatrième génération de batteries, dites solides, ne devrait arriver que vers 2025-2026. L’Europe mise sur cette nouvelle génération de batteries pour rattraper son retard technologique et industriel sur un marché dominé largement aujourd’hui par l’Asie et plus particulièrement par la Chine. Une étude récente sur le futur de la mobilité et l’attractivité de la France montre que d’ici 2030, le marché mondial des batteries pour véhicules électriques devrait atteindre les 45 milliards d’euros. A condition que la filière mise en place soit compétitive, l’Europe espère pouvoir en récupérer entre 20 à 30%, contre seulement 3% aujourd’hui.



Un enjeu de souveraineté

Outre son intérêt économique, la présence de l’Europe dans le domaine des batteries est avant tout un enjeu de souveraineté. Pour Bruno Le Maire, constituer cet « Airbus des batteries » démontre que l’Europe n’est pas condamnée à dépendre des importations technologiques venues des deux grandes puissances que sont les Etats-Unis et la Chine. Son objectif est clair : créer une filière de haut niveau technologique intégrant l’ensemble de la chaîne de valeur, sans oublier le recyclage qui pourrait devenir le caractère de différentiation de la filière européenne par rapport à d’autres filières mondiales.
Si le pari technologique est encore loin d’être gagné, il répond à une réelle demande des constructeurs européens, soucieux de ne pas dépendre uniquement des fournisseurs de batteries chinois ou sud-coréens. Pour le ministre de l’Economie, le soutien stratégique apporté par la Commission européenne constitue une étape décisive dans la réalisation de ce projet de production de batteries pour véhicules électriques. Il donne aussi l’exemple de ce que l’Europe peut faire quand elle est unie. Pour lui, cet « Airbus des batteries » dépasse largement son cadre industriel, mais marque la détermination du continent européen à construire sa souveraineté technologique, économique et industrielle.





Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | Batteries | Airbus des batteries | Bruno Le Maire | Saft | PSA | Opel
Catégories : Batterie |

Commentaires

Posté le 06-05-2019 à 07:29:32 par Daniel

Faut-il faire à l’identique de ce qui existe déjà en Chine et en Corée du Sud ? Ne vaudrait-il pas mieux se focaliser sur la prochaine génération de batteries ? L’usine française pourrait s’installer sur le site de la centrale nucléaire de Fessenheim dont les écolos veulent la fermeture. Ce serait un signe important et positif pour la transition environnementale.

Posté le 06-05-2019 à 11:39:13 par filipetxe

Enjeu de souveraineté ! Est ce possible quand les matières premières proviennent de pays hors UE ?

Posté le 06-05-2019 à 19:05:49 par BLUE2BGREEN

Super !
En plus des formations qualifiantes, approches commerciales et stratégiques, méthodes d’implantation des IRVE ...
Blue2bgreen propose aussi des formations Batteries et habilitations
Il va y avoir du travail !

Posté le 06-05-2019 à 23:45:00 par FATAY

Bonjour à tous et à toutes,
Bien je vous propose la fabrication des condensateurs très haute tension à partir du matériel très recyclable et bon marché.
Les condensateurs sont mieux que les batteries car ils jouent un double rôle et ont plusieurs fonctions.
Pour en savoir,plus contactez moi au plus vite.

Posté le 07-05-2019 à 07:40:51 par G.G.

Dommage que l’AIRBUS de la batterie ne soit PAS l’AIRBUS de la PILE a COMBUSTIBLE et par conséquence de la FILIERE HYDROGENE.
Et cessons d’opposer VOITURE ELECTRIQUE et VOITURE a HYDROGENE.
Sachant que l’une fonctionne avec une BATTERIE ,et l’autre avec une PILE et que toutes deux possèdent une traction électrique...!

Je pense qu’elle est la la VRAI Indépendance ENERGETIQUE....!

Posté le 12-05-2019 à 17:37:35 par Manuko

Ola G.G.
Tu as trop longtemps écouté Nicolas Hulot...
Attention, toute nouvelle techno n’est pas bonne à prendre :
https://youtu.be/AlrmFv9KYmk
Et la plus belle remarques : https://youtu.be/oTVVoKS8lOU?t=706
"Avec 50€ ont fait aux alentours de 500 km"… en ville !!
Alors qu’une électrique à batterie, ça régénère au freinage.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Ever Monaco
Ever Monaco
Du 28/05/2020 au 30/05/2020 - Grimaldi Forum, Monaco

EVER de Monaco est un événement organisé chaque année par l'association MC2D (Monaco Développement Durable). Le salon est entièrement dédié aux véhicules écologiques et...
A lire également / sur le même thème Des nouveautés électriques attendues au salon de Los Angeles
Premier salon automobile de la saison en Amérique du Nord, le Los Angeles Auto Show a pris de plus en plus d’ampleur au cours des dernières années au point de voler...
Un Livre blanc sur la mobilité en free-floating
Depuis quelques années, dans la lignée du développement de la mobilité partagée et de l’explosion du taux d’équipement en smartphone, de nouvelles offres de transport...
Kia dévoile un nouveau concept de SUV électrique
Après Imagine, une berline 4 portes 100% électrique, au dernier salon de Genève, Kia a présenté un nouveau concept car électrique à Shanghai lors de la China...
Utilitaires électriques : Après le Jumpy, les Vivaro et Expert
Comme PSA l’a déjà fait pour sa citadine électrique déclinée sous les 3 marques principales du groupe (Peugeot e-208, Opel Corsa-e et Citroën, DS3 Crossback e-tense), le...
Expérimentation V2G réussie pour EDF à Nice
Depuis le 4 octobre, EDF mène avec succès à Nice une expérimentation « Vehicle to Grid » et « Vehicle to Home ». Une expérimentation de smart charging à l’aide de...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact